Cancer : les oncologues recommandent le cannabis thérapeutique à leurs patients sans savoir si ça fonctionne

Aux Etats-Unis, 80% des oncologues déclarent avoir déjà abordé la question du cannabis thérapeutique avec leurs patients, mais moins de 30% d’entre eux estiment être suffisamment informés pour faire de telles recommandations.

tvirbickis / Istock

Le cannabis thérapeutique serait paré de toutes les vertus contre la douleur, et certaines maladies, si l’on en croit certains malades et internet. En réalité, les preuves scientifiques sur son efficacité manquent encore, car très peu d’études de bonne qualité méthodologique ont réellement été réalisées.

Pourtant, cela n’empêche pas un juteux business de se mettre en place, toujours sur internet, et certains agriculteurs français, notamment dans la Creuse, réclament désormais le droit de produire du cannabis à usage médicinal.

Quel intérêt réel pour le cannabidiol ?

Dans le cannabis, il existe 2 principales molécules intéressantes parmi une centaine : le THC, ou tétrahydrocannabidiol, la substance psychoactive dont les effets planants sont recherchés, et le cannabidiol, dont les propriétés sédatives et relaxantes ont été validées (en complément du traitement usuel) dans les nausées chez les cancéreux et dans certaines formes d’épilepsies rares. En dehors de ces indications, l’apport thérapeutique du cannabidiol n’est pas démontré. Pourtant, il est possible de se procurer du cannabidiol en toute légalité sur internet puisque cette molécule est autorisée à la vente en France à faible concentration (par exemple dans les liquides des e-cigarettes).

Aux Etats-Unis, où le cannabis est autorisé dans certains d’états et le cannabidiol dans 28, le cannabidiol est également très largement utilisé. Pourtant, près de la moitié des oncologues parlent de la consommation de marijuana à des fins thérapeutiques à leurs patients sans être suffisamment informés sur le sujet, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology.

 

Première enquête nationale

Il s’agit de la première enquête nationale sur le sujet depuis que l’usage du cannabis thérapeutique est autorisé aux Etats-Unis. Rappelons que les produits disponibles en pharmacie ne contiennent jamais plus de deux substances actives, là où le cannabis à l’état brut en contient plus d’une centaine.

80% des oncologues interrogés ont déclaré avoir déjà abordé la question du cannabis thérapeutique avec leurs patients, mais moins de 30% d’entre eux ont estimé être suffisamment informés pour faire de telles recommandations. Même si l’usage thérapeutique du cannabis est légal dans plus de la moitié des Etats américains, “les preuves scientifiques appuyant l’utilisation de la marijuana médicale en oncologie sont encore très minces, ce qui place les médecins dans une position très inconfortable”, rappelle le docteur Ilana Braun, du Dana-Farber Institute of Adult Psychosocial Oncology.

Jusqu’à présent, aucun essai clinique randomisé ne s’est penché sur les effets de la marijuana médicale chez les patients atteints de cancer, de sorte que les oncologues ne se fient qu’aux recherches sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales dans le traitement de maladies autres que le cancer.

Un complément efficace au traitement standard de la douleur

Deux tiers des oncologistes interrogés pensent pourtant que la marijuana médicale est un complément efficace au traitement standard de la douleur. Pour eux, le cannabis thérapeutique est tout aussi, voire plus performant que la médication classique contre les effets secondaires de la chimiothérapie comme la nausée ou le manque d’appétit.

Une étude publiée dans The European Journal of Internal Medicine a démontré que le cannabis thérapeutique serait effectivement efficace pour soigner les douleurs chez les personnes âgées. 901 patients de plus de 65 ans ont participé à cette recherche. Tous souffraient de douleurs liées soit au cancer, à la maladie de Parkinson, au stress post-traumatique, à une colite ulcéreuse (maladie inflammatoire de l’intestin), ou encore à la maladie de Crohn. Après six mois de traitement à base de cannabis thérapeutique, plus de 93% des participants ont déclaré que leur douleur avait diminué de 4 à 8 points sur une échelle allant de 1 à 10. Plus de 70% des patients ont affirmé qu’ils ressentaient une amélioration globale de leur état.

Par Mathilde Debry avec la rédaction

Source : pourquoidocteur.fr

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :