Maurice : le cannabis thérapeutique démarre dans un centre pilote 

C’est à l’hôpital Victoria, à Candos, Quatre-Bornes, que les traitements vont débuter (Photo : Vel Moonien).

Avant que le projet ne soit une réalité, des spécialistes seront formés par des Américains. L’hôpital Victoria, à Candos, donnera le coup d’envoi pour ces traitements.   

Quatre mois après avoir pris connaissance du rapport du comité technique sur la culture du cannabis à usage médical, le gouvernement a donné son accord pour le démarrage des sessions de thérapie à l’hôpital Victoria, à Candos, sur un centre pilote. Des spécialistes devront, au préalable, suivre une formation auprès de la Society of Cannabis Clinicians (SCC) des Etats-Unis. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a également été approchée à ce titre.  

Un comité thérapeutique sera mis sur pied dans chaque hôpital régional de l’île. Il aura pour mission de donner son feu vert à chacune des ordonnances nécessitant du cannabis émanant des cliniques privées ou des hôpitaux publics. Ces médicaments seront offerts gratuitement pour ceux qui se présentent dans les établissements de santé publique. Ceux désirant se soigner dans le privé auront à mettre la main à la poche comme c’est le cas pour d’autres médicaments.   

Feu vert du gouvernement

En janvier dernier, le gouvernement mauricien a donné son feu vert pour les thérapies, à base de cannabidiol (CBD), de tétrahydrocannabinol (THC), voire une combinaison des deux sur certains patients. Ce traitement ne s’appliquera que pour des patients souffrant d’un cancer et qui nécessitent une chimiothérapie, d’épilepsie et de sclérose en plaques, entre autres. Il a cependant refusé que le cannabis à usage médical soit cultivé sur le territoire. 

Le rapport du comité technique présidé par le Pr Theesan Bahorun, un biochimiste, préconise que pour ces patients soient éligibles à ces traitements, ils doivent être évalués par un conseil médical. Ces médicaments doivent également avoir été validés par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence américaine des médicaments. Les risques et les avantages associés à cette thérapie devront également être soumis à évaluation régulièrement par des professionnels de santé publique.  

La loi régissant la possession de cannabis devra être modifiée afin que des médicaments dont le contenu ne dépasse pas 30 milligrammes de cannabidiol par millilitre et 30 milligrammes de delta-9-tétrahydrocannabinol par millilitre puissent être utilisés. C’est-à-dire par inhalation, à l’oral, par vaporisation et comme une pommade. Le recours au cannabis thérapeutique avait été recommandé par la Commission d’enquête sur la drogue en 2018, de même que par l’UNODC l’année suivante.  

Créer une industrie pharmaceutique

Il y a deux ans, Shirish Rummun, médaillé d’or en haltérophilie aux Jeux des îles de l’océan Indien de 1998 avait saisi la Cour suprême pour avoir l’autorisation de recourir à une thérapie à base de cannabis. Souffrant d’un cancer du sein, ce traitement lui a été prescrit par un médecin étranger. Son avocat, Rama Valayden, a mis de l’avant le fait que 615 personnes, dont des femmes qui souffrent de fibromes, se trouvent dans la même situation que l’ancien athlète.  

Le psychologue-addictologue, Kunal Naik, se pose cependant des questions quant au choix de l’hôtel du gouvernement de former les spécialistes par des Américains. Il se range de l’avis de certains cadres de la Santé, car l’expertise des Africains à travers la Communauté de développement de l’Afrique austral (SADC), voir le Marché commun des pays d’Afrique orientale et australe (COMESA) n’est pas dédaigner. Il soulève notamment la question du prix des médicaments approuvés par la FDA, d’autant que la roupie continue à plonger face au dollar.  

Etant donné que Maurice envisage de créer une industrie pharmaceutique, Kunal Naik propose que des partenariats avec des centres de recherches et des universités étrangères pour la mise en place d’un laboratoire local dans le domaine du cannabis médical. 

Source : lequotidien.re

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :