Vapotage et principe de précaution.

Par mesures de précautions, nous avons, depuis notre création, promu les modes de consommation tels que  : ingestion, applications “topiques”, sublingual et vaporisation (dabbing inclus), éliminant ainsi les dangers liés à la combustion et les questions sur l’efficacité et l’innocuité du vapotage.

.En plus des doutes émis par les autorités de santé américaines sur la dangerosité de vapoter certains E-liquids, nous avons aussi connaissance d’une pathologie médicale appelée la pneumonie lipoïdique en liaison avec le dépôt dans les alvéoles pulmonaires d’huile ayant servi de support aux cannabinoïdes ajoutés au E-liquid (marché clandestin) et utilisant par exemple une huile végétale pour extraire les dits cannabinoïdes.

Pour appuyer ces deux interrogations quant à l’innocuité ou la dangerosité du vapotage, à ne pas confondre avec la vaporisation, je vous soumet une petite description de la pneumonie lipoidique et un article sur les Premier décès aux US possiblement lié à la vape d’après les autorités

 

Pneumonie lipoïdique :

Source : psychoactif.org

Il est important de signaler le risque de pneumonie lipoïdique lors d’expérimentations inappropriées de vaporisation ou de e-cig de solutions huileuses, notamment de cannabis. Rappelons que le THC est essentiellement liposoluble. Notamment l’huile de cannabis à usage alimentaire (cannabis infusé dans de l’huile d’olive par exemple) ne doit jamais être inhalée. Elle ne doit pas être confondue avec l’huile de cannabis extraite au butane qui est un concentré “huileux” d’aspect, mais ne comportant pas d’huile et qui est utilisée pour le dabbing.

//beyondchronic.com/2014/09/warning-vaporize-edible-cannabis-oil/

//www.psychoactif.org/forum/t9014-p1-Comment-faire-huile-cannabis-BHO.html

Des articles décrivent des pneumonies lipoidiques lors d’utilisation en e-cig de solutions non adaptées, que ce soit associée à du cannabis ou non. Les solutions commerciales pour usage avec la e-cigarette ont été testées et n’entrainent pas ce risque.

//www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10980460

//www.cnpt.es/documentacion/publicaciones/62810e7cf388d4f9b1e53db99ea6e5d171520168e8cf08fffa1bdfbd10a3c853.pdf

//www.rappler.com/science-nature/life-health/53041-spain-patient-pneumonia-e-cigarettes

//www.archivesofpathology.org/doi/full/10.1043/1543-2165-134.2.229

 

Décès liés à la cigarette électronique : du cyanure d’hydrogène retrouvé dans des e-liquides aux USA

Source : dailygeekshow.com

Ces substances utilisées pour le vapotage ont déjà causé 18 morts et plus de 1000 hospitalisations

Il y a quelques semaines, une mystérieuse épidémie liée à l’utilisation de la cigarette électronique était enregistrée aux États-Unis. Parmi les centaines de cas de maladies pulmonaires enregistrées, plusieurs se sont avérées mortelles, et les autorités sanitaires ont rapidement mis en cause l’utilisation de liquides de contrebande contenant du THC, substance psychoactive que l’on retrouve dans la marijuana. Vendredi dernier, NBC News a publié un nouveau rapport allant dans ce sens : les analyses réalisées par le laboratoire indépendant ont révélé la présence de cyanure d’hydrogène dans des e-liquides à base de marijuana.

Le laboratoire CannaSafe a examiné 18 e-liquides contenant du THC : 3 provenaient de revendeurs agréés tandis que les 15 autres avaient été achetés sur le marché noir. À l’issue des tests, il s’est avéré que 10 des produits appartenant à la seconde catégorie contenaient du myclobutanil, se transformant en cyanure d’hydrogène lorsqu’il est chauffé à haute température. Selon les Centers for Disease Control and Prevention, l’acide cyanhydrique est un gaz incolore ayant tendance à se disperser rapidement à l’air libre mais se révélant extrêmement toxique lorsqu’il est inhalé.

— Neil Lockhart / Shutterstock.com

La vitamine E également pointée du doigt

Selon Antonio Frazier, vice-président du laboratoire CannaSafe : « Cette substance se révèle hautement toxique pour les poumons. Je ne pense pas que les consommateurs achèteraient un produit si l’étiquette précisait qu’il contenait du cyanure d’hydrogène. » Les chercheurs ont par ailleurs constaté que 13 des 15 échantillons non réglementés testés contenaient de la vitamine E. Bien que l’épidémie liée à l’utilisation de la cigarette électronique ne soit pas due à un seul produit ou substance, la Food and Drug Administration avait indiqué que de nombreux malades avaient déclaré avoir utilisé des e-liquides contenant cette vitamine.

Les 3 produits contenant du THC (vendus légalement) testés par les chercheurs ne contenaient quant à eux ni pesticides, ni vitamine E ou métaux lourds.

« À l’heure actuelle nous ne connaissons par encore l’ensemble des facteurs à l’origine de cette épidémie ayant déjà fait 13 morts », a reconnu le Dr Anne Schuchat, directrice adjointe principale des Centers for Disease Control and Prevention. « En raison de la diversité des produits chimiques présents des les cigarettes électroniques, des substances pouvant être ajoutées aux e-liquides, ainsi que de la diversité des produits en circulation, les analyses en laboratoire peuvent se révéler particulièrement complexes, mais elles se poursuivent. »

Source : dailygeekshow.com

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :