CBD, a precursor of THC in e-cigarettes

Voila un article de la revue scientifique Nature qui explique que le CBD 100% pur se transforme en partie en THC lorsqu’il est fumé, c’est en tout cas démontré lorsqu’il est consommé en cigarette électronique. Ceci risque fort (très fort)  de rendre les consommateurs positifs au THC avec tous les problèmes graves qui en découlent.

On savait que des gens pouvaient être positif avec du CBD contenant un faible % de THC mais pas avec du CBD pur !

Je pense que c’est une information importante à partager, que les gens sachent quels risques légaux ils encourent même avec du CBD pur acheté en toute légalité.

Traduction google de l’introduction:

L’utilisation du cannabidiol (CBD) dans les cigarettes électroniques est répandue. Auparavant, il a été rapporté que le CBD est partiellement transformé en THC au cas où il est fumé comme une cigarette, cependant, la pyrolyse de ce composé n’a pas été évaluée de manière approfondie. Le but de notre étude était d’étudier l’effet de la température sur la composition des produits de pyrolyse du CBD. Les expériences ont été réalisées dans la plage de températures de fonctionnement typique des cigarettes électroniques (250–400 ° C) et à 500 ° C dans des conditions inertes et oxydantes, et les produits de pyrolyse ont été identifiés et quantifiés par GC-MS. Selon la température et l’atmosphère, 25 à 52% du CBD étaient transformés en d’autres substances chimiques: le Δ9-THC, le Δ8-THC, le cannabinol et le cannabichromène étaient les pyrolysats prédominants dans les deux conditions, tous formés par réaction de cyclisation. Le THC était le principal produit de pyrolyse à toutes les températures dans des conditions oxydantes et inertes. Nos résultats soulignent que le CBD dans les cigarettes électroniques peut être considéré comme un précurseur du THC, il supporte donc tous les dangers liés à ce composé psychoactif. Nos résultats sont des contributions fondamentales au profil de sécurité des cigarettes électroniques à base de CBD.

La suite de l’article :





Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :