Faire Face Avril 2013 « Le cannabis n’est pas une potion, mais il me permet d’aller mieux.

Chez certaines personnes souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique ou évolutive, le cannabis apaise les douleurs, améliore la motricité, dope l’appétit et favorise le sommeil. Témoignage de Claudine*, atteinte d’un cancer du sein.

« Depuis quatre ans, pour combattre un cancer du sein, je prends quotidiennement un médicament appelé “Chimio légère”. Malgré son appellation, il provoque divers symp­tômes (fortes douleurs, nausées…). Dans un premier temps, pour pallier les “dommages collatéraux” de cette chimio, j’ai consommé une demi-douzaine de médica­ments aux effets secondaires très désagréables. J’ai donc, après avoir demandé l’avis de mon médecin, mis fin à cette sur-médication, gardé le traitement principal contre le cancer et commencé à utiliser du cannabis, sous sa forme naturelle, en le vaporisant.

Grâce à lui, les douleurs osseuses et articulaires qui me réveillaient la nuit, ont diminué. Les nausées ont cessé si bien que j’ai pu recommencer à m’alimenter, j’ai repris du poids et je dors bien. Son effet antidépresseur me permet de garder le moral et de travailler. Le cannabis n’est pas une potion magique mais il me permet d’aller mieux.

J’ai informé mon cancérologue et mon médecin traitant de cette consommation thérapeutique. J’ai une attestation médicale précisant que le cannabis me soulage. Le médecin a d’ailleurs attesté qu’il a stabilisé mon état. » Propos recueillis par Katia Rouff

Ce témoignage, comme cinq autres, sera publié dans le dossier “Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?” de Faire Facen°718, avril 2013, après les trois articles suivants :

Cannabis thérapeutique – Handicapés et hors-la-loi

Fumer du cannabis pour aller mieux, telle est la pratique de certaines personnes en situation de handicap aujourd’hui. Quitte à se retrouver devant les tribunaux. Car le cannabis thérapeutique, parfois leur seule alternative, reste difficilement accessible en France bien que des politiques relancent régulièrement le débat.

Cannabis thérapeutique – Que retenir des essais cliniques ?

Depuis une vingtaine d’années, les recherches concernant le potentiel thérapeutique du cannabis et de ses dérivés se sont multipliées. Si les cannabinoïdes montrent une certaine efficacité dans plusieurs indications, leurs effets secondaires et risques incitent tout de même à la plus grande prudence.

Interview croisée – Le “cannabis-médicament” est-il envisageable en France ?

Le Pr Jean Costentin**, professeur de pharmacologie, président du Centre national de prévention, d’études et de recherches en toxicomanie (CNPERT) s’est toujours prononcé contre l’usage de cannabis, qu’elle qu’en soit la raison. Pour le Dr Alain Rigaud***, médecin psychiatre, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes doit pouvoir être évalué.

Le blog Faire Face vous a proposé ce témoignage en accès libre. Vous voulez lire l’intégralité du dossier “Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?” ? Alors, n’hésitez pas à vous abonner ou à commander le numéro d’avril 2013 en nous contactant sur faire-face@apf.asso.fr (4,80 euros, frais d’envois compris). Photo de couverture : © Albin Millot

* Le prénom a été changé.

** Directeur de l’unité de neuropsychopharmacologie du CNRS (1984-2008), membre des Académies nationales de médecine et de pharmacie, auteur de Pourquoi il ne faut pas dépénaliser l’usage du cannabis, éditions Odile Jacob, 2012.

*** Chef de service intersecteur d’addictologie (Reims, Établissement public de santé mentale Marne).

Source : http://www.faire-face.fr/archive/2013/03/19/le-cannabis-n-est-pas-une-potion-mais-il-me-permet-d-aller.html

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :