Décarboxylation du THC et du CBD – voici comment le cannabis est activé

Décarboxylation

Comme c’est en passant par l’estomac qu’on gagne le cœur de quelqu’un, il n’est pas surprenant que le cannabis devienne de plus en plus populaire en cuisine. Pour bénéficier des effets pharmaceutiques du THC et du CBD, il est nécessaire de décarboxyler le cannabis. En d’autres mots, pas de chaleur, pas d’effet !

Décarboxylation est un mot horrible. Il rappelle à plusieurs les interminables cours scolaires de chimie. Mais toute personne qui veut cuisiner avec le cannabis doit savoir ce qu’est la décarboxylation.

Commençons par le début : le cannabis contient des centaines de cannabinoïdes, les plus connus étant le THC et le CBD. Ces composés sont présents dans la plante sous forme d’acides carboxyliques, d’où les désignations THC-A et CBD-A (le « A » désignant acide).

Lorsque ces substances sont chauffées, l’acide libère une molécule de dioxyde de carbone dans une réaction chimique appelée décarboxylation, ou activation. C’est en fait la réaction naturelle de dégradation, accélérée grâce au chauffage.

Pourquoi faut-il décarboxyler le cannabis ? Simplement parce que c’est la seule façon d’en retirer des effets pharmacologiques ou thérapeutiques.

Voici comment décarboxyler correctement !

La règle de base est la suivante : plus la température est haute, plus l’activation des cannabinoïdes est rapide. Fumer un joint assure la conversion du THC-A en THC, de même que quelques secondes de chauffage dans un vaporisateur. En passant, les restes de cannabis vaporisé sont complètement activés, et habituellement encore très puissants ; vous pouvez les manger tels quels.

Il ne faut pas chauffer le cannabis trop longtemps au risque de se retrouver avec des produits inactifs de décomposition. Il est particulièrement important d’éviter l’oxydation du THC, ce qui produit du CBN (cannabinol).

Un brevet détenu par l’entreprise pharmaceutique UK GWA définit les conditions optimales de décarboxylation : des températures de chauffage basses maintenues pendant une période relativement longue. Ce procédé assure la conversion de 95 % des acides cannabinoïdes en leur forme phénolique sans produire trop de produits de décomposition. En outre, cette technique permet aussi de préserver les terpènes, les composés aromatiques qui donnent au cannabis son arôme et son goût, mais surtout, qui provoquent ses effets.

La décarboxylation devrait idéalement être faite en deux étapes. D’abord, il faut chauffer le cannabis brièvement pour évaporer toute l’humidité. Ensuite, la matière végétale doit être chauffée deux fois, pendant plus de temps. De meilleurs résultats sont obtenus en appliquant une température de 105°C pendant 15 minutes, puis une température de 100 à 110°C durant 60 à 120 minutes. Si vous avez une variété de cannabis à très haute teneur en CBD (c’est-à-dire, >90 %, pourcentage du contenu total en cannabinoïdes), la seconde phase de chauffage doit se faire à 120°C durant 60 minutes.

Thé, beurre ou biscuits ? Ça dépend du produit final

Notez que les instructions suivantes se basent sur des conditions idéales créées en laboratoire. Mais que cela ne vous décourage pas dans votre élan, il n’est pas nécessaire d’appliquer des températures et des temps de cuisson d’une précision scientifique. Dépendamment de ce que vous allez préparer avec votre cannabis décarboxylé, il n’y a que de bonnes et de moins bonnes méthodes de préparation.

Disons que vous voulez faire du thé de cannabis. Si vous ne faites que verser de l’eau bouillante sur des buds et laissez infuser le tout de 5 à 10 minutes, les cannabinoïdes ne seront pas complètement activés. A une température de 100°C, la matière végétale doit être chauffée durant au moins une heure. La chose à faire : chauffer le cannabis au bain-marie, dans un pot à marinade fermé pendant une heure. Vous obtiendrez ainsi du cannabis savoureux et puissant !

Il est encore plus facile de faire de bons biscuits ou gâteaux. La plupart des recettes donnent des résultats presque parfaits. Il faut éviter de chauffer à plus de 155°C, puisqu’à une telle chaleur, le THC commence à s’évaporer.

Pour préparer du beurre de cannabis, la meilleure méthode est encore le pot à marinade immergé dans un bain-marie. Après, il suffit de faire bouillir la matière végétale activée dans de l’eau et du beurre pendant au moins une heure, passer au tamis pour enlever les buds et les feuilles, et laisser refroidir. Il est ensuite facile de séparer le beurre de cannabis au-dessus du liquide refroidi. On peut conserver le beurre de cannabis très longtemps au congélateur.

Dernier conseil : pour de meilleurs résultats, écrasez ou moulez le cannabis avant de le décarboxyler.

Source : sensiseeds.com

 

 

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :