Docteur Bertrand Lebeau

Bertrand Lebeau, né Leibovici en 1949, a une licence de philosophie en 1970 (Paris X), un doctorat en médecine en 1980 (Paris VI) et une capacité d’addictologie clinique en 2006.

 

Entre 1979 et 1981, il publie plusieurs articles sur les questions de drogues pour le quotidien Libération et assiste à la première conférence pour la légalisation de la marijuana à Amsterdam avec le regretté Jean-Paul Géné.

A partir de 1981, il participe à la création de Médecins du Monde (MDM) et fait des missions à l’international (Honduras, Tchad, Afrique du sud, moyen-orient, Pologne…)

Il s’installe à Paris comme médecin généraliste en 1989 et travaille comme journaliste au JIM à partir de 1991 où il écrit de nombreux articles sur les questions de drogues et de toxicomanie jusqu’à la fin de l’année 1993. A l’occasion d’un article écrit à l’automne 1991, il rencontre le docteur Rodolphe Ingold.

Organise avec le docteur Patrick Aeberhard une réunion au Ministère de la Santé le 26 juin 1992 sous la Présidence de Bernard Kouchner et avec Isabelle Stengers, le suisse Thomas Zeltner (Office Fédéral de Santé Publique) et le docteur Claude Olievenstein.

Participe à la VIII° conférence internationale sur le Sida à Amsterdam en juillet 1992. Il y rencontre Anne Coppel.

Il co-signe avec une dizaine de personnes dont le docteur Jean Carpentier et Anne Coppel « Le repère du toxicomane » dans Le Monde du 9 septembre 1992.

A partir de 1992, il participe à la bataille de la réduction des risques et des traitements de substitution au collectif « Limiter la casse » présidé par Anne Coppel, au Repsud (Réseau des Professionnels pour les Soins aux Usagers de Drogues) présidé par le docteur Jean Carpentier et participe à la création du MLC (Mouvement de Légalisation Contrôlée) présidé par l’avocat Francis Caballero.

Il ouvre en juin 1994 un CSST (Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie) avec places de méthadone dans le cadre de MDM. Cette même année le professeur Gabriel Nahas lui fait, ainsi qu’à Michka, un procès en diffamation pour des articles parus dans la revue « Maintenant ». Le procès a finalement lieu en 1996 et devient celui de Nahas. Il est relaxé au bénéfice du doute.

Il écrit en 1998 la préface à « Du cannabis pour se soigner », traduction du « Marijuana Medical Handbook » de Ed Rosenthak, Tod Mikuriya et Dale H. Geringer. Il rencontre Fabienne Lopez.

Dans les années suivantes, il écrit des articles sur le cannabis thérapeutique ou récréatif dans le journal d’Asud, Swaps ou des livres édités par Michka dont « Cannabis médical, du chanvre indien au THC de synthèse » (Mama éditions, 2013).

Il participe à l’automne 2017 à la conférence de l’IACM (International Association for Cannabis in Medicine) à Cologne.

Il est proche du CIRC (Collectif d’Information et de Recherche Cannabique) de Jean-Pierre Galland, participe à de nombreux « Appels du 18 juin » et soutient la démarche de « Principes Actifs ».

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :