Courrier à Madame le Garde des Sceaux

 

Logo principes actifsAssociation Loi 1901

Montreuil, le 20 février 2013


Madame le Ministre,

Nous vous  sollicitons  au sortir de vos très récents débats, intenses, à l’assemblée nationale, car vous avez su exprimer toute l’attention nécessaire auprès de vos concitoyens et nous-nous permettons de faire résonner vos propos éminents suivants :

« Nous avons le devoir d’être constamment à l’écoute des citoyens, de bien percevoir ce qui nous attend de la société et comment ils veulent eux même la faire évoluer ».

 

Nous vous adressons ce courrier, souhaitant mettre en lumière la situation d’une tranche significative de la population.

Principes Actifs est une association regroupant des malades qui utilisent le cannabis  pour palier les inconvénients de certains de leurs traitements, soulager des douleurs chroniques, sans les effets secondaires délétères de certains médicaments. Ces applications sont scientifiquement mises en évidence et reconnues, de plus nos médecins sont prévenus de notre usage.

Avec un quotidien où la maladie nous interpelle à chaque instant avec force par la spécificité des différentes pathologies, l’énergie utilisée à faire face ne devrait être dévolue qu’à cette fin. Pourtant, une espèce de « double peine »  vient alourdir notre quotidien, même si il arrive que des magistrats, sans faire abstraction des textes, puissent montrer de la compassion pour considérer l’utilisation des cannabinoïdes comme palliatifs à des maux récurrents, certains s’acharnent sur les patients, ce qui peut entraîner des situations sociales et  familiales particulièrement douloureuses, et nous avons un cas précis parmi nous.

Malgré tout, lorsque son usage relève du thérapeutique, avec dossier médical étayé à l’appui, ne pourrait-on imaginer une sorte d ‘harmonisation au niveau de tous les tribunaux, ce qui n’est pas le cas actuellement : relaxe à Bourges, dispense de peine à Colmar, amendes avec sursis à Agen, St Brieuc, amendes, peine de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant cinq ans à Metz, alors que toutes ces personnes avaient un dossier médical quasi semblable, et des pathologies pour lesquelles le cannabis a un effet bénéfique.

Cette harmonisation permettrait de ne pas entraver davantage une vie déjà  perturbée par la maladie.

Nous avons bien conscience que l’utilisation du cannabis est un problème global, qui ne pourra se traiter qu’en commission interministérielle, et qui met en jeu de multiples paramètres, mais ne pensez vous pas qu’il serait possible d’œuvrer en ce sens en ce qui concerne son usage thérapeuique, en attendant le véritable débat nécessaire  sur  la question ?

Nous vous remercions très vivement de la bienveillance avec laquelle vous consentirez à regarder  notre demande

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Madame le Ministre, l’expression de notre reconnaissance et de notre déférence .

 

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :