Deux-Sèvres : Quand le cannabis pourra soulager sa douleur 20/02/2014

 

 Grâce à une Française qui lui en a rapporté d’Angleterre où il est déjà commercialisé, Laurent a pu tester le Sativex: « Ça m’a apporté un calme superbe! ».

Médicament destiné aux malades de sclérose en plaques, le Sativex, un dérivé du cannabis, sera commercialisé en 2015. Laurent regrette de devoir patienter.

Laurent Puisais, un Poitevin, est atteint d’une forme évolutive de la sclérose en plaques. Aujourd’hui, à cause de cette maladie qui attaque le système nerveux central, il est en fauteuil roulant. Mais il n’a rien perdu de sa force revendicative. L’an passé, pour pouvoir utiliser le Sativex, antidouleur alors interdit en France, il avait entamé une grève de la faim. Le mois dernier, le ministère de la Santé a fait savoir que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) venait d’accorder une autorisation de mise sur le marché à ce médicament. Ce dérivé du cannabis, qui se présente sous la forme d’un spray buccal, sera commercialisé par le laboratoire Almirall.

« Nous faire attendre un an, c’est méchant« 

Mais c’est toujours avec la rage au ventre que Laurent Puisais a reçu cette information. Car malgré les formalités franchies, le Sativex n’est pas attendu avant 2015. Il faut encore fixer son prix et les modalités de son remboursement. « Vivement l’année prochaine… Mais nous faire attendre encore un an, je trouve ça méchant. Les ministres nous disent en gros: vous les sclérosés, vous avez encore le droit de souffrir un an. » Cet habitant de La Puye (Vienne) a eu l’occasion de tester ce médicament qu’il qualifie de « miraculeux ». « Dix jours après la parution du premier article dans la presse l’an passé, j’ai reçu un colis avec deux sprays de Sativex. C’est une Française qui me les a envoyés. Elle se les fait prescrire en Angleterre et les ramène illégalement en France. »
L’homme, qui a déjà un traitement médicamenteux assez fort « pour contrecarrer les effets de la maladie », a pu constater à quel point le Sativex était efficace sur lui. « Les deux sprays m’ont duré un mois et demi. Ils m’ont offert un calme superbe. Mais sans shooter. Les ministres, ils n’imaginent pas nos douleurs. Ce sont comme des brûlures, ou des contractures… Des crampes, sans la douleur de la crampe. »
En attendant de pouvoir se faire prescrire du Sativex l’an prochain, Laurent Puisais n’a pas peur de le dire : quand il peut, il consomme un peu de cannabis par le biais d’un vaporisateur. Et surtout, il garde l’amour de la vie. « Il me reste une poignée d’années avant d’être branché ou de partir compter les étoiles. Mais je veux les vivres avec joie. Je me dis souvent: chienne de vie, qu’est-ce que t’es belle… »

Laurent Puisais, ancien musicien, a écrit un texte mis en musique par des amis. Il est possible de visionner la vidéo sur www.i-cone.net, rubrique « Les artistes » (mise en ligne le 25 mai 2013).

Alexis Couturier

Source : //www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2014/02/19/Quand-le-cannabis-pourra-soulager-sa-douleur-1802025

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :