Bulletins IACM 2007

—————————————-
IACM-Bulletin du 21 janvier 2007
—————————————-

La 4ème Conférence de l’IACM sur les Cannabinoïdes et la Médecine se déroulera les 5 et 6 octobre 2007 à Cologne (Allemagne). Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet : //www.iacm-conference2007.org

* IACM : appel à propositions pour la Conférence 2007
* Finlande: un malade obtient une autorisation spéciale pour utiliser le cannabis médical
* Science: le THC réduit la pression intraoculaire et améliore l’irrigation sanguine de l’oeil

IACM: appel à propositions pour la Conférence 2007

SOUMISSION DE PROPOSITIONS RELATIVES A DES SUJETS A DEBATTRE :

Le comité chargé de l’organisation de la Conférence, vous invite à présenter vos travaux de recherche lors de la 4ème Conférence de l’IACM sur les Cannabinoïdes et la Médecine qui se déroulera les 5 et 6 octobre 2007 à Cologne (Allemagne). Les abstracts des travaux peuvent être envoyés via e-mail à info@cannabis-med.org, au plus tard jusqu’au 15 avril 2007 pour les exposés et jusqu’au 15 juin 2007 pour les posters. Si votre exposé ou votre poster est sélectionné, vous recevrez une invitation avec une entrée gratuite. De plus, une nuit à l’hôtel Holiday Inn, où se déroulera également la manifestation, est offerte à tous les
conférenciers et conférencières. Tous les intervenants peuvent en plus soumettre une demande de participation financière à l’IACM pour les frais de transport.

PRIX IACM :
Lors de la Conférence de l’IACM, quatre personnes seront récompensées pour leurs travaux relatifs à la réintroduction du cannabis et des cannabinoïdes dans la médecine. A ce sujet, nous vous demandons de proposer des candidats pour ce prix d’honneur et de nous envoyer leurs noms avant le15 juin 2007 à l’adresse e-mail award2007@cannabis-med.org. Le comité chargé du prix IACM, composé de Vincenzo Di Marzo, Franjo Grotenhermen, Ester Fride et Kirsten Müller-Vahl, choisira les gagnants parmi vos propositions. Chaque prix est doté de 500 euros (env. 650 dollars américains).

ASSEMBLEE GENERALE DE L’IACM :
L’assemblée générale annuelle de l’IACM se déroulera lors de la conférence. Les membres actifs éliront un nouveau comité directeur (max. 10 membres), y compris le président. Les membres bienfaiteurs éliront les représentants des patients (max. 2 membres). Tous les membres de l’IACM sont invités à nous soumettre des propositions de candidature à l’adresse e-mail : info@cannabis-med.org.

Des candidatures pourront également être présentées lors de l’assemblée même. Courant juillet, les membres recevront par courrier les informations de l’IACM ainsi qu’une invitation pour l’Assemblée générale.

Pour plus d’informations concernant le prix IACM et la soumission de propositions pour les exposés, rendez-vous sur: //www.iacm-conference2007.org.

Finlande: un malade obtient une autorisation spéciale pour utiliser le cannabis médical

L’Agence nationale des médicaments de la Finlande a délivré une autorisation spéciale pour l’utilisation du cannabis médical à l’un de ses citoyens. Ce patient consomme du cannabis pour soulager ses douleurs. D’après l’article paru dans la presse, cette autorisation est valable un an. Dr. Terhi Hermanson, chef de service au ministère de la Santé, a déclaré que c’était la première fois en Finlande qu’un patient avait demandé une
telle autorisation. Elle a ajouté que le ministère devait maintenant étudier le cas du point de vue juridique.

Le patient concerné a subi une grave blessure au niveau du dos et de la nuque, suite à un accident de la route il y a quatre ans. Depuis, il souffre de douleurs chroniques pour lesquels les traitements à base d’opiacés n’ont pas été suffisamment efficaces. Ces derniers auraient provoqué de puissants effets secondaires. La décision concernant l’autorisation spéciale a été prise par un tribunal administratif régional. L’affaire est
considérée comme un cas particulier. Erkki Palva, directeur du service de la sécurité des médicaments de l’Agence nationale pour les médicaments a souligné que cette décision de devrait pas être qualifiée de généralité pour l’utilisation du cannabis comme moyen légal de traitement. « En Finlande, des médicaments bien plus puissants sont utilisés, comme la morphine ou autres opiacées», a déclaré Madame Hermanson au journal Turun Sanomat.

L’article intégral est disponible sur: //www.hs.fi/english/article/Finnish+man+given+permission+to+use+cannabis+against+pain/1135223628010 (Source: Helsingin Sanomat du 12 décembre 2006)

Science: le THC réduit la pression intraoculaire et améliore l’irrigation sanguine de l’oeil

D’après des recherches menées à l’université de Aachen (Allemagne), une dose simple de 7,5 mg de THC, administrée par voie orale à huit médecins en bonne santé lors d’un autotest, a réduit la pression intraoculaire (PIO) et amélioré l’irrigation sanguine de l’œil. Les valeurs ont été mesurées avant et deux heures après l’administration du THC.

Le THC a provoqué une réduction moyenne significative de la PIO de 13,2 mm Hg à 11, 8 mm Hg. La durée du passage sanguin des artères aux veines de la rétine a été considérablement réduite, allant de 1,77 secondes à 1,57 secondes en moyenne. La pression artérielle systémique et la fréquence cardiaque n’ont pas suffisamment été influencées pour être soulignées. Les chercheurs ont conclu que les «cannabinoïdes,
dont l’effet réducteur de la PIO était déjà connu auparavant, pourrait offrir une augmentation de l’hémodynamique de la rétine. Cela pourra être utile dans le traitement des troubles de l’irrigation sanguine, y compris le glaucome.»

Le résumé est disponible sur: //www.cannabis-med.org/studies/study.php

(Source: Plange N, Arend KO, Kaup M, Doehmen B, Adams H, Hendricks S, Cordes A, Huth J, Sponsel WE, Remky A. Dronabinol and retinal hemodynamics in humans. Am J Ophthalmol 2007;143(1):173-4.)

Nouvelles en bref

***Science: fièvre
Selon des recherches sur les animaux, le cannabinoïde synthétique (WIN55,212-2) empêcherait la fièvre associée à une infection provoquée par la bactérie Gram-négative. Cette action a été annulée par un antagoniste du récepteur CB1 ce qui laisse supposer que l’effet fébrifuge (qui empêche la fièvre) est transmis par ce récepteur. (Source: Benamar K, et al. J Pharmacol Exp Ther, du 28 décembre 2006;

[publication électronique avant impression])

***Etats-Unis: Californie
Selon un rapport de Dale Gieringer et Richard Lee de la NORML de Californie, les habitants de cet Etat consomment du cannabis médical d’une valeur allant de 0,9 à 2 milliards de dollars américains (environ 0,7 et 1,5 milliards d’euros) par an. Mais, à cause des lois fédérales, l’Etat de Californie perd cependant la plus grande partie des 70 à 120 millions de dollars (environ entre 53 et 91 millions d’euros) correspondant aux taxes
en vigueur. Le rapport est disponible sur: //www.canorml.org/background/OakZFinancialReport.pdf

***Pays-Bas: Coffee-shops
J. Lonink, maire de la ville de Terneuzen près des frontières belges et française, propose des licences spécifiques pour le cannabis aux coffee-shops. Selon un article de presse, entre 2500 et 3000 personnes se rendent tous les jours dans les deux coffee-shops de la ville, don beaucoup en provenance de la Belgique et de la France. Le fait d’accorder des licences, pourrait créer des emplois et conduire à une entrée d’argent de plusieurs millions d’euros par an sous forme de taxes.

Celles-ci pourraient ensuite être utilisées par la ville pour améliorer l’infrastructure. Monsieur Lonink a souligné qu’il ne s’agit là que d’une idée personnelle. L’article est disponible sur: //www.trouw.nl/hetnieuws/nederland/article583880.ece/Laat_vergun
ning_voor_coffeeshops_veilen (Source : Trouw du 27 décembre 2007)

***Science: épilepsie
Dans des essais sur cellules partiellement responsables du déclenchement des crises épileptiques, l’administration de deux endocannabinoïdes a inhibé l’activité épileptique persistante. Dans ce modèle, le phénobarbital et la phénytoïne, deux médicaments anti-
épileptiques n’ont pas été efficaces. (Source: Costa B, et al. Eur J Pharmacol du 22 novembre 2006 ;

IL Y A UN AN

– Etats-Unis : Rhode Island, 11ème Etat à légaliser l’utilisation du cannabis médical
– Etats-Unis/Grande-Bretagne: GW a reçu l’autorisation pour effectuer des études cliniques aux Etats-Unis

IL Y A DEUX ANS

– Science: d’après une étude à long terme, le THC améliore la spasticité en cas de sclérose en plaques

 

—————————————-
IACM-Bulletin du 9 février 2007
—————————————-

La 4ème Conférence de l’IACM sur les Cannabinoïdes et la Médecine (octobre 2007): //www.iacm-conference2007.org

CANNABINOIDS

Un nouvel article, intitulé « L’acide ajulémique offre un profil des effets secondaires plus favorable que celui du THC pour traiter les douleurs neuropathiques chroniques chez l’homme», du Dr. Sumner Burstein, professeur à l’université du Massachusetts, Worcester (Etats-Unis), vient de paraître dans le magazine en ligne de l’IACM. Parallèlement, un courrier ayant pour objet l’«Evaluation pré-clinique sur l’abus potentiel dans l’utilisation de l’acide ajulémique», du Dr. Jenny Willey de l’université Virginia-Commonwealth, Richmond (Etats-Unis) est publié également, contredisant le premier article cité. Pour l’instant, les articles ne sont disponibles qu’en anglais. Les traductions vers les autres langues vont suivre prochainement. Pour consulter les articles, veuillez vous rendre sur : //www.cannabis-med.org/english/journal/index.php

 * Grande-Bretagne/Science: selon deux études cliniques, un extrait de cannabis est efficace dans le traitement des douleurs neuropathiques

Le 15 janvier 2007, lors d’un communiqué de presse, la société britannique GW Pharmaceuticals a présenté les résultats issus de deux études cliniques avec l’extrait de cannabis sativex. La première étude a été conduite chez des patients avec des douleurs neuropathiques associées à une allodynie; et la deuxième chez des patients souffrant de

neuropathie diabétique douloureuse. Dans la première étude, l’utilisation du sativex a conduit – du point de vue clinique – à un meilleur contrôle de la douleur par les patients et à une amélioration du sommeil de ces derniers. Les résultats de la deuxième étude, en revanche, n’ont pas pu différencier clairement les effets de l’extrait de cannabis de ceux du placebo. Les deux études ont réuni des patients qui avaient déjà reçu les meilleurs traitements antidouleurs disponibles, mais sans que ceux-ci aient pu soulager suffisamment les douleurs. L’administration des autres analgésiques a été maintenue pendant les deux études.

La première étude a été conduite avec 246 patients souffrant de douleurs neuropatiques caractérisées par l’allodynie (il s’agit d’une douleur suscitée par un stimulus qui n’est normalement pas ressenti comme douloureux). Le principal objectif de l’étude, visant le niveau de réaction, a été largement atteint par le sativex. De plus, deux effets secondaires importants ont été ressentis, l’impression générale du point de vue des changements observés par le patient et le jugement sur la qualité du sommeil de celui-ci, ont été – du point de vue statistique – largement favorables au sativex.

L’étude sur la neuropathie diabétique a inclus 297 patients. Dans cette étude, les patients à qui l’on a administré du sativex ont observé une baisse de l’intensité des douleurs de 30 % en moyenne, voire jusqu’à 50% pour un tiers des participants. Toutefois, les résultats issus de cette étude ont été difficiles à interpréter dû à une forte réactivité de la part des patients du groupe placebo, ce qui est un phénomène plutôt rare. Bien que tous les paramètres relatifs aux résultats, comparés au placebo, parlent en faveur du sativex: une réelle signification statistique n’a pas été obtenue.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.gwpharm.com (Source: GW Pharmaceuticals du 15 janvier 2007)

 Nouvelles en bref

***Etats-Unis: Californie

Le 17 janvier, les autorités fédérales ont organisé des descentes dans 11 clubs pour le cannabis médical du comté de Los Angeles. Ces descentes simultanées, faisant partie d’une enquête menée par les autorités fédérales, comptent pour les plus importantes organisées ces derniers temps. L’action a suscité la colère de certains agents locaux et a été conduite bien que les lois californiennes en vigueur autorisent la possession et la culture du cannabis médical par les patients ayant obtenu une autorisation spéciale. (Source: Los Angeles Times du 18 janvier 2007)

***Etats-Unis: Caroline du Sud

Un sénateur de l’Etat de la Caroline du Sud souhaite que son Etat autorise l’utilisation du cannabis médical. Le sénateur Bill Mescher a déclaré que cette idée le poursuit depuis près de vingt ans déjà. «Ma première femme est morte d’une cancer du poumon – elle avait énormément souffert pendant sa maladie et avant de mourir», a déclaré le sénateur républicain. Un médecin lui avait alors expliqué que le cannabis pourrait calmer les douleurs et les nausées associées à la chimiothérapie, mais que la loi de la Caroline du Sud interdisait son utilisation. Bill Mescher n’est pas très optimiste en ce qui concerne les chances de réussite pour un tel projet de loi, tenant compte de la réputation générale de cette drogue. (Source: Associated Press du 16 janvier 2007)

***Science: spasticité

Selon une étude sur les animaux, le transmetteur responsable du contrôle de la spasticité dans le modèle de la sclérose en plaques est le récepteur CB1 et non pas le récepteur CB2. (Source: Pryce G, Baker D. Br J Pharmacol, du 15 janvier 2007;

[publication électronique avant impression])

***Science: ulcère de l’estomac et inflammation du pancréas

D’après des recherches sur les animaux, l’activation des récepteurs CB1 provoquerait des effets contradictoires dans l’estomac et dans le pancréas. Ainsi, dans l’estomac, les cannabinoïdes ont offert un effet protecteur contre les ulcères provoqués par le stress. Or, dans le pancréas, ils ont intensifié l’intensité de l’inflammation provoquée par une substance chimique. (Source: Dembinski A, et al. J Physiol Pharmacol 2006;57 Suppl 5:137-54.)

***Science: autotraitement

Des chercheurs danois et américains ont travaillé sur l’hypothèse de l’autotraitement dans les cas de dépressions et de contrôles d’agressivité chez 119 consommateurs de cannabis. Ils ont conclu que les personnes ayant souffert auparavant d’une dépression n’ont pas consommé du cannabis comme moyen d’autotraitement. Les consommateurs de cannabis, sous influence de la substance, ressentent plus fréquemment une augmentation spécifique aux symptômes défavorables et ressentent moins souvent une amélioration de ceux-ci, comparés aux non consommateurs. D’après la déclaration des chercheurs, il existerait cependant des indications montrant que le cannabis est utilisé en tant qu’outil d’autothérapie dans la gestion des problèmes liés au contrôle d’agressivité. (Source: Arendt M, et al. Psychol Med 2007;1-11.)

***Science: zona

Dans le modèle animal de la douleur liée à une éruption de zona, divers médicaments ont été testés pour leur efficacité en terme de réduction de la douleur. Les médicaments suivants ont été efficaces: la morphine, l’amitriptyline, la gabapentine, l’ibuprofen et le cannabinoïde synthétique WIN55,212-2. (Source: Hasnie FS, et al. Neuroscience, du 28 décembre 2006;

[publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Grande-Bretagne: pas de reclassement pour le cannabis

– Science: l’activation du récepteur CB2 diminue la perte osseuse dans l’ostéoporose

– Etats-Unis : le comté de San Diego intente un procès à l’Etat de Californie visant à interdire la loi sur le cannabis médical

– Science: le THC traite efficacement les effets secondaires de la chimiothérapie ne répondant pas aux traitements ordinaires

IL Y A DEUX ANS

– Grande-Bretagne/Science: en étude clinique, un extrait de cannabis diminue les douleurs liées au cancer

– Etats-Unis : conflit sur le permis de conduire des utilisateurs de marijuana médicale

—————————————-
IACM-Bulletin du 13 février 2007
—————————————-

La 4ème Conférence de l’IACM sur les Cannabinoïdes et la Médecine du mois d’octobre 2007sur //www.iacm-conference2007.org.

* International: un comité OMS d’experts recommande le reclassement du dronabinol

International: un comité OMS d’experts recommande le reclassement du dronabinol

Les expertes du Comité européen de lutte anti-drogue (CELAD/ECDD) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/WHO) se sont réunis du 28 au 31 mars 2006. A l’issue de cette rencontre, ils ont déclaré être en faveur d’un reclassement du dronabinol (THC) de la classe II en classe III, moins restrictive, selon la Convention sur les substances psychotropes des Nations unies de 1971. Cette recommandation a été transmise à la Commission sur les drogues (CND), créée par le Conseil économique et social des Nations unies, afin qu’il décide de son adoption ou de son rejet.

Dronabinol est la dénomination internationale (INN) du THC, un cannabinoïde naturel et principal responsable des effets psychiques ainsi que de la plupart des vertus thérapeutiques. Lors de l’adoption en 1971 de la Convention sur les substances psychotropes, le dronabinol a été inscrit en classe I. Puis, en 1991, la Commission de lutte anti-drogue des Nations unies a ordonné son reclassement en classe II.

D’après le CELAD/ECDD, des cas d’abus de dronabinol sont rares à l’heure actuelle et seulement quelques rapports existent à ce sujet. Dans certains pays, des préparations à base de dronabinol sont utilisées pour traiter les nausées et les vomissements accompagnant la chimiothérapie contre le cancer et pour stimulerl’appétit chez des patients atteints du sida. De plus, elles sont administrées pour calmer les douleurs chroniques et les maladies neurologiques.

Le rapport sur la réunion de travail 2006 de la CELAD/ECDD est disponible sur : //www.who.int/entity/medicines/areas/quality_safety/WHO_TRS_94 2.pdf (Source: informations de l’ECDD du 29 janvier 2007)

Nouvelles en bref

***Science: douleurs

Dans une méta-analyse sur certains cannabinoïdes particuliers et le cannabis en général dans le traitement des douleurs neuropathiques chez des patients SEP, les médicaments à base de cannabis se sont révélés efficaces. Des articles et un rapport sur une étude contrôlée ont été inclus dans la méta-analyse, comprenant au total 4 études sur l’extrait de cannabis sativex (avec 196 patients), cinq études sur le cannabidiol (avec 41 patients) et trois études sur le THC (avec 91 patients). (Source: Iskedjian M, et al. Curr Med Res Opin 2007;23(1):17-24.)

***Science: sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot)

Un cannabinoïde synthétique qui se lie sélectivement au récepteur CB2, a augmenté le temps de survie des souris dans le modèle animal de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). La SLA est une maladie de type neurodégénératif entraînant généralement la mort du patient en moins de cinq ans après le début de son apparition. Or des injections quotidiennes du cannabinoïde AM-1241 chez les souris a augmenté de 59 % le temps de survie de ces dernières, en comptant partir du moment où la maladie s’est déclarée. Les chercheurs ont conclu que les « agonistes des récepteurs CB2 pourraient ralentir le processus de dégénérescence des nerfs moteurs et conserver la fonction motrice offrant ainsi un potentiel thérapeutique innovateur pour traiter la SLA.» (Source: Shoemaker JL, et al. J Neurochem 2007 Jan 4; [publication électronique avant impression])

***Science: tétrahydrocannabivarine (THCV)

La delta-8-tétrahydrocannabivarine (delta-8-THCV) et la delta-9-tétrahydrocannabivarine (delta-9-THCV) synthétiques ont joué le rôle d’antagoniste des effets du THC chez la souris. Cette recherche spécifique a été réalisée suite aux travaux précédents ayant révélé que la delta-9-THCV issue du cannabis naturel agissait comme antagoniste du récepteur CB1. (Source: Pertwee RG, et al. Br J Pharmacol 2007 Jan 22; [publication électronique avant impression])

***Science: cannabidiol

Des essais conduits sur divers tissus ont révélé que le cannabidiol (CBD) agit comme antagoniste des récepteurs CB1 et CB2. (Source: Thomas A, et al. Br J Pharmacol 2007 Jan 22; [publication électronique avant impression])

***Economie : GW Pharmaceuticals

Selon un article de l’agence de presse Reuters, des études chez l’homme sur un traitement expérimental contre l’obésité à base de cannabis sont prévues pour la deuxième moitié de l’année. L’information a été communiquée le 30 janvier 2007 par la société britannique GW Pharmaceuticals. Les éléments essentiels du traitement ne sont pas spécifiés dans l’article. Or en sachant que des études préalables ont révélé que les antagonistes synthétiques des récepteurs aux cannabinoïdes, tels que le rimonabant, ont un effet réducteur du poids, il est fort possible que les antagonistes naturels, comme la tétrahydrocannabivarine (THCV) ou le cannabidiol (CBD) soient intégrés dans le traitement. (Source: Reuters du 30 janvier 2007)

***Science: angoisses, dépressions et troubles bipolaires

L’Institut pour la psychiatrie Max Planck de Munich a mené une étude prospective pendant 10 ans avec 1395 participants âgés de 14 à 17 ans, révélant qu’au début la consommation de cannabis était associée à des crises d’angoisse, de dépression et de troubles bipolaires. (Source: Wittchen HU, et al. Drug Alcohol Depend 2007 Jan 24; [publication électronique avant impression])

***Science: anémie à cellules falciformes (maladie d’Herrick)

Les résultats d’un sondage mené en Jamaïque ont révélé que la fréquence de consommation de cannabis était élevée chez les personnes atteintes de la maladie d’Herrick, sans pour autant dévoiler un rapport entre la fréquence de consommation et la gravité de la maladie. (Source: Knight-Madden J, et al. West Indian Med J 2006;55(4):224-7.)

***Science: attaque cérébrale

Dans une étude expérimentale sur des animaux, l’administration de l’antagoniste synthétique qui se lie sélectivement au récepteur CB2 a pu être associée à une diminution de l’intensité de l’attaque et à un meilleur fonctionnement moteur dans le modèle animal de l’attaque cérébrale, comparée aux animaux non traités. (Source: Zhang M, et al. J Cereb Blood Flow Metab 2007 Jan 24; [publication électronique avant publication])

***Science: acide de THC

L’acide de THC est un précurseur du THC naturel. Il se transforme en TCH soit par la chaleur soit par un autre procédé. Or des chercheurs allemands viennent de découvrir des traces d’acide de THC dans le sang ou dans l’urine de consommateurs de cannabis. Ils en concluent que la transformation de l’acide de THC en THC n’est donc pas complète. Du fait que seul le THC provoque les effets caractéristiques attribués au cannabis pour pouvoir obtenir les effets escomptés, il est indispensable qu’un pourcentage élevé de transformation de l’acide de THC en THC soit atteint. (Source: Jung J, et al. J Mass Spectrom 2007 Jan 12; [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Pays-Bas: projet d’une pharmacie spécialisée dans le cannabis médical à Groningen

– Etats-Unis/Canada: extradition de Steve Kubby

IL Y A DEUX ANS

– Espagne: la Catalogne prévoit de rendre le cannabis disponible sur ordonnance dans le cadre d’une étude pilote

– Allemagne: étude clinique sur le cannabis et la maladie de Crohn

—————————————-
IACM-Bulletin du 9 mars 2007
—————————————-

 

* Science: le sativex efficace pour traiter la spasticité chez des patients SEP dans une étude clinique

* Etats-Unis: des militants pour le cannabis médical portent plainte contre le gouvernement fédéral

Science: le sativex efficace pour traiter la spasticité chez des patients SEP dans une étude clinique

Les résultats issus d’une étude clinique avec l’extrait de cannabis sativex chez des patients atteints de la sclérose en plaque viennent d’être publiés dans le European Journal of Neurology. Ces mêmes résultats avaient déjà été rendus publics sur le site Internet de GW Pharmaceuticals et dans les Bulletins de l’IACM. Le sativex contient du THC et du CBD en quantités égales. L’étude fait partie de la demande d’autorisation de mise sur le marché pour le sativex comme traitement de la spasticité dans la SEP. Elle a été déposée en septembre 2006 dans quatre pays européens.

Lors de cette étude, on a administré pendant six semaines soit le sativex (124 patients) soit un placebo (65 patients) à un total de 189 patients SEP souffrant de spasticité. Parallèlement, tous les participants ont poursuivi leur traitement médicamenteux initial. Les participants traités avec l’extrait de cannabis ont observé un effet réducteur de la spasticité plus significatif que les participants du groupe témoin. La valeur Ashworth (échelle clinique de spasticité) n’a pas été améliorée de manière notable, mais a tout de même révélé certains avantages en faveur du traitement actif, contrairement au placebo. 40 % des patients du groupe sativex ont rapporté une amélioration de plus de 30 % des symptômes. 8 personnes ont souhaité interrompre l’étude à cause des effets secondaires indésirables, dont six personnes du groupe sativex et 2 personnes du groupe témoin. Les chercheurs ont conclu que l’extrait de cannabis « pouvait représenter un nouveau moyen efficace pour obtenir une réduction symptomatique de la spasticité associée à la SEP».

Le résumé est disponible sur//www.cannabis-med.org/studies/study.php. Pour en savoir plus sur cette étude, veuillez vous rendre sur le site Internet de GW Pharmaceuticals (www.gwpharm.com). (Source: Collin C, Davies P, Mutiboko IK, Ratcliffe S, for the Sativex Spasticity in MS Study Group. Randomized controlled trial of cannabis-based medicine in spasticity caused by multiple sclerosis. Eur J Neurology 2007;14(3):290–296.)

Etats-Unis : des militants pour le cannabis médical portent plainte contre le gouvernement fédéral

Le 21 février, le groupe de militants Americans for Safe Access, se basant sur des résultats d’études avec du cannabis fumé dans le traitement des douleurs nerveuses associées au VIH, a déposé une plainte contre le gouvernement fédéral. L’objet de cette plainte est la déclaration du gouvernement selon laquelle le cannabis n’offrait pas d’utilité médicale suffisamment acceptable. L’étude menée à l’université de Californie de San Francisco a été publiée en février 2007. Les résultats ont démontré que l’utilisation du cannabis médical était bénéfique dans les cas cités ci-dessus. Les plaignants accusent le ministère fédéral de la santé de se comporter « de manière arbitraire et illégale» empêchant ainsi «l’accès à un médicament capable de procurer le soulagement nécessaire, voirepouvant sauver la vie, à des personnes gravement malades ou mourantes».

Le groupe de soutien, avec siège en Californie, veut qu’un juge oblige le ministère et la FDA (Food and Drug Administration) à arrêter la publication d’informations qui mettent en doute l’efficacité du cannabis dans le traitement de diverses maladies. «La position de la FDA sur le cannabis médical n’est pas correcte, ni honnête d’ailleurs, et, par-dessus tout, est une violation effrontée des lois qui exigent que le gouvernement doit fonder sa politique sur des connaissances scientifiques solides», a déclaré un porte-parole d’Americans for Safe Access. (Source: Associated Press du 21 février 2007)

Nouvelles en bref

***Science: maladie de Parkinson

D’après des chercheurs de l’université de Stanford (Etats-Unis), l’administration combinée d’agonistes des récepteurs dopamine-2 et de substances augmentant la concentration d’endocannabinoïdes a diminué efficacement les déficits moteurs dans le modèle animale de la maladie de Parkinson. Les chercheurs en ont conclu que les résultats laissent supposer «une approche en faveur du développement de substances thérapeutiques pour le traitement» de la maladie de Parkinson et des maladies similaires. (Source: Kreitzer AC, Malenka RC. Nature 2007;445(7128):643-7.)

***Economie : GW et Otsuka

GW Pharmaceuticals a annoncé le 14 février avoir accepté une alliance stratégique à long terme avec la société Otsuka Pharmaceutical. Leur relation commerciale avait commencé avec la signature d’une licence exclusive et l’accord pour le développement et la commercialisation du sativex® aux Etats-Unis. (Source: Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 14 février 2007, www.gwpharm.com)

***Science: Neuroprotection

Des études animales ont révélé que le THC permettait de développer une tolérance contre l’effet protecteur des nerfs du THC dans les troubles cérébraux et que le cannabidiol (CBD) ne le permettait pas. (Source: Hayakawa K, et al. Neuropharmacology, 20 février 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: Angoisses et dépressions

Dans une étude australienne, l’utilisation du cannabis avant l’âge de 15 ans a été associée à une augmentation du risque de développer des angoisses et des dépressions à l’âge de jeune adulte. Pour cette étude, les chercheurs ont accompagné 3239 personnes en commençant avant leur naissance et jusqu’à l’âge de 21 ans. (Source: Hayatbakhsh MR, et al. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 2007;46(3):408-417.)

***Science: odorat

Dans des essais sur animaux, des chercheurs de l’université de Göttingen (Allemagne) ont découvert que les cannabinoïdes influençaient des cellules situées dans le nez, responsables de la perception des odeurs. L’inhibition des récepteurs CB1 par les antagonistes des récepteurs aux cannabinoïdes a réduit la sensibilité olfactive, tandis que l’administration de cannabinoïdes l’a augmentée. Le directeur de l’étude, le Dr. Dirk Czesnik, a expliqué dans un article publiédans la presse qu’il y avait une raison à cela. Si une personne a faim, son taux d’endocannabinoïdes est augmenté dans le cerveau et la personne perçoit mieux les odeurs. «Plus le cannabis est efficace, plus la sensibilité olfactive est accrue.» (Source: Die Welt du 26 février 2007; Czesnik D, et al. Proc Natl Acad Sci U S A, 14. Februar 2007; [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: le cannabis et le THC efficaces dans le traitement de l’hypertension intracrânienne idiopathique

– Science: après une dernière prise, une consommation régulière de cannabis ne peut être dépistée pendant un temps très long,contrairement à ce que l’on croyait jusqu’à présent

IL Y A DEUX ANS

 

– Science: des cannabinoïdes réduisent la progression de la maladie d’Alzheimer chez les animaux

– Grande-Bretagne/Etats-Unis: GW Pharmaceuticals accélère son projet de mise sur le marché de Sativex aux Etats-Unis

 

—————————————-
IACM-Bulletin du 24 mars 2007
—————————————-

 

* USA: le Nouveau Mexique est le douzième état à légaliser l’usage médical du cannabis

* Science: le dronabinol est aussi efficace que l’ondansétron dans le traitement des nausées et des vomissements post-chimiothérapie cancéreuse

* USA: la Cour Fédérale renie les droits fondamentaux à l’usage du cannabis à des fins médicales

USA: le Nouveau Mexique est le douzième état à légaliser l’usage médical du cannabis.

Le 13 mars, la Chambre des Représentants de l’état du Nouveau-Mexique a adopté avec 36 voix contre 31 un projet de loi qui légalise l’usage du cannabis à des fins médicales. Le 14 mars, le Sénat, qui avait adopté ce même projet il y a quelques temps déjà, a accepté une légère modification, proposée par la Chambre des Représentants, qui interdit la distribution de cannabis à moins de 100 mètres (300 pieds) d’une église, d’une école ou d’un centre de soins.

Le projet de loi du Nouveau Mexique a été maintenant envoyé au gouverneur Bill Richardson qui avait déjà dit qu’il approuvait cette mesure. Ceci permettra aux patients de pouvoir alléger les symptômes de nombreuses maladies invalidantes, avec l’approbation du Département de Santé de l’Etat. A l’entrée en vigueur définitive de la loi, à compter du 1er octobre 2007, le Département sera tenu de mettre en place un système de distribution de cannabis médical pour les patients. Le Départemen devra attribuer des cartes d’indentification aux patients et aux soignants, mais aussi des licences aux producteurs pour qu’ils puissent cultiver du cannabis.

Le Gouverneur Richardson reconnaît dans un rapport : «Cette loi offrira un soulagement tant attendu aux Nouveaux Mexicains souffrant de maladies invalidantes tout en proposant des limites appropriées pour éviter l’abus». L’Alaska, l’Arizona, la Californie, le Colorado, Hawaï, le Maine, le Nevada, l’Oregon, Rhodes Island, le Vermont et l’Etat de Washington ont déjà légalisé l’usage médical du cannabis. (Source: New Mexican du 14 mars 2007,Associated Press du 15 mars 2007).

Science: le dronabinol est aussi efficace que l’ondansétron dans letraitement des nausées et des vomissements post-chimiothérapie cancéreuse

 

Dans une étude clinique de l’hôpital du Bethesda Mémorial à Boynton Beach, aux Etats-Unis, le dronabinol a été aussi efficace que l’ondansétron chez 61 patients pour réduire les nausées et les vomissements post-chimiothérapie cancéreuse. La combinaison de ces deux traitements ne s’est pas avérée plus puissante que chacun d’entre eux pris indépendamment.

Le premier jour, les patients ont reçu 20 mg de déxaméthasone par voie orale et 16 mg d’ondansétron par voie intraveineuse. Ils ont aussi reçu soit un placebo, soit 2,5 mg de dronabinol par voie orale, avant et après chaque chimiothérapie. Le deuxième jour, les médecins leur ont administré soit le placebo, soit des doses fixes à 10 mg de dronabinol, de 16 mg d’odansétron ou une thérapie combinée. Du troisième au cinquième jour, les patients ont reçu soit du placebo, soit des doses variables de 10 à 20 mg de dronabinol, de 8 à 16 mg d’odansétron soit une combinaison des deux.

Globalement, les réactions à cette étude ont été définies par des nausées d’une intensité inférieure à 5 sur une échelle «auto-déclarative», pas de nausées ni de vomissement et aucun besoin en traitements antiémétiques complémentaires. 64 patients ont participé à l’étude et les résultats de 61 d’entre eux ont pu être analysés. Les réactions ont été constatées de manière équivalente pour le dronabinol (54 %), l’odansétron (58 %), la thérapie combinée (47 %) versus le placebo (20 %). L’absence de nausées était proportionnellement supérieure dans les groupes ayant des traitements actifs, 71 % avec le dronabinol, 64 % avec l’odansétron et 53 % avec la thérapie combinée, versus 15 % avec le placebo. L’intensité des nausées et les vomissements était moins importante chez les patients traités avec du dronabinol. Tous les traitements actifs ont été bien tolérés.

On peut consulter le résumé de l’étude à l’adresse suivante: //www.cannabis-med.org/studies/study.php (Source: Meiri E, Jhangiani H, Vredenburgh JJ, Barbato LM, Carter FJ,Yang HM, Baranowski V. Efficacy of dronabinol alone and incombination with ondansetron versus ondansetron alone for delayed chemotherapy-induced nausea and vomiting. Curr Med Res Opin 2007;23(3):533-43.)

USA: la Cour Fédérale renie les droits fondamentaux à l’usage de médical à des fins médicales

Le 14 mars 2007, une Cour d’appel fédérale a conclu en jurisprudence qu’une femme Californienne, atteinte d’une tumeur neurologique inopérable, ne devrait pas recourir à l’usage du cannabis pour soulager ses douleurs, malgré qu’une loi Californienne l’y autorise. La Cour d’appel fédérale pense qu’il n’y a pas de droit fondamental à utiliser du cannabis à des fins médicales, dans cette affaire du «9ème district». Cette décision va dans le même sens que celle prise en 2005 par la Cour Suprême.

Le juge a exprimé de la sympathie pour quelques arguments développés par Angel Raich, la plaignante. La décision de la cour reconnaît que l’usage de cette drogue à des fins médicales est de plus en plus soutenu bien que la loi fédérale l’interdise toujours. Cette décision précise: «Nous reconnaissons avec Madame Raich, que la sagesse médicale et conventionnelle qui reconnaît l’usage de cannabis à des fins médicales crée de plus en plus de pression, y compris sur les lois. Pour l’instant, la loi fédérale est aveugle à cette sagesse d’un jour futur ou le droit d’utiliser de la marijuana pour diminuer des douleurs atroces sera reconnu comme fondamental». (Source: Reuters du 14 mars 2007)

Nouvelles en bref

***Royaume-Uni: lois sur les drogues

Un panel d’experts, la commission sur les drogues illégales, les communautés et les politiques publiques du RSA, ont lancé un appel pour une réforme des lois sur les drogues, du fait qu’elles ne sont pas basées sur des connaissances scientifiques. Dans un rapport de 335 pages, ils concluent que: «Le cannabis se situe en gros au centre de tout index mesurant les nuisances (…). Sa position, en terme de dommages et de risques, largement inférieure à celle de l’alcool et du tabac suggère donc que ce type de contrôle devrait tenir compte de la façon dont le tabac et l’alcool sont réglementés». Le rapport complet est disponible sur ce lien: //www.rsadrugscommission.org/ (Source: Rapport du RSA du 8 mars 2007)

***Science: douleurs

Lors d’essais sur l’animal, il a été constaté que le blocage de certaines protéines (cyclooxygénase), par l’indométhacine par exemple, augmente l’effet antidouleur d’un cannabinoïde synthétique (WIN55,212-2). L’indométhacine est fréquemment utilisée comme anti-inflammatoire. (Source: Ahn DK, et al. Pain du 22 février 2007) [publication électronique avant impression]

IL Y A UN AN

– Science/Grande-Bretagne: des résultats mitigés après une étude sur le sativex visant à traiter la spasticité de la sclérose en plaques

– Science: le THC réduit l’agitation nocturne chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer

– Science: la consommation régulière mais modérée de cannabis n’altère pas la mémoire ni l’attention.

IL Y A DEUX ANS

– Grande-Bretagne: enquête sur l’utilisation thérapeutique du cannabis

– Pays-Bas : comparaison entre le cannabis des coffee-shops et celui del’Agence pour le Cannabis Médical.

—————————————-
IACM-Bulletin du 20 avril  2007
—————————————-

* Italie: le gouvernement voudrait autoriser des médicaments à base de cannabis

* Science: une étude clinique a conclu que l’usage de cannabis ne modifie pas l’efficacité de deux traitements anti-cancéreux

CANNABINOIDS

Un nouvel article écrit par la Dr. Ester Fride, professeur à l’Ecole supérieure Judée et Samarie d’Ariel (Israël), intitulé «Le système des cannabinoïdes endogènes : un nouvel acteur de l’axe cerveau-intestin-graisse» vient d’être publié dans CANNABINOIDS, le magazine en ligne de l’IACM. Pour l’instant, cet article n’est disponible qu’en anglais. Les traductions vers les autres langues vont suivre prochainement. Pour l’instant, nous n’avons pas de traducteur pour les versions italiennes. Tout soutien est le bienvenu : //www.cannabis-med.org/english/journal/index.php

Italie: le gouvernement voudrait autoriser des médicaments à base de cannabis

Le Sénat italien devrait approuver « au plus tôtla nouvelle proposition de loi du gouvernement permettant de simplifier la prescription médicale de traitements analgésiques, et pas seulement ceux à base d’opiacés, mais aussi ceux contenant des dérivés de cannabis». Cette sollicitation de Livia Turco, ministre de la Santé, a été exprimée lors de la manifestation «Activités de rééducation: hier, aujourd’hui, demain», qui s’est déroulée le 22 mars à l’institut Leonarda Vacari à Rome.

Suite à une question d’Andréa Pellicia, neuropsychiatre à l’hôpital Saint Andréa de Rome, sur l’usage thérapeutique des dérivés de cannabis en anti-douleur, la ministre a répondu «vous n’employez pas les bons termes. Je pense que le traitement de la douleur sur certaines pathologies est une mesure de civilité pour notre pays. Je voudrais rappeler que l’usage des cannabinoides contre la douleur est justifié scientifiquement. Nous devrions donc pouvoir utiliser toutes les substances disponibles». (Source: DoctorNews du 23 mars 2007, //www.doctornews.it)

Science: une étude clinique a conclu que l’usage de cannabis ne modifie pas l’efficacité de deux traitements anti-cancéreux.

Une étude a été conduite pour savoir si l’usage d’infusions de cannabis pouvait modifier la pharmacocinétique et donc l’efficacité des traitements anti-cancer chez 24 patients de l’hôpital de Rotterdam aux Pays-Bas. Lors de cette étude, 12 patients ont reçu de l’irinotecan (600 mg) et 12 patients du docétaxel (180 mg). Trois semaines plus tard, les mêmes patients ont reçu les mêmes traitements ainsi que du cannabis (200 ml d’infusion avec 0,2 g de cannabis contenant 18 % de THC) pendant 15 jours consécutifs, en une dose chaque soir en commençant 12 jours avant le second traitement.

L’administration de cannabis médical n’a pas modifié de façon significative les concentrations des deux traitements anti-cancéreux (irinotecan et docétaxel). Les chercheurs ont conclu que «la variété ducannabis médical testée peut être prise avec ces deux traitements anti-cancer sans modification du dosage habituel». (Source: Engels FK, de Jong FA, Sparreboom A, Mathot RA, Loos WJ, Kitzen JJ, de Bruijn P, Verweij J, Mathijssen RH. Medicinal cannabis does not influence the clinical pharmacokinetics of irinotecan and docetaxel. Oncologist 2007;12(3):291-300.)

Nouvelles en bref

***USA: Nouveau-Mexique

Comme prévu, le sénateur Bill Richardson a signé le projet de loi sur le cannabis médical suite à quoi le Nouveau Mexique devient le 12ème état des Etats-Unis à avoir une loi sur le cannabis médical. «Cette loi va offrir le soulagement tant attendu par les Nouveaux Mexicains souffrant de maladies invalidantes», a déclaré M. Richardson lors de la cérémonie de signature le 2 avril 2007. (Source: Reuters du 2 avril 2007)

***USA :«Patients Out of Time»

Les premières vidéos des présentations exposées par des intervenants lors de la quatrième Conférence nationale sur le cannabis thérapeutique en clinique, qui s’est déroulée du 6 au 8 avril 2006, sont maintenant disponibles en ligne sur You Tube. D’autres présentations devront suivre. (Source: Patient Out of Time du 6 avril 2007).

***Science: cancer du poumon

Une étude dirigée par l’Agence de recherche sur le cancer en France a été conduite en Tunisie chez 149 patients atteints de cancer du poumon et 188 patients témoins. Il a été conclu que fumer du tabac présente un risque accru de 4 à 17 fois selon la quantité de tabac consommée. Fumer du cannabis présente un risque accru de 4 fois sans qu’il y ait de rapport de dose à effet. (Source: Voirin N, et al. J Thorac Oncol 2006;1(6):577-9.)

IL Y A UN AN

– Science: les cannabinoïdes diminuent les inflammations intestinalesdans le modèle animal

IL Y A DEUX ANS

– Science: des cannabinoïdes réduisent la progression de la maladie d’Alzheimer chez les animaux

 

—————————————-
IACM-Bulletin du 4 mai 2007
—————————————-

* International : pour des raisons politiques, la Commission des stupéfiants des Nations unies se prononce contre le reclassement du dronabinol (THC)

* Science: le THC favorise la prise de poids chez des personnes d’un certain âge souffrant de pertes d’appétit et de poids

* Science: selon une étude clinique, l’inhalation du cannabis est un moyen efficace pour assimiler le THC

* Science: le THC réduit l’évolution et la propagation du cancer du poumon dans un modèle animal

International : pour des raisons politiques, la Commission des stupéfiants des Nations unies se prononce contre le reclassement du dronabinol (THC)

Lors de la 50ème session de la Commission des stupéfiants (CND) des Nations unies, qui s’est déroulée du 12 au 16 mars 2007 à Vienne en Autriche, le projet de reclassement du dronabinol (THC), la principale substance active du cannabis, a été rejeté. Or, en 2006, le Comité européen de lutte anti-drogue (CELAD/ECDD) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/WHO) avait recommandé un reclassement de la classe II en classe III, moins restrictive, selon la Convention sur les substances psychotropes des Nations unies de 1971.

L’OMS avait constaté que la substance offrait un bénéfice thérapeutique mesuré et que son application médicale prendrait certainement de l’ampleur tenant compte des nombreuses recherches cliniques en cours. Elle estimait que l’inscription en classe III correspondait davantage aux caractéristiques de la substance que celle en classe II qui, bien qu’effective, était dépassée d’après les experts. L’OMS estimait que le risque d’abus du dronabinol était très faible. Or, dès le processus préliminaire de la session de la CND, plusieurs pays, dont en première ligne les Etats-Unis, se sont clairement prononcés contre ce reclassement. De plus, le service de contrôle des stupéfiants des Nations unies (INCB) s’est montré défavorable aux recommandations de l’OMS, d’abord dans son rapport annuel 2006, puis en session plénière de la CND. Selon l’INCB, il existerait des témoignages d’abus commis dans le pays, dans lequel le dronabinol était prescrit le plus, laissait sous-entendre les Etats-Unis. Or les USA n’avaient observé qu’un «niveau faible en termes de détournement et d’abus» dans une prise de position écrite et adressée à l’OMS sur le thème du dronabinol.

Seuls deux des quinze orateurs se sont prononcés pour le projet de reclassement. Parmi eux, plusieurs ont remis en question les bases scientifiques accompagnant la recommandation. Ce manque de soutien s’est avéré contradictoire au vu des réponses envoyées au cours des derniers mois à l’OMS. En effet, onze des treize pays représentés avaient signalé clairement qu’ils n’avaient pas d’objection contre le reclassement proposé. Seul le Canada est resté franc en motivant son refus. Son représentant a félicité l’OMS pour son «excellent conseil d’experts» dont il ne mettait pas en cause la valeur. Il a néanmoins tenu à signaler que, pour des réflexions autres, le gouvernement de son pays ne souhaitait pas soutenir le reclassement parce que celui-ci «pourrait diffuser un message confus concernant le risque lié à la consommation de cannabis».

Plus d’informations sur les discussions au sujet du dronabinol qui ont eu lieu lors de la session 2007 de la CND sont disponibles dans le rapport de l’International Drug Policy Consorium sur //www.idpc.info/docs/IDPC_Report_5.pdf (Source: Rapport de la session de la CND de mars 2007 rédigé par l’IDPC)

Science: le THC favorise la prise de poids chez des personnes d’un certain âge souffrant de pertes d’appétit et de poids

 

Selon des recherches conduites à l’université de Saint Louis aux Etats-Unis, le THC peut favoriser la prise de poids chez des personnes d’un certain âge souffrant d’anorexie (perte de l’appétit) et de perte de poids. Les chercheurs ont conduit une enquête rétrospective avec 28 participants d’âge moyen de 79,5 ans et à qui l’on a administré du THC pendant 12 semaines. Au début de l’enquête, le poids des participants était de 47,9 kg en moyenne. Sous administration de THC, 15 participants (53,5 %) ont pris du poids, dont 10 personnes au minimum 2,3 kg et 6 personnes au minimum 4,5 kg. Les participants qui ont perdu du poids pendant l’étude étaient généralement plus jeunes que ceux qui ont pris du poids (70,9 ans versus 90,8 ans). Les résultats de l’étude ont affiché une prise moyenne de poids de 1,4 kg. 11 participants ont perdu du poids. Parmi eux, 7 personnes sont décédées (64 %) versus 4 personnes (26 %) du groupe des personnes ayant pris du poids.

La version intégrale du résumé de l’étude est disponible sur //www.cannabis-med.org/studies/study.php (Source: Wilson MM, Philpot C, Morley JE. Anorexia of aging in long term care: is dronabinol an effective appetite stimulant? -a pilot study. J Nutr Health Aging 2007;11(2):195-8.)

Science: selon une étude clinique, l’inhalation du cannabis est un moyen efficace pour assimiler le THC

 

Dans une étude, menée par le Dr. Abrams et coll. de l’université de Californie, 18 volontaires en bonne santé ont reçu 3 variétés différentes de cannabis (avec des concentrations de THC de 1,7 %, de 3,4 % et de 6,8 %) au moyen de deux techniques distinctes: par inhalateur (Volcano, Storz & Bickel) et par cigarette de cannabis. La concentration maximale et la biodisponibilité du THC ont été similaires pour les deux techniques d’administration. La concentration de monoxyde de carbone a été inférieure pour l’administration par inhalateur. Les chercheurs ont conclu que l’«inhalation du cannabis représente une manière sûre et efficace d’administration du THC».

Selon une étude basée sur des informations récoltées sous forme d’entretiens sur Internet avec des consommateurs de cannabis conduite par des chercheurs de l’université de l’état de New York, l’utilisation de l’inhalateur, comparée à la méthode fumée du cannabis, est associée à une réduction des problèmes respiratoires. (Sources: Abrams DI, Vizoso HP, Shade SB, Jay C, Kelly ME, Benowitz NL. Vaporization as a smokeless cannabis delivery system: a pilot study. Clin Pharmacol Ther, 11. April 2007; [publication électronique avant impression]; Earleywine M, Barnwell SS. Decreased respiratory symptoms in cannabis users who vaporize. Harm Reduct J 2007;4:11.)

Science: le THC réduit l’évolution et la propagation du cancer du poumon dans un modèle animal

 

Dans un communiqué de presse, la Société américaine de recherche sur le cancer (AACR) a déclaré que des chercheurs de l’université de Harvard ont présenté une étude animale démontrant que le THC pourrait être bénéfique contre le cancer du poumon. Cette présentation a eu lieu lors du congrès annuel de la société qui s’est déroulé du 14 au 18 avril 2007 à Los Angeles.

Chez des souris traitées avec du THC pendant 3 semaines, la substance a freiné d’environ 50 % l’évolution de la tumeur en cas de carcinome pulmonaire normal et a significativement réduit l’activité cancéreuse. «L’intérêt de cette étude consiste à pouvoir démontrer comment une substance souvent mal utilisée peut, si elle est administrée intelligemment, ouvrir de nouvelles voies en terme de traitement contre le cancer du poumon», a déclaré le Dr. Anju Preet, l’un des chercheurs.

Le communiqué de presse de l’AACR est disponible sur //www.aacr.org/home/public–media/public-policy–legislative-affairs/press-releases–articles.aspx?d=744 (Source: communiqué de presse de l’AACR du 17 avril 2007)

Nouvelles en bref

***Canada: programme de cannabis médical

Actuellement, 1742 patients possèdent une autorisation délivrée par le Ministère de la Santé qui leur permet de posséder du cannabis séché en tant que médicament. Parmi eux, 1040 ont en plus une licence pour cultiver le cannabis eux-mêmes et 167 personnes sont autorisées à le cultiver pour des patients ayant une autorisation. Le ministère de la Santé achète le cannabis médical aux cultivateurs licenciés au prix de 328,75 dollars canadiens/kg (216 euros) pour le revendre ensuite aux patients pour environ 5000 dollars canadiens/kg. Selon une étude de l’Association Aids Canada, près d’un tiers des personnes atteintes du VIH/sida utilisent le cannabis à des fins médicales, mais seulement peu d’entre eux possèdent une autorisation officielle. (Sources: Canadian Press du 17 avril 2007; Belle-Isle L, Hathaway A., AIDS Care 2007;19(4):500-6.)

***Science: le cannabinor et les douleurs

Un communiqué de presse de la société Pharmos Corporation a révélé que le cannabinoïde synthétique cannabinor était efficace pour diminuer les douleurs postopératoires chez plus de 100 patients ayant subi une extraction de dent. Aucune différence n’a été observée concernant les effets secondaires liés à l’administration du placebo et de trois doses de cannabinor utilisées lors de l’étude (12,24 mg et 36 mg par voie intraveineuse). Le cannabinor est un antagoniste sélectif du récepteur CB2. La substance ne se lie pas au récepteur CB1 et, par conséquent, ne provoque pas d’effet secondaire psychique. (Source: communiqué de presse de Pharmos du 24 avril 2007)

***Science: rapports sexuels

D‘après des entretiens conduits par des scientifiques de l’université de Liverpool avec 270 personnes âgées entre 18 et 66 ans, les personnes interrogées ont déclaré que, comparés aux rapports sexuels après avoir consommé de l’alcool, ceux après avoir consommé du cannabis, de la cocaïne ou des ecstasy procuraient plus de plaisir, plus de satisfaction, plus de sensibilité au contact avec le partenaire et une plus grande volonté d’expérimentation. (Source: Sumnall H, et al. J Psychopharmacol, du 19 Avril 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: fonction cardiaque

Selon des recherches sur des souris, l’absence de la protéine qui dégrade l’endocannabinoïde anandamide résulte en un retardement du processus de vieillissement cardiovasculaire et de l’artériosclérose. Une concentration plus élevée de l’endocannabinoïde a eu pour conséquence la réduction de l’activité inflammatoire et du stress oxydatif. (Source: Batkai S, et al. Am J Physiol Heart Circ Physiol, du 13 avril 2007; [publication électronique avant impression])

***Italie: Symposium

Un symposium est organisé les 3 et 4 mai 2007 sur le thème «Canapa medica: le prospettive per i malati» (cannabis médical : les perspectives pour les malades). La manifestation va se dérouler à l’université de Pise. (Source: Associazione Cannabis Therapeutica, www.medicalcannabis.it)

IL Y A UN AN

– Etats-Unis : la FDA enregistre une perte de crédibilité suite àsa prise de position dénigrant les propriétés médicales du cannabis

– Allemagne: aucune relation entre poursuites judiciaires et niveau de consommation de cannabis

IL Y A DEUX ANS

– Canada/Grande-Bretagne: le sativex obtient l’autorisation au Canada pour le traitement des neuropathies de la sclérose en plaque

– Science: le THC efficace contre la perte pondérale et de l’appétit dans les bronchopneumopthies sévères (BPOC)

– Science: les inhalateurs de THC offrent une délivrance sûre et rapide

—————————————-
IACM-Bulletin du 6 juin 2007
—————————————-

* Science: fumer des cigarettes de cannabis augmente les problèmes respiratoires chez les fumeurs de tabac

* IACM : à la mémoire du Dr. Tod Mikuriya

Science: fumer des cigarettes de cannabis augmente les problèmes respiratoires chez les fumeurs de tabac

Selon une étude, présentée le 22 mai lors du Congrès international de la Société américaine du Thorax, fumer du cannabis augmente les problèmes respiratoires chez les fumeurs souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

L’étude, conduite auprès de personnes âgées de 40 ans et plus, a révélé que les fumeurs de tabac présentent un risque de développement d’une BPCO 2,5 fois supérieur à celui des non fumeurs et que ce même risque est 3,5 fois plus élevé chez les fumeurs qui associent le cannabis et le tabac. En d’autres termes, chez les fumeurs qui, en plus des cigarettes, consomment aussi du cannabis, le risque de développer une BPCO s’accroît d’un tiers, d’après les explications du Dr. Wan Tan de l’hôpital Saint-Paul de Vancouver (Canada).

La probabilité de contracter un problème respiratoire, tous symptômes confondus, est 2,4 fois plus grande chez les fumeurs de tabac que chez les non fumeurs, atteignant jusqu’à 18 fois chez les fumeurs de tabac et de cannabis.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : //www.eurekalert.org/pub_releases/2007-05/ats-mwc051407.php (Source: communiqué de presse de la Société américaine du Thorax du 21 mai 2007)

IACM : à la mémoire du Dr. Tod Mikuriya

Le Dr. Tod Mikuriya s’est éteint le 21 mai dans sa maison à Berkeley en Californie. Il avait 73 ans, était psychiatre et connu notamment pour son soutien à l’utilisation du cannabis médical. Sa participation active lors de l’élaboration de la Proposition 215 de la Loi sur le cannabis médical en Californie, en 1996, a contribué à la légalisation de la culture et l’utilisation du cannabis à des fins médicales pour les patients ayant obtenu une recommandation spéciale par un médecin. Il siégeait aussi au comité consultatif de l’IACM.

Le Dr. Mikuriya est né en 1933 en Pennsylvanie, d’une mère originaire d’Allemagne et d’un père samouraï originaire du Japon. Après avoir terminé ses études en médecine à l’université Tempel, il a suivi un cursus en psychiatrie à l’hôpital général Pacifique du Sud de San Francisco. Il a dirigé le centre de soins pour toxicomanes à l’Institut de neuropsychiatrie du New Jersey. Dans les années 60, il a conduit des recherches sur l’utilisation abusive de narcotiques et de drogues à l’Institut national pour la santé mentale (aujourd’hui rebaptisée Institut national sur l’usage de stupéfiants).

Pour plus d’informations sur le Dr. Mikuriya, rendez-vous sur //www.counterpunch.org/gardner05242007.html Sources: San Francisco Chronicle du 22 mai 2007, Société nationale pour la Santé publique du 21 mai 2007)

Nouvelles en bref

***Science: douleurs

Une action synergétique du THC et de la morphine a été observée dans le modèle animal (souris) de l’arthrite. D’après les chercheurs, cette découverte pourrait avoir son importance dans le traitement des douleurs chroniques. (Source: Cox ML, et al. Eur J Pharmacol, 20 avril 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: sensibilisation par le THC

Des indications récentes soutiennent le modèle de dépendance «incentive-sensitization» (incitation-sensibilisation) dans lequel une stimulation répétée du système de récompense situé dans le cerveau conduit à une sensibilisation à long terme de celui-ci incitant ainsi à continuer de consommer de la drogue. Ce phénomène a été démontré pour de nombreuses drogues différentes. Cette étude, conduite avec des souris, a eu pour objet d’étudier les effets d’un traitement intermittent répété (tous les 3 à 4 jours) avec du THC ou de la méthamphétamine. Plus tard, la même étude a été répétée avec des rats. Les chercheurs ont découvert que la méthamphétamine provoque une sensibilisation forte et résistante, dépendante de la dose, ce qui n’a pas été le cas pour THC.

(Source: Varvel SA, et al. Psychopharmacology (Berl), 12 mai 2007) [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: une association de THC et de prochlorpérazine se montre efficace dans la diminution des nausées et vomissements chez la femme après chirurgie du sein

– Science: une étude d’envergure démontre l’absence de relation entre le cancer du poumon et le cannabis fumé

– Science: le cannabidiol diminue l’évolution du diabète dans une étude menée sur des animaux

– Economie: la nabilone à nouveau disponible aux Etats-Unis

IL Y A DEUX ANS

– Science: le THC aide à réduire les nausées post chimiothérapie cancéreuse

– Grande-Bretagne/Science: étude sur trois ans destinée à observer les effets thérapeutiques du THC dans la sclérose en plaques

—————————————-
IACM-Bulletin du 13 juin 2007
—————————————-

Le programme de la IVe Conférence sur les cannabinoïdes en médecine, qui va se dérouler les 5 et 6 octobre 2007 à Cologne, est désormais disponible sur : //www.iacm-conference2007.org

* Science: le THC améliore l’appétit et la prise de poids chez les patients atteints du sida

* Science: une pommade à base de THC réduit la réaction allergique de la peau chez les souris

Science: le THC améliore l’appétit et la prise de poids chez les patients atteints du sida

 

Des scientifiques du Centre d’immunologie d’Orlando en Floride ont étudié les effets à long terme du THC (dronabinol) chez 117 patients atteints du HIV/sida qui souffrent de perte de poids. Les personnes incluses dans l’analyse rétrospective ont reçu du dronabinol pendant une période entre 3 et 12 mois. Globalement, le THC a eu un effet bénéfique sur l’appétit ainsi que la prise de poids, et a réduit les nausées.

Parmi les participants, 63 % des patients ont su maintenir leur poids, voire même l’augmenter. Les patients à qui l’on a administré du THC pendant 12 mois ont augmenté leur poids d’environ 1,7 kg. Le pourcentage des patients souffrant de perte d’appétit a chuté considérablement (de 71 à 26 %) au cours du premier mois de traitement. Cette baisse s’est ensuite poursuivie tout au long de l’étude. Le pourcentage des patients atteints de nausées (38 %) a baissé de manière continue à partir de la deuxième semaine de traitement. (Source: Dejesus E, Rodwick BM, Bowers D, Cohen CJ, Pearce D. Use of dronabinol improves appetite and reverses weight loss in HIV/AIDS-infected patients. J Int Assoc Physicians AIDS Care 2007;6(2):95-100.)

Science: une pommade à base de THC réduit la réaction allergique de la peau chez les souris

Selon des études animales, conduites par des chercheurs de l’université de Bonne en Allemagne, l’application locale de THC – sous forme d’une pommade – calme les réactions allergiques de la peau. Les résultats de cette étude ont été publiés le 8 juin dans le magazine Science. Leschercheurs ont démontré que les endocannabinoïdes jouent un rôle important dans la régulation du processus inflammatoires. Lors des tests réalisés sur des souris rendues allergiques à des allergènes spécifiques, une augmentation du taux d’endocannabioïdes a diminué la réaction inflammatoire de la peau tandis que l’absence de récepteurs aux cannabinoïdes a augmenté cette réaction.

En cas de début d’inflammation, les endocannabinoïdes agissent de la même manière qu’un conducteur qui appuie sur le frein. Ils protègent l’organisme de vouloir agir « trop bien » prévenant ainsi le risque de perdre le contrôle sur la réaction immunitaire. Cette découverte est en accord avec l’observation selon laquelle le taux d’endocannabinoïdes a augmenté dès l’apparition de l’infection chez les souris. Par contre si la peau a été traitée avec la pommade à base de THC soit peu avant soit peu après l’administration de l’allergène, celle-ci a considérablement moins enflé que sans traitement. En outre, il est fort probable que les pommades à base de THC ne provoquent pas d’effet euphorisant.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur (en anglais): //www.sciencedaily.com/releases/2007/06/070607171120.htm (en allemand): //www1.uni-bonn.de/pressDB/jsp/pressemitteilungsliste.jsp (Source: communiqué de presse de l’université de Bonne du 7 juin 2007, Science Daily du 7 juin 2007)

Nouvelles en bref

***Italie: la prescription de THC et de nabilone est désormais autorisée

Grâce au décret signé par Mme Livia Turco, Ministre italien de la Santé, publié le 28 avril 2007, l’utilisation du THC (dronabinol) et de son dérivé (nabilone) à des fins médicales est désormais autorisée par la loi. Le vote du Parlement n’étant pas nécessaire, la légalisation de la prescription médicale de ces substances entre donc en vigueur immédiatement. (Source: Associazione per la Cannabis Terapeutica (ACT) du 2 mai 2007)

 ***Etats-Unis: Connecticut

Le 1er juin, le Sénat de l’état du Connecticut à adopté avec 23 voix contre 13 un projet de loi visant à légaliser l’utilisation médicale du cannabis. Le projet avait déjà été adopté le 23 mai dernier par la Chambre des représentants. Or il est encore incertain si Mme Jodi Rell, Gouverneure de l’état du Connecticut, va oui ou non signer le projet de loi. Elle avait en effet expliqué précédemment que ses sentiments à ce sujet restaient partagés. (Source: Associated Press du 1 juin 2007)

***Etats-Unis: Vermont

La loi sur le cannabis médical de l’état de Vermont vient d’être élargie. Jusqu’à présent, seules les personnes atteintes d’une maladie potentiellement mortelle étaient autorisées à consommer la drogue à des fins médicales sans devoir craindre une éventuelle arrestation. Désormais, des personnes atteintes d’une maladie chronique grave peuvent également bénéficier de la nouvelle loi élargie. (Source: Associated Press du 1 juin 2007)

***Science: épilepsie

Une étude animale a démontré qu’une augmentation du taux d’anandamides protège des attaques provoquées par un poison du système nerveux. L’anandamide est un endocannabinoïde qui se lie aux récepteurs CB1 et CB2. (Source: Karanian DA, et al. J Pharmacol Exp Ther, 1er juin 2007; [version électronique avant impression])

***Science: lésion du cervelet

Dans le modèle animal (souris) du dysfonctionnement du cervelet, le THC s’est montré bénéfique pour traiter ce trouble qui conduit à des dysfonctionnements moteurs. Suite à l’administration de THC aux rongeurs, les chercheurs ont observé une amélioration du déficit de la coordination motrice, de l’équilibre et du tonus musculaire. Ils en ont conclu que les cannabinoïdes « désignent un nouveau domaine de recherche pour le traitement de l’ataxie cérébelleuse chez l’homme». (Source: Lorivel T, Hilber P. Behav Brain Res, 24 avril 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: vomissements

Le poison émis par une certaine bactérie (Staphylococcus aureus) provoque des vomissements pouvant être calmés par l’activation des récepteurs CB1. C’est ce que des chercheurs japonais viennent de démontrer à partir d’études conduites sur des animaux. Le poison de cette bactérie est la première cause d’intoxication alimentaire chez l’homme dans le monde entier. Pour calmer le symptôme, les cannabinoïdes se sont montrés efficaces par leurs effets d’antagonisme du récepteur de la sérotonine 5-HT3 et d’activation des récepteurs CB1. (Source: Hu DL, et al. Cell Microbiol, 21 mai 2007; [publication électronique avant impression])

 ***Science: poids

Un groupe de 451 personnes en surpoids, ayant suivi un régime alimentaire allégé en matières grasses pendant six semaines, a été testé par rapport aux variantes génétiques du récepteur CB1 et de l’enzyme FAAH qui favorise la dégradation de l’anandamide. Les participants chez qui une certaine mutation du gène FAAH (variante P129T) a été observée, ont présenté une réduction bien plus significative du taux de graisse dans le sang (triglycéride et cholestérol), comparés aux participants chez qui le gène FAAH a été considéré comme étant «normal». Les scientifiques proposent qu’une «régulation vers le bas du tonus des endocannabinoïdes était susceptible d’avoir influencé les résultats». (Source: Aberle J, et al. Horm Metab Res 2007;39(5):395-7.)

***Science: grossesse

Des études sur modèles animaux ont révélé que les endocannabinoïdes guident les cellules cérébrales lors du développement foetal afin que celles-ci établissent correctement les connexions. Cela pourrait être la cause de certains effets négatifs sur le développement du cerveau dans le cas où la future mère consomme du cannabis. (Source: Berghuis P, et al. Science 2007;316(5828):1212-6.)

IL Y A UN AN

– Science: une étude pilote montre que le THC réduit les douleurs chroniques du «syndrome fibromyalgique»

– Science: des études cliniques animales indiquent que le cannabidiol inhibe le développement tumoral dans la leucémie et le cancer du sein

IL Y A DEUX ANS

– Etats-Unis : la cour suprême déclare légales les poursuites à l’encontre des consommateurs de cannabis médical par les autorités fédérales

– Grande-Bretagne: GW Pharmaceuticals doit attendre l’autorisation de mise sur le marché du sativex au Royaume-Uni

 

—————————————-
IACM-Bulletin du 29 juin 2007
—————————————-

L’Assemblée générale de l’IACM se déroulera le 5 octobre 2007, lors de la Conférence sur l’usage des cannabinoïdes en médecine. A l’ordre du jour figurera, entre autres, l’élection d’un nouveau Comité directeur et d’un nouveau Président. Tous les membres de l’IACM sont invités à soumettre des propositions de candidature à l’adresse e-mail suivante: info@cannabis-med.org. Toutes les propositions de candidature doivent être motivées.

* Allemagne: l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux autorise l’utilisation de cannabis médical à titre exceptionnel

* Canada: selon un communiqué, un extrait de cannabis remplirait les conditions pour obtenir l’autorisation d’utilisation pour traiter des douleurs liées au cancer

* Suisse: des patients souffrant de sclérose latérale amyotrophique (S.LA.) sont pas autorisés à poursuivre leur traitement à base de THC une fois l’étude clinique terminée

Allemagne: l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux autorise l’utilisation de cannabis médical à titre exceptionnel

 

Dans un courrier de juin 2007, l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux (BfArM, Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte), une institution sous l’autorité du ministère fédéral de la Santé, a accordé une autorisation exceptionnelle d’administration de cannabis médical pour certains patients. D’après les documents médicaux fournis, il a été décidé « de plaider en faveur de l’utilisation médical de cannabis du point de vue clinique, d’une part parce que les traitements à base de médicaments disponibles sur le marché ne se sont pas montrés suffisamment efficaces et, d’autre part, parce qu’aucun autre traitement autorisé et disponible à ce jour présente un effet au moins égal à celui du cannabis pour réduire les souffrances des patients ».

L’Institut propose aux patients d’utiliser un extrait de cannabis préparé spécialement par une pharmacie allemande de leur choix. A ce jour, le prix de cet extrait n’est pas encore connu ni d’ailleurs si oui ou non les caisses d’assurance maladie prendront en charge les frais liés au traitement. L’Institut a demandé aux postulants d’abandonner l’idée d’importer du cannabis médical des Pays-Bas et d’accepter la solution qu’il propose, autrement, il n’écarterait pas la possibilité d’un refus de l’autorisation attribuée à titre exceptionnel. Cependant, la société néerlandaise Bedrocan propose un médicament avec des teneurs en THC et en CBD standardisé alors que l’Institut maintient sa proposition au risque d’administrer les principes actifs à un dosage « ignoré, voire fortement variable ». (Source: Courrier du BfArM adressé aux demandeurs pour une autorisation exceptionnelle d’utilisation médicale de cannabis)

Canada: selon un communiqué, un extrait de cannabis remplirait les conditions pour obtenir l’autorisation d’utilisation pour traiter des douleurs liées au cancer

Selon un communiqué, rédigé conjointement par GW Pharmaceuticals et Bayer Healthcare, le ministère de la Santé canadien aurait délivré une information sur une prochaine autorisation pour l’utilisation de l’extrait de cannabis sativex dans le traitement des douleurs liées au cancer. Le sativex est déjà autorisé et disponible sur le marché pour calmer les douleurs neuropathiques dans la sclérose en plaques.

D’après eux, l’indication médicale concernera « en plus, le traitement analgésique de patients adultes souffrant de douleurs de niveau moyen à fort après administration de doses maximales d’opiacés pour traiter les douleurs résistantes ». Le sativex a été développé par la société britannique GW Pharmaceuticals et est commercialisé au Canada exclusivement par les laboratoires Bayer. Ce communiqué dit « qualifiant » confirme que le sativex remplit les conditions requises pour obtenir l’avis favorable. L’autorisation définitive du sativex pour cette indication est attendue dans les 60 jours.

En Europe, GW a terminé avec succès une étude en phase III avec 177 patients souffrant de douleurs liées au cancer. Cette étude, conduite en double aveugle contrôlée par placebo, s’est déroulée dans plusieurs centres de recherche médicale. Les participants, atteints d’un cancer avancé, souffraient de douleurs ne répondant pas de manière efficace aux opiacés, dont la morphine, administrés à des doses maximales autorisées. (Source: Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 19 juin 2007)

Suisse: des patients souffrant de sclérose latérale amyotrophique (S.L.A.) ne sont pas autorisés à poursuivre leur traitement à base de THC une fois l’étude clinique terminée

Dans un hôpital de Saint-Gall, une étude clinique est conduite jusqu’à l’été 2007, sur l’utilisation du dronabinol chez des patients atteints d’une SLA. Le Dr. Markus Weber, directeur des recherches, a constaté que ce traitement est efficace chez les patients souffrant de ce type de pathologie dégénérative du système nerveux central. Or, malgré ces constats positifs, les patients ne seront pas autorisés à poursuivre le traitement une fois que l’étude sera terminée.

Le Dr. Weber craint le retour des crampes musculaires chez les patients si ces derniers seront privés du traitement à base de THC. D’après lui, de nombreux patients lui ont déjà demandé l’autorisation de poursuivre le traitement, et cela même au risque d’agir dans l’illégalité, autant du côté du médecin que celui du patient. Le cannabis médical n’est pas légalisé en Suisse. De plus, les coûts élevés d’une thérapie à base de THC synthétique ne pourront être supportés que par très peu de patients. Le Dr. Markus Weber n’est pas le seul médecin qui se demande pourquoi l’utilisation du cannabis à des fins médicales n’est pas encore autorisée, tandis que les opiacés le sont bien qu’ils représentent des narcotiques beaucoup plus puissants. Le Dr.Thomas Cerny, professeur en oncologie à l’hôpital de Saint-Gall, considère cette affaire comme une « simple absurdité politique ».

Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.tagblatt.ch/index.php?artikelxml=1334614 (Source: St. Galler Tagblatt du 2 Mai 2007)

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: rimonabant

Les pilules pour maigrir Acomplia (rimonabant) ne devraient pas être autorisés aux Etats-Unis, selon une décision prise par un comité de conseil, du fait que Sanofi-Aventis n’aurait pas suffisamment prouvé que les bienfaits prévalaient aux méfaits (idées suicidaires) chez des patients consommant ce médicament. En effet, le 13 juin dernier, Sanofi n’avait obtenu aucune voix en faveur de l’antagoniste du récepteur aux cannabinoïdes de la part du comité de conseil externe à la FDA (Food and Drug Administration). Ce dernier a statué que les données fournies par la société n’étaient pas suffisantes sur le plan de la sécurité sanitaire et que la perte de poids lors d’étude liniques ne justifiait pas suffisamment le risque d’effets secondaires psychologiques ou neurologiques sévères. (Source: www.bloomberg.com)

***Etats-Unis: Connecticut

Après une lutte acharnée, décrite comme étant l’une des décisions les plus difficiles à prendre au cours de ses 3 années de mandat comme gouverneur, Madame Jodi Rell a déposé son veto le 20 juin contre le projet de loi qui aurait autorisé l’utilisation du cannabis médical pour traiter certaines maladies. Dans un communiqué de presse, Madame Rell a déclaré : « J’éprouve une forte sympathie pour la volonté de vouloir calmer des douleurs et des souffrances, mais il convient de considérer d’abord les alternatives déjà disponibles « . (Source : New York Times du 20 juin 2007)

***Science: inflammation des voies respiratoires

Une étude conduite avec des cellules humaines des muqueuses des bronches a révélé que le cannabinoïde synthétique (CP55,940) réduit la concentration de certaines molécules (cytokines) responsables du processus inflammatoire. Les chercheurs de l’université de Groningen (Pays-Bas) ont conclu que les cannabinoïdes offraient des propriétés anti-inflammatoires au niveau des voies respiratoires du fait qu’ils agissent positivement sur le processus de libération des cytokines. (Source: Gkoumassi E, Br J Pharmacol, du 11 juin 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: douleurs du nerf trigéminal

Dans le modèle animal sur les rats des douleurs neuropathiques du nerf trigéminal, le cannabinoïde synthétique (WIN 55,212-2) offrait un effet calmant. La réduction des douleurs a été provoquée par l’activation des récepteurs CB1. (Source: Liang YC, et al. Neuropharmacology, du 13 mai 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: pilosité

Une étude vient de révéler que le THC inhibe la croissance des follicules pileux chez l’être humain. Cet effet est transmis par les récepteurs CB1. Les chercheurs ont conclu que les agonistes des récepteurs CB1  » pourraient ainsi contribuer à traiter la croissance non désirée des cheveux et poils, tandis que les antagonistes CB1 pourraient agir contre la perte involontaire de ceux-ci ». (Source: Telek A, et al. FASEB J, du 12 juin 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: schizophrénie

Des études antérieures conduites par des chercheurs de l’université de Cologne en Allemagne avaient démontré que les patients schizophrènes non traités présentaient une concentration plus élevée d’anandamides dans le liquide cérébral. Or, des études plus récentes viennent de révéler que ce taux n’est pas augmenté chez les patients non traités, ayant consommé du cannabis, chez qui la schizophrénie vient d’être diagnostiquée. (Source: Leweke FM, et al. Schizophr Res, du 11 juin 2007 [publication électronique avant impression])

***Allemagne: delta 9 Pharma

L’une des deux sociétés qui prépare du dronabinol à des fins médicales en Allemagne a été rebaptisée le 15 juin dernier. Delta 9 Pharma, une filière de la société phytopharmaceutique Bionorica, s’appelle désormais Bionorica Ethics. (Source: www.bionorica-ethics.de)

IL Y A UN AN

– Allemagne: l’opinion publique est majoritairement favorable à l’utilisation médicale du cannabis

– Science: les meilleurs spécialistes de la douleur considèrent les cannabinoïdes comme très prometteurs parmi l’ensemble des molécules actives sur les douleurs neuropathiques

– Etats-Unis : la société américaine de la sclérose en plaques finance une étude menée par l’université de Californie sur le cannabis et le THC comme traitement de la SEP

– Science: la consommation de cannabis n’augmente pas le risque de blessures corporelles accidentelles

IL Y A DEUX ANS

– Canada: le sativex disponible à présent en pharmacie

– Science: un groupe international étudie l’efficacité du cannabis sur la migraine et les rhumatoïdes

– Etats-Unis : des agents fédéraux ont perquisitionné un dispensaire de cannabis médical à San Francisco

– Canada/Etats-Unis: audience du tribunal pour Renee Boje en septembre

—————————————-
IACM-Bulletin du 19 juillet 2007
—————————————-

* Science: chez les séropositifs VIH et les malades du sida, le cannabis et le THC provoqueraient une assimilation accrue de calories et donc une prise de poids

Science: chez les séropositifs VIH et les malades du sida, lecannabis et le THC provoqueraient une assimilation accrue de calories et donc une prise de poids

Suite à une étude clinique du New York State Psychiatric Institute, sur dix patients séropositifs VIH, usagers de cannabis et de THC (dronabinol), les auteurs de l’étude ont conclu qu’il y aurait une relation de cause à effet entre la dose de cannabis ou de THC par voie orale et une augmentation de l’absorption de calories et la prise de poids. Tous les patients ont participé aux deux phases de l’essai, chacune de 16 jours, à l’institut même. Ils ont reçu des capsules de THC (de 5 et 10 mg de substance active) par voie orale et des cigarettes de cannabis (dosées à 2 et 3,9 % de THC) quatre fois par jour pendant quatre jours, avec chaque jour seulement une substance active. Les phases actives en terme de traitement étaient entrecoupées par des phases de quatre jours avec l’administration d’un placebo. Les performances cognitives ont été mesurées grâce à une système de traitement de l’information afin d’analyser les divers aspects de l’apprentissage, de la mémoire, de la vigilance et des aptitudes psychomotrices.

Comparés au placebo, le cannabis et le THC ont eu un effet positif dépendant de la dose administrée. L’absorption de calories a notamment augmenté à cause d’un plus grand nombre d’occasions de manger. La prise de poids sur quatre jours a été plus prononcée chez les patients ayant absorbé la variété de cannabis à teneur élevée en THC (quatre fois 3,9 % de THC) et une dose plus élevée de THC par voie orale (quatre fois de 10mg de THC) avec pour résultat, une prise de poids de 1,2 kg avec le THC, et de 1,1 kg avec le cannabis. A l’exception des prises de faible dosage de THC (5 mg), le THC et le cannabis ont produit des effets psychotropes. Ces effets ont été vécus et décrits positivement, avec quelques indications de sentiment d’inconfort et sans altération des performances cognitives. Les effets des cigarettes de cannabis et du THC par voie orale ont été similaires, et les cigarettes de cannabis dosées à 3,9 % de THC ont amélioré en plus la qualité du sommeil. Les chercheurs ont conclu que les deux galéniques, le THC oral et le cannabis fumé « semblent aussi bien être tolérés et produisent une augmentation substantielle et comparable dans la prise de nourriture ». (Source: Haney M, Gunderson EW, Rabkin J, Hart CL, Vosburg SK, Comer SD, Foltin RW. Dronabinol and marijuana in HIV-positive marijuana smokers: caloric intake, mood, and sleep. J Acquir Immune Defic Syndr, du 21 juin 2007 [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: Rhode Island

Les législateurs de Rhode Island ont voté le 21 juin pour rendre permanente la loi sur le cannabis médical. La Chambre des représentants et le Sénat ont facilement rassemblé les trois cinquièmes des votes nécessaires pour pouvoir contrer le veto du gouverneur Don Garcieri. Ce programme qui, autrement, aurait expiré au 30 juin, autorise les patients atteints de cancer, de sida et d’autres pathologies invalidantes de posséder jusqu’à 12 plants et environ 70 grammes (2,5 onces) de cannabis consommable afin de soulager leurs symptômes. (Source: Associated Press du 21 juin 2007)

***Etats-Unis : Nouveau Mexique

Dans l’état du Nouveau Mexique, le programme sur le cannabis médical est en vigueur depuis le 1er juillet. Les patients ayant obtenu une autorisation spécifique, peuvent détenir jusqu’à 170 grammes (7 onces), quatre plants à maturité et trois jeunes plants de cannabis, ce qui, selon le ministère de la Santé, devrait suffire pour trois mois de traitement. La loi impose aussi à l’Etat de superviser la mise en place d’un système de production et de distribution de la drogue. Le département de Santé de l’Etat doit publier avant le 1er octobre de cette année la procédure choisie pour les producteurs de cannabis médical afin de pouvoir obtenir une licence, pour garantir la sécurité des lieux de stockage dans à l’intérieur de l’Etat et détailler le développement d’un système de distribution. Des problèmes pourraient alors surgir puisque la loi fédérale n’autorise ni la production ni la distribution de cannabis. (Source: Associated Press du 30 juin 2007)

***Science: douleurs

Par une combinaison de faibles doses de morphine et de THC, il serait possible de prévenir le mécanisme de tolérance à ces substances, d’après une étude animale (rats). (Source: Smith PA, et al. Eur J Pharmacol, du 12 juin 2007 [publication électronique avant impression]).

***Science: Cancer

Des chercheurs anglais ont démontré que le THC induit l’apoptose (mort programmée des cellules) de cellules cancéreuses dans la tumeur du colon. Ils ont conclu que l’utilisation de THC pourrait représenter une nouvelle stratégie thérapeutique du cancer du colon. (Source: Greenhough A, et al. Int J Cancer, du 21 juin 2007 [publication électronique avant impression]).

***Canada: cannabis médical

Le ministère de la Santé du Canada a contacté des médecins qui prescrivent, avec l’accord du gouvernement, du cannabis à des fins médicales à leurs patients les avisant de maintenir les doses à un niveau faible. L’agence de presse Canadian Press a cité le cas d’un patient atteint d’une arthrite sévère et qui, avec l’accord de son médecin, vient de déposer auprès du ministère une demande d’augmentation du dosage quotidien allant jusqu’à 10 grammes de substance. Un représentant du programme de cannabis a appelé le médecin du patient en question en lui expliquant qu’un traitement dosé à moins de 5 grammes était suffisant pour la plupart des patients. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : //www.940news.com/nouvelles.php?cat=23&id=61602 (Source : Canadian Press du 19 juin 2007)

IL Y A UN AN

– Science: une étude clinique pilote teste les effets du THC sur les tumeurs cérébrales

– Allemagne: l’Institut Fédéral des Médicaments exige des patients candidats pour une utilisation thérapeutique du cannabis des conditions complètement irréalistes

 

IL Y A DEUX ANS

 

– Science: fumer du cannabis ne provoque pas de cancer selon une étude de cas contrôlés

– Science: nouvelles à la conférence ICRS 2005

– Etats-Unis : Rhode Island va probablement légaliser l’utilisation médicale du cannabis malgré un veto du gouverneur

—————————————-
IACM-Bulletin du 26 juillet 2007
—————————————-

* Science: le rimonabant proposé dans le traitement de l’addiction au cannabis

 

Science: le rimonabant proposé dans le traitement de l’addiction au cannabis

Dans une étude menée par des chercheurs de l’Institut américain d’études et de recherche sur la consommation de drogues (National Institute on Drug Abuse) à laquelle ont participé 42 volontaires en bonne santé, le rimonobant (Acomplia), un antagoniste des récepteurs aux cannabinoïdes, a réduit les effets psychologiques du cannabis. Les auteurs ont donc suggéré que le médicament pourrait avoir un «potentiel thérapeutique pour traiter un large panel de dépendances, y compris la dépendance au cannabis».

Pendant 15 jours, on a administré quotidiennement du rimonabant à une dose de 40 mg aux participants. Les 8ème et 15ème jours de l’étude, ils ont fumé une cigarette de cannabis deux heures après la prise du rimonabant. Le 8ème jour, les effets subjectifs et l’augmentation de la fréquence cardiaque provoqués par la consommation de cannabis ont été significativement réduits avec l’administration du rimonabant. Le 15ème jour, comparés au placebo, ces premiers sont restés inchangés, ce qui peut indiquer un possible développement d’une tolérance.

En Europe, le rimonabant est commercialisé sous le nom d’Acomplia pour ses propriétés coupe-faim dans le traitement de l’obésité. Or, selon un récent communiqué du comité de conseil de la FDA (Food and Drug Administration), le médicament ne devrait pas être autorisé aux Etats-Unis du fait que son fabricant (Sanofi-Aventis) n’avait pas indiqué clairement que les bienfaits prévalaient aux méfaits (idées suicidaires) chez des patients consommant ce médicament. (Source: Huestis MA, Boyd SJ, Heishman SJ, Preston KL, Bonnet D, Le Fur G, Gorelick DA. Single and multiple doses of rimonabant antagonize acute effects of smoked cannabis in male cannabis users. Psychopharmacology (Berl), du 10 juillet 2007 [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***Science: épilepsie

Des chercheurs des cliniques de Neurologie de l’université de New York ont rapporté le cas d’un homme, âgé de 45 ans, atteint d’une paralysie cérébrale et souffrant d’épilepsie, chez qui la consommation de cannabis a produit un important effet bénéfique. Ils ont déclaré que «ce cas appuie d’autres informations issues de faits anecdotiques, selon lesquelles la consommation de marijuana peut devenir un traitement complémentaire bénéfique chez certains patients». (Source: Mortati K, et al. Rev Neurol Dis 2007;4(2):103-6.)

***Etats-Unis: Agence américaine de lutte contre la drogue

L’Agence américaine de lutte contre la drogue (Drug Enforcement Administration, DEA) a adressé un courrier à plus de 150 propriétaires d’immeubles de Los Angeles pour leur indiquer qu’ils risquent une peine d’emprisonnement jusqu’à 20 ans et la perte de leur bien immobilier s’ils continuent d’autoriser l’utilisation de leur immeuble «en toute illégalité… comme point de distribution et de consommation d’une substance sous surveillance». Le journal Los Angeles Times a qualifié ces courriers envoyés aux d’immeubles hébergeant des clubs de cannabis médical co propriétaires mme étant «une nouvelle technique de brimade fort regrettable». (Source: Los Angeles Times, du 19 juillet 2007)

***Etats-Unis: Hillary Clinton

En suivant la plupart des autres candidats démocrates pour la présidence des Etats-Unis, Hillary Clinton a lancé à son tour un appel pour mettre fin aux descentes de police dans les Etats qui ont adopté une loi autorisant l’utilisation de cannabis médical. Ainsi, le 13 juillet dernier elle é répondu à des questions lors d’une manifestation. «Douze Etats américains autorisent le cannabis médical mais l’administration Bush poursuit les descentes de police chez les patients. En êtes-vous au courant?» «Oui, je sais, c’est affreux!»« Vous mettriez fin à ces descentes, si vous êtes élue?» «Oui, c’est ce que je ferai». (Source: communiqué de Presse du MPP, du 17 juillet 2007)

***Science: douleurs

Des chercheurs de Novartis à Bâle (Suisse) ont développé un antagoniste aux récepteurs CB1, appelé naphthalène-1-yl-(4-pentyloxynaphthalène-1-yl)methanone, se caractérisant par un passage limité dans le cerveau. C’est la raison pour laquelle la substance, qui se lie également aux récepteurs CB2, possède un potentiel dans le traitement des douleurs, sans provoquer des effets psychologiques pertinents. (Source: Dziadulewicz EK, et al. J Med Chem, du 14 juillet 2007; [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: une étude clinique d’envergure montre l’inefficacité du THC et du cannabis à faibles doses dans la perte pondérale et de l’appétit lors d’un cancer

– Etats-Unis : en Alaska, un juge déclare nulles certaines dispositions d’une nouvelle loi interdisant la possession de faibles quantités de cannabis

IL Y A DEUX ANS

– Science: richesse du cannabis en Europe au cours des 10 dernières années: seulement une augmentation modérée

– Allemagne: cour fédérale constitutionnelle

—————————————-
IACM-Bulletin du 12 août 2007
—————————————-

* Science/Grande-Bretagne: un nouveau bilan fréquemment cité soutient les études précédentes selon lesquelles la consommation de cannabis est associée à une augmentation du risque de psychoses

* Europe : retrait de la demande d’autorisation de mise sur le marché pour le sativex

* Science: en buvant de la tisane de cannabis, seulement une petite partie du THC est absorbée

Science/Grande-Bretagne: un nouveau bilan fréquemment cité soutient les études précédentes selon lesquelles la consommation de cannabis est associée à une augmentation du risque de psychoses

Le magazine scientifique Lancet a publié le 28 juillet un bilan qui, dans un commentaire, a été qualifié de « la méta-analyse la plus complète réalisée à ce jour sur l’existence possible d’une relation causale entre la consommation de cannabis et l’apparition tardive de troubles psychotiques et affectifs». L’une des principales raisons pour laquelle ce bilan a attiré autant l’attention est la réflexion menée actuellement par le nouveau gouvernement britannique et son premier ministre Gordon Brown visant à reclasser le cannabis de la catégorie C à la catégorie B ce qui permettrait à nouveau d’inculper légalement toute personne qui possède du cannabis. En 2004, la Grande-Bretagne avait relégué le cannabis de la classe B en classe C.

Le bilan, réunissant les résultats de sept études longitudinales, a été élaboré par la Dr. Theresa Moore et ses collègues del’université de Bristol (Grande-Bretagne). Les chercheurs ont découvert que le risque de développer des psychoses ou des symptômes psychotiques était de 41 % plus élevé chez des personnes ayant consommé du cannabis. Chez les plus gros consommateurs, le risque est même multiplié par deux (rapport des cotes : 2,09), soutenant ainsi les suppositions antérieures. Quant à l’existence d’un lien entre la consommation de cannabis et les dépressions, les idées suicidaires et les peurs et angoisses en général, les résultats ont été moins significatifs.

Les chercheurs ont souligné que sur la base de l’étude seule, il restait impossible de prouver de manière sûre que la consommation de cannabis provoque des psychoses, et expliquent que «le problème de savoir si oui ou non le cannabis provoque des psychoses ne pourra certainement pas être réglé en effectuant d’autres études longitudinales comme celles dont nous nous sommes servis pour ce bilan. Mais nous pouvons néanmoins en tirer la conclusion qu’il existe suffisamment d’indications pour mettre en garde les jeunes et confirmer que la consommation de cannabis peut être associée à une augmentation du risque de développer plus tard des troubles psychotiques. » Voici ce que l’éditorial du magazine a révélé à ce sujet: «En 1995, dans un éditorial dans le magazine Lancet, nous commencions avec la phrase suivante (qui, d’ailleurs, a souvent été reprise depuis): ‘Fumer du cannabis, même pendant une période longue, n’est pas néfaste pour la santé.’ Or des résultats de recherches publiés depuis 1995, y compris le bilan systématique de Moore dans cette édition, nous permettent de déduire que la consommation de cannabis pourrait augmenter le risque de développer des maladies psychotiques.»

De nombreux hommes politiques britanniques ont récemment dévoilé avoir consommé du cannabis quand ils étaient plus jeunes, néanmoins en avouant qu’ils regrettaient leur geste. Or il serait absurde d’imaginer que les politiques s’obligent à ne plus consommer de l’alcool à cause des problèmes liés, dont les maladies cardio-vasculaires, les troubles hépatiques, les tumeurs malignes et les maladies psychiques, comme les dépressions, les troubles obsessionnels, les phobies, les angoisses, les troubles de la personnalité, la schizophrénie et les idées suicidaires. Une telle promesse ainsi que l’idée même d’une interdiction des boissons alcoolisées seraient sans doute qualifiées d’une grande méconnaissance des règles conduisant la politique internationale en matière de stupéfiants et des conséquences sur les chiffres de vente du whisky écossais. Interdire l’alcool de manière générale n’entre même pas en ligne de compte, puisque les conséquences seraient multiples : augmentation du taux de criminalité, développement d’organisations criminelles, diminution des recettes des impôts, détournement de l’attention des policiers des tâches plus importantes et aggravation des conséquences de l’alcool sur la santé par un manque des contrôles de qualité et la circulation de substances impures. En gros, toutes les conséquences néfastes que nous connaissons parfaitement par rapport à l’interdiction du cannabis.

L’article intégral, le commentaire de Nordentoft & Hjorthøj et l’éditorial sont disponibles sur: //image.guardian.co.uk/sys-files/Guardian/documents/2007/07/27/cannabis_new.pdf(Source: Moore TH, Zammit S, Lingford-Hughes A, Barnes TR, Jones PB, Burke M, Lewis G. Cannabis use and risk of psychotic or affective mental health outcomes: a systematic review. Lancet 2007;370(9584):319-28.)

Europe : retrait de la demande d’autorisation de mise sur le marché pour le sativex

Le 20 juillet dernier, la société britannique GW Pharmaceuticals a annoncé sa décision de retirer la demande d’autorisation pour le sativex en Europe. Cette demande visait le traitement de la spasticité chez des personnes atteintes de la sclérose en plaques. La société compte déposer à nouveau une demande d’autorisation de mise sur le marché l’année prochaine pour le traitement de la spasticité ou des douleurs neuropathiques dans la SEP. Cette décision a été prise suite à des discussions avec les autorités concernées.

En septembre 2006, GW avait déposé une demande pour le sativex selon le processus dit décentralisé pour quatre pays européens (Grande-Bretagne, Espagne, Danemark et Pays-Bas). Jusqu’à présent, elle a réussi à répondre à la plupart des questions soulevées lors du processus d’autorisation posées par l’administration, sauf celle qui nécessite la conduite d’une étude supplémentaire. Le processus d’autorisation de mise sur le marché actuel confirme que les données fournies relatives à la qualité et la sécurité de la substance sont suffisantes pour soutenir une attribution d’autorisation pour le sativex. De plus, les autorités ont confirmé que les informations disponibles à ce jour sur l’efficacité permettaient d’avoir des indications statistiques significatives pour, « en principe, pouvoir aboutir à une conclusion positive en matière de rapport bénéfice-risque ».

Or, en complément, elles souhaiteraient pouvoir identifier les patients ayant suivi avec succès un traitement à base de sativex («répondeurs ») au cours des quatre premières semaines de l’administration du traitement et obtenir une attestation qui justifie d’une amélioration notablement plus importante que celle obtenue avec le placebo sur une durée totale de douze semaines.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.gwpharm.com (Source: Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, du 20 juillet 2007)

Science: en buvant de la tisane de cannabis, seulement une petite partie du THC est absorbée

Le Bureau pour le cannabis médical aux Pays-Bas a conseillé aux utilisateurs de cannabis médical de préparer une tisane de cannabis d’après la recette suivante : «Versez 1,0 g de cannabis dans 1 l d’eau bouillante et laissez infuser pendant 15 min. Filtrez la boisson avec une passoire à thé. La tisane peut être consommée tout de suite ou conservée jusqu’à cinq jours dans une bouteille fermée placée dans le réfrigérateur. »

Des chercheurs de l’université de Leiden ont analysé la composition des cannabinoïdes de cette préparation. D’après des tests effectués avec divers échantillons de cannabis ayant une teneur moyenne en THC (THC sous sa forme phénolique et acide de THC) de 19,7 %, ils ont déterminé une variation maximale de 15 % de la concentration en THC. Par ailleurs, ils ont trouvé une teneur moyenne de 10 mg/l de THC et de 43 mg/l d’acide de THC (THCA). Dans la plante, le THC est principalement présent sous forme d’acide, c’est-à-dire de THCA. Par la chaleur, celle-ci est transformée en substance psychotrope (en cuisinant, en faisant bouillir, en fumant, etc.). Puisque, pour la préparation de la tisane, l’eau en ébullition n’atteint qu’une température relativement peu élevée (100 °C), uniquement une petite partie du THCA est transformée en THC. Par conséquent, en consommant la tisane, seulement près de 5 % de la teneur totale en THC (10 mg pour un total de 197 mg de THC) sont consommés comme THC sous sa forme phénolique. En outre, les auteurs ont observé que la teneur en THC diminuait rapidement lors de la conservation de la tisane et qu’il était possible d’éviter en grande partie cette perte en y ajoutant de la crème à café en poudre. (Source: Hazekamp A, Bastola K, Rashidi H, Bender J, Verpoorte R. Cannabis tea revisited: A systematic evaluation of the cannabinoid composition of cannabis tea. J Ethnopharmacol, du 24 mai 2007; [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***Science: THC et sarcome de Kaposi

Lors d’essais sur cellules, des chercheurs de l’université de Harvard de Boston (Etats-Unis) ont découvert que le THC en concentration faible, comme on le trouve dans le sang des consommateurs de THC et de cannabis médicaux, augmente le risque d’infection des cellules endothéliales par le virus de l’herpès associé au sarcome de Kaposi (KSHV). Selon le dosage, le THC a provoqué la poursuite du processus d’infection conduisant au sarcome de Kaposi, une forme de cancer dont sont atteints, en premier lieu, les malades du sida. Les chercheurs ont conclu que «l’utilisation des cannabinoïdes pourrait exposer les patients à de plus forts risques de développement et d’évolution d’un sarcome de Kaposi». Ils ont indiqué que d’autres études épidémiologiques et essais cliniques seront nécessaires afin de clarifier les notions de bénéfice et de risque concernant les traitements à base de THC. (Source: Zhang X, et al. Cancer Res 2007;67:7230-7.)

***Science: sevrage

Une étude conduite avec 12 participants, consommateurs de cannabis et de tabac, a eu pour objet d’étudier les symptômes de sevrage liés aux deux substances. Les chercheurs ont découvert que pendant une durée de 5 jours d’abstinence soit de cannabis soit de tabac «l’intensité des symptômes de sevrage était généralement identiques pour les deux substances.» En revanche, l’intensité des symptômes a été plus importante lors du sevrage des deux substances en même temps. Des réactions très diverses ont été observées chez les 12 personnes. (Source: Vandrey RG, et al. Drug Alcohol Depend, 21 juillet 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: sclérose en plaques

Un dysfonctionnement de la régulation du système aux endocannabinoïdes a été découvert dans la sclérose en plaques. Les patients SEP présentent un plus important taux d’anandamides dans le liquide cérébral et les lymphocytes (type de globules blancs). Cette augmentation du taux dans les lymphocytes a été associée à un travail de synthèse plus important et de dégradation moins importante des anandamides. Ces modifications peuvent être considérées comme étant des tentatives de l’organisme pour lutter contre la maladie. (Source: Centonze D, et al. Brain, du 11 juillet 2007; [publication électronique avant impression])

***Pays-Bas: coffee-shops

Les publications annonçant que les Pays-Bas souhaitent mettre fin à leur politique libérale en matière de cannabis se sont multipliées ces derniers temps. Par exemple, la distance minimale à respecter entre l’implantation d’un coffe-shop et d’un établissement scolaire sera augmentée dans certaines villes contraignant ainsi un certain nombre de coffee-shop à fermer. Depuis de nombreuses années déjà, l’actuel premier ministre conservateur, Jan Peter Balkenende, fait savoir qu’il ne tolère plus la vente de la drogue douce et, de ce fait, souhaite mettre fin à cette pratique. Depuis qu’il gouverne, on estime à 30 % la diminution du nombre des coffe-shops, portant le nombre actuel à un total d’environ 750 établissements. (Source: Die Presse, du 4 juin 2007)

***Science: hyperactivité vésicale

Une hyperactivité de la vessie est souvent observée chez des patients hémiplégiques ou atteints d’une sclérose en plaques. Dans une étude animale (rats), le cannabinoïde synthétique, appelé acide ajulémique (IP-751), a réduit cette hyperactivité. Cette action a été bloquée par un antagoniste aux récepteurs CB1, ce qui démontre qu’elle est au moins partiellement transmise par les récepteurs CB1. (Source: Hiragata S, et al. Urology 2007;70(1):202-8.)

***Science: fumer

Des chercheurs de la Nouvelle-Zélande ont rapporté que dans la réduction fonctionnelle des grandes voies respiratoires, le taux de nocivité d’une cigarette de cannabis est égal à celui de 2,5 à 6 cigarettes de tabac. En revanche, le fait de fumer des cigarettes de cannabis n’a pu être associé que rarement au développement d’un emphysème pulmonaire. (Source: Aldington S, et al. Thorax, du 31 juillet 2007;[publication électronique avant impression])

***Suisse: Berne

Le Conseil de ville de la capitale suisse a décidé en mai 2006 de lancer un projet pilote sur l’instauration d’une vente de cannabis controlée. Or ce projet vient de tomber à l’eau suite à un avis défavorable du canton. (Source: 20min.ch, du 14 juin 2007, //www.20min.ch/news/bern/story/26021725)

IL Y A UN AN

– Science: le nabilone est efficace dans le traitement des douleurs chroniques dans une étude clinique

– Canada: le ministère de la Santé cherche un nouveau fournisseur pour le cannabis médical

– Science: l’utilisation d’un endocannabinoïde naturel s’est montrée efficace dans le traitement du prurit

IL Y A DEUX ANS

– Science: les cannabinoïdes pourraient être profitable aux patients atteints de maladies inflammatoires des intestins

– Canada/Etats-Unis: la police canadienne perquisitionne le siège du British Columbia Marijuana Party

—————————————-
IACM-Bulletin du 26 août 2007
—————————————-

* Allemagne: le ministère fédéral de la Santé délivre une autorisation exceptionnelle pour l’utilisation médicale du cannabis à une patiente SEP

* Canada: le ministère de la Santé autorise l’utilisation d’un extrait de cannabis pour traiter les douleurs associées au cancer

* Etats-Unis: le ministère de santé de l’état du Nouveau-Mexique n’envisage ni la culture ni la distribution du cannabis médical

Allemagne: le ministère fédéral de la Santé délivre une autorisation exceptionnelle pour l’utilisation médicale du cannabis à une patiente SEP

Dans un courrier du 9 août, le BfArM, l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux (Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte), une institution sous l’autorité du ministère fédéral de la Santé, a accordé pour la première fois une autorisation exceptionnelle d’administration médicale d’un extrait de cannabis à une patiente atteinte d’une sclérose en plaques. La patiente (51 ans) du Bade-Wurtemberg avait déposé une demandé d’autorisation exceptionnelle visant l’importation de cannabis des Pays-Bas. En réponse à cette demande, les autorités lui ont proposé l’utilisation d’un extrait de cannabis spécialement préparé par des sociétés pharmaceutiques allemandes et disponible à partir de fin août.

Le prix de cet extrait n’est pas encore connu mais le BfArM a déclaré qu’il ne représentera qu’une fraction du prix de dronabinol pur (THC). D’autres patients ont également déposé des demandes d’autorisation exceptionnelle visant soit l’importation du cannabis médical des Pays-Bas soit la culture pour usage personnel. Ils sont toujours en attente d’une réponse ce qui laisse présumer des prochains litiges devant les tribunaux administratifs. Dans un jugement en date du 19 mai 2005, le tribunal administratif avait jugé que le BfArM devait cesser de refuser systématiquement toutes ces demandes d’autorisation exceptionnelle. Puis, dans le cas du cannabis, la meilleure solution resterait celle de la culture pour usage personnel. Or le BfArM a répondu qu’il n’autorisera pas la culture du cannabis ni son importation des Pays-Bas.

Le 9 juillet dernier, un patient atteint d’une inflammation chronique des intestins (maladie de Crohn) a été mis en détention provisoire pour avoir importé du cannabis médical. Le 16 août dernier, un patient ayant une hépatite C a été condamné à une peine d’emprisonnement d’un an sans sursis pour possession de cannabis. Dans les deux cas, la demande d’autorisation avait été refusée par le BfArM. «Dans un pays civilisé comme le nôtre, il est honteux de voir qu’aucune autre solution soit trouvée que celle qui consiste à traiter des patients comme des délinquants et à les jeter en prison», a déclaré le Dr. Franjo Grotenhermen, président de l’Association pour le Cannabis Médical. (Source: Association pour le Cannabis médical)

Canada: le ministère de la Santé autorise l’utilisation d’un extrait de cannabis pour traiter les douleurs associées au cancer

GW Pharmaceuticals et Bayer ont publié le 7 août une déclaration commune, selon laquelle le ministère de la Santé canadien a autorisé le sativex en spray, un extrait de cannabis composé d’un taux égal de dronabinol (THC) et de cannabidiol (CBD). Ce spray buccal est préconisé dans le traitement des douleurs associées au cancer pour les patients chez qui l’intensité des douleurs est qualifiée de forte et moyennement forte après une administration d’opiacés au dosage maximal autorisé.

En 2005, le ministère de la Santé canadien avait déjà autorisé l’utilisation du sativex pour traiter les douleurs neuropathiques chez des patients adultes souffrant d’une sclérose en plaques. Le Dr. Geoffrey Guy, président de GW, a expliqué: «GW est enchantée que Santé Canada ait approuvé le sativex pour le soulagement de la douleur cancéreuse. On a montré que le sativex procurait un important soulagement de la douleur aux patients atteints de cancer avancés chez qui les besoins sont plus grands».L’efficacité du sativex avait été démontrée grâce à une étude contrôlée par placebo incluant des patients souffrant de douleurs associées au cancer. Les résultats ont révélé que chez les patients avec un cancer avancé qui suivent déjà un traitement à base d’analgésiques les plus puissants disponibles sur le marché, plus de quatre patients sur dix, à qui l’on a administré en plus du sativex, ont obtenu une réduction démontrée cliniquement et notable de l’intensité des douleurs.

La monographie du produit sativex de 2007 est disponible sur: //www.bayerhealth.com/display.cfm?Object_ID=272&Article_ID=197 (Source: Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 7 août 2007, www.gwpharm.com)

Etats-Unis : le ministère de santé de l’état du Nouveau-Mexique n’envisage ni la culture ni la distribution de cannabis médical

Le ministère de la Santé de l’état du Nouveau-Mexique a déclaré le 15 août dernier qu’il n’appliquera pas le volet concernant le contrôle de la production et la distribution de la drogue, comme cela est pourtant stipulé par la nouvelle Loi sur le cannabis médical. «Le ministère de la Santé n’exposera pas ses employés au risque d’une poursuite pénale par l’administration fédérale et, par conséquent, ne produira ni distribuera de la marijuana à des fins médicales», a déclaré leDr. Alfredo Vigil, directeur dudit ministère.

Puis, il a ajouté que l’office continuera de délivrer des licences autorisant les patients de posséder du cannabis afin de protéger ceux-ci d’éventuelles poursuites judiciaires. Depuis le 1er juillet 2007, date d’entrée en vigueur de la loi, au total 30 patients ont reçu une autorisation leur permettant de participer au programme sur le cannabis médical. Dans un courrier du 6 août, le procureur général du Nouveau-Mexique a écrit que le ministère de la Santé et ses employés pourraient courir le risque de poursuites fédérales s’ils avisaient d’appliquer le volet légal de la Loi relatif à la production et à la distribution des drogues. Or le volet en question stipule une instauration pour le 1er octobre d’une règlementation concernant l’attribution de licences à des producteurs de cannabis médical ainsi que la définition d’un système de distribution correspondant. Il s’agit d’une première puisque un tel chapitre ne figure dans aucune des autres 13 lois sur le cannabis médical adoptées dans certains états américains. (Sources: Associated Press du 10 août 2007, Albuquerque Tribune du 15 août 2007)

Nouvelles en bref

***Science: consommation de cannabis

D’après des données statistiques, récoltées dans diverses villes des états de Californie, du Colorado, de Washington et de l’Oregon et publiées par des chercheurs du centre pour la santé publique A&M, les lois sur le cannabis médical n’influencent aucunement le volume de la consommation illégale de cannabis. Les chercheurs émettent l’hypothèse selon laquelle «l’utilisation de la drogue par des personnes déjà malades, pourrait «dé- magnifier» celle-ci et ainsi réduire l’attirance vers ce type de consommation». (Source: Gorman DM, et al. Int J Drug Policy 2007;18(3):160-7.)

***Etats-Unis: perquisitions en Californie

En Californie, les descentes de police dans les dispensaires de cannabis médical se poursuivent. Rien qu’au cours du mois dernier, la DEA (Drug Enforcement Adminsitration) a perquisitionné 10 dispensaires à Los Angeles, confisqué plus de 240 kg de cannabis médical et arrêté cinq personnes.  (Source: Reuters du 14 août 2007)

***Science: violence

D’après le centre de recherche sur la santé publique et les addictions de British Columbia (Canada), la consommation d’alcool et de cocaïne jouent un rôle important dans la naissance d’un comportement violent. Le cannabis, en revanche, a été déclaré comme n’ayant aucune influence. Le travail s’est basé sur des questionnaires remplis par des personnes suivies pour des problèmes primaires avec la cocaïne (n = 300), le cannabis (n = 128), l’alcool (n = 110), d’autres drogues (n = 33), le tabac (n = 249) ou la dépendance au jeu (n = 199). (Source: Macdonald S, et al. Addict Behav, le 13 juillet 2007; [publication électronique avant impression])

***Suisse: André Fürst

Après le rejet de son recours au Tribunal fédéral suisse, André Fürst, fondateur de Chanvre-Info, doit purger une peine de 29 mois de prison ferme. (Source: www.chanvre-info.ch)

***Science: maladie de Huntington

Dans une étude animale, le cannabidiol (CBD) a eu un effet protecteur contre l’endommagement d’une région cérébrale particulière (appelée corps strié) par des substances chimiques. Les chercheurs ont conclu que le CBD offre une protection des nerfs contre l’endommagement du corps strié, ce qui pourrait être bénéfique dans le cas de la maladie de Huntington, une maladie caractérisée par la perte de cellules nerveuses au niveau des corps striés. (Source: Sagredo O, et al. Eur J Neurosci, le 2 août 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: toxicité sur le coeur

L’utilisation de la doxorubicine, un médicament anti-cancéreux efficace, peut endommager le cœur ce qui limite fortement son application clinique. Dans des recherches sur des souris, il a été prouvé que deux antagonistes des récepteurs CB1 pourraient protéger le coeur d’une telle agression. (Source: Mukhopadhyay P, et al. J Am Coll Cardiol 2007;50(6):528-36.)

IL Y A UN AN

– Science: le nabilone est efficace dans le traitement des douleurs chroniques dans une étude clinique

– Canada: le ministère de la Santé cherche un nouveau fournisseur pour le cannabis médical

– Science: l’utilisation d’un endocannabinoïde naturel s’est montré efficace dans le traitement du prurit

IL Y A DEUX ANS

– Science: les cannabinoïdes pourraient être profitables aux patients atteints de maladies inflammatoires des intestins

– Canada/Etats-Unis: la police canadienne perquisitionne le siège du British Columbia Marijuana Party

—————————————-
IACM-Bulletin du 6 septembre 2007
—————————————-

Arno Hazekamp de l’université de Leiden (Pays-Bas) a pris part à la discussion entre le Dr. Lester Grinspoon et le Dr. Ethan Russo via un courrier lecteur qu’il a intitulé « La voie végétale – une réponse à Ethan Russo» et publié dans le magazine en ligne CANNABINOIDS. Le courrier est disponible sur le site du magazine : //www.cannabis-med.org/english/home.htm

Arno Hazekamp vient de terminer sa thèse de doctorat «Cannabis, extracting the medicine» dans laquelle il a consacré 10 chapitres au cannabis médical. La thèse est disponible gratuitement sur demande via e-mail à l’adresse : ahazekamp@rocketmail.com.

Le Congrès 2007 de l’IACM va se dérouler les 5 et 6 octobre à Cologne. N’oubliez pas de vous inscrire et de réserver votre chambre d’hôtel, le rendez-vous approche à grand pas. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : //www.iacm-conference2007.org

* Etats-Unis : lutte pour la reconnaissance de la loi autorisant le cannabis médical par le gouvernement Bush

Etats-Unis : lutte pour la reconnaissance de la loi autorisant le cannabis médical par le gouvernement Bush

Tandis que les 8 candidats à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2008 se sont engagés – s’ils étaient élus – à mettre fin aux perquisitions perpétrées par l’administration fédérale dans les 12 états ayant adoptés une loi autorisant le cannabis médical, les descentes de police se poursuivent toujours en Californie et viennent de commencer dans l’état du Nouveau Mexique. En 1996, la Californie a été le premier Etat à légaliser l’utilisation du cannabis médical et le Nouveau Mexique le dernier, avec l’adoption de la loi en 2007. Le sénateur de l’Illinois Barack Obama, dernier candidat démocrate déclaré (mois d’août) a, lui aussi, promis de mettre fin aux descentes de la police fédérale s’il était élu.

Bill Richardson, gouverneur de l’état du Nouveau Mexique a vivement critiqué le gouvernement Bush à cause de ces perquisitions et de l’arrestation d’un patient en fauteuil roulant qui avait cependant obtenu une licence du ministère de la Santé de l’Etat lui autorisant de posséder et de consommer du cannabis à des fins médicales. Un groupe d’intervention spéciale, composé de fonctionnaires spécialisés dans la lutte anti-drogue, du FBI et des polices fédérales et locales a perquisitionné le domicile de Leonard French, l’un des 38 patients autorisés à participer au programme de cannabis médical, et a saisi ses plants de cannabis. Au cours des derniers mois, les agents fédéraux ont également mené quelques descentes dans les dispensaires de cannabis médical en Californie.

«Je suis très préoccupé par le fait que le gouvernement Bush s’attaque à des personnes atteintes d’un cancer ou d’une paraplégie plutôt qu’aux vrais dealers», a déclaré le gouverneur Richardson lors d’une conférence de presse. En tant que candidat à l’investiture présidentielle, M. Richardson a en outre déclaré vouloir lutter en faveur du programme de cannabis médical. D’après lui il s’agirait d’une affaire de «souveraineté fédérale». A ce sujet, courant du mois d’août, il avait déjà écrit une lettre ouverte en demandant avec insistance à G.W. Bush de corriger sa «mauvaise direction politique» et de cesser de gaspiller l’argent public «avec des manoeuvres visant à intimider les états qui cherchent à construire un programme sur l’utilisation médicale de la marijuana». (Sources: New Mexican des 29 et 30 août 2007; Boston Globe du 22 août 2007)

Nouvelles en bref

***Science: douleurs neuropathiques

Dans un communiqué de presse du 30 août, la société britannique GW Pharmaceuticals a déclaré avoir terminé avec le recrutement des patients qui vont participer à l’étude en phase III avec le sativex. Les patients sont tous atteints d’une sclérose en plaques et souffrent de douleurs neuropathiques centrales. Cette étude contrôlée par placebo est la plus importante jamais menée par GW, incluant jusqu’à présent au total 339 patients venant de la Grande-Bretagne, du Canada, de la France, de l’Espagne et de la République tchèque. La durée du traitement est de 14 semaines. Les premiers résultats sont attendus pour la première moitié de 2008. (Source: communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 30 août 2007)

***Science: ostéoporose

Dans une étude animale, il a été démontré que le récepteur CB1 joue un rôle dans la régulation de la formation osseuse. En effet,un taux élevé de l’endocannabinoïde 2-arachidonoyl-glycérole (2-AG) a pu être associé à un renforcement de la formation osseuse et une meilleure guérison des fractures. Or aucun de ces deux effets positifs n’a pu être obtenu chez les souris sans récepteurs CB1. Grâce à cette découverte, il sera éventuellement possible de développer des traitements de l’ostéoporose et des troubles de guérison des fractures. (Source: Tam J, et al. FASEB J, du 17 août 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: stress post traumatique

Des chercheurs de l’université du Vermont ont travaillé sur la relation entre l’intensité des symptômes de stress post traumatique et la consommation de cannabis. L’étude a inclus 103 consommateurs de cannabis. Les chercheurs ont découvert que l’intensité des symptômes pouvait être associée de manière notable aux motifs de lutte contre le stress par l’usage de cannabis; en revanche ils n’ont pas pu associer d’autres motifs de consommation de cannabis. De plus, ils ont également trouvé une relation entre l’intensité des symptômes de stress post traumatique et la consommation de tabac et d’alcool. (Source: Bonn-Miller MO, et al. J Trauma Stress 2007;20(4):577-586)

***Science: trouble bipolaire

Un rapport de cas d’un patient souffrant de troubles bipolaires a été présenté. Les informations relatives à l’humeur du patient ont été collectées de manière prospective sur deux années d’abstinence totale et deux années de forte consommation de cannabis. La consommation de cannabis n’a pas modifié le nombre total des jours avec des troubles d’humeur. En revanche, le cannabis a été associé à une augmentation du nombre de jours avec humeur maniaque et une diminution du nombre de jours avec humeur dépressive. (Source: El-Mallakh RS and Brown C. J Psychoactive Drugs 2007;39(2):201-2.)

***Science: cannabis en spray

Une étude incluant huit patients a été menée sur les possibles effets secondaires du sativex (cannabis en spray) au niveau des muqueuses buccales. Tous les participants ont indiqué des picotements en utilisant le spray. Parmi eux, quatre ont observé des parties blanches bien visibles au niveau des muqueuses, expliquées comme étant des brûlures causées par l’alcool. Ces tâches ont disparu ou se sont améliorées dès la fin du traitement. (Source: Scully C. Br Dent J, du 17 août 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: aptitude intellectuelle

Une étude conduite à l’université de Californie incluant 65 consommateurs de cannabis et 34 personnes dans le groupe témoin, tous âgés entre 16 et 18 ans, a révélé qu’un léger déficit en matière d’aptitude intellectuelle persistait même après 1 mois d’abstinence du cannabis. Comparés au groupe témoin, il a été constaté que les jeunes consommateurs de cannabis disposaient d’une moindre rapidité psychomotrice, une moindre capacité d’attention globale, une moindre mémoire ainsi qu’une moindre capacité de planification. (Source: Medina KL, et al. J Int Neuropsychol Soc 2007;13(5):807-20.)

 IL Y A UN AN

– Science: GW Pharmaceuticals annonce une nouvelle étude clinique (phase III) en Europe et en Amérique du Nord, et pour la première fois aux Etats-Unis

– Etats-Unis: un juge du Dakota du Sud ordonne la reformulation d’un projet de loi sur le cannabis médical

IL Y A DEUX ANS

– Etats-Unis : le NIDA rejette une étude sur du cannabis en spray

– Etats-Unis : la police autorise les patients californiens à transporter du cannabis dans leur voiture

—————————————-
IACM-Bulletin du 1°octobre 2007
—————————————-

Conférence de l’IACM 2007: nous sommes à moins de trois semaines de la 4ème Conférence sur les cannabinoïdes et la médecine de l’IACM, qui aura lieu les 5 et 6 octobre prochain. N’oubliez pas de vous inscrire dès aujourd’hui et d’effectuer les réservations nécessaires. Pour toute information supplémentaire, rendez-vous sur : //www.iacm-conference2007.org

* Science: le cannabidiol serait efficace dans la prévention de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, dite aussi « maladie de la vache folle »)

Science: le cannabidiol serait efficace dans la prévention de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, dite aussi « maladie de la vache folle »)

D’après les recherches fondamentales de l’équipe du CNRS de Valbonne (France), le cannabidiol (CBD) pourrait prévenir le développement des maladies à prion, dont la forme la plus connue est l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) ou «maladie de la vache folle». On considère aujourd’hui que l’ESB est transmissible à l’humain sous une autre forme, appelée nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ).

L’agent infectieux des maladies à prion est une protéine prion pathologique (protéine ayant subi une modification structurale). Ces protéines anormales transmettent la maladie entre individus et provoquent des lésions cérébrales. Les chercheurs français ont rapporté que le cannabidiol (CBD), composant non psychoactif du cannabis, inhibe l’accumulation de protéines prion pathologique chez les souris et les moutons, contrairement à d’autres cannabinoïdes qui n’ont eu qu’un effet inhibiteur faible, voire nul. De plus, le CBD a limité l’accumulation de ces prions dans le cerveau chez des souris infectées par la tremblante, ayant ainsi permis d’augmenter significativement la durée de vie des rongeurs. Le CBD a réduit de manière dose-dépendante l’effet destructeur des nerfs par les prions. Leschercheurs ont conclu que le CBD pourrait représenter un agent prometteur pour le traitement des maladies à prion. (Source: Dirikoc S, Priola SA, Marella M, Zsuerger N, Chabry J. Nonpsychoactive cannabidiol prevents prion accumulation and protects neurons against prion toxicity. J Neurosci 2007;27(36):9537-44.)

Nouvelles en bref

***Etats-Unis : Rhode Island

Au mois d’août, 302 patients et 316 accompagnateurs ont été inscrits au programme de cannabis médical, selon le Département de la Santé de Rhode Island. Au total 149 médecins ont recommandé le programme aux patients. Le Département de la Santé a rejeté 10 candidatures d’accompagnateurs soupçonnés d’usage délictueux de drogues et annulé les cartes d’autorisation spécifique d’un accompagnateur et d’un patient suite à leur arrestation pour détention de plusieurs dizaines de plants de cannabis (le programme autorise au maximum 12 plants et env. 70 g de cannabis séché). Dans le cadre de ce programme, tout adulte n’ayant pas été condamné pour un délit lié aux stupéfiants peut faire fonction d’accompagnateur pour un à cinq patients. (Source: The Providence Journal du 9 septembre 2007)

***Allemagne: extrait de cannabis

La première patiente ayant obtenu une autorisation spécifique pour un usage médical du cannabis par l’Institut fédéral pour les Produits médicaux et pharmaceutiques a reçu le 13 septembre dernier un extrait de cannabis standardisé. L’extrait a été fabriqué et délivré gratuitement par la société THC Pharm à partir de cannabis fourni par la société hollandaise Bedrocan. La pharmacie de Claudia H., atteinte d’une sclérose en plaques, a utilisé l’extrait avec de l’huile de sésame pour préparer une solution pour leur patiente. Le prix de l’extrait de cannabis n’est toujours pas connu. Source: communiqué personnel de la patiente)

***Etats-Unis: Oregon

Un juge fédéral a rejeté la tentative du gouvernement fédéral pour obtenir des informations sur les patients admis au programme de cannabis médical de l’état d’Oregon. En mai, les autorités fédérales avaient convoqué des personnes afin de collecter des informations relatives à une enquête sur les cultivateurs des états de l’Oregon et de Washington. Le sujet avait inquiété de nombreux patients en ce qui concerne la protection de leurs données personnelles. L’état de l’Oregon, conjointement avec une clinique spécialisée dans les soins avec le cannabis, a entamé une procédure en vue de rejeter les convocations. Le juge a déclaré que l’état violerait sa propre Loi sur la protection des données s’il donnait suite aux convocations. (Source: Associated Press du 4 septembre 2007)

***Suisse: condamnation

Le tribunal cantonal de Schaffhouse a condamné une fabricante d’extraits de cannabis à une amende. Depuis plusieurs années et en toute connaissance de cause de la part des autorités, Jeanette Meister prépare des extraits de cannabis (administré sous forme de gouttes) pour une centaine de patients. Ce jugement surprend du fait qu’au cours des dernières années, les autorités suisses ont généralement toléré l’usage médical de produits à base de cannabis. (Source: documentaire diffusé par la télévision suisse et communiqué personnel de Jeanette Meister)

***Science: motilité intestinale

Des chercheurs de l’université de Munich ont démontré que les cannabinoïdes inhibent la motilité de l’intestin grêle isolé chez des rats. A partir de leurs expériences, ils ont conclu que le récepteur CB1 joue un rôle dans la régulation de la motilité de l’intestin grêle. « C’est pourquoi les récepteurs CB1 représentent une cible prometteuse pour le traitement des troubles de la motilité intestinale. » (Source: Yuece B, et al. Neurogastroenterol Motil 2007;19(9):744-53.)

***Science: cancer de l’intestin

Selon des études expérimentales, un taux élevé d’endocannabinoïdes a réduit l’évolution du cancer de l’intestin à l’état pré-cancereux chez les souris. Le même effet a également été obtenu avec un cannabinoïde synthétique (HU-210). (Source: Izzo AA et al. J Mol Med, du 6 septembre 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: ostéoporose

Selon des études sur cellules, l’acide ajulémique (AJA), un cannabinoïde synthétique, a freiné le développement d’ostéoclastes de l’état précurseur, une variété de cellules osseuse qui réduit le matériel osseux et augmente la résorption osseuse. L’acide ajulémique a également provoqué l’apoptose (mort cellulaire programmée) des ostéoclastes matures. Les chercheurs ont conclu que l’acide ajulémique pourrait représenter «un traitement utile contre des maladies, telles que la polyarthrite rhumatoïde et l’ostéoporose, dans lesquelles la résorption osseuse est l’une des principales caractéristiques. (Source: George KL, et al. J Cell Physiol, du 4 septembre 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: dépressions

Dans un modèle animal de la dépression, l’activation des récepteurs CB1 dans certaines régions du cerveau (hippocampe dorsal) a eu un effet comparable à l’effet anti-dépresseur. Les chercheurs canadiens ont souligné «une possible signification des changements dans le système endocannabinoïde de l’hippocampe suite à un stress ou un traitement antidépresseur concernant l’apparition et/ou le traitement de la dépression». (Source: McLaughlin RJ, et al. Behav Pharmacol. 2007 Sep;18(5-6):431-8.)

***Science: schizophrénie et performance intellectuelle

Des chercheurs australiens ont conduit une étude sur la relation entre les performances intellectuelles et la consommation de cannabis dans la schizophrénie, incluant 60 patients atteints de schizophrénie, parmi lesquels 44 sont/étaient des usagers de cannabis et 17 personnes volontaires sains. Les volontaires sains ont obtenu de meilleurs résultats dans tous les tests de la performance intellectuelle que ceux du groupe des patients. Dans le groupe des schizophrènes, parmi les participants anciens ou actuels consommateurs de cannabis, une meilleure performance en terme de rapidité psychomotrice a été observé que chez les personnes non consommateurs. La fréquence de la consommation de cannabis a également pu être associée positivement à une meilleure performance intellectuelle. Les chercheurs ont conclu que «la consommation de cannabis est associée à une meilleure performance intellectuelle chez les personnes souffrant de schizophrénie». (Source: Coulston CM et al. Schizophr Res, du 6 septembre 2007 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: la consommation de cannabis améliore le résultat d’un traitement antiviral chez des patients atteints d’hépatite C

– Italie: la ministre de la Santé autorise l’importation de médicaments qui contiennent du THC

IL Y A DEUX ANS

– IACM : nouvelles de la conférence IACM 2005 à l’université de Leiden

– Etats-Unis : la consommation de cannabis chez les jeunes n’a pas augmenté dans les états qui ont légalisés l’usage thérapeutique du cannabis

– Canada: le ministère de la santé souhaite rendre disponible le cannabis en pharmacie l’année prochaine

—————————————-
IACM-Bulletin du 4 octobre 2007
—————————————-

Un nouvel article du Professeur Emmanuel Onaivi, de l’université William Paterson du New Jersey (Etats-Unis), intitulé «An endocannabinoid hypothesis of drug reward» (Hypothèse du rôle des endocannabinoïdes dans les effets du système de récompense liés aux drogues) vient d’être publié dans CANNABINOIDS, le magazine en ligne de l’IACM. L’article est disponible en anglais sur le site du magazine : //www.cannabis-med.org/english/home.htm.

Les traductions allemandes et espagnoles suivront prochainement. Tous les courriers de lecteurs sont les bienvenus. Actuellement, notre site reçoit près de 8000 visites par jour, soit environ 250000 visites par mois.

* Science: le THC a régulé les troubles psychomoteurs et de l’humeur chez un patient souffrant de troubles hyperactifs

* Etats-Unis : l’état de Washington essaie de définir une dose normalisée pour le cannabis médical

Science: le THC a régulé les troubles psychomoteurs et de l’humeur chez un patient souffrant de troubles hyperactifs

Des chercheurs de l’Institut de médecine légale et routière de l’université de Heidelberg (Allemagne) ont étudié les effets du cannabis sur les fonctions liées à la conduite d’un véhicule chez un homme, âgé de 28 ans, souffrant de troubles hyperactifs et de déficit de l’attention (THDA). Au cours des dernières années, le patient a transgressé plusieurs fois le code de la route et s’est fait retirer le permis pour avoir conduit sous l’emprise du cannabis. Le psychologue, lors de leur premier rendez-vous, a observé que l’homme, à jeun, avait un comportement anormal et inadapté prononcé et montrait de grandes difficultés à se concentrer. Il a été soumis à des tests relatifs à la conduite d’un véhicule sous l’effet du dronabinol (THC, substance active du cannabis) que son médecin lui avait prescrit pour soulager ses symptômes. Il a été attendu à ce que l’administration du THC empêche le patient de pouvoir conduire correctement une voiture.

Lors du deuxième rendez-vous, une amélioration nette du comportement a été observée. Au cours de tous les tests, le patient a obtenu des résultats satisfaisants, voire au-dessus de la moyenne, notamment en termes de réactivité, d’attention dans la durée, d’orientation visuelle, de rapidité de perception, de réaction d’alerte et de vigilance partagée. Suite aux tests, le patient a été soumis à un prélèvement sanguin dont les résultats ont révélé la présence de THC à un taux élevé (71 ng/ml). Plus tard, le patient a avoué avoir fumé du cannabis au lieu de prendre du dronabinol, en expliquant que le premier était moins cher à l’achat que le médicament préconisé. Les chercheurs ont conclu que «selon les statistiques, les personnes atteintes de THDA transgressaient plus souvent le code de la route, étaient plus souvent impliquées dans des accidents de la route et commettaient plus souvent des actes criminels que les autres personnes», et de conclure que « chez ces personnes en particulier, du moins dans certains cas, il était important de considérer les effets atypiques, parfois bénéfiques en terme de performance personnelle, de la consommation de cannabis». (Source: Strohbeck-Kuehner P, Skopp G, Mattern R. Fahrtüchtigkeit trotz (wegen) THC. Arch. Kriminol 2007;220(1-2):11-9.)

Etats-Unis : l’état de Washington essaie de définir une dose normalisée pour le cannabis

Conformément à la Loi sur le cannabis médical en vigueur dans l’état de Washington, des patients ayant obtenu une autorisation spécifique peuvent posséder en toute légalité une quantité de cannabis correspondant à un traitement d’une durée de 60 jours. Le législateur souhaite maintenant connaître et définir clairement cette quantité puisqu’il n’existe pas de méthode de définition «standard» relative à l’utilisation du cannabis médical. C’est la raison pour laquelle cet état organise des auditions afin d’entendre les spécialistes et les citoyens à ce sujet avant de déterminer une quantité qui correspond au mieux à un traitement de deux mois. Pour l’instant, c’est toujours la police qui décide de la quantité autorisée pour chacun des comtés. Parmi les douze états qui protègent des poursuites fédérales les patients utilisant du cannabis à des fins médicales, seul l’état de Washington ne possède aucune ligne directrice claire sur la quantité de cannabis qu’un patient ou un accompagnateur est autorisé à posséder. Dans les autres états, ces quantités varient beaucoup. Ainsi, l’état de l’Oregon autorise la possession de 24 onces de cannabis (env. 680 g) ou six plants matures. D’autres états, en revanche, se limitent à seulement une once de cannabis (env. 28 g) prêt à la consommation. Puis, en Californie, la législation fixe la limite à huit onces (env. 230g) ou six plants matures, mais les autorités des villes et des comtés sont libres de définir une limite supérieure à celle proposée. Dans l’état de Washington, certains patients craignent maintenant que les législateurs définissent une quantité insuffisante par rapport à leurs besoins. C’est en partie la raison pour laquelle le public est invité à s’exprimer jusqu’à la fin de l’année 2007. Ensuite, début 2008, le ministère de la Santé publiera une proposition de la réglementation. (Source: Los Angeles Times du 23 septembre 2007)

Nouvelles en bref

***Science: protection du coeur

Selon une étude animale, conduite par des chercheurs de l’université hébraïque de Jérusalem, le cannabidiol (CBD, un cannabinoïde non psychoactif) a protégé le coeur des lésions provoquées par une réduction de la circulation sanguine au niveau du coeur. Pour réaliser les tests, les chercheurs ont obstrué pendant 30 minutes une artère du coeur. Chez les rongeurs, qui, ensuite, ont été traités pendant sept jours avec du CBD, la gravité de l’infarctus a pu être réduite de 66 % comparée à celle chez les rats non traités. (Source: Durst R, et al. Am J Physiol Heart Circ Physiol, du 21 septembre 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: schizophrénie

Des chercheurs de la Haute Ecole de Médecine d’Hanovre ont conduit une étude avec 104 patients schizophrènes et 140 sujets sains (groupe témoin), afin de déterminer si la mutation du récepteur CB1 pouvait être associée au risque de développement de la schizophrénie. Une telle association n’a pas pu être confirmée par les tests. (Source: Seifert J, et al. Neurosci Lett, du 10 août 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: nouveau récepteur aux cannabinoïdes

Selon des chercheurs de la société pharmaceutiques AstraZeneca, il existerait suffisamment d’indications pour confirmer que le récepteur GPR55 est un récepteur aux cannabinoïdes. Parmi les substances qui se lient à ce récepteur comptent les deux endocannabinoïdes anandamide et virodhamine, le cannabidiol (cannabinoïde végétal) et le cannabinoïde synthétique CP55940 (cannabidiol anormal). (Source: communiqué du 17septembre 2007 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: la nabilone réduit les douleurs chez des patients souffrant de spasticité

– Allemagne: bilan après une année d’activité de la pharmacie pour le cannabis

– Science: le THC diminue la pression intraoculaire chez des patients atteints de glaucome

IL Y A DEUX ANS

– Science: le cannabis réduit les neuropathies selon une étude clinique sur la sclérose en plaques

– Science: étude sur l’utilisation médicale du cannabis sur l’anémie à hématies falciformes

—————————————-
IACM-Bulletin du 29 octobre 2007
—————————————-

Pour compléter ses équipes chargées de la traduction des bulletins d’information, l’IACM cherche des bénévoles travaillant dans les combinaisons linguistiques suivantes: de l’anglais ou de l’allemand vers l’italien et vers le français. Si votre langue maternelle est soit l’italien soit le français, et si vous avez envie de donner un peu de votre temps, contactez-nous via e-mail à l’adresse : info@cannabis-med.org.

Merci par avance!

* IACM : actualités du Congrès 2007 de l’IACM à Cologne

* IACM : Donald Abrams, Giovanni Marsicano, Mauro Maccarrone et Raphael Mechoulam ont été récompensés cette année

IACM : actualités du Congrès 2007 de l’IACM à Cologne

Les 5 et 6 octobre, l’IACM a tenu son 4ème Congrès sur les cannabinoïdes et la médecine. Ci-dessous, vous trouverez des extraits choisis des derniers résultats de recherche qui ont été présentés à Cologne.

(1) Des chercheurs britanniques ont évalué l’efficacité et la tolérance à long terme d’un extrait de cannabis (sativex) chez des patients atteints d’une arthrite rhumatoïde. Parmi les 53 sujets, 38 ont participé à l’étude longitudinale. Pour 70 % des patients, la durée du traitement était d’au moins 3 mois, et de plus de six mois pour 51 %. Les résultats ont révélé une réduction des douleurs ainsi qu’une amélioration de la qualité du sommeil similaires aux résultats de l’étude par exposition aigue; aucune indication de développement d’une tolérance relatif à ces effets bénéfiques ou encore à l’augmentation du dosage du sativex dans la durée n’a été observée. (Abstract de Robson et al.)

(2) Des chercheurs canadiens ont conduit une étude pilote permettant de comparer les effets produits par des variétés de cannabis naturel à des teneurs en THC différents (0; 2,5; 6 et 9,5 %) chez des patients souffrant de douleurs neuropathiques. 23 patients, non-consommateurs de cannabis au moment de l’étude, souffrant de douleurs chroniques suite à un accident ou une intervention chirurgicale, ont consommé les quatre variétés de cannabis pendant 5 jours chacune, puis ont fait une pause de 9 jours avant de passer à la variété suivante. Les chercheurs ont conclu que fumer 25 mg de THC (9,5 % par inhalation) 3 fois par jour pendant 5 jours offre une amélioration modérée des douleurs chroniques neuropathiques et une augmentation de la qualité du sommeil. Le traitement a été bien toléré. (Abstract de Ware et al.)

(3) Des chercheurs espagnols ont démontré que les cannabinoïdes peuvent inhiber le développement d’une neuropathie périphérique et la modification du transit intestinal chez des rats traités par chimiothérapie de longue durée. La cisplatine (une substance utilisée en chimiothérapie) a déclenché un ralentissement de la prise de poids ainsi que du transit intestinal, et une neuropathie. L’administration d’un cannabinoïde synthétique associé à la cisplatine a eu un effet préventif sur le développement de la neuropathie et le ralentissement du transit intestinal. (Abstract de Abalo et al.)

(4) Des chercheurs israéliens ont annoncé que dans le modèle animal (souris) un taux insuffisant d’endocannabinoïdes et/ou de récepteurs CB1 était à l’origine des problèmes de croissance. Ils ont conclu que des traitements à base de cannabinoïdes devraient être considérés afin d’améliorer l’appétit et la prise de poids chez les enfants atteints de troubles de croissance ou de problèmes de développement. (Abstract de Fride et al.)

(5) Des chercheurs allemands ont présenté des résultats rétrospectifs sur les effets du dronabinol (THC) administré par voie orale à 124 patients souffrant de douleurs chroniques. L’intensité moyenne de la douleur avant le traitement était de 7,6 et est descendue à 4,2 pendant le traitement avec le dronabinol. Les chercheurs ont conclu que le traitement a été d’une grande efficacité et bien toléré par les patients souffrant de très fortes douleurs à un stade avancé dans la chronicité. (Abstract de Konrad et al.) (Source: Recueil des résumés des conférences (Abstract Book) disponible sur : //www.cannabis-med.org/meeting/cologne2007/reader.pdf /

peut être téléchargé gratuitement

IACM : Donald Abrams, Giovanni Marsicano, Mauro Maccarrone et Raphael Mechoulam ont été récompensés cette année

Lors de l’Assemblée des membres du 5 octobre, l’IACM a élu un nouveau Conseil d’administration et une nouvelle Présidente. Pendant le dîner, l’association a honoré quatre personnalités pour leurs contributions exceptionnelles en vue de la relance du cannabis et des cannabinoïdes en médecine. Le prix IACM 2007 pour la recherche clinique est attribué à Donald Abrams; le prix pour la recherche fondamentale à Mauro Maccarrone; le prix dans la catégorie des jeunes espoirs à Giovanni Marsicano et le prix d’honneur 2007 à Raphael Mechoulam.

Kirsten Müller-Vahl de la faculté de Médecine d’Hanovre a été élu Présidente de l’association IACM. Elle succède ainsi à Roger Pertwee (2005 – 2007), Raphael Mechoulam (2003 -2005) et Franjo Grotenhermen (2000 – 2003). Les nouveaux membres du Conseil d’administration sont: Daniela Parolaro (Italie), Marta Duran (Espagne), Mark Ware (Canada) et Rudolf Brenneisen (Suisse). Les membres suivants ont été réélus dans leur fonction: Roger Pertwee (Grande-Bretagne), Ethan Russo (Etats-Unis), Willy Notcutt (Grande-Bretagne), Franjo Grotenhermen (Allemagne) et Kurt Blaas (Autriche). Clare Hodges (Grande-Bretagne) a été réélue comme représentante IACM des patients. L’Assemblé des membres a donné son accord à la proposition faite par le Conseil d’administration concernant l’abandon de l’organe consultatif dans les statuts.

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: coûts de la prohibition

Selon un rapport publié sur le site DrugScience.org, l’interdiction du cannabis coûterait aux Etats-Unis près de 42 milliards $ par an. Le chiffre annoncé est composé de frais de justice et de pertes fiscales. Selon l’analyse, les autorités judiciaires dépenserait annuellement 10,7 milliards $ pour les arrestations et les poursuites de délits liés au cannabis. A cette somme s’ajoutent annuellement 31,1 milliards $ correspondant aux

pertes fiscales. Le rapport est disponible sur: //www. drugscience.org/bcr/index.html (Source: DrugScience.org du mois d’octobre 2007)

***Science: circulation routière

Un groupe de travail international composé de onze spécialistes de six pays propose une limite de 7-10 ng/ml de THC dans le sang pour réglementer le problème du cannabis au volant. D’après eux, cette valeur correspondrait à un taux d’alcoolémie d’environ 0,5 ‰. Le groupe a fait remarquer qu’une loi qui impose un taux zéro, comme c’est le cas dans certains pays européens et Etats américains, ne représentent pas une solution basée sur les connaissances scientifiques et restreignent la liberté des conducteurs dont les facultés de conduire ne sont pas diminuées par une consommation actuelle de cannabis. (Source: Grotenhermen F. et al. Addiction, du 4 octobre 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: trouble du déficit d’attention et hyperactivité

Des recherches menées auprès de jumeaux (760 de sexe féminin et 752 de sexe masculin) ont montré que les enfants atteints d’un trouble du déficit d’attention et hyperactivité (TDAH) présentaient davantage de risques de développer une dépendance à la nicotine et d’une consommation/dépendance au cannabis. Auparavant, un rapport avait été présenté en Allemagne soulignant que chez le patient TDAH quasiment aucun symptôme lié à sa maladie n’avait pu être observé après que le sujet eût consommé du cannabis. (Source: Elkins IJ, et al. Arch Gen Psychiatry 2007;64(10):1145-52)

***Science: psychose

Dans un article, un chercheur britannique a comparé sous un angle historique les études menées sur la relation entre l’alcool et les psychoses et entre le cannabis et les psychoses. Des parallèles sont ainsi tracées entre les recherches sur les conséquences psychologiques de la consommation d’alcool et le débat actuel sur la relation entre le cannabis et les psychoses « qu’il convient de considérer avec prudence à cause de conclusions trop vites tirées selon lesquelles le cannabis était par principe – et par nécessité – la cause». (Source: Crome IB. Crim Behav Ment Health 2007;17(4):204-14.

***Science: maladie de Parkinson

Des études menées par des chercheurs de l’université du Texas ont révélé qu’un cannabinoïde synthétique, qui active le récepteur CB1, pouvait réduire les mouvements dyskinétiques dans le modèle animal (rats) de la maladie de Parkinson. Les dyskinésies sont souvent des effets secondaires de médicaments utilisés pour traiter la maladie. (Source: Morgese MG, et al.xp Neurol, du 22 août 2007 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Science: le sativex se montre efficace pour traiter la spasticité et les troubles de la vessie induits par la sclérose en plaques

– Science: un lien entre le THC et la maladie d’Alzheimer

– Science: attribution de 11 millions de dollars aux chercheurs de l’université du Mississippi pour la recherche sur le cannabis et d’autres plantes psychotropes

IL Y A DEUX ANS

– Science: les cannabinoïdes favoriseraient le développement de nouvelles cellules cérébrales

– Science: des souris sans récepteurs CB1 présentent une détérioration cognitive accélérée

– Australie: sondage sur le cannabis thérapeutique

– Science/France: la plus grande étude jamais menée sur le cannabis au volant n’a mis en évidence l’augmentation du risque d’accident avec le cannabis

——————————————
IACM-Bulletin du 12 novembre 2007
——————————————

Un courrier lecteur de Franjo Grotenhermen de l’Institut Nova de Cologne (Allemagne), intitulé « Des effets de récompense même dans le cas d’une consommation abusive de drogues ?», se rapportant à l’article récent du professeur Emmanuel Onaivi, sera publié le 28 octobre 2007 dans CANNABINOIDS, le magazine en ligne de l’IACM : //www.cannabis-med.org/english/home.htm

* Science: dans une étude de deux ans, un extrait de cannabis est efficace sans développer une tolérance

* Science: les bénéfices du cannabis fumé sur les douleurs expérimentales chez des sujets sains dépendent de la relation dose-effet

Science: dans une étude de deux ans, un extrait de cannabis est efficace sans développer une tolérance

Dans une étude britannique, un spray à base de cannabis a réduit l’intensité des douleurs liées à la sclérose en plaques. L’effet bénéfique a été maintenu tout au long de la durée de l’étude, c’est-à-dire pendant deux ans. Suite à une première étude contrôlée de 5 semaines avec 64 participants à qui l’on a administré soit du sativex (extrait de cannabis) soit un placebo, 63 patients ont souhaité poursuivre le traitement et intégrer l’étude ouverte longitudinale. La durée moyenne de traitement était de 463 jours. 34 patients ont poursuivi l’étude pendant plus d’une année et 28 patients jusqu’à la fin de l’étude (durée du traitement : entre 701 et 917 jours). 17 patients ont interrompu l’étude à cause d’effets secondaires.

Avant de commencer la première étude (5 semaines), l’intensité moyenne des douleurs était de 6,5. Au cours de la dernière semaine de traitement, cette valeur est descendue à 3,8 dans le groupe ayant reçu du cannabis et à 5,0 dans le groupe témoin au cours de la dernière semaine. Chez les 28 patients qui ont terminé l’étude longitudinale (deux ans), et également au cours de la dernière semaine de traitement, l’intensité moyenne des douleurs est descendue à 2,9. 92 % des patients ont indiqué au moins un effet secondaire qu’ils ont évalué comme allant de faible à moyennement fort. Un seul patient a subi deux effets secondaires graves (troubles du rythme cardiaque et collapsus) nécessitant une hospitalisation. Les chercheurs ont conclu que l’extrait de cannabis s’est montré efficace à long terme dans la réduction de l’intensité des douleurs et n’a pas développé une tolérance ce qui a permis de maintenir le même dosage tout au long de la durée de traitement.

La version intégrale de l’étude est disponible sur //www.clinicaltherapeutics.com/articles/2068_rog.pdf (Source: Rog DJ, Nurmikko TJ, Young CA. Oromucosal delta-9-tetrahydrocannabinol/cannabidiol for neuropathic pain associated with multiple sclerosis: an uncontrolled, open-label, 2-year extension trial. Clin Ther 2007;29(9):2068-79.)

Science: les bénéfices du cannabis fumé sur les douleurs expérimentales chez des sujets sains dépendent de la relation dose-effet

Une étude menée à l’université de Californie de San Diego, incluant 15 volontaires, a montré que le cannabis fumé à un dosage moyen offre un effet positif sur les douleurs expérimentales, tandis qu’un dosage faible n’offre qu’un bénéfice modéré et un dosage fort une intensification des douleurs. Les douleurs ont été provoquées avec de la capsaïcine au moyen d’une injection dans l’un des avant-bras 5 minutes après l’exposition à la substance et une deuxième injection dans l’autre avant-bras 45 minutes après l’exposition. La capsaïcine est un composant du piment rouge et provoque un effet irritant sur la peau. Lors de quatre tests, les participants à l’étude ont fumé une cigarette à 0 % (placebo), à 2 %, à 4 % ou à 8 % de THC. 5 minutes après l’exposition au cannabis, aucune cigarette n’a déclenché un effet sur les douleurs induites par la capsaïcine. En revanche, 45 minutes après l’exposition, il a été observé d’une part une réduction significative des douleurs avec le dosage en THC moyen et, d’autre part, une intensification notable avec le dosage fort. Aucun effet n’a été obtenu avec le dosage faible. Les chercheurs ont conclu que leur étude mettait en évidence qu’il «existe une possibilité pour le cannabis fumé de servir d’analgésique à condition de le doser modérément permettant d’obtenir une réduction de l’intensité de la douleur; en revanche, les doses élevées augmentent la douleur».

La plupart des études précédentes avaient montré que le cannabis ne réduisait pas les douleurs expérimentales chez des sujets sains, voire les intensifiait, tandis que des effets bénéfiques sur les douleurs étaient fréquemment obtenus chez des patients souffrant de douleurs neuropathiques, avec une plus forte réduction des douleurs au moyen du dosage le plus élevé. Des études sur animaux ont révélé que le système des endocannabinoïdes agit sur les douleurs chroniques ce qui pourrait expliquer les divergences entre les effets obtenus chez les personnes saines et ceux observés chez les personnes souffrantes. Une étude suisse menée en 2006 sur l’efficacité du THC dans la spasticité liée à une paraplégie a nécessité l’interruption du traitement pour une partie des patients à cause de l’intensification des douleurs provoquée par la substance.

L’article est disponible sur le site Internet du magazine Anesthesiology //www.anesthesiology.org (Source: Wallace M, Schulteis G, Atkinson JH, Wolfson T, Lazzaretto D, Bentley H, Gouaux B, Abramson I. Dose-dependent effects of smoked cannabis on capsaicin-induced pain and hyperalgesia in healthy volunteers. Anesthesiology 2007;107(5):785-796.)

Nouvelles en bref

***Grande-Bretagne: symposium

L’Academy of Pharmaceutical Sciences et la Royal Pharmaceutical Society organisent conjointement un symposium sur les médicaments à base de cannabinoïdes. Il se tiendra le 10 mars 2008 à Londres. Pour plus d’informations, rendez-vous sur //www.rpsgb.org/worldofpharmacy/events. (Source: message personnel)

***Belgique : congrès sur la culture du cannabis

L’ISD (Institute for Social Drugs Research) de l’université belge de Gent tiendra son congrès les 3 et 4 décembre prochain. Entre 2005 et 2007, l’ISD a mené une vaste enquête en interrogeant près de 750 cultivateurs de cannabis afin d’étudier les motifs liés à ce type de production. Lors du congrès, des experts belges et hollandais discuteront sur les divers aspects de la production et les conséquences économiques de la culture de cannabis. Les conférenciers seront, entre autres, le Prof. Tom Decorte, le Prof. Adriaan Jansen, M. Joep Oomen, le Prof. Frank Bovenkerk, le Prof. Peter Cohen ainsi que les maires M. Gerd Leers (Maastricht, NL), M. Marcel Hendrickx (Turnhout, B) et Jan Lonink (Terneuzen, NL). Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.law.ugent.be/crim/ISD. (Source: communiqué de presse de l’ISD du 18 septembre 2007)

***Science: dépressions

Dans un modèle animal de la dépression, le cannabinoïde synthétique (WIN55,212-2) a eu des effets antidépresseurs. Ceux-ci dépendaient du récepteur CB1 et étaient transmis par le récepteur de la sérotonine (5-HT). (Source: Bambico FR, et al. J Neurosci 2007;27(43):11700-11711.)

***Science: pneumothorax

Des médecins du service de chirurgie du thorax de l’Hôpital universitaire de Berne (Suisse) ont signalé une augmentation significative du nombre de jeunes patients présentant un emphysème pulmonaire et un pneumothorax spontané au cours des dernières années. La plupart de ces jeunes patients se définissaient comme de grands consommateurs des deux substances, le tabac et le cannabis. (Source: Beshay M, et al. Eur J Cardiothorac Surg, du 9 octobre 2007 [publication électronique avant impression])

***Science: protection du coeur

Dans des études sur animaux, il a été observé que les cannabinoïdes protègent le cœur dans le cas de carence d’apport en sang et en oxygène. Les récepteurs CB1 se situent principalement sur les cellules endothéliales du cœur et dispensent leur effet protecteur grâce à leur production de monoxyde d’azote. Les récepteurs CB2, en revanche, se trouvent sur les cellules du coeurs et exercent leur activité bénéfique indépendamment du facteur endothélial. (Source: Lepicier P, et al. Life Sci, du 24 septembre 2007 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN

– Italie/Suisse: les gouvernements des deux pays élaborent un projet pour la légalisation du cannabis médical

– Science: le THC réduit la spasticité chez des patients atteints d’un traumatisme médullaire

– Pays-Bas: un patient atteint de sclérose en plaques est autorisé à cultiver du cannabis pour sa consommation personnelle

– Espagne/Science: une étude pilote sur le sativex montre des effets positifs chez 65 % de patients atteints de maladies chroniques

– Science: selon une étude menée à la clinique Mayo, le THC a réduit les crampes intestinales après le repas

IL Y A DEUX ANS

– Etats-Unis : taxation des distributeurs de cannabis médical en Californie

– Canada/Etats-Unis: un malade californien réfugié au Canada extradé vers les Etats-Unis

—————————————-
IACM-Bulletin du 16 novembre 2007
—————————————-

Informations sur les droits d’auteur: Nous nous félicitons que le nombre de lecteurs de l’IACM-Bulletin ne cesse d’augmenter et, par conséquent, que les informations y figurant soient de plus en plus copiées et diffusées. Les articles publiés dans nos bulletins peuvent être imprimés, traduits et diffusés à des fins non commerciales à condition d’indiquer la source du texte, qui est, pour tous les IACM-Bulletins : « IACM, www.cannabis-med.org».

* Science: la nabilone réduit les douleurs chroniques associées à la fibromyalgie

* Pays-Bas: le gouvernement veut prolonger de cinq années le droit de vente du cannabis dans les pharmacies

Science: la nabilone réduit les douleurs chroniques associées à la fibromyalgie

Dans une étude contrôlée contre placebo, conduite par l’université de Manitoba (Canada) avec 40 patients atteints d’une fibromyalgie, la nabilone a réduit l’intensité des douleurs et amélioré la qualité de vie des participants. Suite à une définition de la situation initiale, on a administré aux patients pendant 4 semaines soit des doses de nabilone soit un placebo. La nabilone a été administrée comme suit: en commençant avec 0,5 mg de substance en une prise unique le soir, puis en augmentant le dosage jusqu’à 1 mg de substance en deux prises quotidiennes. La nabilone est un dérivé synthétique du THC offrant des effets similaires à ceux obtenus avec le THC.

Après quatre semaines de traitement à base de nabilone, on a remarqué une réduction notable de l’intensité des douleurs sur l’EVA (échelle visuelle analogique), des améliorations d’après les réponses fournies dans le questionnaire des symptômes de fibromyalgie (Fibromyalgia Impact Questionnaire) et une diminution significative de l’anxiété des participants. Dans le groupe témoin, aucune amélioration significative n’a été constatée. Les chercheurs ont conclu que la nabilone «semble offrir un traitement potentiel utile et bien toléré permettant aux patients atteints d’une fibromyalgie de calmer significativement leurs douleurs et d’améliorer leur capacité fonctionnelle ». (Source: Skrabek RQ, Galimova L, Ethansand Daryl K. Nabilone for the Treatment of Pain in Fibromyalgia. J Pain, du 30 octobre 2007; [publication électronique avant impression])

Pays-Bas: le gouvernement veut prolonger de cinq années le droit de vente du cannabis dans les pharmacies

Dans une déclaration du 7 novembre, le gouvernement néerlandais a déclaré sa volonté d’encourager le développement d’un médicament à base de cannabis et de prolonger de cinq années supplémentaires le droit de vente de la drogue dans les pharmacies. Le gouvernement souhaite ainsi faciliter les travaux de recherche scientifique sur le cannabis médical et aider la société néerlandaise Echo Pharmaceuticals à progresser dans le développement d’un médicament à base de cannabis. En 2003, les Pays-Bas étaient le premier pays au monde qui autorisait les pharmacies à vendre du cannabis sur présentation d’une ordonnance correspondante établie par un médecin.

«Le cannabis médical doit faire partie des médicaments enregistrés selon les règles », a déclaré le ministre de la santé M. Ab Klinik dans un communiqué, et d’ajouter qu’il souhaitait réellement donner un coup de pouce au développement d’un médicament à base de cannabis. «La phase de développement, nécessitant parfois plusieurs années, permet de fournir des détails scientifiques et de mieux évaluer le rapport efficacité/sécurité du cannabis médical», d’après les explications du communiqué. Un porte-parole du ministère a précisé qu’aux Pays-Bas le cannabis médical est prescrit à plusieurs milliers de patients et près de 15000 personnes l’utilisent à des fins médicales. Il a ajouté que beaucoup de ces patients s’approvisionnent toujours dans les coffee-shops plutôt que dans les pharmacies.  Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.sciam.com/article.cfm?alias=dutch-want-cannabis- regis&chanID=sa003&modsrc=reuters (Source: Reuters du 7 novembre 2007)

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: Montana et Oregon

Dans l’Etat du Montana, au total 468 personnes sont inscrites au programme sur le cannabis médical. Toutes ont une attestation de leur médecin indiquant que le cannabis pouvait soulager leurs souffrances. De plus, l’administration sanitaire a établi des cartes autorisant 167 personnes à cultiver du cannabis, plus précisément 6 plantes par patient. Dans l’Etat de l’Oregon, le programme sur le cannabis médical inclut actuellement14831 patients. (Source: Chicago Tribune du 28 octobre 2007, Bozeman Daily Chronicle du 2 novembre 2007)

***Etats-Unis: suicide

Une citoyenne de Missoula (Montana), Robin Prosser, vient de mettre fin à ses jours. Elle souffrait d’un lupus érythémateux, une maladie auto-immune grave qui lui provoquait de fortes douleurs. Pour traiter la maladie, Mme. Prosser a utilisé du cannabis. Or, au mois de mars de cette année, des officiers de l’Agence fédérale de lutte contre la drogue (Drug Enforcement Agency) ont confisqué chez elle un peu moins de 15 g (1/2 once) de cannabis, et cela malgré son autorisation délivrée par l’Etat dans le cadre du programme sur le cannabis médical lui permettant de posséder la quantité de drogue saisie. En juillet de cette année, R. Prosser avait écrit dans un article publié dans la presse : «Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort. Peut-être que la prochaine campagne de notre Etat devrait être menée sur le thème de l’euthanasie. Si vous ne me permettez pas de vivre en paix et de moins souffrir, vous allez peut-être m’aider à mourir dignement ?»

La version intégrale de l’article de Mme Prosser est disponible en ligne sur //tinyurl.com/2n6hrr. (Source: Missoulian du 27 octobre 2007)

***Etats-Unis: Association américaine de psychiatrie

Dans une tentative de faire progresser l’acceptabilité de l’utilité du cannabis médical, l’APA (Association américaine de Psychiatrie) a déclaré un soutien unanime à la protection juridique de patients ayant une recommandation écrite par un médecin d’utiliser le cannabis à des fins médicales. Dans leur déclaration, l’association précise qu’elle soutient «la protection des patients et des médecins qui participent au programme sur le cannabis médical de l’Etat». Pour en savoir plus, rendez-vous sur //www.salem-news.com/articles/november072007/med_psyc_11707.php (Source : Salem-News.com du 7 novembre 2007)

***Science: consommation par les adolescents

Dans une étude suisse, les problèmes psychosociaux n’ont pas été plus importants chez des adolescents qui ont consommé uniquement du cannabis que chez les non consommateurs. Cette étude a inclus au total 5163 élèves et étudiants âgés entre 16 et 20 ans, classés en 3 groupes: les consommateurs de cannabis (455 personnes), les consommateurs de cannabis et de tabac (1703 personnes) et les non consommateurs (3105 personnes). Les adolescents qui n’ont consommé que du cannabis ont révélé de meilleures aptitudes psychosociales que ceux qui ont consommé à la fois du cannabis et du tabac. De plus, comparés aux non consommateurs, ils avaient de meilleures relations avec leurs amis, faisaient davantage de sport, mais, en revanche, les rapports avec leurs parents étaient plus difficiles et ils avaient tendance à manquer à l’école.

(Source: Suris JC, et al. Arch Pediatr Adolesc Med 2007;161(11):1042-7.)

***Science: prévenir le développement d’une tolérance

Dans une étude animale, un groupe de chercheurs canadiens et américains a démontré que des doses très petites de rimonabant, un antagoniste des récepteurs aux cannabinoïdes, ont empêché le développement d’une tolérance lors d’un traitement avec un agoniste du récepteur CB1 (WIN55-212,2). Les effets antalgiques du cannabinoïde ont diminué après sept jours de traitement d’une injection quotidienne du cannabinoïde. En revanche, si des doses très petites de rimonabant ont été administrées en association avec le cannabinoïde, les effets antalgiques sont restés inchangés. (Source: Paquette JJ, et al. Behav Pharmacol 2007;18(8):767-776.)

IL Y A UN AN

– Etats-Unis : rejet du projet de loi relatif à la légalisation du cannabis médical dans le Dakota du Sud à l’issu d’un vote serré

– Science/Canada: GW Pharmaceuticals demande une autorisation pour utiliser le sativex dans le traitement de douleurs liées au cancer

– Science: utilisation à long terme d’un extrait de cannabis par des patients atteints de sclérose en plaques

IL Y A DEUX ANS

– Allemagne: le tribunal administratif fédéral ouvre la voie à des certificats d’exemption pour l’utilisation médicale de cannabis

– Science: un extrait de cannabis efficace dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde

– Pays-Bas: le gouvernement souhaite mettre un terme au programme de cannabis médical et réduire la vente de cannabis dans les coffee shops aux Néerlandais uniquement

– Espagne: le sativex bientôt disponible pour certains patients

—————————————–
IACM-Bulletin du 30 novembre 2007
—————————————–

* Science: le cannabis a réduit les douleurs neuropathiques dans une étude clinique

* Science: le cannabidiol pourrait être utile dans la réduction de l’agressivité des cellules du cancer du sein

Science: le cannabis a réduit les douleurs neuropathiques dans une étude clinique

Une étude clinique, incluant 125 patients fréquentant différents centres, a été conduite sous la direction du Professeur Turo Nurmikko du Walton Centre for Neurology and Neurosurgery de Liverpool, et a montré que l’extrait de cannabis sativex réduit de manière significative la douleur neuropathique. L’étude contrôlée versus placebo a duré cinq semaines pendant lesquelles on a administré le sativex à 63 patients et le placebo à 62 personnes. Parallèlement, les patients ont poursuivi leur traitement antalgique habituel qui se composait, pour 69 %, de médicaments à base d’opiacés.

La diminution moyenne de l’intensité de la douleur, mesurée sur une échelle allant de 0 à 10, a été plus importante pour les patients qui recevaient du sativex que pour ceux qui prenaient un placebo (réduction moyenne: -1,48 contre -0,52 points). On a également pu observer des améliorations significatives concernant d’autres paramètres, tels que le sommeil et l’impression générale du patient par rapport au changement. Les effets secondaires ont été qualifiés d’un niveau allant de faible à modéré. Parmi tous les participants, 18% du groupe sativex et 3% du groupe témoin ont souhaité abandonner l’étude. Une prolongation des recherches sous forme d’une étude ouverte a montré que la réduction des douleurs est restée stable sans besoin d’augmenter le dosage, et cela sur une période d’un an. (Sources: Nurmikko TJ, Serpell MG, Hoggart B, Toomey PJ, Morlion BJ, Haines D. Sativex successfully treats neuropathic pain characterised by allodynia: A randomised, double-blind, placebo-controlled clinical trial. Pain du 6

novembre 2007 [Publication électronique avant impression]; communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 12 novembre 2007)

Science: le cannabidiol pourrait être utile dans la réduction de l’agressivité des cellules du cancer du sein

Dans le modèle animal (souris) du cancer du sein métastasé, le cannabinoïde naturel, non psychotrope, cannabidiol (CBD) a réduit l’agressivité des cellules cancéreuses. Le CBD inhibe la protéine appelée Id-1. Les protéines Id jouent un rôle important dans la biologie des cellules tumorales. Les chercheurs du California Pacific Medical Center Research Institute ont conclu que «le CBD représente le premier agent exogène non toxique capable de diminuer l’expression de la protéine Id-1 dans les cellules métastatiques du cancer du sein, conduisant à une baisse de l’agressivité tumorale.

Les auteurs soulignent qu’ils ne suggèrent pas que les patients fument du cannabis et d’ajouter qu’il est improbable qu’une concentration efficace en CBD puisse être obtenue rien qu’en fumant du cannabis. Le directeur de l’étude, le Dr. Sean McAllister, a déclaré: «Actuellement, nous disposons d’un nombre limité d’options pour traiter les formes agressives du cancer du sein. Ces traitements, tels que la chimiothérapie, peuvent être efficaces, mais ils sont aussi extrêmement toxiques et pénibles pour les malades. Or la substance testée ouvre l’espoir d’une thérapie non toxique qui pourrait aboutir aux mêmes résultats sans effets secondaires douloureux. (Sources: BBC News du 19 novembre 2007; McAllister SD, Christian RT, Horowitz MP, Garcia A, Desprez PY. Cannabidiol as a novel inhibitor of Id-1 gene expression in aggressive breast cancer cells. Mol Cancer Ther 2007;6 (11): 2921-7.)

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: production de cannabis

Selon un rapport du Département de la Justice, le programme d’éradication de la plante de cannabis (appelé «Campaign Against Marijuana Planting», Campagne contre la culture de cannabis) a conduit les producteurs à se retirer dans des endroits clos. Le rapport remarque qu’un des effets secondaires de ces plantations à l’intérieur est la production d’une marijuana plus concentrée et qui s’étale sur toute l’année, ce qui entraîne un accroissement exponentiel des profits. Dans ce rapport, il a également été constaté que ce programme d’éradication n’a pas réduit l’accessibilité au cannabis et que le marché du cannabis aux États-Unis est saturé.

Le rapport peut être téléchargé sur : //www.usdoj.gov/ndic/pubs25/25921/25921p.pdf (Source: National Drug Threat Assessment 2008)

***Science: migraine

Des chercheurs italiens ont démontré que le système endocannabinoide est détérioré chez les patients présentant des migraines et des maux de tête provoqués par la surmédication. Comparées à 20 sujets en bonne santé, les concentrations de l’endocannabinoide 2-AG et de l’anandamide sont plus faibles que celles relevées sur les plaquettes de 20 patients avec des migraines et de 20 patients avec des maux de tête dus à la surmédication. De même, les taux de sérotonine ont été plus faibles chez les deux groupes de patients. (Source: Rossi C, et al. Eur J Clin Pharmacol, du 15 novembre 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: nausée

Dans le modèle animal (rats) des nausées anticipées, le cannabidiol (CBD) et un inhibiteur de la dégradation des endocannabinoides (URB597) se sont montrés efficaces pour réduire la nausée. Les nausées anticipées chez les patients suivant une chimiothérapie ne répondent pas positivement aux traitements courants contre les nausées. Cette forme de nausée est causée par des stimuli associés à des nausées antérieures (par ex. odeurs de l’hôpital) avant de recevoir la chimiothérapie). (Source: Rock EM, et al. Psychopharmacology (Berl), du 9 novembre 2007; [publication électronique avant impression])

***Science: cirrhose hépatique

Dans le modèle animal (rats) de la cirrhose hépatique, une activation du récepteur CB2 avec un agoniste du récepteur CB2 pendant 9 jours a réduit de manière significative les symptômes de la fibrose et, de plus, a réduit l’inflammation et amélioré la pression artérielle. (Source: Munoz-Luque J, et al. J Pharmacol Exp Ther 2007, du 20 novembre 2007;]) [publication électronique avant impression])

***Science: cannabidiol

Des expérimentations animales sur des souris ont révélé qu’un dosage élevé de CBD offre les mêmes bénéfices qu’un dosage faible donné de THC, c’est-à-dire l’apathie et l’hypothermie. (Source: Hayakawa K, et al. Brain Res, du 12 octobre 2007) [publication électronique avant impression])

***Science: cycle menstruel

Des chercheurs de la Caroline du Nord ont étudié l’influence de divers facteurs sur la phase folliculinique du cycle menstruel. La phase folliculinique est la phase précédant l’ovulation (première moitié du cycle menstruel). Il a été observé que des consommatrices occasionnelles de cannabis (jusqu’à trois fois pendant les trois derniers mois) avaient une phase folliculinique plus longue que les non consommatrices (3,5 jours) et que la phase folliculinique chez les consommatrices régulières de cannabis (plus de trois fois) était rallongée de 2 jours, toujours comparée à celle des non-consommatrices. (Source: Jukic AM, et al. J Womens Health (Larchmt) 2007;16(9): 1340-1347.)

IL Y A UN AN

– Pays-Bas: le Canada, l’Allemagne et l’Italie sont intéressés par le cannabis médical cultivé aux Pays-Bas

– Etats-Unis : décision provisoire pour le maintien de la Loi sur le cannabis médical en Californie

– Science: des patients évaluent le cannabis naturel dans une étude contrôlée

– Science: la cause pour laquelle le cannabis nuit à la mémoire et pourrait être efficace contre l’épilepsie

IL Y A DEUX ANS

– Grande-Bretagne: le sativex disponible sans prescription pour les patients

– Pays-Bas: l’Agence pour le Cannabis médical optimiste quant à la poursuite du programme de cannabis médical

—————————————–
IACM-Bulletin du 16 décembre 2007
—————————————–

* Science/États-Unis: une étude clinique avec l’extrait de cannabis sativex a commencé aux États-Unis

* États-Unis: le Nouveau-Mexique veut établir un système de production et de distribution du cannabis médical

Science/États-Unis: une étude clinique avec l’extrait de cannabis sativex a commencé aux États-Unis

Selon un communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, la compagnie anglaise et son partenaire japonais, la société Otsuka Pharmaceuticals, ont commencé l’étude en phase III avec le spray de cannabis sativex, destiné à soulager la douleur des patients atteints de cancer. L’essai durera cinq semaines et inclura 336 patients; il a pour objet de définir la réduction de la douleur chez des patients qui ne réagissent pas aux opiacés et dont le cancer est avancé. La recherche est menée sous la direction du Dr. Russel K. Portenoy, Directeur du Department of Pain Medicine and Palliative Care au Beth Israel Medical Center de New-York. Dans un premier temps, l’étude sera conduite dans une quarantaine de centres principalement situés aux États-Unis. L’objectif premier est d’évaluer le dosage et le rôle potentiel du sativex en tant que complément au traitement analgésique déjà utilisé.

GW Pharmaceuticals pense publier les premiers résultats de l’étude l’année prochaine et recevoir l’autorisation de mise sur le marché pour les Etats-Unis en 2011. La société Otsuka y détient les droits exclusifs de développement et de vente du sativex. GW Pharmaceuticals estime que près de 40 % des patients atteints de cancer souffrent de douleurs tellement intenses que le recours à des traitements à base d’opiacés semble indispensable. Le sativex est déjà utilisé au Canada comme analgésique dans les cas de cancer avancé et de sclérose en plaques.

Pour plus d’informations, veuillez consulter les sites //www.gwpharm.com/

//www.bloomberg.com/apps/news?pid=newsarchive&sid=aTIBTT0uLsV8

(Source: communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 26 novembre 2007, Bloomberg- News du 26 novembre 2007)

États-Unis: le Nouveau-Mexique veut établir un système de production et de distribution du cannabis à usage médical

Dans le cadre du programme de cannabis médical du Nouveau-Mexique, des patients, des soignants et des institutions privées pourraient obtenir des autorisations spéciales du Department of Health afin de cultiver ou se procurer du cannabis, en fonction des réglementations que le Département aura dégagées. Les réglementations proposées établiraient un système d’autorisation de la production et de la distribution du cannabis à usage médical.

Le Département prévoit de publier cette réglementation d’ici la fin du mois. Une audience publique aura lieu à Santa Fé le 14 janvier.

Au Nouveau-Mexique, la loi, qui a pris effet au 1er juillet, permet l’usage du cannabis comme analgésique et comme traitement des symptômes de certaines maladies débilitantes comme le cancer, le glaucome, l’épilepsie, la sclérose en plaques, le SIDA et les syndromes de compression médullaire. Le Département a donc sélectionné 74 patients éligibles à participer au programme ce qui les autorise à utiliser le cannabis médical. D’une part ils sont préservés d’une éventuelle poursuite des autorités fédérales mais, d’autre part, doivent se débrouiller seuls pour se procurer le cannabis soit en le cultivant soit en se le procurant chez des amis ou des revendeurs de drogue. Dans la loi proposée, le Département autoriserait différents types de producteurs incluant le patient autorisé, le soignant, un établissement de l’État ou une initiative privée. Le Nouveau-Mexique est le 12ème État à légaliser le cannabis pour certains usages médicaux, mais c’est le seul qui prévoit l’établissement d’un système légal de production et de distribution. (Source: Associated Press du 4 décembre 2007)

Nouvelles en bref

***États-Unis: Californie et Colorado

Les tribunaux de la Californie et du Colorado ont ordonné à la police de remettre le cannabis saisi aux patients autorisés par les lois de l’Etat à utiliser la drogue. La police a soutenu que la possession de cannabis était déclarée illégale par la loi fédérale. Les juges ont affirmé que l’exécution des lois fédérales ne supplantait pas l’autorisation de l’État à posséder du cannabis à des fins médicales. (Sources: New York Times du 30 novembre 2007, Coloradoan du 4 décembre 2007)

***États-Unis: Irvin Rosenfeld

La date du 20 novembre 2007 marquait le 25ème anniversaire de l’autorisation à utiliser du cannabis attribuée par le gouvernement fédéral à Irvin Rosenfeld atteint d’une maladie rare des os. C’est un des plus anciens bénéficiaires toujours en vie de la loi fédérale. Ce club exclusif ne comptait que 13 membres qui, aujourd’hui, ne sont plus que cinq. Depuis 1992, aucune nouvelle personne n’a été autorisée à intégrer le programme. Quant au cannabis, il est toujours fourni. Ce dernier est cultivé l’University of Mississippi et les cigarettes sont fabriquées en Caroline du Nord. Irvin Rosenfeld a été la deuxième personne à obtenir une autorisation fédérale pour fumer du cannabis. La première, Robert Randall, qui souffrait d’un glaucome, puis du SIDA est décédé en 2001. (Source: Virginian-Pilot du 3 décembre 2007).

***Science: sativex

Le 3 décembre, GW Pharmaceuticals a annoncé qu’elle a entamé une étude en phase III avec l’extrait de cannabis sativex chez des patients atteints de spasticité causée par la sclérose en plaques. Cette étude est conçue pour fournir une base en vue de l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché européen pour le sativex dans les indications de spasticité SEP. Les résultats de l’étude sont attendus pour la fin de l’année 2008. L’objectif est de satisfaire les demandes des autorités qui consistent en une clarification de l’ampleur de l’effet du traitement chez des patients «répondants » (les patients qui répondent au traitement avec le sativex). (Source: communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 3 décembre 2007)

***Science: VIH/SIDA

Dans des cultures de certaines cellules du cerveau, il a été montré que le cannabinoïde synthétique WIN55,212-2 empêche la reproduction du VIH et que le récepteur CB2 transmet cet effet. (Source: Rock RB, et coll. J Neuroimmune Pharmacol 2007; 2(2):178-83)

***Science: Sclérose en plaques

Des chercheurs britanniques ont montré que, dans le modèle animal de la sclérose en plaques, les cannabinoïdes jouaient les rôles de neuro-protecteurs et d’immuno-suppresseurs, ce qui pourrait ralentir l’évolution de la maladie. Cependant, à un dosage faible (sans dépasser la limite sous laquelle le traitement ne serait plus pertinent chez l’homme), seules les effets neuro-protecteurs ont pu être obtenus. Quant aux effets immuno-suppresseurs, ils ont nécessité un dosage élevé. (Source: Croxford JL, et coll. J Neuroimmunol., du 23 novembre 2007 [publication électronique avant l’impression)]

***Science: L’addiction au cannabis

Une étude danoise, incluant 36 personnes ayant cherché un traitement de l’addiction au cannabis, a été menée sur une période moyenne de 26 mois après le traitement de sevrage. Il a été constaté que l’intensité des symptômes liés au sevrage au cours du traitement était indépendante de la probabilité de rechute par la suite. (Source: Arendt M, et al; Am J Addict 2007;16(6):461-7.)

IL Y A UN AN

– Science: la consommation modérée de cannabis a un effet positif sur le traitement de la dépendance à la cocaïne chez des patients avec un TDAH

IL Y A DEUX ANS

– Science: de la crème contenant des endocannabinoïdes efficace dans le traitement du prurit provoqué par une maladie du rein

– Science: les conducteurs ayant du THC dans le sang ne présentent que seulement une faible augmentation du risque de provoquer un accident

—————————————–
IACM-Bulletin du 31 décembre 2007
—————————————–

* Science: le THC diminue la douleur chronique des patients que les opiacés soulagent peu

* Royaume-Uni: l’Agence de régulation des médicaments et des produits de santé publie un rapport d’information sur le sativex

* Science: composition qualitative similaire des fumées du cannabis et du tabac

Science: le THC diminue la douleur chronique des patients que les opiacés soulagent peu

Dans une étude menée par les chercheurs de l’université de Harvard de Boston, le THC (dronabinol) a diminué la douleur de 30 patients qui prenaient déjà des opiacés pour soulager leur douleur chronique. La phase I de cette étude organisée en 2 phases comportait un essai en double aveugle pendant lequel on a administré aux participants en une prise unique et à trois dates différentes des gélules identiques avec soit 10 mg de THC soit 20mg de THC soit un placebo. La phase II, en essai ouvert, consistait à l’administration de THC, dosé individuellement, associé à la médication avec des opiacés à dosage fixe.

Les résultats de l’étude en phase I ont montré que les patients à qui on a administré du THC ont bénéficié d’une réduction de l’intensité de la douleur par rapport à ceux du groupe témoin, et ce, sans distinction des deux dosages de THC. Dans l’essai en phase II, le THC titré a conduit à un soulagement significatif dela douleur et à une satisfaction accrue, selon les valeurs obtenues et comparées à celles de départ. Les dosages ont eu une incidence sur la fréquence des effets secondaires. Globalement, l’utilisation du THC a augmenté l’effet analgésique chez les patients qui prennent des opiacés pour traiter leurs douleurs chroniques. (Source: Narang S, Gibson D, Wasan AD, Ross EL, Michna E, Nedeljkovic SS, Jamison RN. Efficacy of Dronabinol as an Adjuvant Treatment for Chronic Pain Patients on Opioid Therapy. J Pain, du 12 décembre 2007 [Publication électronique avant impression])

Royaume-Uni: l’Agence de régulation des médicaments et desproduits de santé publie un rapport d’information sur le sativex

Le 13 décembre, l’Agence de régulation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a publié un rapport d’information sur le sativex. Cet extrait de cannabis, dont l’usage médical est autorisé au Canada, est produit par la société anglaise GW Pharmaceuticals. «L’immense intérêt public» porté au sativex, et le fait que, au Royaume-Uni, 1200 patients ont obtenu le médicament sur ordonnance ont permis à la MHRA de franchir ce cap.

Le rapport conclut qu’en principe le profil de sécurité du sativex est acceptable pour les patients proposés et son indication thérapeutique, étant donné qu’une efficacité suffisante a été prouvée. GW Pharmaceuticals mène actuellement une étude clinique afin de clarifier les questions restantes quant à l’efficacité de leur extrait. Le rapport inclut également une déclaration de consensus par un comité d’experts indépendants dans laquelle ils déclarent :«Nous concluons que le sativex répond à un besoin à ce jour insatisfait pour les patients qui ne peuvent bénéficier d’aucune autre option de traitement traditionnel. Nous pensons que le sativex devrait être autorisé et mis à disposition sur ordonnance pour les patients souffrants de spasticité due à une sclérose en plaques. Nous encourageons fortement le MHRA à y procéder.»

Le rapport est disponible sur le site web de la MHRA: //www.mhra.gov.uk/home/idcplg?IdcService=GET_FILE& dID=38433&noSaveAs=0&Rendition=WEB (Sources: Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 13 décembre 2007, MHRA Report on Sativex du 13 décembre 2007)

Science: composition qualitative similaire des fumées du cannabis et du tabac

Des chercheurs canadiens ont étudié la composition chimique des fumées du cannabis et du tabac. Pour réaliser l’étude, ils ont utilisé des machines à fumer et des cigarettes pesant environ 800mg. Les résultats montrent des similarités qualitatives et quelques différences quantitatives, ce qui signifie que l’on trouve majoritairement les mêmes substances dans les deux fumées, mais à des concentrations différentes. Pour une inhalation normale, les fumées du tabac et du cannabis produisent une moyenne de 40mg de goudron. En inhalant plus fort, comme c’est le cas avec les cigarettes de cannabis, la quantité de goudron par cigarette s’élève à entre 80 et 100mg. Ainsi c’est donc plutôt la façon d’inhaler la fumée que la nature du produit qui détermine la quantité de substances nocives absorbée.

Pour la même façon d’inhaler, les chercheurs ont trouvé 20 fois plus d’ammoniac dans la fumée du cannabis que dans celle du tabac, ce qui, selon les auteurs, pourrait provenir des taux de nitrates plus importants dus aux procédés de fertilisation.

Comparés au tabac, des taux plus élevés de 2,5 fois pour le cyanure d’hydrogène, de 4 fois pour l’oxyde nitrique (NO) et de 3 à 5 fois pour certaines amines aromatiques ont été mesurés dans la fumée du cannabis. Des nitrosamines spécifiques au tabac n’ont pas été trouvées dans la fumée de cannabis. Puis, toujours dans la fumée du cannabis, des concentrations de mercure, de cadmium, de plomb et d’arsenic, ainsi que des composés carbonyles à faible poids moléculaire (formaldéhyde, acétaldéhyde, etc.) ont été significativement inférieures à cellesmesurées dans la fumée du tabac. Quant à la concentration d’hydrocarbonés polycycliques aromatiques, elle a été inférieure avec la fumée du cannabis qu’avec la fumée du tabac.

L’étude peut être consultée sur: //pubs.acs.org/cgi-bin/sample.cgi/crtoec/asap/pdf/tx700275p.pdf (Source: Moir D, Rickert WS, Levasseur G, Larose Y, Maertens R, White P, Desjardins S. A Comparison of Mainstream and Sidestream Marijuana and Tobacco Cigarette Smoke Produced under Two Machine Smoking Conditions. Chem Res Toxicol., du 7 décembre 2007 ([Publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref:

***Science: cancer du côlon

Il est reconnu que le THC et d’autres cannabinoïdes réduisent la durée de vie des cellules cancéreuses dans le côlon. Dans une lettre destinée à l’International Journal of Cancer, des chercheurs britanniques ont mis en garde que l’usage prolongé des antagonistes des récepteurs aux cannabinoïdes pourrait accroître les risques de cancer du côlon. L’un de ces antagonistes, appelé rimonabant, est utilisé en Europe pour lutter contre l’obésité. Etant donné que le risque de développement de ce type de cancer est déjà accru dans les cas de l’obésité, le rimonabant pourrait donc encore davantage augmenter ce risque. (Source: Wright KL, et al. Int J Cancer., du 12 décembre 2007 [Publication électronique avant impression]

IL YA UN AN:

– Suisse: le parlement a décidé de proposer l’assouplissement des dispositions relatives à l’utilisation de cannabis à des fins médicales

– Science: la nabilone réduit les douleurs et d’autres symptômes chez des patients atteints d’un cancer

IL Y A DEUX ANS:

– Espagne/Grande-Bretagne: accord pour la commercialisation de Sativex en Europe

– Allemagne: la commission des pétitions du Bundestag soutient une demande de prise en charge de THC (dronabinol) par les caisses d’assurance maladie

– Allemagne: la Cour constitutionnelle fédérale se prononce en faveur d’une obligation de remboursement par les caisses d’assurance maladie des frais médicaux pour de nouveaux moyens traitement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :