Communiqué de presse du 14/01/2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), vient d’annoncer l’autorisation de mise sur le marché du Sativex©, ce spray contenant des extraits naturels du chanvre (Cannabis sativa L.), le CBD (cannabidiol) et le THC (Delta-9-tétrahydrocannabinol). Faut-il s’en réjouir ? Au regard de la situation de milliers de patient(e)s souffrant de la sclérose en plaques (SEP), certainement. En outre cette décision d’alignement sur une directive européenne datant de 2001 permet d’ouvrir une brèche pour l’obtention du droit d’utiliser le chanvre sous sa forme la plus naturelle (fleurs) mais aussi de dérivés (teintures mères, huiles essentielles, résines, infusions…).

Quelques bémols doivent être cependant apporter :

• tout d’abord l’autorisation de prescription ne débutant qu’en 2015, l’effet d’annonce provoque une frustration à la mesure de l’espoir que peut susciter son utilisation. Il est vraisemblable que nombre de patient(e)s n’attendront pas une année de plus pour s’en procurer chez nos voisins européens aux législations plus libérales.

• l’accès à ce médicament ne bénéficiant qu’aux seules victimes de la SEP et seulement en 2ème intention (c’est à dire après l’échec d’un premier traitement), il est tout aussi évident que le personnes susceptibles d’être soignées ou soulagées par le Sativex© agiront de la même façon, quand elles ne se tourneront pas directement vers l’usage de la plante elle-même, au pire via le marché noir, au mieux en l’autoproduisant.

• l’extrême complexité de sa prescription risque là aussi d’en restreindre l’accès aux personnes censées y avoir droit.

• son prix enfin, 80 € le flacon de 10 ml (soit moins de 100 vaporisations). En estimant que 5 vaporisations quotidiennes peuvent être nécessaires, un flacon durerait 20 jours soit environ 1500 € par ans. À titre comparatif, le Bedrocan©, variété de chanvre vendue sous forme de fleur séchée, coûte, lui, 8 € le gramme contre 2 € environ de prix de revient en autoproduction.

Ce coût devrait ajouter au déficit de l’Assurance maladie tout en faisant comme d’habitude, le bonheur des laboratoires.

 

Principes Actifs, association regroupant des personnes atteintes de maladies reconnues comme susceptibles de réagir favorablement à la prise de cannabis et en faisant usage, insiste sur la nécessité de mener plus avant des études sur le sujet, et demande que le statut d’usager(e)s thérapeutique du chanvre soit reconnut. Il est intolérable que des procédures judiciaires soient menées à l’encontre de personnes bénéficiant de dossiers médicaux sérieux.

 

Principes Actifs

 

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :