Actualités du cannabis médical, Novembre 2013 Alchimia Web

L’expert médical de la CNN regrette de s’être opposé au cannabis thérapeutique

Le Docteur Sanjay Gupta, correspondant médical en chef de la CNN, a publié en août un article sur le site internet de la grande chaîne d’information américaine, pour expliquer les raisons de son changement d’avis au sujet du cannabis médicinal, et s’excuser de ne pas avoir ouvert les  yeux plus rapidement.

Après avoir été longtemps opposé à la marijuana médicale, le Dr Gupta a finalement réalisé de longues recherches sur le sujet, explorant la littérature scientifique et médicale depuis 1840 jusqu’à nos jours, et voyageant à travers le monde pour discuter avec des experts médicaux, des cultivateurs et des patients. Il fut totalement stupéfait par ce qu’il a découvert!

Documentaire Weed du Dr Sanjay Gupta
Documentaire Weed du Dr Sanjay Gupta

Le célèbre correspondant médical de la CNN déclare : « Nous avons été terriblement et systématiquement induit en erreur aux USA depuis près de 70 ans, et je m’excuse pour mon rôle dans cela ».

Il s’insurge notamment sur le classement du cannabis par l’administration américaine en catégorie 1, c’est-à-dire « sans aucune valeur médicale ». Ce classement fut en effet établi sous la demande du prohibitionniste Dr Roger O. Egeberg en 1970, sous le motif du « manque de connaissance de la plante et de ses effets », malgré les nombreuses publications scientifiques sur le sujet.

L'expert médical de la CNN avec un cultivateur de cannabis médical
L’expert médical de la CNN avec un cultivateur de cannabis médical

Il déclare au sujet de ce classement par le gouvernement « Ils n’ont aucune science pour appuyer leurs propos, et je sais qu’au sujet de la marijuana toutes ces choses sont fausses. Il n’y a pas de gros risque d’abus, et le cannabis possède des applications médicales légitimes. En fait, parfois la marijuana est la seule chose qui fonctionne. Prenez le cas de Charlotte Figi, que j’ai rencontré au Colorado. Elle a commencé à avoir des crises de convulsions peu après la naissance. A l’âge de 3 ans, elle faisait 300 crises par semaine, malgré les puissants médicaments. La marijuana thérapeutique a calmé son cerveau, limitant les crises à 2 ou 3 par mois. J’ai rencontré directement de nombreux patients tels que Charlotte, j’ai passé du temps avec eux, et j’ai réalisé qu’il serait irresponsable de ne pas apporter les meilleurs soins possibles à la communauté médicale, et que ces soins peuvent inclure le cannabis. »

Le Docteur Gupta remarque aussi la difficulté de financer des études pour rechercher les effets bénéfiques du cannabis, et calcule ainsi que seulement 6% des études scientifiques sur cette plante s’intéressent à la recherche de ses propriétés médicales, les autres cherchant au contraire à montrer d’éventuels dommages ou effets indésirables.

Charlotte Figi, 6 ans, atteinte d'une forme violente d’épilepsie, soignée par la plante de cannabis
Charlotte Figi, 6 ans, atteinte d’une forme violente d’épilepsie, soignée par la plante de cannabis

 

Toutes les études américaines utilisant du cannabis doivent également être approuvées par le NIDA (National Institute of Drug Abuse), une organisation dont le but est de contrôler l’abus des drogues et de s’opposer à leur usage, il est donc très difficile d’avoir l’autorisation de faire des recherches sur les propriétés thérapeutiques de la marijuana et de ses cannabinoïdes.

Le Docteur Sanjay a également publié le documentaire Weed, sur ce sujet du cannabis médical:

Un tribunal français autorise l’usage du cannabis médical!

justice et cannabis medicalMarc, 47 ans, souffre depuis l’âge de 15 ans de la maladie de Horton, appelée également « maladie du suicide », une maladie rare qui provoque des crises de migraines accompagnées de douleurs extrêmes. Les médicaments classiques ne sont pas efficaces dans son cas, et seule la plante de cannabis lui permet de calmer ces crises. Marc ne se cache pas d’être consommateur (800 grammes par an) et decultiver son propre cannabis depuis 15 ans, mais ses plantes ont été détectées par les gendarmes en 2012, qui les ont aperçu par la fenêtre de son domicile. Lors de son jugement, Marc a plaidé «Je suis malade depuis 19 ans et j’essaye simplement de rester en vie»

Le tribunal correctionnel d’Avignon, sous la présidence de M.Tellier, a retenu ce lundi 18 Novembre 2013  l’argument de la défense, et Marc fut relaxé, l ‘autorisant ainsi à consommer du cannabis pour se soigner.

Le patient commente « C’est génial, je l’espérais mais je ne m’y attendais pas. C’est un début pour tous les autres malades ». La maladie de Horton est une inflammation des vaisseaux cérébraux qui touche 6000 personnes en France. Nous pouvons espérer que cette autorisation judiciaire ne sera pas un cas isolé, et qu’elle pourra servir de jurisprudence pour la défense d’autres patients utilisant le cannabis thérapeutique.

Consommatrice de cannabis thérapeutique

Consommatrice de cannabis thérapeutique

 

Précisons toutefois que le parquet d’Avignon a décidé de faire appel, le procureur ne souhaitant pas cautionner l’automédication au cannabis. Celui ci ajoute que le débat ne doit pas se limiter au seul territoire d’Avignon. L’avocat de Marc, Maître Stéphane Simonin, commente: «Je trouve dommage que le parquet fasse appel. Il existe des études internationales qui prouvent les bienfaits du cannabis thérapeutique dans des cas similaires à mon client. Or lorsque ces malades sont arrêtés, et que leurs plantations sont détruites, ils vont se fournir dans des environnements dangereux qui ne leur sont pas familiers.»

 

Lire la suite de l’article sur le blog d’Alchimiaweb

 

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :