Bulletins IACM 2009

—————————————-
IACM-Bulletin du 26 janvier 2009
—————————————-

* IACM : appel à articles destinés au Congrès de l’IACM d’octobre 2009

* USA : discussion relative à la mise en application de la Loi sur le cannabis dans le Michigan

IACM : appel à articles destinés au Congrès de l’IACM d’octobre 2009

APPEL À ARTICLES – Vous êtes invités à présenter votre travail de recherche au cinquième Congrès de l’IACM sur l’usage médical des cannabinoïdes, qui se tiendra à Cologne en Allemagne, les 2 et 3 octobre prochain. Vous pouvez soumettre des extraits jusqu’au 15 avril 2009 pour une présentation orale, et jusqu’au 15 juin 2009 pour une affiche, par e-mail  info@cannabis-med.org. Si votre article, ou votre affiche, est accepté, l’accès au Congrès vous est offert. De plus, les intervenants peuvent demander à l’IACM le remboursement de leurs frais de déplacement.

PRIX DE L’IACM- Pendant la rencontre, l’IACM honorera quatre personnes pour la réussite de leur action relative à la réintroduction du cannabis et des cannabinoïdes comme médicament. Le comité des prix de l’IACM composé de Donald Abrams, Ester Fride, Giovanni Marsicano, Mario van der Stelt, Mauro Maccarrone et Raphael Mechoulam désignera les gagnants. Une récompense de 500 euros (650 dollars) est attachée à chaque prix.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ IACM- Pendant la rencontre, l’IACM tiendra son Assemblée générale annuelle. Les membres éliront le Comité directeur, composé au maximum de 10 membres, y compris le Président. Les membres associés désigneront les représentants des patients (2 membres maximum). Les membres de l’IACM sont invités à présenter des candidats par e-mail à info@cannabis-med.org. Les suggestions seront aussi recevables pendant le meeting. Les membres de l’IACM recevront, en juillet, une invitation écrite avec les infos imprimées de l’IACM.

Plus d’information sur le Congrès 2009 de l’IACM , y compris l’appel à articles sur: //www.iacm2009.org

États-Unis: discussion relative à la mise en application de la Loi sur le cannabis dans le Michigan

En novembre 2008, le Michigan est devenu le 13ème État des États-Unis à légaliser l’usage médical du cannabis. Récemment, une série de projets relatifs à ce programme de cannabis médical a été présentée en audience publique au Département de Santé communautaire (Department of Community Health) rencontrant de nombreuses critiques du public. Il a même été dit que certains de ces projets contredisaient la loi votée en novembre.

Les consommateurs de cannabis médical ont critiqué le fait que les règlements stipulent que le cannabis doit être conservé dans une armoire fermé et que les patients et leurs soignants doivent établir un inventaire du cannabis. Ils ont également remis en question les règlements proposés qui permettrait aux fonctionnaires du gouvernement d’inspecter les inventaires des malades; de plus, il a été proposé une interdiction de la consommation de ce médicament lorsqu’un tiers pourrait en être témoin, même si cela se déroule dans un lieu privé. Les consommateurs présents ont en outre remarqué que la loi votée ne contient pas de droits d’intervention de la part de l’État, hormis celui d’établir un système de délivrance de cartes spéciales autorisant les patients d’utiliser le cannabis médical ainsi que d’examiner la liste des maladies qui rendraient le patient éligible à consommer du cannabis médical. Un représentant du Département de Santé communautaire a fait remarquer que l’audience publique n’avait d’autre but que d’obtenir des informations sur ce qui pouvait fonctionner ou non.

Plus d’information sur : //cannabisnews.com/news/24/thread24405.shtm (Source : City Pulse, du 5 janvier 2009)

Nouvelles en bref

***États-Unis: culture du cannabis

L’Administration de répression des narcotiques (Drug Enforcement Administration, DEA) a rejeté une pétition d’un professeur de l’université du Massachusetts-Amherst afin de lui laisser cultiver du cannabis à des fins médicales. La décision de la DEA, en date du 7 janvier, dit que Lyle Craker, un horticulteur à la tête du programme des plantes médicinales de l’université n’a pas pu démontrer que le monopole de longue durée du gouvernement sur la production et la distribution de la drogue à des fins médicales n’était pas à même de répondre de manière «adéquate» aux besoins. La requête du professeur Craker stipulait que le cannabis cultivé par le gouvernement n’est pas assez puissant pour conduire des recherches médicales et ne permet pas de réussir des percées significatives. Il a aussi été dit que les quantités de drogue à la disposition des scientifiques de tout le pays étaient insuffisantes pour que ces derniers puissent poursuivre convenablement leurs travaux. (Source : Associated Press, du 13 janvier 2009)

*** États-Unis: Nouveau-Mexique

Le Département de la Santé du Nouveau-Mexique accepte désormais les demandes d’organisations à but non lucratif qui veulent produire et distribuer du cannabis aux patients autorisés. Les patients qualifiés peuvent aussi demander à cultiver du cannabis pour leur consommation personnelle. Le 9 janvier, le Département a annoncé qu’il avait pu finaliser les règlementations relatives aux cartes spéciales, ainsi qu’au système de production et de distribution en accord avec le programme de cannabis médical de l’État en place depuis 2007. (Source : Associated Press, du 9 janvier 2009)

***Belgique : sondage sur le cannabis médical

Le professeur Tom Decorte de l’université de Gent est en train de conduire une étude auprès des personnes qui cultivent (illégalement) du cannabis à des fins médicales. Pour ce faire, il cherche encore des volontaires. Cette étude se base sur des interviews menées avec des cultivateurs volontaires. Les conditions de participation sont : vivre dans la partie flamande de la Belgique et avoir au moins cultivé une fois du cannabis à des fins médicales. Les informations resteront confidentielles et ne seront utilisées qu’à des fins scientifiques. Les cultivateurs qui souhaitent participer au sondage, sont priés de contactent Robert Timmers à l’adresse robert.timmers@ugent.be. (Source : communication personnelle)

***Science : hypertension

Selon une étude menée par l’université de Nottingham (Grande-Bretagne) l’endocannabinoïde anandamide (WIN55,212-2) a réduit l’hypertension chez les rats chez qui la pression artérielle a été augmenté avec l’administration de substances spécifiques. Les effets obtenus ont été associés à une dilatation accrue des artères. Chez les rats présentant une pression artérielle normale, ces cannabinoïdes n’ont pas fait baisser la tension. (Source : Ho WS, et al. Br J Pharmacol 2009;156(1):94-104.)

***Science : protection du cœur

Des travaux de recherche sur les rats montrent que l’endocannabinoide anandamide protège le cœur des dommages causés par la doxorubicine. Il s’agit d’un médicament utilisé dans le traitement du cancer. (Source : Hydock DS, et al. J Cardiovasc Pharmacol Ther., du 7 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : acide ajulémique

Des travaux de recherche sur les cellules chez l’homme et chez la souris ont révélé que l’acide ajulémique, un cannabinoïde synthétique, utilisé en recherche clinique, a augmenté la formation de lipoxines A4, une substance que le corps produit et qui réduit les inflammations. (Source : Zurier RB, et al. FASEB J., du 5 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

***États-Unis: Chef du service fédéral de la Santé publique

Barak Obama a nommé au poste de « Chef du service fédéral de la Santé publique » ( Surgeon General ) le docteur Sanjay Gupta, un neurochirurgien, connu pour s’être opposé à la légalisation du cannabis médical en vigueur dans 13 États américains. Le « Surgeon Genera l» des États-Unis est le porte-parole principal en matière de santé publique du gouvernement. (Source : Washington Post, du 6 janvier 2009)

NOUVEAU LIVRE : * Stolick M. Otherwise Law-Abiding Citizens: A Scientific and Moral Assessment of Cannabis Use. Lexington Books. 2008. ISBN-10: 0739127454

IL Y A UN AN :

– Israël : des patients peuvent obtenir une autorisation gouvernementale pour consommer du cannabis dans un cadre médical

– Science : pour les patients souffrant de douleurs neuropathiques, la nabilone a une efficacité analgésique moindre que la dihydrocodéine

– Canada : une Cour fédérale a déclaré inconstitutionnelle la loi qui permet aux producteurs de cannabis de fournir la drogue à un seulet unique patient

IL Y A DEUX ANS :

– Science/Royaume-Uni : selon deux études cliniques, un extrait de cannabis est efficace dans le traitement des douleurs neuropathiques

—————————————-
IACM-Bulletin du 7 février 2009
—————————————-

Science : un nouveau cannabinoïde synthétique a été testé lors
d’une étude clinique en phase I* Monde : des cannabinoïdes synthétiques présents sur le marché illégal de la drogue

Science : un nouveau cannabinoïde synthétique a été testé lors d’une étude clinique en phase I

Un nouvel agoniste des récepteurs cannabinoïdes (CRA13) qui se lie, comme le THC, aux récepteurs CB1 et CB2, a été développé par la société pharmaceutique Novartis et testé pour son niveau de sûreté ainsi que pour sa tolérance, et sa pharmacocinétique. Pour cela, une étude clinique en phase I a été mise en place, incluant 69 sujets en bonne santé. 7 groupes de 9 personnes ont été formés à qui on a administré par voie orale une dose unique du cannabinoïde le matin à jeun et sans prise de nourriture après le traitement, puis en augmentant le dosage progressivement, allant de 1 à 80 mg de substance, ou un placebo. Afin d’étudier les effets produits par la nourriture, les 6 personnes restantes ont reçu dans un premier temps 40 mg de CRA13 à jeun, puis, deux semaines plus tard, la même quantité de substance, mais administrée à la suite d’un petit déjeuner très calorifique et riche en matières grasses.

Les effets secondaires produits par le CRA13 sont similaires à ceux observés avec le THC ou le cannabis et variaient en fonction du dosage. Les concentrations maximales dans le sang ont été enregistrées deux heures après l’administration de la substance, là encore un peu comme avec du THC par voie orale. L’administration du cannabinoïde associé à la prise d’un repas multiplie par deux la biodisponibilité du produit. Les auteurs ont noté que la nourriture riche en graisses améliore l’absorption des composés lipophiles, ce qui a été attribué à différents facteurs y compris une meilleure solubilité de la substance. (Source : Gardin A, Kucher K, Kiese B, Appel-Dingemanse S.CRA13, a novel cannabinoid agonist: first in human pharmacokinetics and safety. Drug Metab Dispos., du 14 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

Monde: des cannabinoïdes synthétiques présents sur le marché illégal de la drogue

Différentes mixtures de plantes connues sous le nom de Spice, vendues depuis 2002 en Europe, au Canada et en Nouvelle-Zélande, contiennent des cannabinoïdes synthétiques qui activent les récepteurs CB1 et provoquent des effets similaires à ceux produits par le THC. Et bien que le fabricant mette en garde contre l’ingestion de ces mixtures destinées à la fumigation, la plupart des personnes achètent Spice pour la fumer. Depuis décembre 2008, trois cannabinoïdes synthétiques ont été découverts dans les mixtures conduisant récemment à une interdiction partielle de commercialisation dans plusieurs pays, y compris l’Allemagne. Au Canada, elles ont été interdites au motif que ces «préparations synthétiques sont analogues» au cannabis naturel.

Le 15 décembre 2008, la société pharmaceutique allemande THC Pharm a annoncé que la présence du JWH-018 a été prouvée comme étant l’un des composants actifs dans au moins trois variantes de Spice; et le 19 janvier 2009, l’université de Fribourg, en Allemagne, a annoncé qu’un composant actif supplémentaire a été identifié comme étant un homologue, non davantage spécifié, du cannabinoïde synthétique CP 47,497. De plus, un autre cannabinoïde synthétique puissant, le HU-210, a été trouvé dans du Spice saisi par les services des douanes américains (US Customs & Border Protection). Du fait que de nombreux cannabinoïdes sont facilement produits par synthèse, il est attendu qu’ils peuvent aussi être facilement remplacés par des substances analogues.

Pour plus d’information : //en.wikipedia.org/wiki/Spice_(drug)

//www.cbp.gov/xp/cgov/newsroom/news_releases/01142009_3.xml

//hosted.ap.org/dynamic/stories/E/EU_GERMANY_SPICE_BAN?SITE=FLTAM&SECTION=HOME&TEMPLATE=news_generic.htm

(Sources : CBP, du 14 janvier 2009; Associated Press, du 21 janvier 2009; et autres)

Nouvelles en bref

***États-Unis: Californie

Le journal The San Francisco Chronicle a annoncé le 26 janvier que malgré l’adoption en 2005 par la ville d’un un arrêté municipal stipulant que les clubs de cannabis médical étaient soumis à une autorisation délivrée par la municipalité, seulement peu de demandes correspondantes ont été enregistrées. D’après l’article, la ville aurait ainsi délivrée à ce jour dix autorisations et 13 supplémentaires qui sont en cours de traitement. Des représentants officiels de la ville ont expliqué qu’il y avait actuellement 23 clubs de cannabis médical dans la ville, alors qu’ils étaient au nombre de 40 lors du lancement du processus de régularisation en 2005. (Source : Associated Press, du 26 janvier 2009)

***États-Unis: Nouveau-Mexique

Le Département de la Santé du Nouveau-Mexique a mis au point les règlementations régissant la délivrance des cartes spéciales ainsi que la production et la distribution relatives au programme de cannabis médical. Les nouvelles directives indiquent que les patients admis sont autorisés à posséder jusqu’à 6 onces (170 grammes) de cannabis médical (ou plus si cela est prescrit par leur médecin) et/ou 16 plantes (4 à maturité et 12 en croissance).

Pour plus d’information: //www.health.state.nm.us/marijuana.html (Source : New Mexico Department of Health)

***Science : prurit

Dans des essais sur animaux (souris), des chercheurs se sont intéressés à l’effet de modulation du système endocannabinoïde sur le fait de se gratter dans le cas d’un prurit. L’inhibition de l’enzyme FAAH qui dégrade l’endocannabinoide anandamide augmentant ainsi la concentration de celui-ci, a permis aux rongeurs de moins se gratter. Les auteurs des travaux ont noté «qu’il s’agit là des premières données précliniques qui laissent suggérer que le FAAH représente une nouvelle cible de traitement du prurit sans susciter d’importants effets secondaires». (Source : Schlosburg JE, et al. J Pharmacol Exp Ther., du 23 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : trouble bipolaire

Dans une vaste étude, incluant 3459 patients souffrant d’un trouble bipolaire, des chercheurs ont étudié les effets de la consommation de cannabis sur le cours de la maladie. Pendant les 12 mois de traitement, il a été observé que les consommateurs de cannabis respectaient moins les consignes liées aux mesures thérapeutiques, enregistraient des valeurs supérieures en termes d’intensité de la maladie en générale ainsi que des épisodes maniaques et psychotiques, comparés aux résultats obtenus chez les non consommateurs. (Source : van Rossum I, et al. J Nerv Ment Dis 2009;197(1):35-40)

***Science : stress

Un groupe de chercheurs brésiliens s’est intéressé à la manière dont le cannabidiol (CBD) agit. Ainsi, un traitement à base de CBD administré à des rats a réduit le rythme cardiaque et la peur lors de tests qui provoquent des situations de stress. Ces effets ont été obtenus grâce à un bloqueur des récepteurs de la sérotonine (5-HT(1A) récepteur). Les auteurs ont conclu que «le CBD peut atténuer les réponses aiguës autonomes au stress et diminuer les conséquences émotionnelles ultérieures, en favorisant la neurotransmission par les récepteurs 5-HT(1A)». (Source : Resstel LB, et al. Br J Pharmacol 2009;156(1):181-8)

***Science : psychose

Des chercheurs suisses ont étudié le développement de troubles psychiques chez des adolescents présentant des signes infracliniques d’hallucinations. On a pu observer une rémission totale de ces signes infracliniques pour plus de la moitié ainsi qu’une une rémission d’au moins partielle pour les deux tiers de ces patients au cours d’une année. Aucun effet pouvant être attribuée à la consommation de cannabis n’a été observé. Les chercheurs ont conclu que«chez les adolescents, les signes infracliniques d’hallucinations apparaissent par le biais d’un large spectre d’états mentaux et présentent de forts taux de rémission». (Source : Simon AE, et al. Schizophr Res, du 21 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : infarctus du myocarde

Une étude sur l’effet d’un cannabinoïde qui se lie aux récepteurs CB2 a été conduite dans le modèle animal (souris) de l’ischémie (diminution de l’apport sanguin artériel). Pour ce faire, une artère coronaire a été ligaturée pendant 30 minutes avant d’être à nouveau alimentée. Les animaux ont reçu une injection du cannabinoïde (JWH-133) cinq minutes avant la libération de l’artère permettant de réduire significativement l’intensité de l’infarctus du myocarde. Cet effet a été attribué au cannabinoïde qui a agi de manière directe pour protéger les cellules cardiaques. (Source : Montecucco F, et al. J Mol Cell Cardiol., du 7 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN:

– Science : le THC est efficace dans le traitement des nausées résistant à toute autre thérapie chez un patient ayant bénéficié d’un bypass gastrique

– Etats-Unis : selon un jugement de la Cour Suprême de Californie, les employeurs sont autorisés à renvoyer leurs employés qui consomment du cannabis médical pourtant autorisé par la loi de l’Etat

IL Y A DEUX ANS:

– Monde : un comité OMS d’experts recommande le reclassement du dronabinol

—————————————-
IACM-Bulletin du 14 février 2009
—————————————-

* Allemagne : les premiers patients autorisés peuvent désormais acheter du cannabis naturel dans les pharmacies

* États-Unis : en matière de politique de cannabis médical, des changements sont à attendre de la part du gouvernement fédéral

* Canada : la Cour suprême de la Colombie-Britannique statue que le programme de cannabis médical est anticonstitutionnel

* Science : baisse de la consommation de cannabis chez les jeunes au cours des dernières années

Allemagne : les premiers patients autorisés peuvent désormais acheter du cannabis naturel dans les pharmacies

C’était le 7 février dernier que la première patiente allemande a pu se procurer du cannabis médical dans une pharmacie. Une telle mesure d’exception concerne à ce jour sept patients. Ces derniers ont en effet obtenu une autorisation spéciale de l’Institut fédéral des produits pharmaceutiques et médicaux (BfArM) les autorisant à acheter en pharmacie du cannabis importé des Pays-Bas où il est cultivé et également commercialisé dans les pharmacies. L’information nous est parvenue de Bonne, plus précisément via un communiqué du Dr. Winfried Kleinert, directeur du Comité fédéral de Contrôle des Stupéfiants auprès du BfArM. À ce jour, 27 patients supplémentaires sont autorisés à utiliser un extrait de cannabis fabriqué à base de ces mêmes plantes.

Les sept patients souffrent de douleurs chroniques, de la sclérose en plaques, du Syndrome de la Tourette et d’autres maladies graves. Le cannabis, présentant une teneur en dronabinol de 18%, leur est vendu au prix d’environ 15 euros le gramme, c’est-à-dire quasiment deux fois le prix pratiqué par les pharmacies néerlandaises. La procédure d’admission reste encore assez laborieuse du fait que les médecins traitants sont tenus à fournir un avis médical complexe justifiant notamment de la nécessité d’obtenir un traitement à base de cannabis. Dans un récent rapport d’expertise, établi conjointement par le Dr. Lorenz Bölligner, professeur en droit à l’université de Brême, et le Dr.Harald Hans Körner, procureur de Francfort et commentateur réputé de la Loi sur les stupéfiants, les deux auteurs ont indiqué qu’il est indispensable de simplifier la procédure de demande d’autorisation afin de pouvoir répondre adéquatement aux besoins des patients atteints d’une maladie grave.

Plus d’infos sur : //www.aachener-zeitung.de/sixcms/detail.php?template=az_druckversion&id=809829_wo=Lokales:Euregio

Le rapport d’expertise juridique est disponible en allemand sur: //www.cannabis-med.org/german/gutachten_boe-koe.pdf (Sources : communiqués personnels ; rapport d’expertise du professeur Lorenz Böllinger et du Dr. Harald Hans Körner ; dpa, du 14 février 2009)

États-Unis : en matière de politique de cannabis médical, des changements sont à attendre de la part du gouvernement fédéral

Il est probable que la politique de cannabis médical menée par le gouvernement fédéral sera modifiée. « Le nouveau Président des États-Unis pense que les moyens financiers de la Fédération ne devraient pas être utilisés pour lutter contre des lois en vigueur dans les États ; en nommant des personnes pour servir le gouvernement fédéral, il attend d’eux, en contrepartie, la conduite d’une politique qui va dans ce même sens», a déclaré Nick Shapiro, porte-parole de la Maison Blanche, en s’appuyant sur des prises de position ultérieures.

Le 6 février, des fonctionnaires de l’Agence américaine de lutte contre la drogue (DEA) ont refusé de se positionner à ce sujet. Une semaine avant, quelques-uns de leurs fonctionnaires ont dirigé quatre descentes dans des dispensaires de cannabis à Los Angeles. Au mois de mars 2008, le candidat à la Présidence, Barak Obama, a déclare aux journalistes «je pense que le concept de base, selon lequel l’utilisation de la marijuana prescrite par des médecins à des fins et sous une surveillance équivalentes à celles des autres médicaments, semble être tout à fait justifiée». Puis, à d’autres occasions, il a ajouté «je ne souhaite pas que le ministère de la Justice poursuive des consommateurs de marijuana ni qu’il organise des razzias chez des patients». Aujourd’hui, élu Président, B. Obama ne modifiera certainement pas tout de suite sa politique, mais attendra qu’un nouveau directeur de la DEA et un nouveau commissaire fédéral aux drogues soient nommés. En attendant, des spécialistes se disent convaincus d’un prochain changement de stratégie par l’administration Obama.

Plus d’infos sur: //hosted.ap.org/dynamic/stories/O/OBAMA_MEDICAL_MARIJUANA?SITE=FLTAM&SECTION=HOME&TEMPLATE=news_generic.htm

– //www.washingtontimes.com/news/2009/feb/05/dea-led-by-bush-continues-pot-raids/

(Source : Associated Press, du 7 février 2009)

Canada : la Cour suprême de la Colombie-Britannique statue que le programme de cannabis médical est anticonstitutionnel.

Un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a soutenu la décision récente d’une cour fédérale en déclarant que le programme national de cannabis médical était anticonstitutionnel. Le juge Marvyn Koenigsberg a accordé au gouvernement fédéral un délai de douze mois pour modifier les prescriptions régissant l’accès au cannabis médical de façon à ce que les producteurs ou les clubs de cannabis soient légalement autorisés à se réunir et à cultiver du cannabis en commun.

Pour l’instant, le gouvernement fédéral maintient les limitations qui consistent primo à ce que chaque cultivateur ayant obtenu une licence ne puisse fournir du cannabis qu’à un seul patient, licencié lui-aussi et, secundo, à interdire que plus de trois cultivateurs se réunissent pour exploiter conjointement leurs ressources. Les deux restrictions sont anticonstitutionnelles, a déclaré le juge Koenigsberg. Cette décision a été prononcée lors du procès de Mathew Beren de Victoria, accusé pour avoir cultivé et distribué illégalement du cannabis. Le juge a prononcé l’acquittement en expliquant qu’il comprenait ce qui avait poussé Mathew Beren à agir ainsi. Les avocats de Monsieur Beren avaient plaidé non coupable en mettant en avant les services indispensables rendus par leur client aux patients ainsi que les règlementations sur le cannabis médical qui limitent l’accès au médicament à des patients qui, pourtant, en ont besoin. Plus d’infos sur : //www.vancouversun.com/news/court+rules+medical+marijuana+program+unconstitutional/1245136/story.html (Source : Vancouver Sun, du 2 février 2009)

Science : baisse de la consommation de cannabis chez les jeunes au cours des dernières années

La consommation de cannabis semble avoir baissé entre 2002 et 2006 chez la plupart des jeunes issus d’Europe et d’Amérique du Nord. C’est ce qu’affirment des déclarations faites par des chercheurs suisses. Emmanuel Kuntsche et son équipe de l’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) de Lausanne ont analysé des informations concernant 93297 élèves âgés de 15 ans et qui ont participé à l’étude «Enquête sur la santé des élèves ».

Les participants à l’enquête issus de 31 pays différents – principalement d’Europe et d’Amérique du Nord – ont été questionnés d’abord en 2002, puis à nouveau en 2006 sur, entre autres, leur consommation de cannabis et le nombre hebdomadaire de soirées passées avec des amis. L’enquête a révélé que la consommation de cannabis a diminué dans la plupart des cas, enregistrant les baisses les plus fortes en Angleterre, au Portugal, en Suisse, en Slovénie et au Canada. Des hausses de la consommation ont été enregistrées en République d’Estonie, en Lituanie, à Malte et parmi les jeunes filles en Russie.

«Généralement, les jeunes qui ont déclaré le plus de sorties hebdomadaires avec des amis ont aussi le plus souvent consommé du cannabis ou de la marijuana», ont expliqué les auteurs de l’étude dans un communiqué.

Plus d’infos sur: – //archpedi.ama-assn.org/cgi/content/full/163/2/119

– //www.upi.com/Health_News/2009/02/03/Marijuana_use_am ong_teens_down/UPI-25191233687552/

(Sources : UPI, du 3 février 2009 ; Kuntsche E, Simons-Morton B, Fotiou A, ter Bogt T, Kokkevi A; Health Behavior in School-Aged Children Study. Decrease in adolescent cannabis use from 2002 to 2006 and links to evenings out with friends in 31 European and north american countries and regions. Arch Pediatr Adolesc Med 2009;163(2):119-25)

Nouvelles en bref

***Science : colite ulcéreuse

Des chercheurs de l’université d’Erlangen-Nürnberg ont étudié les effets de l’endocannabinoïde anandamide sur la colite chez la souris chez qui la maladie a été provoquée à l’aide d’un produit chimique. L’anandamide a réduit significativement l’inflammation. (Source : Engel MA, et al. J Physiol Pharmacol 2008;59(4):673-89.)

***Science : cancer du testicule

Selon une étude épidémiologique conduite par le centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson à Seattle (États-Unis), incluant 369 hommes chez qui un cancer du testicule a été diagnostiqué, les consommateurs de cannabis ont montré un risque plus élevé de contracter la maladie que les non consommateurs. En comparaison avec ces derniers, les hommes qui consommaient encore du cannabis au moment de l’étude révélaient un facteur de risque de 1,7 fois plus élevé de contracter cette forme de cancer, généralement plutôt rare. De plus, une consommation de cannabis précoce et fréquente a encore davantage multiplié le facteur de risque. Les auteurs de l’étude ont conclu que d’autres études seront nécessaires afin de confirmer cette observation. (Source : Daling JR, et al. Cancer, du 9 février 2009 [publication électronique avant impression]

***Science : structure cérébrale

Une étude menée à l’université de Göttingen (Allemagne) n’a pu révéler de différences dans la structure cérébrale chez des patients souffrant de psychoses qui soient consommaient du cannabis, soient n’en consommaient pas. Dans le groupe des consommateurs de cannabis, une apparition précoce des symptômes de la psychose a été observée et qui ne pouvait pas s’expliquer par des modifications de la structure cérébrale. (Source : Wobrock T, et al. Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci, du 4 février 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : cancer de la thyroïde

Des expériences sur des cellules en culture ont révélé qu’un dérivé synthétique de l’endocannabinoïde anandamide a inhibé la croissance de lignées cellulaires. Ces lignées, favorisées par le cancer de la thyroïde, ont une capacité d’induction de la mort cellulaire programmée. L’effet d’inhibition a été associé au récepteur CB1. (Source : Cozzolino R, et al. Invest New Drugs, du 3 février 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : cirrhose du foie

Selon des études conduites à l’université de Bologne (Italie), l’antagoniste des récepteurs endocannabinoïdes rimonabant a retardé notablement le développement de la rétention d’eau au niveau abdominal dans le modèle animal (rats) de la cirrhose du foie. (Source : Croci T, et al. Gastroenterology, du 14 janvier 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : risque de se blesser

Une étude conduite à l’université de Lausanne (Suisse), incluant 486 patients soignés pour des blessures diverses, a montré que la consommation d’alcool dans un espace de 6 heures avant la blessure a été associée à une augmentation du risque multipliée par trois (risque relatif: 3,0), tandis que la consommation de cannabis à réduit ce même risque (risque relatif: 0,33). Toutefois, il convient d’ajouter que le nombre de personnes du groupe «consommateur de cannabis» était restreint. (Source: Gmel G, et al. BMC Public Health 2009;9(1):40.)

Il Y A UN AN :

– Finlande : le ministère de la Santé prévoit la publication de directives pour l’usage médical du cannabis

– États-Unis : la principale corporation américaine de médecins exige le reclassement du cannabis et la protection des patients qui utilisent la drogue dans un cadre légal

IL Y A DEUX ANS :

– Science : le cannabis est efficace pour traiter les douleurs neurologiques dans l’infection du VIH

– Etats-Unis : un tribunal administratif conseille à la DEA d’autoriser la culture de cannabis à un professeur du Massachusetts

—————————————-
IACM-Bulletin du 9 mars 2009
—————————————

* Science : le nabilone est efficace pour traiter les cauchemars chez des patients atteints du syndrome de stress post-traumatique

* Science : les effets positifs du sativex dans les indications de la spasticité SEP sont de longue durée

* Science : selon un rapport de cas, le cannabis et le THC sont efficaces dans le traitement des céphalées vasculaires de Horton

Science: le nabilone est efficace pour traiter les cauchemars chez des patients atteints du syndrome de stress post-traumatique

Selon un article rédigé par un psychiatre des Services de Santé de l’armée canadienne à Ottawa, le cannabinoïde synthétique nabilone s’est révélé efficace pour traiter les symptômes de stress post-traumatique (SSPT). Le nabilone produit des effets similaires au cannabinoïde naturel dronabinol (THC). Les dossiers médicaux de 47 patients atteints du SSPT et qui souffraient de cauchemars persistants malgré la prise d’antidépresseurs et de sédatifs conventionnels ont été analysés après l’administration complémentaire d’un traitement à base de nabilone. Tous les patients concernés avaient été transférés entre 2004 et 2006 à une clinique psychiatrique.

La majorité des patients à qui l’on a administré le nabilone (72 %) ont indiqué que les cauchemars avaient cessé ou que leur intensité avait diminué de manière significative. De plus, certains patients ont noté une amélioration de la durée et de la qualité de leur sommeil, et la réduction du nombre des flash-back diurnes ainsi que des sueurs nocturnes. Ces travaux composent le premier rapport clinique sur l’usage du cannabis dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique. (Source : Fraser GA. The use of a synthetic cannabinoid in the management of treatment-resistant nightmares in posttraumatic stress disorder (PTSD). CNS Neurosci Ther 2009;15(1):84-8.)

Science : les effets positifs du sativex dans les indications de la spasticité SEP sont de longue durée

Dans un communiqué de presse, la société britannique GW Pharmaceuticals a fait savoir qu’une réduction prolongée de la spasticité chez des patients atteints d’une sclérose en plaques avait été enregistrée avec son extrait de cannabis sativex. Une étude sur les effets de sevrage a évalué les symptômes chez 36 patients ayant suivi un traitement à base de sativex pendant plusieurs années (durée moyenne = 3,6 ans). Par la suite, les participants ont reçu pendant quatre semaines soit du sativex soit un placebo, à dosage fixe, selon le principe de l’étude randomisée en double aveugle.

Le résultat primaire de l’étude de l’efficacité – le temps entre le début jusqu’à l’abandon du traitement – a été nettement favorable au traitement avec le sativex. La différence entre le résultat obtenu avec le sativex et celui du placebo a aussi été significative du point de vue de l’impression générale du malade. Cette différence a également été remarquée par le personnel soignant, concernant principalement les capacités fonctionnelles, en d’autres termes le personnel soignant a remarqué que l’intensité de la spasticité augmentait quand les patients n’avaient plus été traités avec le sativex. Cette manière de procéder a permis d’obtenir une confirmation indépendante du résultat primaire de l’étude de l’efficacité.

Plus d’infos sur //www.gwpharm.com/  (Source : communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, du 24 février 2009)

Science : selon un rapport de cas, le cannabis et le THC sont efficaces dans le traitement des céphalées vasculaires de Horton

Selon un rapport de cas présenté par les chercheurs du centre Montefiore Headache Center de l’Institut médical Albert Einstein de New York (Etats-Unis), le cannabis fumé et le dronabinol par voie orale ont tous deux été efficaces dans le traitement des maux des céphalées vasculaires de Horton. Un étudiant de l’université, âgé de 19 ans, souffrait de crises cycliques prévisibles, à des intervalles de un à deux mois et qui duraient environ deux semaines. Pendant les 15 jours de crise, l’étudiant souffrait d’algies qui apparaissaient un jour sur deux et qui, sans traitement, duraient en moyenne entre trois et quatre heures. Afin de guérir l’étudiant de ces crises, de nombreux traitements avaient été essayés, mais sans obtenir de résultats vraiment convaincants.

Le patient avait remarqué que l’inhalation de cannabis au moment où les douleurs apparaissaient conduisait à une disparition complète ou partielle des crises dans les cinq minutes suivantes. À l’hôpital, le cannabis a été remplacé par du THC, qui a également produit un soulagement spectaculaire. Les chercheurs ont noté que «l’effet bénéfique pouvait avoir un rapport avec la forte concentration des récepteurs cannabinoïdes dans l’hypothalamus, identifiée comme étant la région responsable du dysfonctionnement suite à des études de neuro-imagerie».  (Source : Robbins MS, Tarshish S, Solomon S, Grosberg BM.Cluster Attacks Responsive to Recreational Cannabis and Dronabinol. Headache. 2009 Feb 11. [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***États-Unis: Obama et les rafles

Des remarques faites récemment par le ministre américain de la Justice, Eric Holder, lors d’une conférence de presse confirment que le nouveau gouvernement fédéral ne procédera plus à des rafles dans les dispensaires de cannabis médicales et prévoit d’instaurer une politique qui va aider les patients à se procurer le cannabis. La déclaration date du 25 février dernier, pendant laquelle le ministre a soutenu que l’Administration tiendra la promesse du président Obama, faite lors de sa campagne, qui consiste à en finir avec les rafles. (Source : Times-Standard, du 27 février 2009)

***Science : miction

À l’université de Munich (Allemagne), une étude animale a montré que l’activation du récepteur CB2 augmentait l’intervalle entre les mictions et réduisait le tonus de la vessie. Ceci pourrait expliquer les effets thérapeutiques du THC et du cannabis chez les patients atteints d’une sclérose en plaques qui doivent vider leur vessie plus souvent du fait que leur tonus musculaire est plus élevé. (Source : Gratzke C, et al. J Urol, du 21 février 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : chute des dents

D’après une étude menée à l’université d’Aarhus (Danemark), l’usage du cannabis n’est pas associé à une augmentation du risque de chute des dents. C’est ce qui a été découvert en analysant des données relatives à des examens de dépistage chez des étudiants chiliens. Aucune augmentation du risque de parodontose, ni de chute de dents n’ont été observées. Étant donné que le THC dessèche la bouche, il a été suggéré que la chute des dents pouvait être un possible effet secondaire. Il s’agit d’une première étude réalisée à ce sujet. (Source : López R and Baelum V. J Clin Periodontol 2009;36(3):185-9.)

***Science : anesthésie

Dans une étude incluant 30 consommateurs réguliers de cannabis et 30 non consommateurs, le besoin de propofol pour l’initiation de l’anesthésie générale a été étudié. Le groupe des consommateurs a eu besoin de doses significativement plus importantes de l’anesthésique que les non consommateurs. (Source : Flisberg P, et al. Eur J Anaesthesiol 2009;26(3):192-195.)

***Science : colite ulcéreuse

Des chercheurs de l’université d’Erlangen-Nuremberg (Allemagne) ont étudié les effets de l’endocannabinoide anandamide dans le modèle animale (souris) de la colite, induite par une substance chimique. L’administration de l’anandamide a réduit l’inflammation de façon significative. (Source : Engel MA, et al. J Physiol Pharmacol 2008;59(4):673-89.)

IL Y A UN AN :

– Hollande : Echo Pharmaceuticals développe le comprimé de THC namisol

IL Y A DEUS ANS :

– Wissenschaft : le sativex efficace pour traiter la spasticité chez des patients SEP dans une étude clinique

– Etats-Unis: des militants pour le cannabis médical portent plainte contre le gouvernement fédéral

—————————————-
IACM-Bulletin du 23 mars 2009
—————————————

* Science/Grande Bretagne :

– selon une étude en phase III, l’extrait de cannabis sativex s’est montré efficace dans le traitement de la spasticité chez des patients atteints de sclérose en plaques

– GW Pharmaceuticals déposera des demandes d’autorisation de mise sur le marché pour ce médicament dans plusieurs pays européens

* Science : la prise orale d’un cannabinoïde associée à un repas aaugmenté la biodisponibilité de ce premier grâce à l’évitement du métabolisme au premier passage

Science/Grande-Bretagne :

– selon une étude en phase III, l’extrait de cannabis sativex s’est montré efficace dans le traitement de la spasticité chez des patients atteints de sclérose en plaques

– GW Pharmaceuticals déposera des demandes d’autorisation de mise sur la marché pour ce médicament dans plusieurs pays européens

Dans un communiqué de presse, la société britannique GW Pharmaceuticals a déclaré qu’elle vient de terminer avec succès une étude clinique en phase III sur l’extrait de cannabis sativex sur des patients souffrant de spasticité associée à la sclérose en plaques (spasticité SEP). Cette étude avait été exigée de la part de l’administration chargée de la régulation des médicaments britanniques (équivalent AFSSAPS) en vue de la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Suite aux résultats obtenu, la société veut déposer une demande officielle le deuxième trimestre de cette année.

L’étude a été organisée comme suit: en phase A (étude en simple aveugle), 573 patients ont reçu du sativex pendant quatre semaines. En phase B (étude en double aveugle), 241 patients, ayant réagi positivement au sativex administré en phase A, ont reçu soit du sativex soit un placebo pendant douze semaines. Au cours de cette deuxième phase, les patients n’ont pas été autorisés à modifier le dosage de leur traitement. L’étude a été conduite conjointement dans 52 hôpitaux en Grande-Bretagne, en Espagne, en Italie, en République Tchèque et en Pologne.

Selon les résultats statistiques, le sativex a réduit significativement l’intensité de la spasticité. Chez 74% des patients qui ont été traités à l’extrait de cannabis, on a observé au cours de toute la durée de l’étude une amélioration de plus de 30 %, comparée aux 51 % dans le groupe témoin sous placebo. De plus, les statistiques ont révélé une réduction significative de la fréquence des spasmes, des troubles du sommeil, de l’impression globale des patients et du médecin en ce qui concerne les changements observés. À la suite de ces résultats positifs, GW Pharmaceuticals souhaite maintenant déposer une demande d’AMM pour le sativex en Grande-Bretagne, puis dans d’autres pays européens en fonction des résultats issus de la discussion avec Almirall, une société pharmaceutique qui a déjà déposé une autorisation de mise sur le marché pour le sativex dans plusieurs pays européens.

Plus d’infos sur : //www.gwpharm.com  (Source : communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, du 11 mars 2009)

Science : la prise orale d’un cannabinoïde associée à un repas a augmenté la biodisponibilité de ce premier grâce à l’évitement du métabolisme au premier passage

Des chercheurs de l’université de Monash de Victoria (Australie)

ont essayé de découvrir la raison pour laquelle la biodisponibilité orale d’un antagoniste synthétique des récepteurs cannabinoïdes (CRA13) a pu être améliorée considérablement en absorbant l’antagoniste en même temps qu’un repas riche en graisses. L’étude a porté sur la prise du CRA13 soit à jeun, soit en même temps que de la nourriture chez des personnes volontaires et sur des chiens. La prise avec la nourriture a augmenté significativement de l’effet positif sur la biodisponibilité orale du CRA13 chez l’homme et les chiens. A l’instar d’autres cannabinoïdes, THC inclus, le CRA13 est fortement lipophile (retient les substances grasses).

La biodisponibilité complète du cannabinoïde a été faible chez les chiens à jeun (de 8 à 20 %) malgré un bon niveau d’absorption (entre 72 et 75 % des CRA13 avec marqueurs radioactifs ont été récupérés dans le circuit systémique). Chez les chiens nourris, la biodisponibilité a atteint 47,5 % et une importante partie de la dose (43,7 %) a été résorbée par le système lymphatique de l’intestin. Les chercheurs en ont conclu que l’effet positif de la nourriture sur le CRA13 n’était pas provoqué par un niveau d’absorption plus élevé. Il semble que l’amélioration du taux de biodisponibilité était plutôt dû au transport quasi complet jusqu’à la lymphe conduisant ainsi à la réduction du métabolisme au premier passage. Chez les chiens à jeun la plus grande partie du cannabinoïde a tout de suite été transformée dans le foie, c’est-à-dire transformée en substances inactives, avant d’atteindre l’ensemble de l’organisme, tandis que le passage par le foie a été évité chez les animaux nourris. (Source : Trevaskis NL, Shackleford DM, Charman WN, Edwards GA, Gardin A, Appel-Dingemanse S, Kretz O, Galli B, Porter CJ. Intestinal Lymphatic Transport Enhances the Post-Prandial Oral Bioavailability of a Novel Cannabinoid Receptor Agonist Via Avoidance of First-Pass Metabolism. Pharm Res, du 12 mars 2009 [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***Allemagne : Bionorica

Dans un communiqué de presse, la société allemande Bionorica a déclaré que son projet de développement de cette année consisterait à déposer une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le dronabinol. Bionorica développe et commercialise des traitements à base de plantes avec, en 2008, un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros. La société propose déjà du dronabinol aux pharmacies pour la préparation de médicaments (solutions et gélules). (Source : communiqué de presse de Bionorica, du 6 mars 2009)

***Pays-Bas : coffee-shops

À partir du 16 septembre 2009, tous les coffee-shops implantés dans les villes Roosendaal et Bergen op Zoom devront être fermés à cause dede leur situation géographique proche de la frontière. L’année dernière, les deux maires de ces villes avaient déclaré qu’ils espéraient une fermeture rapidedes coffee-shops afin de se débarrasser des désagréments causés par les près de 25.000 touristes qui visitaient toutes les semaines la ville pour acheter de la drogue.  (Source : www.dutchnews.nl, du 5 mars 2009)

***États-Unis : Californie

En Californie, les patients autorisés à consommer du cannabis médical ne risquent plus de se voir retirer leur permis de conduire, sauf s’ils conduisent un véhicule sous influence directe de celui-ci. Le ministère chargé de la sécurité routière a envoyé la semaine dernière une brochure réactualisée à tous ses employés pour leur expliquer la manière de traiter les patients autorisés à utiliser du cannabis à des fins thérapeutiques. Désormais, les règles qui s’appliquent au cannabis médical sont les mêmes que celles qui s’appliquent à tous les médicaments obtenus sur prescription médicale. (Source : San Francisco Chronicle, du 3 mars 2009)

***Science : infarctus du myocarde

Des chercheurs français ont étudié l’effet de l’activation du récepteur CB2 dans le cas d’une réduction de l’irrigation sanguine du cœur chez les souris. L’infarctus a été provoqué chez les rongeurs en interrompant pendant un certain temps le transport du sang vers le cœur. Les animaux qui ont reçu le cannabinoïde synthétique JWH131, activant les récepteurs CB2, ont présenté une intensité de l’infarctus réduite par protection des cellules du cœur. De plus, les chercheurs ont observé une amélioration de la fonction cardiaque trois jours, puis quatre semaines après les tests chez les sourirs traitées avec cette substance.  (Source : Defer N, et al. FASEB J, du 26 février 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : vomissements

L’inhibition de la dégradation de l’endocannabinoïde anandamide chez des musaraignes a eu pour résultat de réduire les vomissements provoqués par le cisplatin, une substance utilisée lors en chimiothérapie anti-cancéreuse. Grâce à la dégradation inhibée associée à l’injection d’anandamides, les vomissements ont pu être complètement arrêtés. (Source : Parker LA, et al. Physiol Behav, du 23 février 2009 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN :

– République Tchèque : la Cour de justice suprême déclare la culture du cannabis à des fins médicales légale

– Espagne: un juge déclare non coupable un patient qui cultive du cannabis médical pour sa propre consommation pendant que le gouvernement reconnait la valeur thérapeutique de la plante

– Etats-Unis: les citoyens du Michigan voteront au mois de novembre pour ou contre la légalisation de l’usage médical du cannabis dans leur Etat

IL Y A DEUX ANS :

– Etats-Unis: le Nouveau Mexique est le douzième état à légaliser l’usage médical du cannabis

– Science: le dronabinol est aussi efficace que l’ondansétron dans le traitement des nausées et des vomissements post-chimiothérapie cancéreuse

– Etats-Unis: la Cour Fédérale renie les droits fondamentaux à l’usage de médical à des fins médicales

—————————————-
IACM-Bulletin du 4 avril 2009
—————————————

* Allemagne: la procédure de demande d’usage médical du cannabis est simplifiée

* États-Unis: les changements au niveau du gouvernement fédéral pourraient motiver plusieurs états à légaliser l’usage médical du cannabis

* Allemagne: perquisition dans les locaux de l’ACM

Allemagne: la procédure de demande d’usage médical du cannabis est simplifiée

Le 19 mars, Sabine Baetzing, Commissaire aux drogues du gouvernement fédéral, le docteur Harald Terpe, porte-parole de la Commission des drogues du Parti Vert du Bundestag, et des membres de l’Institut Fédéral des Produits médicaux et pharmaceutiques ont discuté des différents aspects de la procédure de demande actuelle de dispense pour un usage médical du cannabis. Il a été convenu que l’expression actuellement utilisée; «opinion d’un expert médical,» que les patients doivent fournir préalablement à la demande de dispense, peut être source de malentendus. En revanche,, une déclaration du médecin traitant selon laquelle la nécessité d’un traitement avec du cannabis serait établie serait plus satisfaisante. Cette déclaration ne dépasserait pas la taille d’une feuille dactylographiée.

L’Institut Fédéral des produits pharmaceutiques et médicaux a assuré qu’il dissiperait toute peur injustifiée concernant les démarches préalables à l’obtention d’une approbation par les médecins et les patients grâce à une clarification de l’ensemble des documents nécessaires. L’intention de mieux informer les médecins a aussi été mentionnée. Comme la plupart des médecins évitent d’aider les patients au moment de leur demande à cause de la quantité de travail que cette procédure requiert, cette clarification serait en réalité une simplification qui permettrait à plus de patients d’obtenir un traitement avec du cannabis.  (Source: communication personnelle, bureau du Dr Harald Terpe du 20 mars 2009)

États unis: les changements survenus au niveau fédéral pourraient motiver plusieurs états à légaliser l’usage médical du cannabis.

Actuellement 13 états ont légalisé l’usage médical du cannabis. D’autres états pourraient suivre cette voie, notamment grâce à la décision de l’Administration d’Obama d’arrêter les poursuites contre les malades et leurs soignants qui utilisent ou approvisione. Le procureur général Éric Holder a annoncé que ses agents porteraient plainte seulement dans les cas où la loi de l’état ainsi que la loi fédérale seraient enfreintes. Il est écrit dans un éditorial du New York Times: «Le Département de la Justice d’Obama a un énorme retard de travail quant aux sujets à traiter: des lois relatives aux droits civiques à faire décidément respecter à celles concernant la poursuite des délits financiers, et notamment ceux de Wall Street. On doit reconnaître à Mr.Holder le bénéfice d’avoir reconnu que de poursuivre les dispensaires de cannabis à usage médical n’est pas seulement une mauvaise politique, mais surtout une distraction qui détourne du travail important.»

Une proposition de loi qui légaliserait l’usage médical du cannabis, si elle était approuvée par un médecin, a été votée par la House of Representatives of New Hampshire (les Députés du New Hampshire) le 25 mars. Le mois dernier, le sénat de l’état du New Jersey a approuvé la même proposition de loi. D’autres propositions de loi relative à l’usage médical du cannabis ont reçu le soutien des comités des parlementaires des états de l’Illinois et du Minnesota. Le Nouveau-Mexique vient d’accorder sa première autorisation à une entreprise qui produira du cannabis selon les lois de cet état.

Pour plus d’information:

– //www.nytimes.com/2009/03/26/opinion/26thu4.html  (Sources: USA Today du 25 mars 2009, New York Times du 26 mars 2009, The Philadelphia Inquirer du 24 mars 2009, UPI du 20 mars 2009)

Allemagne: perquisition dans les locaux de l’ACM

Le 17 mars, la police locale a fait une perquisition au bureau de l’association allemande pour l’usage médical du cannabis (ACM) ainsi que dans les appartements privés du président de l’association, le Dr Franjo Grotenhermen. La police a saisi des fichiers de l’ACM et de l’IACM ainsi qu’une copie du disque dur de l’ordinateur. Cette perquisition a eu lieu sur ordre de la cour de Hambourg du 3 mars 2009, à la demande du procureur de Hambourg, et au motif de suspicion de violation de la loi sur les narcotiques. Les autorités menant l’enquête espéraient trouver des indices sur des activités délictueuses de Cannabis Pharmacy.

Le site de Cannabis Pharmacy ({HYPERLINk »//www.hanfapotheke.org »} www.hanfapotheke.org) est né en 2005. Il a pour objectif d’aider des patients très malades, pour qui l’usage du cannabis est bénéfique, à pouvoir accéder librement à des produits issus du cannabis. Selon les principes de Cannabis Pharmacy, sont concernés les patients pour qui un traitement avec des produits issus du cannabis «répond à un diagnostic précis et à une urgence» et pour qui un traitement avec le dronabinol (THC) est impossible, par exemple pour des raisons de non-remboursement de l’assurance maladie. Des donneurs de cannabis anonymes sont mis en contact avec des patients par mèl. Le Dr Franjo Grotenhermen, le Dr Lorenz Boellinger, le Professeur de droit de l’Université de Bremen, et le Dr Sebastian Scheerer, et le professeur de criminologie de l’Université de Hambourg étaient membres de ce comité de solidarité.  (Source: communication personnelle de Franjo Grotenhermen)

Nouvelles en bref

***Science: Effet de la légalité du statut

D’après une étude menée par l’Eunice Shriver National Institute of Child Health and Human Development in Bethesda sur l’usage de l’alcool et du cannabis aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, le statut légal du cannabis n’a pas d’influence significative sur son usage. Les chercheurs ont conclu que «les variations des taux d’usage du cannabis selon les pays ne sont pas cohérentes avec le débat selon lequel les règles prohibitionnistes dissuadent l’usage et que les règles permissives favorisent un usage répandu parmi les adolescents. »  (Source: Simons-Morton B, et al. Int J Drug Policy. 19 mars 2009. [ publication électronique avant la parution])

***Science: CBD et les artères

Selon la recherche de l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni, le cannabinoïde naturel cannabidiol (CBD) active le récepteur PPARgamma, un récepteur situé à l’intérieur des cellules (ex.: un récepteur nucléaire). Il a été montré que le CBD provoquait une vasorelaxation de l’aorte isolée d’un rat en activant ce récepteur, également activé, par d’autres cannabinoïdes, comme le le THC.   (Source: O’Sullivan SE, et al. Eur J Pharmacol. 10 mars 2009. [publication électronique avant la parution])

***Science: Mémoire

La recherche fondamentale a montré que les récepteurs CB1 de la région du cerveau appelée l’hippocampe modulent les effets de détoriation de la mémoire liée à l’usage du THC. (Source: Wise LE, et al. Neuropsychopharmacology. 25 mars 2009. [publication électronique avant la parution])

IL Y A UN AN

– Etats-Unis : acquittement d’un consommateur de cannabis médical au Texas

– Canada: ces dernières années, les médecins ont augmenté la posologie du cannabis médical

IL Y A DEUX ANS

– Science: le THC offre un effet calmant sur le gros intestin et pourrait être bénéfique dans le traitement des douleurs abdominales

– Etats-Unis : rejet de la loi sur le cannabis médical par la Chambre des représentants du New Hampshire

– Science: selon une importante étude clinique, le cannabis et le THC réduisent l’incontinence induite par la sclérose en plaques

– Etats-Unis : descente de police chez les producteurs de cannabis en Californie

—————————————-
IACM-Bulletin du 20 avril 2009
—————————————

*** Nouveau forum de discussion francophone sur le site Internet IACM Un nouveau forum vient d’être lancé dans la section francophone du site de l’IACM. Donc, si vous souhaitez poser des questions, discuter ou partager vos expériences, rendez-vous sur : //www.cannabis-med.org/french/nav/home-forum.htm

* Science : le THC déclenche la mort par autophagie des cellules cancéreuses du cerveau humain

Science : le THC déclenche la mort par autophagie des cellules cancéreuses du cerveau humain

Des chercheurs espagnols ont démontré que le principal composé du cannabis, le THC (dronabinol), a provoqué la mort de cellules cancéreuses situées dans le cerveau humain par stimulation d’une autophagie, voire une autophagocytose. Ils ont également démontré que, dans les cellules traitées au dronabinol, l’autophagie se produisait avant l’apoptose (une forme de mort cellulaire programmée) et que cette réaction était indispensable pour que les cannabinoïdes produisent l’effet antitumoral chez les animaux. Dans un article paru dans la presse spécialisée, Guillermo Velasco et son équipe de l’université Complutense de Madrid ont écrit que «nos résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle il était possible d’obtenir un traitement sûr et thérapeutiquement efficace à base de THC pour les patients atteints d’un cancer».

Le terme «autophagie» vient du grec et signifie littéralement «manger soi-même». Nous savons qu’elle peut stimuler la mort des cellules. En revanche, la compréhension du mécanisme impliqué dans son rôle dans les cas de cancers reste incertaine. L’autophagie comprend la dégradation de parties de cellules et joue normalement un rôle dans la croissance et le développement des cellules en permettant le maintien de l’équilibre entre la synthèse et la dégradation des produits cellulaires. Le mécanisme le plus connu de l’autophagie consiste en la formation d’une membrane autour d’une zone de la cellule, permettant ainsi de l’isoler avant sa dégradation. L’autophagie pourrait jouer un rôle dans la lutte contre le cancer et les infections. (Source : Salazar M, Carracedo A, Salanueva IJ, Hernández-Tiedra S, Lorente M, Egia A, Vázquez P, Blázquez C, Torres S, García S, Nowak J, Fimia GM, Piacentini M, Cecconi F, Pandolfi PP, González-Feria L, Iovanna JL, Guzmán M, Boya P, Velasco G. Cannabinoid action induces autophagy-mediated cell death through stimulation of ER stress in human glioma cells. J Clin Invest, du 1 avril 2009 [publication électronique avant impression])

Nouvelles en bref

***États-Unis : Michigan

Le 6 avril, l’État du Michigan a commencé à valider les demandes de participation de patients à son nouveau programme sur le cannabis médical qui englobe les maladies suivantes: le cancer, le glaucome, le VIH/sida, l’hépatite C, la maladie de Crohn, les fortes douleurs chroniques, les nausées, l’épilepsie et la spasticité. Les patients concernés se verront délivrer une carte d’identification spéciale. Au mois de novembre 2008, les électeurs se sont prononcés en faveur du ralliement du Michigan aux douze autres États qui autorisent l’usage médical du cannabis.  (Source : Detroit News, du 7 avril 2009)

***Espagne : Majorque

Les médecins de Majorque devraient être prochainement autorisés à prescrire du cannabis dans un but thérapeutique. C’est ce que vient de décider, à une large majorité, le Parlement des Iles Baléares le 7 avril dernier. Mais au préalable, il est prévu d’évaluer les résultats issus de projets pilotes menés dans d’autres régions de l’Espagne. Une telle prise de décision par un parlement régional est aujourd’hui rendue possible du fait du transfert des responsabilités en matière de système de santé vers les régions, accordé par le gouvernement central. (Source : mallorcazeitung.es, du 9 avril 2009)

***Science : nouveaux cannabinoïdes

Des chercheurs de l’université du Mississippi (Etats-Unis) ont découvert neuf nouveaux cannabinoïdes dans une variété de cannabis à forte teneur en dronabinol. Parmi eux, deux appartiennent au groupe de cannabinoïdes appelés cannabichromene (CBC), un au groupe cannabigerol (CBG) et deux autres au groupe cannabinol (CBN). Une importante activité antibactérienne a été constatée pour deux des neuf cannabinoïdes, dont l’un issu du groupe CBN (8-hydroxycannabinol). Grâce à cette découverte, le nombre de cannabinoïdes identifiés à ce jour dans le cannabis s’élève à environ 80. (Source : Radwan MM, et al. J Nat Prod, du 3 avril 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : sclérodermie (sclérose du système)

Selon des études sur les animaux conduites à l’université d’Erlangen (Allemagne), un agoniste synthétique des récepteurs CB2 a réduit l’épaississement des tissus dermiques et la fibrose induits par l’administration d’une substance chimique (bléomycine). Les chercheurs ont remarqué que «les récepteurs CB2 pourraient représenter une cible moléculaire intéressante pour le traitement des inflammations précoces associées à une sclérodermie ».  (Source : Akhmetshina A, et al. Arthritis Rheum 2009;60(4):1129-36.)

***Science : accident vasculaire cérébral

Dans un modèle animal de l’accident vasculaire cérébral, un agoniste des récepteurs CB2 a atténué les conséquences de l’irrigation réduite du cerveau lors de l’attaque. La fonction neurologique a été améliorée par rapport au groupe témoin. Les chercheurs ont attribué l’effet protecteur à une atténuation du dysfonctionnement des plus petites artères cérébrales. (Source : Zhang M, et al. Microvasc Res, du 27 mars 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : diabète

Des chercheurs sud-africains ont étudié les effets d’un extrait de cannabis sur la sensibilité à l’insuline d’adipocytes résistants à cette même hormone. La résistance à l’insuline, en d’autres termes l’incapacité des cellules à absorber le glucose (sucres) malgré la présence d’insuline, a été induite grâce à l’administration de TNF-alpha. La capacité d’absorption du glucose induite par l’insuline a été améliorée au niveau des cellules exposées à l’extrait, laissant ainsi supposer un effet antidiabétique du cannabis. (Source : Gallant M, et al. Phytomedicine, du 1er avril 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : dépression / mémoire affective

Selon des travaux menés à l’université d’Oxford (Grande-Bretagne), l’administration d’une dose unique de rimonabant, un agoniste des récepteurs CB1, n’a pas modifié l’humeur de 30 participants à l’étude. En revanche, le rimonabant a réduit de manière sélective le souvenir d’informations positives, un effet contradictoire similaire à celui observé lors de la prise d’antidépresseurs. Les chercheurs ont conclu que «ces résultats laissent supposer qu’une dose unique de rimonabant détériore la mémoire émotionnelle relatives à des informations positives». (Source : Horder J, et al. Psychopharmacology (Berl), du 1 avril 2009 [publication électronique avant impression])

NOUVEAU LIVRE: * Michka. Cannabis Médical : du Chanvre Indien au THC de Synthèse. Mama Editions. ISBN 978-2-84594-021-5

IL Y A UN AN :

– Espagne : en Catalogne, des résultats positifs ont été obtenus à la suite d’une étude sur l’extrait de cannabis sativex

– Science : selon une étude de cas, le THC est efficace pour traiter le trouble obsessionnel compulsif

– Science : résultats préliminaires d’une étude sur le sativex dans le traitement des douleurs neuropathiques dues à la sclérose en plaques

– Allemagne : empoisonnement au plomb du à du cannabis frelaté

IL Y A DEUX ANS :

– Italie : le gouvernement voudrait autoriser des médicaments à base de cannabis

– Science : une étude clinique a conclu que l’usage de cannabis ne modifie pas l’efficacité de deux traitements anti-cancéreux

—————————————-
IACM-Bulletin du 30 avril 2009
—————————————

* Canada: la Cour Suprême met fin au monopole du gouvernement sur la culture du cannabis médical

* États unis : ces derniers mois, le nombre de patients qui prennent du cannabis à des fins médicales.est en augmentation notable

Canada: la Cour Suprême met fin au monopole du gouvernement sur la culture du cannabis médical

Suite à une décision de la Cour Suprême, en date du 23 avril, refusant de recevoir en appel une décision qui met fin au monopole du gouvernement fédéral, les Canadiens autorisés à consommer du cannabis médical pourront dans le futur, choisir un autre fournisseur que le gouvernement. Une commission de 3 juges, sans motiver sa décision, a rejeté la demande du Département de la Justice à récuser une décision de la Cour d’Appel Fédérale qui autorisait les producteurs agréés à cultiver du cannabis pour plus d’un seul patient.

La décision de la Cour Suprême, afin de rester en dehors du débat, a soutenu la décision de 2008 qui rejetait l’argument du gouvernement, à savoir que cette branche de l’industrie serait dérégulée si la Cour élargissait les restrictions fédérales. Un groupe de patients avait défié les règles fédérales en invoquant que le cannabis fourni par le gouvernement était trop léger et qu’ils devaient avoir la possibilité de se s’approvisionner eux-mêmes. La décision de la Cour d’Appel avait infirmé les règles gouvernementales qui autorisaient les patients ne pouvant cultiver leur propre cannabis, à désigner un cultivateur (seulement habilité à cultiver pour un seul patient) ou à obtenir leur cannabis auprès du gouvernement. Il y a environ 2000 patients canadiens autorisés de consommer du cannabis médical. Pour plus d’informations : //www.ottawacitizen.com/news/court+ends+government+monopoly/1526487/story.html  (Source: Ottawa Citizen du 23 avril 2009)

États unis : ces derniers mois, le nombre de patients qui prennent du cannabis à des fins médicales.est en augmentation notable

Selon un rapport de la chaîne d’information MSNBC, le nombre de patients qui utilisent du cannabis médical afin de traiter leur maladie a beaucoup augmenté dans les 13 Etats qui autorisent cet usage. Il serait difficile de comparer les données de chiffres. La MSNBC ne cite que les chiffres du Colorado, qui enregistre les usagers médicaux depuis que la loi a été mise en application, le 1er juin 2001. Fin 2008, 4720 demandes avaient été reçues, qui presque toutes furent agréées. Mais en février 2009, le nombre était passé à 6796, donc une augmentation d’environ 30% en seulement deux mois.

Différentes raisons sont avancées pour expliquer cette hausse. Parmi elles, le message de Barak Obama à ne pas utiliser les lois fédérales relatives au cannabis pour déroger aux les lois de l’État, ainsi que l’a fait l’Administration de Bush. Une autre raison pourrait être la crise économique qui oblige les personnes sans assurance-maladie à trouver des alternatives aux traitements coûteux. On peut aussi penser que certaines personnes qui, quand elles étaient jeunes, dans les années 60 et 70, ont été en contact avec le cannabis et qui souffrant maintenant de diverses maladies, sont plus enclines à rechercher cette médication que la génération précédente.

Pour plus d’information: //www.msnbc.msn.com/id/30217044/  (Source: MSNBC du 15 avril 2009)

Nouvelles en bref

***Science: broncho pneumopathie obstructive

Selon une équipe de chercheurs canadiens, qui ont examiné 878 personnes de 40 ans et plus, dans la région de Vancouver (Canada), le fait de fumer du tabac et du cannabis augmente le risque de développer des symptômes respiratoires et de broncho pneumopathie obstructive par rapport aux personnes n’ayant fumé que du tabac. Pourtant, l’usage du cannabis seul n’a pas été associé à un risque accru des maladies respiratoires. (Source: Tan WC, et al. CMAJ 2009;180(8):814-20.)

***Science: Vieillir

Selon la recherche fondamentale, à l’Université d’Etat de l’Ohio, aux États-Unis, un cannabinoïde synthétique (WIN 55,212-2), qui agit de manière similaire au dronabinol, naturel protégerait de certains aspects du vieillissement pathologique et normal chez l’animal, comme l’encéphalite et le déclin de formation de nouvelles cellules nerveuses.  (Source: Marchalant Y, et al. Neurobiol Dis 2009;34(2):300-7.)

***Science: usage médical par les adolescents

Selon des chercheurs de l’Université de la Colombie Britannique au Canada, qui ont interviewé 63 adolescents qui consomment du cannabis, nombreux sont ceux qui le feraient pour traiter des problèmes de santé. Vingt d’entre eux ont dit consommer du cannabis pour traiter des douleurs, mieux dormir, ou mieux se concentrer. (Source: Bottorff JL, et al. Subst Abuse Treat Prev Pol 2009, 23 avril [publication électronique avant la parution]).

***Science: obésité

Selon une recherché de l’université d’Aberdeen, au Royaume-Uni, un cannabinoïde naturel(delta-9-tetrahydrocannabivarin, delta-9-THCV), qui agit comme un antagoniste du récepteur cannabinoïde, réduit le poids chez des souris. Un extrait de cannabis riche en delta-9-THCV n’a pas été efficace, probablement à cause de la présence de résidus de THC.  (Source: Riedel G, et al. Br J Pharmacol 2009;156(7):1154-66.)

***Science: Infarctus du myocarde

Selon la recherche issue de l’Université Médicale de Xi’an, en Chine, un prétraitement à l’électro-acupuncture a réduit les conséquences négatives de l’ischémie cérébrale sur le modèle animal (réduction de la taille de l’infarctus, amélioration de la fonction neurologique). Ces effets ont été provoqués par une production accrue de l’endocannabinoid 2-arachidonoyl glycérol et l’activation des récepteurs CB1 (Source: Wang Q, et al. Stroke 16 avril 2009. [Publication électronique avant la parution])

***Science: Épilepsie

Une recherche fondamentale menée à l’Université du Commonwealth de Virginie, aux États-Unis, suggère que la dérégulation du système endocannabinoïde joue un rôle dans le développement de l’épilepsie. (Source: Falenski KW, et al. Brain Res 2009;1262:64-72.)

IL YA UN AN :

– Science : dans une étude clinique, le cannabis s’est montré efficace pour traiter les douleurs neuropathiques

– Science : la nabilone a réduit l’intensité des douleurs ainsi que des nausées chez des patients atteints d’un cancer avancé, et leur a permis de diminuer les doses d’opiacés

– Science : les cannabinoïdes peuvent être bénéfiques pour diminuer les effets secondaires indésirables associés aux médicaments antiviraux préconisés dans le traitement de l’hépatite C

– Science : dans le modèle animal du diabète, l’anandamide a été efficace pour lutter contre l’impuissance

IL Y A DEUX ANS :

– Monde: pour des raisons politiques, la Commission des stupéfiants des Nations unies se prononce contre le reclassement du dronabinol (THC)

– Science: le THC favorise la prise de poids chez des personnes d’un certain âge souffrant de pertes d’appétit et de poids

– Science: selon une étude clinique, l’inhalation du cannabis est un moyen efficace pour assimiler le THC

– Science: le THC réduit l’évolution et la propagation du cancer du poumon dans un modèle animal

—————————————-
IACM-Bulletin du 18 mai 2009
—————————————

* Science: d’après une étude, les patients atteints du HIV perçoivent le cannabis comme un médicament au moins aussi efficace que ceux qui leurs sont prescrits.

*États unis: à l’exception du gouverneur Lynch, tous les législateurs du New Hampshire défendent l’usage médical du cannabis

* États unis: le Gouverneur Schwarzenegger encourage le débat sur la légalisation du cannabis

Science: d’après une étude, les patients atteints du HIV perçoivent le cannabis comme un médicament au moins aussi efficace que ceux qui leur sont prescrits.

Un groupe de scientifiques internationaux a réalisé une étude sur des patients atteints du HIV et a noté que ces derniers considèrent le cannabis médical plus efficace que d’autres médications destinées à traiter les symptômes de l’anxiété, de la dépression, de la fatigue, de la diarrhée, des nausées et de neuropathie secondaire (douleur nerveuse). Cette étude a porté sur 775 patients originaires des États-Unis, d’Afrique, et de Porto-Rico. La comparaison confrontait le cannabis à des médications prescrites et vendues en pharmacie (OTC).

Les participants ont été questionnés pendant deux ans, et 27 % d’entre eux ont déclaré utiliser le cannabis à des fins médicales. Les auteurs ont écrit que l’usage du cannabis «se révélait légèrement plus efficace que les antidépresseurs prescrits en cas d’anxiété et de dépression, que l’imodium pour la diarrhée, que les médicaments vendus en pharmacie pour la fatigue et les antiépileptiques et les traitements de la neuropathie. Le cannabis était perçu comme légèrement moins efficace pour les nausées que les médicaments prescrits ou vendus en pharmacie.» Ils ont conclu que le cannabis «est perçu par ses usagers comme étant au moins aussi efficace que les médicaments prescrits pour la gestion des symptômes.»  (Source: Corless IB, Lindgren T, Holzemer W, Robinson L, Moezzi S, Kirksey K, Coleman C, Tsai YF, Sanzero Eller L, Hamilton MJ, Sefcik EF, Canaval GE, Rivero Mendez M, Kemppainen JK, Bunch EH, Nicholas PK, Nokes KM, Dole P, Reynolds N. Marijuana Effectiveness as an HIV Self-Care Strategy. Clin Nurs Res 2009;18(2):172-93.)

*États unis: à l’exception du gouverneur Lynch, tous les législateurs du New Hampshire défendent l’usage médical du cannabis

Les députés et les sénateurs du New Hampshire défendent un projet de loi visant à légaliser l’usage médical du cannabis. Depuis le 6 mai, les députés ont ralenti leur action par peur du veto possible du Gouverneur Lynch malgré le vote de ce projet par le sénat. Les députés ont formé un groupe de travail afin de trouver un accord.

Le but de ce groupe de travail est de répondre aux huit problèmes spécifiques identifiés par Lynch et son équipe, lors de rencontres privées avec les députés. Cindy Rosenwald, Représentante de l’État, indique que le problème le plus manifeste se situe dans le «modèle à demeure», qui prévoit qu’un patient qualifié ou un soignant puisse cultiver jusqu’à six plants ou être en possession d’une quantité de cannabis allant jusqu’à 2 onces (57 grammes). «Le problème le plus important est l’absence d’un système de distribution centralisé» a indiqué Rosenwald à son comité de députés le 6 mai. Lynch n’a pas indiqué s’il aurait opposé son veto à la loi votée par le Sénat et n’a pas voulu fournir de commentaires alors qu’on lui demandait si le New Hampshire devait créer des centres gérés par l’État, comme il en existe maintenant en Californie.  (Source: Nashua Telegraph du 7 mai 2009)

États unis: le Gouverneur Schwarzenegger encourage le débat sur la légalisation du cannabis

Le 5 mai, le Gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a indiqué qu’il envisageait favorablement un débat portant sur la légalisation et l’imposition du cannabis, ce qui pourrait procurer à l’État une nouvelle source de revenus. Lors d’une manifestation dans le nord de la Californie, il avait été demandé au Gouverneur républicain, dont le mandat expire à la fin de l’année prochaine, si le cannabis pouvait être considéré comme l’alcool.

«Non, je ne pense pas que ce soit le moment. Par contre, maintenant, il faudrait un débat» a-t-il dit. «Et je crois que nous devons être très attentifs à ce qui se passe dans les pays qui ont légalisé le cannabis et d’autres drogues, aux effets produits et à l’appréciation des résultats qu’en font ces pays.» Les commentaires de Schwarzenegger arrivent après que 56% des électeurs californiens, à la suite d’un scrutin sur le sujet, aient déclaré être favorables à l’idée de la légalisation du cannabis récréatif et à l’imposition de ses recettes. Les partisans indiquent que la taxation pourrait générer plus d’un milliard de dollars (environ 750 millions d’Euros) de revenu pour l’État.

Plus d’informations à: //www.reuters.com/article/politicsNews/idUSTRE54503R20090506  (Sources: Reuters du 6 mai 2009, Associated Press du 5 mai 2009)

Nouvelles en bref

***Mexique: Décriminalisation

Alors que le Président du Mexique, Felipe Calderon, se concentre sur la poursuite des trafiquants, l’Assemblée législative a voté une proposition de loi décriminalisant la possession de petites quantités de drogues allant du cannabis aux méthamphétamines. Le projet de loi, que propose Calderon rendrait légale la possession de 5 grammes de cannabis, et attend sa signature. (Source: Reuters du 1er mai 2009)

***Science: Dépression

D’après une étude sur le modèle animal (rats), l’administration du cannabinoïde synthétique (HU-210), agissant de manière similaire au THC, agit sur le comportement antidépresseur, ce qui semble indiquer l’implication du système noradrénergique. L’effet a effectivement été atténué par les antagonistes des récepteurs adrénergiques. (Source: Morrish AC, et al. Physiol Behav 2009 May 1. [Publication électronique avant la parution]).

***Science: Douleur et acupuncture

D’après une étude sur le modèle animal, l’électroacupuncture augmente le niveau d’anandamide dans les inflammations des tissus cutanés, et les récepteurs CB2 contribuent à l’effet analgésique de l’électroacupuncture lors d’étude de la douleur inflammatoire sur le rat. (Source: Chen L, et al. J Pain 29 avril 2009 . [Publication électronique avant la parution]).

***Science: Inflammation intestinale

La recherche fondamentale sur le modèle animal montre que l’activation du récepteur CB2 protège de la colite expérimentale.   (Source: Storr MA, et al. Inflamm Bowel Dis 30 avril 2009. [Publication électronique avant la parution]).

***Science: Athérosclérose

La recherche fondamentale a montré que le CBD empêche l’activité de la lipoxygenase qui est impliquée dans le développement de l’athérosclérose. Les chercheurs ont suggéré qu’un dérivé plus puissant que le CBD « pourrait devenir un prototype utile à la production de médicaments pour traiter l’athérosclérose.» (Source: Takeda S, et al. Drug Metab Dispos 30 avril 2009. [Publication électronique avant la parution]).

***Science: Cancer

Chez l’homme, dans une lignée de cellules cancéreuses, qui exprime le récepteur cannabinoïde-1 (CB1), de faibles concentrations d’anandamide ont stimulé le développement du cancer, alors que de fortes concentrations ont induit l’apoptose, une forme de suicide des cellules. L’agent anti-cancer paclitaxel a agit en synergie avec l’anandamide.  (Source: Miyato H, et al. J Surg Res 9 aout 2008. [Publication électronique avant la parution]).

Il Y A UN AN:

– Etats-Unis: un homme meurt après qu’on lui ait refusé une greffe du foie, car il prenait du cannabis médical

IL Y A DEUX ANS:

– Le Sénat et la Chambre des députés de Rhode Island ont voté pour rendre permanente la loi d’Etat sur le cannabis médical

—————————————-
IACM-Bulletin du 1° juin 2009
—————————————-

* Grande-Bretagne/ Europe: la société GW Pharmaceuticals dépose une demande d’approbation du sativex pour la sclérose en plaques

* Science: dans une série de cas cliniques, le THC a amélioré les symptômes de la schizophrénie de quelques patients

* Science: dans le cadre d’un traitement à la naltrexone, un usage modéré du cannabis permet de réduire la dépendance aux opiacés

Grande-Bretagne/ Europe: la société GW Pharmaceuticals dépose une demande d’approbation du sativex pour la sclérose en plaques

En Europe, l’extrait de cannabis sativex de la société britannique GW Pharmaceuticals est dans l’attente d’un agrément pour le traitement de la spasticité de la sclérose en plaques. Ce qui permet d’envisager un agrément fin 2009 ou début 2010. Étant donné que ce sont les législateurs britanniques qui ont eux-mêmes défini les essais, il y a peu de risques que la demande d’agrément soit rejetée. Le pulvérisateur contient en quantités égales deux cannabinoïdes: le CBD (cannabidiol) et le THC (dronabinol). La demande auprès des législateurs britanniques et espagnols est une étape importante pour la société britannique, compte tenu des nombreux retards auxquels ce dossier a été soumis. Les essais cliniques ont montré que le sativex appliqué par pulvérisation sublinguale réduit la spasticité des patients atteints de sclérose en plaques ne répondant pas aux thérapies existantes. S’il est agréé, le sativex sera commercialisé par la compagnie allemande Bayer en Grande-Bretagne, et dans le reste de l’Europe par la compagnie espagnole Almirall. À la suite des demandes en Grande-Bretagne et en Espagne, d’autres seront effectuées dans des pays européens en 2010. Aux États-Unis, des tests cliniques supplémentaires sont nécessaires pour que ce médicament puisse faire l’objet d’une demande d’autorisation de mise sur le marché. La compagnie japonaise Otsuka est l’associée de GW Pharmaceuticals aux États-Unis. En 2005, le sativex a été agréé pour la première fois, au Canada,.

Pour plus d’informations:

– //www.reuters.com/article/healthNews/idUSTRE54J1KI2009 0520 //www.gwpharm.com  (Sources: communiqué de presse GW Pharmaceuticals du 20 mai 2009, Reuters du 20 mai 2009.

Science: dans une série de cas cliniques, le THC a amélioré les symptômes de la schizophrénie de quelques patients

Les scientifiques du Centre de psychiatrie de Rockland à Orangeburg, New York, ont noté une amélioration des symptômes de la schizophrénie de quatre de leurs patients qui recevaient du THC (dronabinol) par voie orale. L’étude a débuté après qu’il ait été observé une amélioration significative pour l’un des malades. Les chercheurs ont alors constaté que 3 des 5 patients, qui souffraient d’une schizophrénie sévère, chronique et qui étaient réfractaires aux traitements, décrivaient une amélioration par l’usage du cannabis. Leur état a été amélioré aussi avec du THC. Les chercheurs n’avaient sélectionné que des patients sévèrement atteints et dont les améliorations possibles l’emportaient sur le risque. En fonction des critères, 5 patients sur 200, souffrants de psychoses chroniques furent sélectionnés. Il leur fut administré 2,5 mg de dronabinol 2 fois par jour, puis 5mg, 2 fois par jour la semaine suivante, et 10 mg, 2 fois par jour la troisième semaine.

Il n’a été observé aucun effet indésirable. Il a fallu 8 semaines de traitement pour qu’un des patients note une amélioration, alors que les autres ont réagi dans un délai plus court. Les chercheurs ont noté «que cette amélioration constitue une réduction des symptômes psychotiques principaux sur 3 des 4 patients, et non pas seulement un effet calmant général.» Les résultats sembleraient montrer que « le rôle des cannabinoïdes dans le traitement des psychoses est plus complexe qu’il ne le semblait jusqu’à présent et qu’il ouvre des perspectives pour le traitement de la schizophrénie.»  (Source: Schwarcz G, Karajgi B, McCarthy R. Synthetic delta-9-tetrahydrocannabinol (dronabinol) c peut améliorer les symptomes de la schizophrénie . J Clin Psychopharmacol 2009;29(3):255-8.)

Science: dans le cadre d’un traitement à la naltrexone, un usage modéré du cannabis permet de réduire la dépendance aux opiacés

Une recherche clinique du Département de psychiatrie de l’Université de Columbia à New York a montré qu’un usage raisonnable du cannabis améliorait la modération des patients dépendants des opiacés tels que l’héroïne, dans le traitement à la naltrextone. 63 toxicomanes hospitalisés pour unedétoxication, un traitement à la naltrexone par voie orale, et thérapie comportementale ont été classés en trois niveaux en fonction de l’usage de cannabis pendant le traitement. Une analyse d’urines a été effectuée deux fois par semaine: abstinent (0% de cannabis dans les échantillons d’urine), usage discontinu (de 1 à 79% d’échantillons positifs au cannabis) et usage régulier ( 80% ou plus d’échantillons positifs).

La naltrexone est un antagoniste des récepteurs aux opiacés qui a été utilisé en premier lieu dans le traitement de l’alcoolisme et de la dépendance aux opiacés. Avec le traitement à la naltrexone, les consommateurs irréguliers de cannabis ont montré une modération accrue (moyenne de 133 jours d’abstinence) par rapport à ceux qui ne consommaient pas (abstinence moyenne de 35 jours) ou aux usagers réguliers (abstinence moyenne de 35 jours). La consommation irrégulière du cannabis a aussi été associée à une régularité plus grande à la prise des pilules de naltrexone. Les chercheurs ont indiqué que des études expérimentales sont nécessaires pour tester directement l’hypothèse selon laquelle les agonistes des récepteurs aux cannabinoïdes exercent un effet pharmaceutique bénéfique sur la prise de naltrexone, Ces études permettraient aussi d’en comprendre le mécanisme. (Source: Raby WN, Carpenter KM, Rothenberg J, Brooks AC, Jiang H, Sullivan M, Bisaga A, Comer S, Nunes EV. Intermittent marijuana use is associated with improved retention in naltrexone treatment for opiate-dependence. Am J Addict 2009;18(4):301-8.)

Nouvelles en bref

***États unis: Rhode Island

3 ans après que la légalisation que le cannabis médical est légalisé dans l’Etat du Rhode Island, les députés ont adopté le 20 mai un plan visant à créer des dispensaires qui vendraient le médicament aux patients. En avril, le sénat a approuvé très majoritairement une version identique de cette proposition de loi. On s’attend à ce que le Gouverneur Carcieri, opposant de longue date au cannabis médical, y oppose son veto. Mais les députés ont approuvé la loi à 63 voix contre 5, ce qui devrait facilement l’emporter sur un véto.

(Source: Providence Journal du 21 mai 2009)

***États unis: Minnesota

Le 18 mai, les députés et les sénateurs de cet État ont approuvé un projet de loi visant à légaliser l’usage médical du cannabis. Malgré cela, le sénateur Tim Pawlenty, le 22 mai, y oppose son veto.  (Source: Minneapolis Star-Tribune du 18 mai 2009, MPP du 22 mai 2009)

***Canada: Département aux Affaires des Vétérans Le Département aux Affaires des Vétérans du gouvernement canadien couvrira les coûts du cannabis médical. Une lettre de ce Département adressée à un vétéran indique que le cannabis médical fourni par le Ministère de la Santé pourrait être remboursé si une prescription médicale en assure la nécessité. (Source: Comox Valley Record du mai 2009)

***États unis: fin de la «guerre aux drogues»

Gil Kerlikowske, le nouveau directeur du Bureau de la National Drug Control Policy de la Maison Blanche, a indiqué que les États-Unis ne devraient pas se percevoir comme menant une «guerre aux drogues». Il a questionné l’utilisation populaire du mot «guerre», et a conclu qu’une telle perception barre la route à un mouvement positif de la résolution des problèmes de drogue auxquels le pays est véritablement confronté. «Quelle que soit la manière utilisée pour expliquer aux gens ce qu’est une «guerre aux drogues» ou une «guerre aux substances», les gens le perçoivent comme une guerre les visant, a indiqué le 13 mai Gil Kerlikowske. (Source: UPI du 14 mai 2009)

***États unis: Californie

La Cour Suprême n’entendra plus aucune action contrevenante à la loi californienne qui autorise l’usage médical du cannabis. Le 18 mai, La Haute Cour a refusé d’entendre les appels des comtés de San Diego et de San Bernardino. Les députés de ces deux comtés avaient intenté un procès afin de renverser la loi qui avait été approuvée par les votants en 1996, mais les cours inférieures avaient statué contre elle.  (Source: Associated Press du 18 mai 2009)

***Science: maladie de Charcot (Sclérose amyotrophique latérale)

D’après une recherche fondamentale sur la maladie de Charcot (ALS), dans le modèle animal, la sensibilité des récepteurs cannabinoïdes-1 (CB1), qui contrôlent la neurotransmission des neurotransmetteurs glutamate et GABA, est particulièrement accentuée chez les souris atteintes d’ALS. Les chercheurs ont ainsi noté que ces résultats pouvaient indiquer que l’adaptation du système endocannabinoïde pourrait être impliquée dans la pathophysiologie de l’ALS et que les récepteurs CB1 pourraient être une cible thérapeutique possible pour le traitement de cette maladie.  (Source: Rossi S, et al. Amyotroph Lateral Scler 2009 May 19:1-8. [publication électronique avant la parution])

***Science: tabac et cannabis

Les chercheurs de l’Université Columbia à New York ont travaillé sur les différences des effets entre les cigarettes de cannabis mélangées avec du tabac et les cigarettes de cannabis pur. 24 consommateurs ont participé à cette expérience. Par six fois, ils ont fumé des cigarettes de cannabis contenant trois concentrations de THC différentes avec ou sans tabac. Les cigarettes de cannabis pur ont provoqué une concentration sanguine en THC et des effets psychiques plus importants. Les cigarettes de cannabis mélangé à du tabac ont produit les mêmes augmentations du rythme cardiaque mais des niveaux de monoxyde de carbone supérieurs dans le sang. (Source: Cooper ZD, et al. Drug Alcohol Depend 13 mai 2009. [publication électronique avant la parution])

ILYA UN AN:

– Etats-Unis: Barack Obama, s’il est élu président, pourrait mettre fin aux mesures judiciaires employées par les administrations fédérales dans les états ayant une loi sur le cannabis médical

– Science: le dronabinol s’est montré efficace dans le traitement des tics vocaux et de la dystonie chez une patiente atteinte d’une sclérose en plaques

IL Y A DEUX ANS:

– Science: fumer des cigarettes de cannabis augmente les

problèmes respiratoires chez les fumeurs de tabac

– IACM: à la mémoire du Dr. Tod Mikuriya

—————————————-
IACM-Bulletin du 11 juin 2009
—————————————-

* IACM : Inscription au Congrès annuel de l’IACM du mois d’octobre

* Croatie : La Cour suprême autorise l’usage médical du cannabis aux vétérans de guerre atteints du syndrome de stress post-traumatique

* Canada/États-Unis : Associations nationales de recherche sur le système endocannabinoïde et l’usage médical des cannabinoïdes.

IACM : Inscription au Congrès annuel de l’IACM du mois d’octobre

Pensez dès aujourd’hui à vous inscrire au 5ème Congrès de l’IACM sur les cannabinoïdes dans la médecine qui se déroulera les 2 et 3 octobre prochains à Cologne (Allemagne) ainsi qu’à réserver une chambre d’hôtel. Cette année, le Congrès s’articulera principalement autour de sujets controversés et de problèmes rencontrés dans la recherche sur les cannabinoïdes, par exemple: le cannabis et les troubles psychiatriques, les cannabinoïdes et le cancer, les substances de même nature que les cannabinoïdes, les orientations de la recherche sur la manipulation thérapeutique du système endocannabinoïde, etc.

Outre les conférences habituelles qui seront tenues par Vincent Maida, Donald Abrams, Rudolf Brenneisen, Mark Ware, Emmanuel Onaivi, Ethan Russo et bien d’autres intervenants, le Congrès offrira des exposés informatifs, suivis de discussions.

Parmi les sujets qui seront présentés:

– Robson P. : Troubles du métabolisme, réactions excessives au stress et inflammations chroniques associées à la schizophrénie –cibles potentielles pour les médicaments à base de cannabis ?

– Mechoulam R. : Le système cannabinoïde comme système de protection général.

– Guzman M. : Revue des dernières avancées en matière de cannabinoïdes dans le traitement du gliome.

– Katona I. : Effondrement du circuit de modulation synaptique (sympathique) : les signaux endocannabinoïdes et ses dysfonctionnements dans l’épilepsie.

– Grotenhermen F. : L’arthrite associée au cannabis : où en est la science ?

– Zimmer A. : Sur le beta-caryophyllène, un agoniste des récepteurs CB2.

– Pertwee R. : Quelques stratégies potentielles relatives aux pratiques cliniques visant les récepteurs cannabinoïdes.

Le Comité Scientifique du Congrès est ouvert à toute proposition d’exposé sur des thèmes controversés de la recherche sur les cannabinoïdes. Le délai de dépôt est fixé au 15 juin.

Le programme définitif sera disponible en ligne à partir du mois de juillet sur le site du Congrès : //www.iacm2009.org

Croatie : La Cour suprême autorise l’usage médical du cannabis aux vétérans de guerre atteints du syndrome de stress post-traumatique

La Cour suprême de Croatie a tranché: les vétérans de guerre qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique sont autorisés à utiliser le cannabis à des fins thérapeutiques. Le jugement a donné raison à un vétéran condamné à un de prison par un tribunal pour avoir cultivé du cannabis destiné à sa consommation personnelle. Aujourd’hui, ce vétéran est de nouveau libre.

Lors du verdict, il a été souligné que l’homme consommait du cannabis afin de soulager ses troubles post-traumatiques, dont un grand nombre d’anciens soldats, ayant combattus lors de la guerre contre la Yougoslavie (de 1991 à 1995), souffrent toujours. Les spécialistes estiment que près de 18000 vétérans croates sont atteints de ce syndrome, qui se manifeste, entre autres, par de la dépression, des modifications de la personnalité et des tendances à l’automutilation. Depuis la fin de la guerre, près de 1700 suicides se sont produits parmi les anciens combattants.

Pour en savoir plus (en allemand), rendez-vous sur : //www.badische-zeitung.de/nachrichten/panorama/kriegsveteranen-in-kroatien-duerfen-kiffen–15785173.html  (Source : Deutsche Presseagentur, du 4 juin 2009)

Canada/États-Unis : Associations nationales de recherche sur le système endocannabinoïde et l’usage médical des cannabinoïdes.

Dans un communiqué de presse du 3 juin, le CCIC, Consortium canadien pour investigation des cannabinoïdes (Consortium for the Investigation of Cannabinoids) a déclaré que le groupement vient d’évoluer vers une organisation reconnue d’utilité publique, enregistrée par l’administration fédérale, dont le but consiste à mener des recherches et à informer sur les cannabinoïdes. Le CCIC encourage à se rendre sur son nouveau site Internet et à devenir membre de l’association (l’adhésion est gratuite).

 

Une AACM, Académie américaine des médicaments à base de cannabinoïdes, vient de voir le jour aux États-Unis. Selon un communiqué de presse, il s’agit d’une organisation médicale professionnelle «dédiée à la compréhension clinique et scientifique du système endocannabinoïde ainsi qu’aux applications thérapeutiques du cannabis et des cannabinoïdes».

Sites Internet : //www.ccic.net – //aacmsite.org  (Sources : communiqués de presse de du CCIC et de l’AACM)

Nouvelles en bref

***États-Unis : Illinois

Le sénat a adopté un projet de loi en faveur de l’autorisation de la consommation de cannabis aux personnes souhaitant soulager les symptômes associés à des maladies graves comme que le cancer, le sida et la sclérose en plaques. Le projet est maintenant soumis à la consultation de la chambre des Représentants de l’Illinois dont une commission avait déjà soutenu un projet similaire. (Source : Associated Press, du 28 mai 2009)

***Science : exercice physique

Des recherches sur animaux ont mis en évidence une plus forte densité des récepteurs CB1 et d’endocannabinoïde anandamide dans les tissus de l’hippocampe du cerveau de rongeurs qui avaient toujours une roue à leur disposition pour faire de l’exercice. La possibilité de bouger à volonté a également favorisé la formation de nouvelles cellules nerveuses dans cette même zone du cerveau. Les chercheurs suggèrent d’après les résultats que «le système endocannabinoïde de l’hippocampe est sensible aux changements environnementaux et qu’il joue probablement le rôle de médiateur dans la plasticité par rapport au vécu». Il s’agit de processus d’adaptation qui sont commandés dans le cerveau. (Source : Hill MN, et al. Hippocampus, du 1er juin 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : tabagisme

Selon des résultats de recherches menées au centre de toxicomanie et de santé morale de Toronto (Canada), l’inhibition de l’enzyme qui dégrade l’endocannabinoïde anandamide (FAAH) pourrait être aussi efficace que le blocage du récepteur CB1 en vue de prévenir la rechute lors du sevrage à la nicotine chez les rats. Les chercheurs ont conclu que «du fait que l’inhibition de la FAAH présente des propriétés antidépressives et anxiolytiques chez les rongeurs, cibler la FAAH pourrait représenter une nouvelle stratégie pour aider les personnes qui arrêtent de fumer. Une stratégie, qui, de plus, est susceptible d’être mieux toléré que le rimonabant».  (Source : Forget B, et al. Psychopharmacology (Berl), du 30 mai 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : encéphalite

Des chercheurs espagnols, qui ont réalisé des expériences sur des cellules, ont découvert que l’activation du récepteur CB2 a inhibé d’une part la production de la substance inflammatoire appelée tumor necrosis factor alpha (TNF) sécrétée par les cellules microgliales et, d’autre part, la migration de ces cellules immunitaires au sein même du système nerveux. (Source : Romero-Sandoval EA, et al. Mol Pain 2009;5(1):25.)

***Science : glioblastome

Des chercheurs de l’université de Heidelberg (Allemagne) ont découvert qu’en présence d’une tumeur cérébrale (glioblastome multiforme), le nombre des récepteurs CB2 dans les vaisseaux sanguins des cellules endothéliales est plus important que celui rencontré dans les cellules saines. Ils ont conclu que «les agonistes sélectifs des CB2 pourraient devenir des cibles importantes pour réduire les signaux du VEGF (facteur de croissance endothélial vasculaire)», et pensent qu’ils pourraient ralentir la formation de nouveaux vaisseaux sanguins ainsi que le développement du glioblastome. (Source : Schley M, et al. Brain Res Bull 2009;79(5):333-7.)

***Science : hypertension

Selon des recherches sur des rats normaux ou atteints d’hypertension spontanée, la fonction du système endocannabinoïde dans une région du cerveau (nucleus tractus solitarius) a été réduite chez les rongeurs présentant une pression artérielle élevée. Les chercheurs ont découvert que cela pourrait contribuer à réduire l’inhibition sympathique et à augmenter le tonus sympathique qui caractérise les rats atteints d’hypertension spontanée.  (Source : Brozoski DT, et al. Auton Neurosci, du 31 mai 2009 [publication électronique avant impression])

NOUVEAU LIVRE

Lambert DM, ed. Cannabinoids in Nature and Medicine. Wiley-Vch. ISBN-10: 390639056X, ISBN-13: 978-3906390567.

Il Y A UN AN :

– Europe : un avocat soutient que la position de l’Irlande quant à l’usage du cannabis dans un cas de sclérose en plaques contrevient aux Accords de Schengen

– Science : une consommation importante et prolongée du cannabis pourrait provoquer le rétrécissement de deux zones importantes du cerveau

– Royaume-Uni : l’Agence de régulation des médicaments annonce cinq décès liés à l’usage médical du rimonabant

IL Y A DEUX ANS :

– Science : le THC améliore l’appétit et la prise de poids chez les patients atteints du sida

– Science : une pommade à base de THC réduit la réaction allergique de la peau chez les souris

—————————————-
IACM-Bulletin du 29 juin  2009
—————————————-

* États-Unis : Rhode Island légalise la vente de cannabis à des fins thérapeutiques

États-Unis : Rhode Island légalise la vente de cannabis à des fins thérapeutiques

Aux États-Unis, Rhode Island est désormais le troisième État qui autorise la vente de cannabis à des patients atteints de maladies chroniques et détiennent une approbation d’usage médical. Le 16 juin, les législateurs ont majoritairement voté en faveur de l’annulation du veto posé par le gouverneur Donald L. Carcierie. La nouvelle loi autorise trois dispensaires à but non lucratif à vendre du cannabis à des patients enregistrés auprès du ministère de la Santé.

Malgré ces changements, le cannabis reste inscrit sur la liste des substances illégales au sens de la loi fédérale avec, toutefois, une déclaration faite par l’administration Obama assurant qu’elle n’empêchera pas le fonctionnement des dispensaires qui respectent les lois de l’État auxquels ils sont soumis. Rhode Island autorise depuis 2006 la possession de cannabis par des patients atteints de maladies chroniques, sans pour autant avoir modifier les lois qui permettraient aux patients d’en acheter. La Californie et le Nouveau-Mexique sont les deux autres États qui autorisent la vente du cannabis médical. Quant à l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques, il est légal dans 13 États américains. Le 12 juin, le gouverneur Carcierie a opposé son véto contre un projet de loi similaire soumis par la Chambre des Représentants et le Sénat en expliquant que la vente de cannabis médical risque d’augmenter l’usage non thérapeutique de la substance et de nuire à la santé des enfants.  (Sources : Associated Press, du 16 juin 2009 ; UPI, du 17 juin 2009)

Nouvelles en bref

***États-Unis : soutien à la légalisation

Lors d’une interview, le Dr. Donald Tashkin, un chercheur de renom, a clairement pris position d’une part au sujet des effets du cannabis fumé sur les poumons et, d’autre part, contre la criminalisation de la consommation de cannabis. Ce professeur de l’université de Californie de Los Angeles a déclaré : « Il y a quelques années, quand nos recherches penchaient vers un effet négatif sur les poumons, j’étais contre la légalisation du cannabis parce que je croyais qu’une telle décision accroitrait la consommation et entraînerait un surplus de problèmes de santé. Aujourd’hui, je soutiens sa légalisation et pense que le cannabis ne doit plus être stigmatisé comme une substance illégale, et ce même si je ne conseille à personne de fumer une quelconque substance. Il faut savoir que le tabagisme provoque bien plus de dégâts et si l’on considère l’ensemble des aspects néfastes entraînés par les stupéfiants, l’alcool est bien plus dévastateur que le cannabis.»  (Source : Taiwan News, du 24 mai 2009)

***Science : vieillir

La recherche fondamentale a révélé que les cannabinoïdes réduisent les effets de vieillissement dans le domaine des inflammations et de la formation de nouvelles cellules nerveuses. Par exemple, l’activation de récepteurs aux cannabinoïdes favorise une telle formation dans l’hippocampe (une zone cérébrale) chez des rats âgés. (Marchalant Y, et al. Neurobiol Dis, du 5 février 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : maladie d’Alzheimer

Selon des expériences sur des cellules, l’activation des récepteurs CB2 des cellules gliales peut induire l’élimination de l’amyloïde-bêta des tissus humains. Dans des conditions normales, le cerveau ne contient quasiment pas de récepteurs CB2. En revanche, se situant davantage dans les cellules gliales, leur nombre augmente en présence d’inflammations chroniques, comme c’est le cas chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. L’amyloïde-bêta est le principal composant des plaques amyloïdes et leur élimination est considérée aujourd’hui comme très prometteur dans la recherche des traitements de la maladie d’Alzheimer.  (Tolón RM, et al. Brain Res, du 5 juin 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : obésité

D’après des essais sur animaux, conduits à l’institut français INSERM, l’activation du récepteur CB2 a renforcé le processus inflammatoire associé à l’obésité ainsi que la résistance à l’insuline. Les chercheurs ont conclu que «les antagonistes des récepteurs CB2 pourraient représenter une nouvelle voie thérapeutique permettant de traiter les troubles du métabolisme associés à l’obésité». (Source : Deveaux V, et al. PLoS ONE 2009;4(6):e5844.)

***Science : douleurs provoquées par un cancer

Dans un modèle de la douleur provoquée par le cancer des os, l’activation des récepteurs CB1 de la moelle épinière a diminué l’intensité de la douleur. (Source : Furuse S, et al. Anesthesiology, du 8 juin 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : rhabdomyosarcome

Selon une recherche fondamentale, menée à l’université Complutense de Madrid (Espagne), le cannabinoïde synthétique HU210, ainsi que le cannabinoïde naturel dronabinol (THC), ont diminué la capacité de survie des cellules du rhabdomyosarcome, une forme de cancer qui se déclare dans les cellules musculaires situées dans le squelette. (Source : Oesch S, et al. Mol Cancer Ther, du 9 juin 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : neuropathie diabétique

Sur des cellules nerveuses immergées dans une solution très concentrée en glucose, on a observé une réduction de la formation des fibres nerveuses. L’activation des récepteurs CB1 de ces cellules par un cannabinoïde synthétique (HU210) a augmenté la longueur de ces fibres en fonction de la dose administrée. Les chercheurs ont constaté que les récepteurs CB1 protègent les nerfs même en cas de taux élevé de glucose dans le sang.  (Source : Zhang F, et al. Neuropharmacology, du 3 juin 2009 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN :

– Science: l’utilisation des cannabinoïdes à des fins médicales n’augmente pas le risque d’effets indésirables dangereux pour la santé

– Science/États-Unis: conséquences controversées de l’augmentation de la teneur du cannabis au cours des dix dernières années

IL Y A DEUX ANS :

– Allemagne: l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux autorise l’utilisation de cannabis médical à titre exceptionnel

– Canada: selon un communiqué, un extrait de cannabis remplirait les conditions pour obtenir l’autorisation d’utilisation pour traiter des douleurs liées au cancer

– Suisse: des patients souffrant de sclérose latérale amyotrophique (S.L.A.) ne sont pas autorisés à poursuivre leur traitement à base de THC une fois l’étude clinique terminée

—————————————-
IACM-Bulletin du 11 juillet 2009
—————————————-

Le programme du 5e Congrès de l’IACM sur l’usage des cannabinoïdes en médecine qui se tiendra le 2 et 3 octobre à Cologne, en Allemagne, est maintenant disponible sur: //www.iacm2009.org

//www.cannabis-med.org/meeting/cologne2009/programme.pdf

* Israël: un nombre croissant de patients est autorisé à consommer du cannabis à des fins médicales

* Science : Le nombre des nouveaux cas de schizophrénie au Royaume-Uni ne justifie pas l’hypothèse selon laquelle l’usage du cannabis accroîtrait le risque de schizophrénie

 

* États-Unis : des mesures relatives à l’usage médical du cannabis sont présentées à la House of Representatives (Chambre des Députés)

Israël: un nombre croissant de patients sont autorisés à consommer du cannabis à des fins médicales

Environ 700 patients sont autorisés à consommer du cannabis médical et on s’attend à ce que ce nombre soit porté à 1000, d’ici la fin de l’année. C’est en 1999 que les premiers patients ont reçu du cannabis, après que le ministre de la Santé en a légalisé l’usage pour des patients gravement malades. «Je prescris une quarantaine de nouvelles ordonnances chaque mois, avec un dosage moyen de 100 grammes par patient et par mois,» indique le docteur Yehuda Baruch, directeur du centre de l’hôpital psychiatrique Arbanel à Bat Yam. Baruch est le seul médecin désigné par le ministère de la Santé pour autoriser l’usage du cannabis. Le comité du ministère de la Santé qui a décidé de permettre l’usage d u cannabis en 1999 a stipulé que ce médicament ne soit prescrit qu’aux patients présentant des symptômes aigus.

Jusqu’en 2005, les ordonnances de cannabis médical ne furent prescrites qu’à une dizaine de patients. Le ministre leur permet de cultiver un maximum de dix plants, et d’être en possession de 200 grammes de cannabis. De plus, les patients peuvent obtenir gratuitement du cannabis de cultivateurs anonymes qui ont reçu l’autorisation de fournir les patients. Des bénévoles habilités amènent le cannabis aux différents lieux de résidence des patients. Aujourd’hui, Baruch prescrit du cannabis pour toute une gamme de maladies, telles que la sclérose en plaques, les douleurs chroniques, le syndrome de Tourette, et certains cas de cancer. Le producteur de cannabis ne reçoit aucune rémunération de l’État pour sa production, et les patients ne payent rien. Mais étant donnés la demande croissante et le prix de production, les experts soulignent que cette situation ne peut durer. Actuellement, on ne sait pas qui devra payer. Baruch propose que les patients payent entre 5 et 10 shekel (de 0,9 à 1,8€) le gramme.

Pour plus d’information: //www/haaretz.com/hasen/spages/1094284.htlm  (Source :Haaretz du 27 juin 2009)

Science : Le nombre des nouveaux cas de schizophrénie au Royaume-Uni ne justifie pas l’hypothèse selon laquelle l’usage du cannabis accroîtrait le risque de schizophrénie

Selon la recherche de scientifiques à l’université de Keele dans le Staffordshire, au Royaume-Uni, le nombre de cas de schizophrénie diagnostiqués dans les années 1996 à 2005, ne soutient pas l’hypothèse selon laquelle la consommation de cannabis augmente le risque de développement de la schizophrénie ou d’une psychose. Une analyse d’informations issues de 183 consultations de médecin d’Angleterre, du Pays de Galle, d’Écosse et d’Irlande du Nord a été réalisée pour cette étude. L’étude couvre annuellement une moyenne de 600 000 malades, représentant approximativement 2.3% de la population du Royaume-Uni âgée de 16 à 44 ans. Entre 1996 et 2005, les cas de schizophrénie et de psychose ont été stables ou en baisse.

Une étude récemment publiée stipule que la consommation de cannabis a été multipliée par quatre entre 1972 et 2002, et par 18 pour les jeunes de moins de 18 ans. Comme le suggère une autre étude, si le risque de schizophrénie est multiplié par 1.8 parmi les consommateurs légers, et par 3.1 pour de plus gros consommateurs, en acceptant un risque plus élevé pendant 20 ans, on aurait dû constater une augmentation de 29% de l’incidence de la schizophrénie, entre 1996 et 2005. Les chercheurs ont conclu que «cette étude ne permet pas de lier le cannabis à la schizophrénie et aux psychoses», et que «les facteurs sous-jacents de la schizophrénie et des psychoses restent stables, voire en baisse durant la période de l’étude.» (Source : Frisher M, Crome I, Martino O, Croft P. Assessing the impact of cannabis use on trends in diagnosed schizophrenia in the United Kingdom from 19996 to 2005. Schizophr Res. 2009 Jun 26. [publication électronique avant impression])

États-Unis : des mesures relatives à l’usage médical du cannabis sont présentées à la House of Representatives (Chambre des Députés).

Le député Barney Frank a présenté, à la Chambre, deux mesures concernant l’usage médical du cannabis. La première modifierait la loi fédérale, afin de permettre à chaque État de légiférer à propos du cannabis médical sans que le gouvernement fédéral intervienne. La seconde réduirait de manière décisive les pénalités pour les possesseurs de cannabis.

La proposition de loi sur l’usage médical du cannabis a pour but de régler un problème de classification. La loi fédérale prime toujours sur la loi de l’État, et la loi fédérale dit que le cannabis est illégal, même quand il est destiné à un usage médical. La loi fédérale stipule aussi que le cannabis n’a pas de valeur médicale, et par conséquent, les médecins qui le prescrivent risquent d’être hors la loi. La première des propositions de loi de Frank: «the Marijuana Patient Protection Act» empêcherait les représentants de l’autorité fédérale de poursuivre les pharmacies, les cultivateurs et les consommateurs de cannabis médical dans les États où l’usage de cette substance est légal pour des raisons médicales.

Pour plus d’information: – //www.house.gov/frank/pressreleases/2009/06-19-09-

marijuana-bills.htlm

-//www.huffingtonpost.com/chris-weigant/barney-frank-introduces-m_b_219263.htlm  (Sources: Communiqué de presse de Barney Frank du 19 juin 2009, Huffington Post du 22 juin 2009)

Nouvelles en bref

***Science: ostéoporose

 

Il a été démontré que des variantes du gène qui encode le récepteur cannabinoïde-2 existent chez les sujets présentant une ostéoporose et une densité minérale osseuse faible. Une nouvelle étude de l’université de Bonn, en Allemagne, montre que les variations de ce gène sont associées avec la force des os de la main. (Source: Karsak M, et al.hum Genet 2009 Jun 30. [publication électronique avant impression])

***Science: dépendance aux opiacés

Selon la recherche animale effectuée par un groupe de Français, le THC a une incidence différente sur la vulnérabilité aux opiacés chez les rats élevés normalement et ceux qui ont été séparés de leur mère à la naissance. Le THC augmente la vulnérabilité aux opiacés chez les animaux normalement élevés, mais compense les manques chez les rats privés de leur mère. Les auteurs ont noté que « ces résultats conduisent à la prise de cannabis en automédication dans les groupes issus d’un environnement postnatal défavorable.»  (Source: Morel LJ, et al. Neuropsychopharmacology 2009 Jun 24. [publication électronique avant impression])

***Science: dégénérescence maculaire

La dégénération maculaire liée à l’âge est une cause de cécité. Les cellules épithéliales pigmentées de la rétine jouent un rôle majeur au début et au cours de cette maladie. La macula est l’élément central de la rétine. Les chercheurs de l’université de Shanghai, en Chine ont démontré que certains cannabinoïdes synthétiques, en agissant sur les récepteurs CB1 et CB2 protégeaient ces cellules. Ils ont conclu «que l’incidence du récepteur cannabinoïde permet d’envisager des stratégies futures pour le ARMD.»  (Source: Wei Y, et al. Mol Vis 2009; 15: 1243-51.)

***Science: schizophrénie

Une recherche précédente sur le modèle animal avait démontré que le THC accroît le taux de sécrétion de dopamine dans le striatum (une région du cerveau), ce qui entraine une vulnérabilité aux psychoses. Une nouvelle recherche de l’hôpital Hammersmith de Londres montre que l’administration de 10 grammes de THC oral sur 13 volontaires en bonne santé n’a pas conduit à la sécrétion d’une quantité significative de dopamine. Les scientifiques ont conclu que ces doses modérées de THC n’amènent pas à une sécrétion significative de dopamine et que leurs observations «contredisent l’idée courante que la consommation de cannabis est un facteur à risque de la schizophrénie par augmentation de la production de dopamine du striatum.  (Source: Strokes PR, et al. Neuroimage 2009 Jun 16. [publication électronique avant impression])

***Science: migraine

Les chercheurs de l’université de Manchester, au Royaume-Uni ont démontré que les variations du gène qui encode le récepteur CB1 prédisposent à la migraine. Ils ont fait la comparaison entre 195 personnes souffrant de migraine. (Source: Juhasz G, et al. Neurosci Lett 2009 Jun 17. [publication électronique avant impression])

***Science: sarcome de Kaposi

Les chercheurs de l’université de Catane, en Italie, ont montré que le cannabinoïde synthétique (WIN 55,212-2), qui est lié à la fois au récepteur CB1 et CB2 diminue la viabilité des cellules du sarcome de Kaposi. Le sarcome de Kaposi est un cancer que l’on rencontre souvent chez les patients atteints du virus HIV. (Source: Lua T, et al. Eur J Pharmacol 2009 Jun 17. [publication électronique avant impression])

***Science: douleur

Selon une recherche menée à l’université de Miami, aux États-Unis, chez le rat atteint d’un traumatisme de la moelle épinière le soulagement de la douleur par le cannabinoïde synthétique (WIN 55,212-2) ne dépasse pas une durée de 7 jours. Par ailleurs, l’efficacité de la morphine décroit au cours de la même durée.  (Source: Hama A, et al. J Rehabil Res Dev 2009; 46(1): 135-43.)

Il Y A UN AN :

– Allemagne: le parlement débat de l’usage médical du cannabis

– Economie: un générique du dronabinol est maintenant disponible

– Monde/ Science: selon une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé, la consommation de drogues n’est pas uniquement liée à la législation en vigueur

– Europe: l’Agence Européenne pour les Drogues (EMCDDA) met à jour sa plus importante monographie scientifique sur le cannabis

IL Y A DEUX ANS :– Science: Le THC cause une augmentation de l’apport de calories et du poids chez les consommateurs de cannabis atteints du HIV

—————————————-
IACM-Bulletin du 28 juillet 2009
—————————————-

* Science : étude clinique en phase III réussie avec l’extrait de cannabis cannador dans le cadre du traitement de la sclérose en plaques

Science : étude clinique en phase III réussie avec l’extrait de cannabis cannador dans le cadre du traitement de la sclérose en plaques

Une étude clinique sur l’extrait de cannabis standardisé cannador, dirigée par le Dr. John Zajicek, professeur à l’Ecole Médicale de Peninsula, Plymouth (Grande-Bretagne), a été terminée récemment. Elle a porté sur 279 patients souffrant de contractions musculaires associées à la sclérose en plaques. L’étude a atteint son premier objectif, qui était de prouver la meilleure efficacité du cannador en comparaison d’un placebo dans le traitement de la spasticité. L’extrait de cannabis a également obtenu de meilleurs résultats au niveau d’autres objectifs, comme les douleurs, les crampes musculaires et la qualité du sommeil, ainsi qu’à celui des effets sur l’intensité de la spasticité et les handicaps liés à la sclérose en plaques.

Les essais cliniques, sponsorisés conjointement par la Société d’Études Cliniques allemand (Gesellschaft für klinische Forschung) et la société pharmaceutique suisse Weleda, ont été conduits dans 22 centres en Grande-Bretagne. Au cours de l’étude en phase III randomisée, en double-aveugle et contrôlée versus placebo, 143 patients ont reçu l’extrait de cannabis sous forme de gélules et 134 ont reçu un placebo. Chaque gélule de cannador contenait 2,5 mg de THC (dronabinol) et environ 1,25 mg de CBD (cannabidiol). Ce traitement a été administré durant 12 semaines, incluant les deux premières semaines qui ont servi à définir le dosage propre à chaque patient.

Cet article, qui contient les informations préliminaires, s’appuie sur le rapport de l’étude clinique. Il a été rédigé en collaboration avec les sponsors. Les résultats détaillés seront présentés au mois de septembre lors du Congrès ECTRIMS à Düsseldorf (Allemagne) et, ensuite, dans les IACM-Bulletins.  (Source : communiqué personnel de l’Institut d’Études Cliniques (Institut für klinische Forschung) de Berlin)

Nouvelles en bref

***Grande-Bretagne : GW Pharmaceuticals

La société britannique GW Pharmaceuticals vient de se voir attribuer une licence commerciale l’autorisant à fabriquer le sativex (extrait de cannabis). Une nouvelle unité de production permet de fabriquer une quantité de sativex pour traiter près de 25000 patients pendant une année. Au mois de mai, GW a déposé une demande d’autorisation décentralisée (selon la procédure européenne) en Grande-Bretagne et en Espagne pour le sativex comme traitement de la spasticité associée à la sclérose en plaques. Les réponses à cette demande sont attendues d’ici fin 2009 / début 2010. (Source : Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, du 16 juillet 2009)

*** États-Unis : New Hampshire

Le 10 juillet, le gouverneur John Lynch a déposé son veto contre un projet de loi qui aurait permis au New Hampshire de devenir le quatorzième État américain à autoriser l’usage du cannabis aux patients atteints de maladies graves. Les membres du Sénat et de la Chambre des Représentants avaient apporté d’importantes modifications au texte dans l’espoir d’obtenir un avis favorable de du gouverneur Lynch qui, dès le début de la procédure, avait déclaré ouvertement son scepticisme. En dépit des arguments du gouverneur selon lesquels le projet de loi présentait trop de lacunes, ce dernier a été adopté le mois dernier par la Chambre des Représentants (232 voix contre 108), puis par le Sénat (14 voix contre 10). Or, pour l’emporter sur le véto, le projet de loi doit être approuvé par au moins les deux tiers des voix dans les deux chambres. Si elle passait, cette loi permettrait la création de trois centres à but non lucratif pouvant distribuer, tous les dix jours, jusqu’à deux onces (env. 57 grammes) de cannabis par patient gravement malade et dont les médecins auraient délivré une ordonnance.  (Source : Associated Press, du 10 juillet 2009)

***États-Unis : Californie

En Californie, selon des analyses officielles publiées le 15 juillet dernier par les services fiscaux gouvernementaux, la taxation de la vente du cannabis, comme c’est actuellement le cas pour l’alcool, pourrait rapporter près de 1,4 milliards de dollars (env. 1milliard d’euros). Le projet de loi, présenté au mois de février par Tom Ammiano, membre de la Chambre des Représentants du gouvernement de la Californie, vise à autoriser toute personne, âgée d’au moins 21 ans, à posséder, à cultiver et à vendre du cannabis. T. Ammiano a défendu le projet en le présentant comme une solution permettant de réduire les problèmes budgétaires auxquels l’État fait face.   (Source : Associated Press, du 15 juillet 2009)

***Science : fibroses

Selon des expériences sur des cellules menées par des chercheurs de l’université de Siena (Italie) un cannabinoïde synthétique (WIN 55,212-2) a montré des effets antifibrotiques dans des cas de fibroblastes liés à la sclérodermie. Sur ces fibroblastes, le nombre de récepteurs CB1 et CB2 observé est plus important comparé à des fibroblastes sains. Les chercheurs ont conclu que les cannabinoïdes «représentent probablement une nouvelle catégorie de substances contre les maladies fibrotiques». (Source : Garcia-Gonzalez E, et al. Rheumatology (Oxford), du 9 juillet 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : cirrhose du foie

Selon des recherches sur animaux conduites à l’université hébraïque Hadassah de Jérusalem, le cannabinoïde naturel CBD a amélioré les fonctions motrices et cognitives qui sont réduites par la cirrhose du foie. (Source : Magen I, et al. J Hepatol, du 27 mai 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : acétaminophène

D’après des chercheurs indiens l’acétaminophène (paracétamol) présente des effets anxiolytiques probablement modulés par le système endocannabinoïde.  (Source : Umathe SN, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry, du 3 juillet 2009 [publication électronique avant impression])

IL Y A UN AN :

– Science: dans une étude clinique, le sativex diminue l’intensité de la douleur évaluée objectivement avec un marqueur neurophysiologique

– Science: un rapport de cas démontre l’efficacité du nabilone dans le traitement de l’agitation associée à la maladie d’Alzheimer

– Autriche: dépénalisation de la possession de cannabis à usage personnel indépendamment de la quantité

IL Y A DEUX ANS :

– Science: le rimonabant proposé dans le traitement de l’addiction au cannabis

—————————————-
IACM-Bulletin du 18 août 2009
—————————————-

* Science : une vaste étude épidémiologique montre que le risque

* Science : une vaste étude épidémiologique montre que le risque de cancer du cou et de la tête est réduit chez les consommateurs de cannabis

* Allemagne : Bionorica cherche à faire approuver sa préparation de dronabinol pour 2010

Science : une vaste étude épidémiologique montre que le risque de cancer du cou et de la tête est réduit chez les consommateurs de cannabis

Un groupe de travail constitué de scientifiques issus de plusieurs universités américaines (universités de Rhode Island, du Massachusetts, de la Louisiane, et du Minnesota) ont étudié les effets de la consommation de cannabis sur le développement d’un type de cancer de la tête et du cou (carcinome malpighien squameux). Les informations sur la consommation de cannabis de 434 patients ont été comparées avec celles de 547 sujets en bonne santé. Après avoir évalué les autres facteurs à risques potentiels (notamment la consommation de tabac et d’alcool), on a pu associer l’usage du cannabis à une baisse significative du taux de développement de ce cancer, soit une diminution de 48 % du risque.

Ce travail a donné des résultats cohérents pour les différentes données sur la consommation de cannabis (consommation ancienne ou actuelle, durée et fréquence). Pour les participants qui ont consommé du cannabis pendant 10 à 20 ans, le taux de risque a représenté près d’un tiers comparé à celui des non consommateurs. La diminution du risque a été plus prononcée pour les sujets qui avaient commencé à consommer après l’âge de 20 ans en comparaison de ceux qui avaient commencé plus jeunes. Les auteurs ont conclu que «l’étude suggère qu’une consommation modérée de marijuana est associée avec une réduction du risque de développer un cancer carcinome malpighien squameux ». Ils ont noté que les résultats issus de recherches expérimentales montrent que les cannabinoïdes limitent le développement du cancer.  (Source : Liang C, McClean MD, Marsit C, Christensen B, Peters E, Nelson HH, Kelsey KT. A Population-Based Case-Control Study of Marijuana Use and Head and Neck Squamous Cell Carcinoma. Cancer Prev Res (Phila Pa), du 28 juillet 2009 [publication électronique avant impression])

Allemagne : Bionorica cherche à faire approuver sa préparation de dronabinol pour 2010.

Le directeur de Bionorica, le professeur Michael Popp, espère que la préparation médicinale à partir du composé du cannabis dronabinol sera approuvée l’an prochain pour traiter des symptômes du SIDA, du cancer et de la sclérose en plaques. Il a évoqué cette possibilité lors de la visite du Chancelier Angela Merkel à la manufacture de plantes médicinales basée à Neumarkt, le 17 juillet. La société effectue actuellement des études cliniques en Allemagne.

Bionorica fabrique du dronabinol (THC) depuis 2002 et fournit les pharmacies afin qu’elles puissent préparer des médicaments. Le dronabinol de la société Bionorica est obtenu par la transformation du cannabidiol extrait des fibres du cannabis. La société emploie 870 employés et présente un chiffre d’affaires annuel de près de 130 millions d’euros (environ 180 millions de dollars américains). Elle conduit ses propres recherches pharmacologiques et cliniques en attachant une importance particulière à la qualité, à l’efficacité et à la sécurité des préparations à base de plantes utilisées. Pour plus d’information (en allemand) : //www.aerztezeitung.de/praxis_wirtschaft/unternehmen/?sid=558547  (Source : Aerztezeitung, du 19 juillet 2009)

Nouvelles en bref

***Canada : Prairie Plant Systems

Une mine abandonnée dans le nord du Canada risque de perdre son statut de site unique de production de cannabis approuvé par le gouvernement. Le site de production à la mine Flin Flon, à Manitoba, a du être déplacé car il n’était plus assez grand, comme l’a indiqué le 22 juillet le directeur de Prairie Plant Systems. Le cannabis y était cultivé depuis près d’une dizaine d’années dans le but de permettre à certains patients de s’en procurer légalement pour des raisons médicales. Aucune décision n’a été prise encore quant au futur site de production.  (Source : Reuters, du 22 juillet 2009)

***États-Unis : Colorado

Le Bureau de la Santé du Colorado a rejeté une motion demandant la limitation à cinq du nombre de patients par fournisseur de cannabis. Cette décision permet aux dispensaires de continuer à fournir le médicament aux malades. Le 20 juillet, le Bureau a voté à 6 contre 3, la proposition du Département de la Santé. Les opposants à la limite maximum de cinq personnes ont fait savoir que le Bureau n’avait pas le droit de modifier la loi que les électeurs avaient approuvée en 2000. Cette loi faisait du Colorado un des treize États à autoriser l’usage médical du cannabis aux États-Unis.  (Source : Associated Press, du 20 juillet 2009)

***Science : stabilité génétique du cannabis

Les chercheurs de l’université du Mississipi (Etats-Unis) ont montré que leur méthode de clonage du cannabis assurait un profil génétique stable quand on le compare à la plante mère. Les clones et la plante-mère ont un profil cannabinoïde similaire et une différence insignifiante de la teneur en THC. (Source : Lata H, et al. Planta Med., du 27 juillet [publication électronique avant impression])

***Science : cancer

Les chercheurs de l’Institut Universitaire Hospitalier de Karolinska et de la Clinique universitaire de Stockholm (Suède) ont montré que les céramides augmentaient l’aptitude des cannabinoïdes à détruire des cellules cancéreuses. Ils ont utilisé certaines cellules cancéreuses (cellules d’un certain type de lymphome), et les ont traitées avec le cannabinoïde synthétique méthanandamide qui a augmenté les niveaux de céramides. Si le métabolisme des céramides amène à une accumulation des céramides, la destruction des cellules cancéreuses par le cannabinoïde a été augmentée. Les céramides sont une famille de molécules lipides que l’on trouve en larges concentrations dans la membrane cellulaire des cellules.  (Source : Gustafsson K, et al. Mol Cancer Res 2009;7(7):1086-98.)

IL Y AUN AN :

– États-Unis : le Nouveau Mexique travaille sur les dispositions réglementaires relatives à la production du cannabis médical

– Science/États-Unis : forte augmentation du nombre de décès suite à des erreurs d’automédication

– Science/Royaume-Uni : un rapport de la British Drug Policy Commission indique que l’application des lois répressives en matière de drogues n’améliore pas la situation

IL Y A DEUX ANS :

– Science/Royaume-Uni : un nouveau bilan fréquemment cité soutient les études précédentes selon lesquelles la consommation de cannabis est associée à une augmentation du risque de psychoses

– Science: en buvant de la tisane de cannabis, seulement une petite partie du THC est absorbée

—————————————-
IACM-Bulletin du 28 juillet 2009
—————————————-

* IACM : sondage sur les formes de consommation du cannabis et des cannabinoïdes

* IACM : les articles du Journal of Cannabis Therapeutics sont désormais en accès libre

* Économie : un investisseur institutionnel américain de renom spécialisé dans le secteur de la santé achète un gros paquet d’actions de GW Pharmaceuticals

* Science : la perte de poids et le stress peuvent influencer le résultat des tests de dépistage de cannabis

IACM : sondage sur les formes de consommation du cannabis et des cannabinoïdes

L’IACM vient de lancer un sondage sur les différentes formes de consommation de médicaments et de substances à base de cannabis, notamment leurs avantages et leurs inconvénients. Le questionnaire est disponible en plusieurs langues sur notre site Internet. Toutes les personnes qui consomment du cannabis ou des cannabinoïdes à des fins médicales et qui ont déjà expérimenté au minimum deux des substances/formes de consommation listées ci-après sont invitées à participer à cette enquête :

– cannabis fumé,

– cannabis inhalé à l’aide d’un vaporisateur,

– cannabis infusé (tisane),

– cannabis par voie orale (pâtisseries, aliments ou teintures),

– dronabinol/marinol (THC) par voie orale,

– nabilone/cesamet par voie orale,

– dronabinol (THC) inhalé à l’aide d’un vaporisateur,

– sativex,

– autres formes d’usage médical.

Nous garantissons l’anonymat des participants. Le questionnaire a été validé par la Commission éthique de la Haute École de Médecine d’Hanovre (Allemagne) ainsi que par les membres du Comité de l’IACM, sous la direction du Prof. Kirsten Müller-Vahl de la Haute École de Médecine d’Hanovre, et en collaboration avec le Dr. Arno Hazekamp (université de Leiden, Pays-Bas), le Prof. Donald Abrams (université de Californie, États-Unis), le Prof. Ethan Russo (université du Montana, États-Unis), le Dr. Franjo Grotenhermen (Insitut Nova, Allemagne), le Prof. Mark Ware (université McGill de Montréal, Canada), le Dr. Ricardo Navarrete-Varo (Malaga, Espagne) et le Prof. Rudolf Brenneisen (université de Berne, Suisse).

Le questionnaire est disponible en ligne sur : //www.cannabis-med.org

IACM : les articles du Journal of Cannabis Therapeutics sont désormais en accès libre

Le nouveau site Internet de l’IACM met tous les articles qui ont été publiés dans le Journal of Cannabis Therapeutics gratuitement et en intégralité à disposition des visiteurs. Jusqu’à présent, ces articles étaient payants ou accessibles exclusivement pour les membres de l’IACM disposant d’un mot de passe personnel. Ces publications offrent une vue d’ensemble détaillée sur l’usage médical des produits à base de cannabis et les effets secondaires possibles. Quelques-uns des plus importants articles ont également été rassemblés dans des livres.

Le nouveau site web offre en outre une fonction de recherche ainsi qu’une grande visibilité sur les différentes rubriques afin de mieux cibler la recherche d’informations. Ainsi, le programme du Congrès de l’IACM des 2 et 3 octobre 2009 à Cologne (Allemagne), entre autres, est directement accessible à partir de la page d’accueil, tout comme l’actualité publiée dans les IACM-Bulletins.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur : //www.cannabis-med.org

Pour accéder aux articles du Journal of Cannabis, sélectionnez la rubrique Magazine, puis Journal of Cannabis.

Économie : un investisseur institutionnel américain de renom spécialisé dans le secteur de la santé achète un gros paquet d’actions de GW Pharmaceuticals

Le 6 août, les médicaments à base de cannabis développés par GW Pharmaceutical ont reçu un soutien de taille: l’investisseur américain Great Point Partners a acquis un paquet d’actions d’une valeur de plusieurs millions de livres sterling propulsant ainsi les cours des titres de GW vers des sommets. La société britannique, qui cultive les plants de cannabis sur un site tenu secret afin de fabriquer son médicament sativex, a déclaré que d’autres investisseurs institutionnels pourraient suivre cet exemple.

« Great Point Partners est manifestement qualifié de précurseur dans l’acquisition de capitaux dans des sociétés, c’est pourquoi il est fort probable que d’autres investisseurs vont suivre », a expliqué l’analyste Paul Caddon lors d’un entretien avec l’agence Reuters. Auparavant, GW avait annoncé une entrée de 11,2 millions de dollars (env. 7,9 millions d’euros) grâce à la vente de nouveaux parts à M&G Investment Management, déjà son principal actionnaire institutionnel. Great Point, qui s’était présenté spontanément en proposant l’acquisition d’un capital-actions considérable dans GW, souhaite souscrire à de nouvelles actions d’un montant total de 7,6 millions de livres sterling (env. 6,8 millions d’euros ou 9,7 millions de dollars), au prix de 0,78 livres par action. Lors d’un communiqué de presse, David Kroin, fondateur de Great Point Partners, a déclaré : «Great Point suit GW depuis quelques temps déjà et estime que la société représente un potentiel d’investissement convaincant, surtout depuis la publication des résultats issus des essais cliniques avec le sativex.»

Pour plus d’infos, rendez-vous sur : -//www.reuters.com/article/americasMergersNews/idUSL616774120090806

-//www.gwpharm.com  (Sources : Reuters, du 6 août 2009 ; communiqué de presse de GW Pharmaceuticals, du 6 août 2009)

Science : la perte de poids et le stress peuvent influencer le résultat des tests de dépistage de cannabis

Selon un article paru dans le New Scientist, le stress et la perte de poids peuvent déclencher une augmentation des métabolites du THC dans le sang et conduire ainsi à un résultat positif lors des tests de dépistage, et ce même longtemps après la dernière consommation de cannabis. Une fois consommé, le THC est absorbé rapidement par les tissus adipeux avant d’être réintroduit peu à peu dans les voies sanguines. De ce fait, une consommation soutenue de THC conduit à une accumulation de la substance dans les graisses. L’hypothèse émise suggère que le THC ainsi stocké pourrait être libéré longtemps après avoir été consommé, notamment lors d’une perte de poids rapide.

Le Dr. Jonathon Arnold de l’université de Sydney (Australie) a cité l’exemple d’un athlète qui avait soutenu ne plus avoir fumé du cannabis depuis plusieurs mois en découvrant le résultat positif du test de dépistage de cannabis dont il a été soumis après avoir perdu en peu de temps du poids (4 kilos). Afin de savoir si une perte rapide des graisses pourrait être à l’origine de ce phénomène, le Dr. Arnold et ses collègues ont étudié la question chez des rats. Ils ont ainsi découvert qu’une hormone de stress et la privation de nourriture avaient augmenté le taux du produit de dégradation du THC (THC-COOH) dans le sang. Le docteur Arnold pense qu’une consommation prolongée de THC suffit pour augmenter considérablement le taux de THC contenu dans les graisses et expliquerait la présence particulièrement marquée de THC-COOH chez des personnes qui soutiennent ne pas avoir consommé récemment du cannabis.  (Source : New Scientist, du 9 août 2009)

Nouvelles en bref

***États-Unis : Colorado

Au cours des derniers mois, le nombre de patients autorisé à consommer du cannabis à des fins médicales a fortement augmenté dans l’État du Colorado. Le ministère de la Santé a déclaré qu’il recevait près de 2000 nouvelles demandes tous les mois. Ainsi, depuis le lancement du programme sur le cannabis médical, 8918 demandes ont été déposées, dont 4282 pour les seuls mois d’avril et de juin de cette année.  (Source : Denver Daily News, du 4 août 2009)

***Science : ostéoporose

Des essais sur animaux, conduits à l’université d’Edinburgh (Grande-Bretagne), laissent supposer que l’activation du récepteur CB1 « provoque des effets contradictoires sur les os au cours des différentes étapes de la vie ». Ainsi, des souris n’ayant pas de récepteurs CB1 ont, pendant une certaine étape de leur vie, développé une densité osseuse maximale due à une dégénérescence du tissus osseux, puis, pendant une étape suivante, une ostéoporose liée à l’âge associée à une réduction de la formation osseuse. Les chercheurs ont constaté que les « ligands des récepteurs cannabinoïdes pourraient avoir des effets thérapeutiques positifs afin d’appuyer d’une part une formation maximale de la masse osseuse et, d’autre part, la prévention de l’ostéoporose liée à l’âge ».  (Source : Idris AI, et al. Cell Metab 2009;10(2):139-47.)

***Science : inflammation cérébrale

Des chercheurs de l’université de Temple de Philadelphie (États-Unis) ont démontré à partir d’expériences sur des cellules nerveuses en culture que l’activation du récepteur CB1 réduit le taux du stimulateur inflammatoire facteur de nécrose tumorale (TNF-alpha), fait susceptible de protéger les cellules nerveuses d’une inflammation à la suite d’une blessure ou en cas de maladie neurodégénérative. (Source : Zhao P, et al. Neuropharmacology, du 3 août 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : consommation de cannabis et attentes face à celle-ci

Des travaux menés par des chercheurs américains ont démontré que l’effet du cannabis est fortement influencé par les attentes des consommateurs face à celle-ci. L’étude a porté sur 20 jeunes consommateurs de cannabis qui ont fumé soit des cigarettes de cannabis, dosées à 2,8 % de THC, ou des cigarettes placebo. Tous les participants qui ont fumé le placebo, mais à qui l’on a fait croire que la cigarette contenait du THC, ont fermement soutenu avoir ressenti les effets de la substance active. Les chercheurs ont conclu que «autant les attentes que les effets pharmacologiques de la marijuana pouvaient modifier l’attitude face à la consommation de cannabis ».  (Source : Metrik J, et al. Exp Clin Psychopharmacol 2009;17(4):217-25.)

***Grande-Bretagne : appel pour une légalisation

Dans un article du Times, intitulé «Drugs are evil. We should legalise them now » (Les drogues sont néfastes ! Mieux vaut les légaliser tout de suite », les auteurs ont déclaré que «l’effet néfaste produit par ce marché est dû à la fois à son existence et à son illégalité. Et, pour agir, nous pouvons nous attaquer qu’à l’une des deux raisons… Les victimes de cette guerre perdue d’avance se situent à tous les niveaux. Certains ont choisi d’être les victimes,… d’autres sont des victimes collatéraux, ceux qui se font dévaliser par des junkies qui financent ainsi leur propre consommation de drogues … Le nombre de mexicains morts à la frontière s’élève à 11000 personnes… Il y a les soldats britanniques et américains qui sont abattus par des armes achetées avec les dollars issus du trafic d’opium.»  (Source : The Times, du 31 juillet 2009)

IL Y A UN AN :

– Science : le cannabis fumé est efficace dans le traitement des douleurs neuropathiques chez les patients VIH

– Allemagne : le ministère de la Santé durcit les conditions permettant d’obtenir une dérogation pour l’utilisation du cannabis médical

– Science : dans une étude d’observation des douleurs neuropathiques, certains cannabinoïdes se sont montrés aussi efficaces que d’autres médicaments

IL Y A DEUX ANS :

– Allemagne : le ministère fédéral de la Santé délivre une autorisation exceptionnelle pour l’utilisation médicale du cannabis à une patiente SEP

– Canada : le ministère de la Santé autorise l’utilisation d’un extrait de cannabis pour traiter les douleurs associées au cancer

– Etats-Unis : le ministère de santé de l’état du Nouveau-Mexique n’envisage ni la culture ni la distribution de cannabis médical

—————————————-
IACM-Bulletin du 19 octobre 2009
—————————————-

Le répertoire des résumés présentés lors du Congrès annuel de l’IACM 2009 est disponible sur : – //www.cannabis-med.org/meeting/cologne2009/reader.pdf

– //www.iacm2009.org

* IACM : l’Assemblée générale a rebaptisé l’association «Association Internationale pour les Cannabinoïdes en Médecine»

* IACM Congrès 2009 : présentation des derniers résultats issus de la recherche clinique

IACM : l’Assemblée générale a rebaptisé l’association «Association Internationale pour les Cannabinoïdes en Médecine»

Lors de son Assemblée générale du 2 octobre, il a été décidé de changer le nom de l’association ainsi que de modifier les statuts. Concernant l’administration de l’association, Ethan Russo (États-Unis) a été élu président. Manuel Guzman de l’université de Madrid (Espagne) et Arno Hazekamp de la Société néerlandaise pour la légalisation du cannabis et de ses composants en médecine (NCSM) ont été nouvellement élus au Comité à côté des membres suivants dont les mandats ont été renouvelés: Roger Pertwee (Grande-Bretagne), Ethan Russo (États-Unis), Willy Notcutt (Grande-Bretagne), Franjo Grotenhermen (Allemagne), Kirsten Müller-Vahl (Allemagne), Daniela Parolaro (Italie), Mark Ware (Canada) et Rudolf Brenneisen (Suisse). Autre réélection: Clare Hodges (Grande-Bretagne) comme représentant des patients.

L’IACM a rendu hommage à quatre personnes pour les travaux réalisés en faveur de la réintroduction du cannabis et des cannabinoïdes en médecine. Le prix IACM 2009 pour la recherche clinique a été décerné à Mark Ware. Le prix IACM 2009 pour la recherche fondamentale a été attribué à Manuel Guzman. Istvan Katona a reçu le prix du jeune chercheur et Ethan Russo a été récompensé par le prix d’honneur.

L’Assemblée générale a noté le développement récent d’un nombre grandissant de médicaments qui agissent sur le système endocannabinoïde. L’IACM devrait donc être attractive pour les chercheurs, médecins et autres personnes intéressées par l’usage médical de ces substances. Il a été décidé de changer le nom de l’IACM pour prendre en compte ce nouveau contexte et exposer ses objectifs plus clairement. le statut a été modifié comme suit: «L’association a pour but de promouvoir les connaissances sur le cannabis, les cannabinoïdes, le système endocannabinoïde et de tous les sujets associés.Le but est en particulier poursuivi avec les actions suivantes :

– soutenir la recherche sur les produits à base de cannabis et sur le système endocannabinoïde,

– promouvoir l’échange d’informations entre les chercheurs, les médecins, les patients et le grand public,

– rassembler et diffuser des informations justes traitant de pharmacologie, de toxicologie et du potentiel thérapeutique du cannabis et d’autres modulateurs du système endocannabinoïde

– suivre et documenter les développements de thérapies à base de cannabinoïdes au niveau international,

– coopérer avec d’autres organisations et sociétés qui partagent les mêmes buts et objectifs que l’IACM. »

IACM Congrès 2009 : présentation des derniers résultats issus de la recherche clinique

Près de 90 chercheurs, médecins et autres personnes ont participé au 5ème Congrès de l’IACM sur les cannabinoïdes en médecine qui s’est déroulé les 2 et 3 octobre à Cologne (Allemagne). Ci-après, un résumé de quelques résultats issus de la recherche clinique qui ont été présentés :

(1) Le Dr. John Zajicek du collège de médecine Péninsule de Plymouth (Grande-Bretagne) a présenté des données relatives à une étude contrôlée avec un extrait de cannabis en gélule (cannador) sur 279 patients atteints de sclérose en plaques et qui souffraient de rigidité musculaire. Le taux de réduction de la raideur obtenu grâce au cannador, après 12 semaines de traitement, a été quasiment multiplié par deux par rapport au placebo (29,4 % contre 15,7 %). Des résultats similaires ont été observés sur la réduction des douleurs, des spasmes et sur l’amélioration de la qualité du sommeil.

(2) Le Dr. Donald Abrams de l’université de Californie à San Francisco (États-Unis) a présenté des résultats obtenus avec un groupe de 21 patients qui ont inhalé du cannabis en plus de leur traitement à base d’opiacés (morphine et oxycodone à action prolongée et à dosage fixe). Les participants à l’étude ont inhalé du cannabis trois fois par jour pendant trois jours. Les chercheurs ont conclu que «l’inhalation de cannabis par des personnes qui suivent un traitement à base de morphine et d’oxycodone à un dosage fixe semble réduire l’intensité des douleurs». Par ailleurs, le cannabis avait tendance à réduire le taux d’opiacés présent dans le sang.

(3) Le Dr. Mark Ware de l’université McGill de Montréal (Canada) a présenté les résultats issus de l’étude COMPASS sur l’innocuité du cannabis lors d’un traitement antidouleur. L’étude a porté sur les effets secondaires produits par du cannabis végétal standard, distribué pendant toute une année à 215 patients souffrants de douleurs chroniques. Comparés aux résultats obtenus avec le placebo, aucun effet indésirable grave n’a été observé chez les patients qui ont consommé le cannabis à un dosage quotidien moyen de 1,86 grammes. Les chercheurs ont conclu que «l’usage du cannabis pendant une année pour combattre les douleurs chroniques ne modifie pas de façon notable ni la fonction pulmonaire, ni la fonction hormonale, ni les capacités cognitives, et ne peut être associé à des effets secondaires sévères».

(4) Le Dr. Vincent Maida de l’université de Toronto (Canada) a présenté des données issues d’une étude d’observation avec le nabilone, un dérivé du THC, visant à traiter des patients souffrant d’un cancer avancé. 112 personnes (47 avec nabilone, 65 sans nabilone) ont rempli les critères d’admission aux essais. Les résultats concernant l’intensité des douleurs ainsi que la quantité globale d’opiacés consommée ont révélé une nette réduction des deux points étudiés chez les patients traités avec le nabilone, comparé aux autres patients. Une amélioration des nausées et de l’état de stress a également été observée avec le nabilone. Plus d’infos dans le catalogue du Congrès sur : //www.iacm2009.org

Nouvelles en bref

***États-Unis : Colorado

D’après un article de presse, le nombre des personnes enregistrées pour pouvoir utiliser légalement du cannabis dans un but médical s’élève à plus de 11.000 patients. Ce chiffre a quasiment triplé au cours de l’année passée. Il est attendu qu’il atteindra les 15.000 personnes d’ici la fin de l’année. (Source : Aspen Daily News le 8 octobre 2009)

***Science : neuropathie diabétique

Dans une recherche clinique menée à l’hôpital royal Hallamshire de Sheffield (Grande-Bretagne) sur 30 patients atteints d’une neuropathie diabétique, l’extrait de cannabis standard (sativex) n’a pas réduit les douleurs. Les participants à cette étude contrôlée ont reçu quotidiennement soit du sativex, soit un placebo. Aucune différence notable sur les douleurs, ni sur d’autres symptômes n’a pu être observée.  (Source : Selvarajah D, et al. Diabetes Care, le 6 octobre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : douleurs neuropathiques

Dans des études sur animaux conduites à l’université de Naples (Italie), un agoniste des récepteurs CB2 a réduit les douleurs neuropathiques provoquées par une lésion nerveuse. Le traitement à base du cannabinoïde a réduit l’inflammation. (Source : Luongo L, et al. Neurobiol Dis, le 2 octobre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : dépistage de la consommation de cannabis

Des recherches conduites à l’Institut national contre l’abus de drogues de Baltimore (États-Unis) ont révélé que, chez les consommatrices régulières, le THC dans le sang pouvait encore être décelé six jours après la dernière prise de cannabis. Au total, 25 personnes ont participé à cette étude. Parmi elles, chez neuf forts consommateurs (36 %), aucune trace de THC n’a pu être mesurée au cours des 7 jours d’abstinence de cannabis; chez 16 participants, les tests au THC ont été positifs (taux supérieur à 0,25 ng/ml) au moins une fois, mais pas forcément au premier jour de l’étude. Au cours du septième jour, à savoir après 6 jours d’abstinence de cannabis surveillée, les chercheurs ont décelé des concentrations de THC chez 6 participants ainsi que des traces de THC-COOH chez les 25 patients. Les taux de THC les plus élevés étaient de 7,0 ng/ml au début de l’étude (1er jour), puis de 3,0 ng/ml à la fin (7ème jour).  (Source : Karschner EL, et al. Addiction, le 5 octobre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : consommation de cannabis et d’alcool

D’après une étude conduite à la faculté de médecine de l’université Yale de New Haven (États-Unis) sur 28 consommateurs quotidiens de cannabis, tous ceux qui consomment de l’alcool de manière excessive, ou qui étaient alcooliques par le passé, ont de nouveau repris l’alcool pendant les 13 jours d’abstinence imposée au cannabis. Ces personnes ont augmenté la consommation d’alcool de 52 % en moyenne au cours de cette période. (Source : Peters EN, et al. Drug Alcohol Depend, le 22 septembre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : transmission héréditaire de la consommation de cannabis

Une étude menée à l’université d’Amsterdam sur 3115 jumeaux a révélé l’existence moyennement forte d’un facteur héréditaire qui influencerait à 44 % le fait de consommer du cannabis. Le pourcentage d’influence restant a été attribué à des influences environnementales auxquelles étaient soumis les deux des jumeaux (31 %) et celles auxquelles seulement l’un deux était soumis (24 %).  (Source : Vink JM, et al. Addict Behav, le 12 septembre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : peurs et angoisses

Selon une étude menée à l’Institut de recherche sur la schizophrénie de Darlinghurst (Australie), l’administration régulière et à long terme, du cannabinoïde végétal cannabidiol (CBD) a produit des effets anxiolytiques et antipsychotiques chez

des souris.  (Source : Long LE, et al. Int J Neuropsychopharmacol, le 29 septembre 2009 [publication électronique avant impression])

Il Y A UN AN :

– Allemagne : déclaration commune (médecins/patients) de soutien à l’utilisation thérapeutique des produits issus du cannabis

– Science/Royaume-Uni : un groupe d’éminents experts écrivent dans un rapport que le cannabis est moins nocif que le tabac et l’alcool

– Allemagne : l’absence de remboursement du dronabinol reste un critère toujours valable pour l’attribution d’une autorisation spéciale pour l’utilisation médicale du cannabis

IL Y A DEUX ANS :

– IACM : actualités du Congrès 2007 de l’IACM à Cologne

– IACM : Donald Abrams, Giovanni Marsicano, Mauro Maccarrone et Raphael Mechoulam ont été récompensés cette année

—————————————-
IACM-Bulletin du 19 novembre 2009
—————————————-

* États-Unis : le gouvernement fédéral ne poursuivra plus les patients qui consomment du cannabis à des fins médicales dans les États qui autorisent un tel usage

* États-Unis : les citoyens des États de l’ouest sont davantage favorables à une légalisation et à une taxation du cannabis qu’au cours des années passées

États-Unis : le gouvernement fédéral ne poursuivra plus les patients qui consomment du cannabis à des fins médicales dans les États qui autorisent un tel usage

Le 19 octobre, le Département de la Justice a stipulé dans une directive, dont les implications légales et politiques sont fortes, que les personnes qui utilisent le cannabis à des fins médicales ainsi que celles qui le leur procurent ne devraient plus être poursuivies au niveau fédéral si elles agissent en accord avec la loi en vigueur dans leur État. Dans un mémorandum adressé aux procureurs des États qui disposent d’une loi sur le cannabis médical, le Département explique qu’il se sent responsable du bon usage de ses moyens disponibles et que, de ce fait, il fallait agir  » rationnellement et efficacement  » et que les patients ainsi que les fournisseurs jusqu’alors poursuivis  » alors qu’ils ne sont pas en situation d’effraction  » ne doivent plus faire l’objet de telles poursuites.

Le procureur général Eric H. Holder Jr. a indiqué  » que d’utiliser les ressources fédérales à poursuivre des patients atteints de maladies graves ou leurs aides-soignants qui agissent conformément à la loi en vigueur dans leur État n’est pas une priorité ; en revanche, les trafiquants qui demandent une autorisation spécifique pour cacher leur activité illicite sont toujours à considérer comme des délinquants « . Graham Boyd, qui a dirigé la réforme de la Loi sur la Drogue de l’Union des Libertés Civiles, a remarqué que  » ce changement du discours mené par le Département de la Justice constitue un énorme pas en avant et un réel soulagement pour les milliers d’Américains qui bénéficient d’une loi les autorisant à consommer du cannabis médical « . M. Boyd a annoncé en outre que les États et les villes  » seront fortement incités à créer des structures pour les patients concernés afin de leur permettre de se procurer la marijuana de façons légale, sûre et adaptée « .

Plus d’informations sur : – //www.justice.gov/opa/documents/medical-marijuana.pdf

//www.reuters.com/article/domesticNews/idUSTRE59I3XD20091019//www.nytimes.com/2009/10/20/us/20cannabis.html

(Sources : New York Times, le 19 octobre 2009 ; Reuters, le 19 octobre 2009)

États-Unis : les citoyens des États de l’ouest sont davantage favorables à une légalisation et à une taxation du cannabis qu’au cours des années passées

D’après un sondage représentatif, le soutien à la légalisation du cannabis atteint un niveau jamais enregistré auparavant et que la majorité des habitants de l’Ouest est favorable à une taxation de la vente du cannabis afin d’accroître les ressources de l’État. Le sondage de Gallup réalisé en octobre 2009 montre que 44 % des Américains sont pour une légalisation du cannabis contre 54 % qui y sont opposés. Le soutien public des Américains à la légalisation se situaient aux alentours 25% entre la fin des années 70 et le milieu des années 90. C’est en 2000 que le pourcentage des partisans de la légalisation a grimpé à 31 %, sans jamais redescendre depuis. Sur le site de Gallup, cette évolution est représentée par un graphique.

L’opinion publique quant à la légalisation du cannabis a évolué au cours des dix dernières années vers davantage de tolérance. Si le soutien des citoyens continue de croître à un rythme de 1 à 2% par an – comme cela a été le cas depuis l’an 2000 – la majorité des Américains pourrait être pour une légalisation d’ici à quatre ans. Les résultats du sondage effectué en octobre 2009 sont basés sur des questions posées par téléphone à 1013 personnes âgées d’au moins 18 ans.

Plus d’informations sur : //www.gallup.com/poll/123728/u.s.-support-legalizing-marijuana-reaches-new-high.aspx  (Source : Gallup, le 19 octobre 2009)

Nouvelles en bref

***Monde : usage du cannabis

Deux chercheurs australiens ont estimé à 166 millions le nombre des personnes dans le monde qui ont déjà expérimenté le cannabis ou qui le consomment régulièrement, et ce malgré les résultats issus de la recherche scientifique indiquant ses effets néfastes sur la santé. Ce chiffre, enregistré par le Bureau des Nations Unies sur la Drogue et le Crime, signifie qu’une personne sur 25, âgée entre 15 et 64 ans, a consommé de la marijuana en 2006, écrivent les chercheurs dans un article publié dans The Lancet.  (Source : Reuters, le 15 octobre 2009)

*** Etats-Unis : Californie

L’interdiction émise par la ville de Los Angeles au sujet des nouveaux dispensaires de cannabis médical est illégale, a indiqué le 19 octobre un juge dans une décision allant ainsi sévèrement à l’encontre du mouvement qui, depuis 4 mois déjà, ferme des centaines de centres de distribution. Le juge a délivré une injonction interdisant la mise en application du moratoire contre Green Oasis, un dispensaire de Play Vista qui a mis au défi l’interdiction en déposant une plainte. Des fonctionnaires ont admis que la décision bloquerait l’effort actuel qui consiste à mettre en application la fermeture d’autres dispensaires.  (Source : Los Angeles Times, le 20 octobre 2009)

***Science : schizophrénie

Des chercheurs de l’université de Bristol (Royaume-Uni) ont calculé le risque supplémentaire qu’encourent les consommateurs de cannabis de contracter la maladie, s’il existe un lien causal entre cannabis et schizophrénie. Ils ont découvert que pour une personne de sexe masculin, il existait un cas de schizophrénie supplémentaire sur 2800 consommateurs réguliers âgés de 20 à 24 ans. Le même résultat est observé sur un échantillon de 5470 consommateurs réguliers âgés de 35 à 39 ans. Pour les femmes, les chiffres sont : un cas supplémentaire sur 5470 consommatrices âgées de 25 à 29 ans et un cas supplémentaire pour les 10879 de l’échantillon des 35 à 39 ans. Les risques pour les consommateurs occasionnels sont encore plus faibles.  (Source : Hickman M, et al. Addiction 2009;104(11):1856-61.)

***Science : épilepsie

D’après des travaux menés à l’université de Rome (Italie), les taux de l’endocannabinoïde anandamide sont réduits dans le liquide cérébrospinal des patients non traités et dont on vient de diagnostiquer une épilepsie du lobe temporal.  (Source : Romigi A, et al. Epilepsia 2009 Oct 5 [publication électronique avant impression])

***Science : maladie de Huntington

Selon des chercheurs espagnols, l’activation des récepteurs CB2 des cellules de la microglie, cellules du système immunitaire du cerveau, sont neuroprotectives dans le modèle animal de la maladie de Huntington.  (Source : Palazuelos J, et al. Brain 2009 Oct 5 [publication électronique avant impression])

***Science : occlusion intestinale (iléus)

Les récepteurs cannabinoïdes sont impliqués dans l’iléus avec infection. L’occlusion intestinale est une perturbation du moteur propulsif des intestins. Les cannabinoïdes réduisent cette activité motrice, alors que les antagonistes des récepteurs cannabinoïdes évitent le retard du transit intestinal dans le modèle animal. Les chercheurs chinois ont conclu que  » les antagonistes des récepteurs cannabinoïdes pourraient représenter des agents puissants pour traiter l’occlusion intestinale « .  (Source : Li YY, et al. Neurogastroenterol Motil 2009 Oct 14 [publication électronique avant impression Electronic])

***Science : cirrhose du foie

Des chercheurs de l’université de Bologne (Italie) ont observé que les taux de l’endocannabinoïde anandamide, et dans une plus large mesure de l’oleoylethanolamine (OEA) et de la palmitoylethanolamine (PEA), étaient significativement plus élevés chez les patients atteints d’une cirrhose du foie que chez les sujets en bonne santé. Les PEA et OEA étaient également davantage présents dans les tissus des foies atteints d’une cirrhose. Les chercheurs ont conclu que  » le système endocannabinoïde est régulé à la hausse en présence d’une cirrhose du foie chez l’homme « . (Source : Caraceni P, et al. Liver Int 2009 Oct 14 [publication électronique avant impression])

***Science : concentrations en THC

Une étude de l’institut national de l’abus des drogues de Baltimore (États-Unis) portant sur six consommateurs de cannabis, qui ont reçu des doses importantes de THC par voie orale pendant sept jours, a permis d’observer que les concentrations moyennes en THC, 22 heures et demi après la prise de la dernière dose étaient de 3,8 ng/ml et les concentrations de THC-COOH de 197 ng/ml. Les participants ont reçu des gélules (20 mg) par voie orale toutes les 4 à 8 heures en augmentant quotidiennement le dosage journalier global (40 à 120 mg).  (Source : Schwilke EW, et al. Clin Chem 2009 Oct 15 [publication électronique avant impression])

NOUVEAU LIVRE

Le livre  » Hanf als Medizin  » du Dr. Franjo Grotenhermen est maintenant disponible en français dans une édition révisée. * Grotenhermen F., Cannabis en Médecine : un guide pratique des applications médicales du cannabis et du THC. Éditions Indica, 2009, www.editions-indica.com. ISBN 978-2-9534898-0-4

IL Y A UN AN :

– Allemagne : des experts ont reconnu unanimement la valeur médicale du dronabinol et du cannabis

– Science : selon des recherches fondamentales, les cannabinoïdes pourraient rétablir la barrière hémato-encéphalique dans le cas d’infection par le HIV

IL Y A DEUX ANS :

– Science : dans une étude de deux ans, un extrait de cannabis est efficace sans développer une tolérance

– Science : les bénéfices du cannabis fumé sur les douleurs expérimentales chez des sujets sains dépendent de la relation dose-effet

 

—————————————-
IACM-Bulletin du 20 novembre 2009
—————————————-

* États-Unis : le Maine devient le cinquième État à autoriser les dispensaires de cannabis

* Grande-Bretagne : le gouvernement limoge un haut conseiller en matière de drogues et jette la consternation parmi les chercheurs

* Europe : la proportion des consommateurs de cannabis aux Pays-Bas compte parmi les faibles de tous les pays européens

États-Unis : le Maine devient le cinquième État à autoriser les dispensaires de cannabis

Lors d’un référendum du 3 novembre, les électeurs du Maine ont voté en faveur (avec 59 %) du projet de loi sur l’autorisation des dispensaires de cannabis. Les partisans de l’utilisation médicale de cannabis ont cependant déclaré que l’application du projet sera différente de celle de la Californie où des centaines de centres de distribution de cannabis ont ouvert depuis l’adoption de la loi dans cet État. Jusqu’à présent, la Californie, le Colorado, le Nouveau-Mexique et Rhode Island étaient les seuls États à autoriser les dispensaires qui permettent aux patients de se procurer légalement du cannabis médicinal.

Les opposants au projet avaient pris pour exemple la ville de Los Angeles pour tenter de démontrer qu’une telle autorisation concernant les dispensaires ne représentait pas une bonne solution. En effet, le procureur général du district de la ville avait menacé de fermer tous les dispensaires qui vendaient du cannabis à des personnes non autorisées. Toutefois, et contrairement à la Californie, la loi adoptée dans le Maine implique que chaque dispensaire reçoive une licence d’exploitation délivrée par l’État. La législation prévoit en outre une liste limitant de façon très stricte les maladies pour lesquelles le cannabis pourrait être prescrit, alors que les médecins californiens peuvent le recommander quasiment sans aucune restriction. Treize États américains ont légalisé l’utilisation médicale du cannabis: l’Alaska, la Californie, le Colorado, Hawaii, le Maine, le Michigan, le Montana, le Nevada, le Nouveau-Mexique, l’Oregon, Rhode Island, le Vermont et Washington.  (Source : Associated Press, le 4 novembre 2009)

Grande-Bretagne : le gouvernement limoge un haut conseiller en matière de drogues et jette la consternation parmi les scientifiques

Après avoir critiqué le gouvernement au sujet du reclassement du cannabis en catégorie B des substances illicites, le ministre de l’Intérieur Alan Johnson a prié David Nutt, président du Conseil consultatif en matière d’utilisation illicite de drogues (Advisory Council on the Misuse of Drugs), de quitter sa fonction. En guise de protestation, deux autres membres du conseil ont également démissionné. Le journal The Times a rapporté le 2 novembre que la réaction au renvoi de D. Nutt pouvait entraîner encore d’autres retraits du conseil consultatif. D. Nutt avait déclaré que le cannabis, mais aussi l’ecstasy et le LSD étaient moins dangereux que l’alcool, ce qui avait déclenché son exclusion du Conseil.

Alan Johnson a motivé le renvoi de D. Nutt par le fait que ce dernier agissait contrairement à la politique en matière de drogues menée par le gouvernement. Le président du Conseil consultatif s’est justifié en déclarant que le gouvernement de Gordon Brown était le premier gouvernement dans l’histoire de la loi sur les stupéfiants de 1971 (Misuse of Drugs Act) à prendre des décisions contraires aux recommandations scientifiques. À ce sujet, D. Nutt a déclaré à la BBC que «certains aspects scientifiques ne devraient pas faire l’objet d’une politique bornée menée par les partis», et d’ajouter: «Il est inutile d’avoir des lois spécifiques aux drogues qui soient à la fois insensées et non fondées, et ce tout simplement parce que certains politiciens s’en servent de temps à autre pour mener des actions répressives contre les consommateurs ». D’autres chercheurs sont d’accord avec cela en estimant que la conduite de la politique doit se baser sur des fondements objectifs. Ce qui a le plus irrité ces chercheurs est le fait que les politiciens utilisent des informations quand elles vont dans le sens des politiques, et les ignorent quand elles vont dans le sens contraire.

Plus d’informations sur : – //www.reuters.com/article/latestCrisis/idUSLV79496  (Sources : Reuters, le 31 octobre 2009 ; UPI, le 2 novembre 2009)

Europe: la proportion des consommateurs de cannabis aux Pays-Bas compte parmi les faibles de tous les pays européens

Une étude publiée le 5 novembre dernier démontre que la consommation de cannabis aux Pays-Bas est plus faible que le niveau européen moyen, et ce compte tenu de la politique de tolérance bien connue menée par le gouvernement néerlandais. Selon le rapport annuel de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, 5,4 % des Néerlandais adultes consomment du cannabis, tandis que le pourcentage moyen européen est de 6,8 %.

L’administration de l’Union européenne a expliqué que les taux les plus élevés en matière de consommation de cannabis parmi des citoyens adultes au cours de l’année passée ont été enregistrés en Italie, en Espagne, en République Tchèque et en France. L’Italie avec 14,6 % de consommateurs atteint un pic. D’après l’administration de l’Union européenne, les taux les plus faibles ont été observés en Roumanie, à Malte, en Grèce et en Bulgarie. Elle a en outre expliqué que la consommation de cannabis n’a cessé d’augmenter en Europe depuis les années 1990 et que le chiffre s’est stabilisé tout récemment signalant ainsi le début d’une probable baisse. Il y est par ailleurs écrit que les «informations récoltées au sein de la population et par le biais de sondages en milieu scolaire montrent que le chiffre relatif à la situation se stabilise, voire commence à reculer».

Plus d’informations sur : -//www.reuters.com/article/latestCrisis/idUSL5730185

-//www.emcdda.europa.eu/publications/annual-report/2009  (Sources : Reuters, le 5 novembre 2009 ; rapport annuel 2009 de l’OEDT)

Nouvelles en bref

***Science : vaporisateur

Selon des recherches menées à l’université de Leiden (Pays-Bas), le vaporisateur Volcano, disponible dans le commerce, occasionne moins de produits dérivés que le cannabis fumé. Le vaporisateur chauffe la substance jusqu’à une température comprise entre 170 et 230° C, ce qui évite que le matériel végétal soit brûlé et que des produits de combustion nocifs soient ainsi inhalés.  (Source: Pomahacova B, et al. Inhal Toxicol 2009;21(13):1108-12.)

***Science : trouble bipolaire et schizophrénie

Des travaux conduits à l’université d’Oslo (Norvège) auprès de 133 patients souffrant de troubles bipolaires (troubles maniaco-dépressifs) et de 140 patients schizophrènes ont révélé que l’usage du cannabis pouvait avoir divers effets sur les fonctions neurocognitives. Ainsi, tandis que la consommation du cannabis chez les patients schizophrènes a dégradé cette fonction, elle l’a améliorée chez les personnes atteintes de troubles bipolaires. (Source : Ringen PA, et al. Psychol Med, le 6 novembre 2009 [publication électronique avant impression])

***Science : apoplexie

Des essais sur animaux menés à l’université de Heidelberg (Allemagne) ont démontré que l’activation des récepteurs CB2 protège les cellules nerveuses en cas d’accident ischémique (diminution de l’apport sanguin artériel) et que cet effet est dû à l’inhibition des neutrophiles, un type de globules blancs. (Source : Murikinati S, et al. FASEB J, le 2 novembre 2009 [publication électronique avant impression])

***France: Livre

Parution de la version française et réactualisée de l’ouvrage Hanf Als Medizin du Dr Franjo Grotenhermen: «Cannabis en Médecine: un guide pratique des applications médicales du cannabis et du THC» (Editions Indica, 2009)

IL Y A UN AN :

– Science: pourquoi les fumeurs de cannabis pourraient-ils être moins exposés au risque de cancer que les fumeurs de tabac ?

IL Y A DEUX ANS :

– Science : la nabilone réduit les douleurs chroniques associées à la fibromyalgie

– Hollande : le gouvernement veut prolonger de cinq années le droit de vente du cannabis dans les pharmacies

—————————————-
IACM-Bulletin du 1 décembre 2009
—————————————-

***Sondage

Le sondage réalisé auprès des patients sur leur consommation de cannabis et des cannabinoïdes à des fins médicales sera étendu jusqu’à fin janvier 2010. Au 20 novembre, 871 réponses ont été obtenues: 629 réponses complètes et 242 partielles.

* IACM: un nouveau type d’article présente le suivi des résultats importants de la recherche* Science: l’extrait de cannabis sativex pourrait diminuer la douleur des patients souffrant de cancer

* Etats-Unis: l’Association Médicale Américaine demande un rapport sur l’interdiction de consommer du cannabis à des fins médicales

IACM: un nouveau type d’article présente le suivi des résultats importants de la recherche

Un nouveau type d’article («l’Article du mois») qui était habituellement publié une fois par mois deviendra désormais le cœur du journal en ligne de l’IACM Cannabinoids. Il sera sélectionné par le nouveau comité éditorial. Ces articles permettront de prendre connaissance d’importantes publications issues d’autres journaux et dont le sujet est l’usage de substances (cannabis et cannabinoïdes) qui influencent le système endocannabinoïde. Ces articles sont généralement écrits par un membre du comité éditorial ou confiés à des auteurs invités. Comme le bulletin, ils seront traduits en cinq langues.

Le premier a été publié le 21 novembre. Ecrit par Franjo Grotenhermen, il s’intitule: “ le THC peut améliorer les symptômes de la schizophrénie”. Les membres du comité éditorial sont Arno Hazekamp, Barbara Costa, Beat Lutz, Bela Szabo, Daniela Parolaro, Donald Abrams, Ethan Russo, Franjo Grotenhermen, Javier Fernández-Ruiz, John Zajicek, Kirsten Müller-Vahl, Manuel Guzman , Mark Ware, Mauro Maccarrone, Philip Robson, Raphael Mechoulam, Richard E. Musty, Robert Melamede, Roger Pertwee, Ruth Ross, Vincent Maida, Vincenzo Di Marzo, et William Notcutt.

//www cannabis-med.org=> English => Journal => CANNABINOIDS

Science: l’extrait de cannabis sativex pourrait diminuer la douleur des patients souffrant de cancer.

Une étude clinique avec l’extrait de cannabis sativex sur des patients atteints de cancer, déjà publiée sur le site web de la compagnie GW Pharmaceuticals, ainsi que dans le bulletin de l’IACM, est maintenant publiée dans un journal scientifique. 177 patients, dont la souffrance n’était pas suffisamment atténuée par les opiacés, ont été inclus dans une étude de 2 semaines avec placébo. Ils ont reçu soit du sativex, qui contient en quantité égale du THC et du CBD (n=60), un extrait de cannabis riche en THC (n = 58) ou un placébo (n = 59). Pendant l’étude les patients ont continué à prendre leur médication visant à supprimer la douleur.

Sur une échelle numérique, la diminution moyenne de la douleur a été significativement supérieure pour le groupe qui a utilisé le sativex, en comparaison au groupe auquel il a été administré un placébo (-1.37 comparé à -0.69). La diminution moyenne de la douleur du groupe qui a utilisé du THC n’a pas été significativement supérieure au groupe ayant reçu un placébo (-1.01 comparé à -0.69). Deux fois plus de patients ayant pris du sativex (THC/CBD) ont indiqué que leurs douleurs avaient diminué de plus de 30% comparé au groupe placébo (43% contre 21%), alors que dans le groupe THC seulement 23% montrait une réduction de plus de 30%. Les chercheurs ont conclu que cette «étude montre qu’en cas de cancer avancé où les opiacés sont partiellement impuissants, l’extrait de THC:CBD est efficace pour diminuer la douleur».  (Source : Johnson JR, Burnell-Nugent M, Lossignol D, Ganae-Motan ED, Potts R, Fallon MT. Multicenter, Double-Blind, Randomized, Placebo-Controlled, Parallel-Group Study of the Efficacy, Safety, and Tolerability of THC:CBD Extract and THC Extract in Patients With Intractable Cancer-Related Pain. J Pain Symptom Manage. 4 nov 2009 . [ publication électronique avant la parution])

Etats-Unis: l’Association Médicale Américaine demande un rapport sur l’interdiction de consommer du cannabis à des fins médicales

Lors du meeting qui s’est déroulé du 8 au 10 novembre à Houston, l’Association a voté l’opposé de ce qui avait été pendant longtemps sa position, à savoir que la marijuana soit incluse dans les substances constituant la liste I sans valeur médicale. La liste I regroupe les produits qu’un médecin peut ne pas prescrire. L’Association a adopté un rapport ébauché par le Conseil sur la Science et la Santé publique. Il s’agit de «Usage du cannabis à des fins médicales» qui valide les bénéfices thérapeutiques du cannabis et qui demande la poursuite des recherches.

Ce rapport avait conclu que «les essais contrôlés de courte durée indiquent que le cannabis fumé réduit les douleurs neuropathiques, augmente l’appétit et la consommation de calories des patients dont la masse musculaire est réduite et peut soulager la spasticité et la douleur des patients atteints de sclérose en plaques.» La résolution dit que l’Association demande rapidement que le statut fédéral de la marijuana comme substance contrôlée de la liste I soit revu afin de faciliter la recherche clinique et le développement des médicaments à base de cannabinoïdes. Ceci ne doit pas être perçu comme une approbation des programmes sur le cannabis des Etats, ni comme la légalisation de la marijuana, pas plus que l’évidence scientifique de l’usage thérapeutique du cannabis comme standard de la prescription d’un produit à base de drogue.»

Plus d’informations sur:

– //www.ama-assn.org/assets/meeting/mm/i-09-statements-recommendations.pdf

– //AmericansForSafeAccess.org/downloads/AMA_Report_Executive_Summary.pdf

(Sources: Website of the American Medical Association, Americans for Safe Access, UPI du10 novembre 2009)

Nouvelles en bref

***Etats-Unis: Nouveau Mexique

Selon un article de l’Associated Press, au Nouveau-Mexique, 755 patients sont enregistrés pour consommer du cannabis à des fins médicales. Jusqu’à présent, cinq producteurs étaient accrédités à cultiver du cannabis; chacun ayant droit à un maximum de 95 plants.  (Source: Associated Press of 16 novembre 2009)

***Science: THC et CBD

Selon la recherche du King’s College, à Londres, le THC et le CBD (cannabidiol) ont des effets opposés sur la fonction cérébrale. Les scientifiques ont étudié la fonction cérébrale de volontaires en bonne santé qui ont reçu le cannabinoïde avec une image fonctionnelle de résonnance magnétique (fMRI). Le pré-traitement avec le CBD a empêché les effets psychiques du THC. n (Source: Bhattacharyya S, et al.Neuropsychopharmacology 18 nov 2009. [publication électronique avant la parution])

***Science: dermatite allergique

La recherche animale du Groupe de Recherche Endocannabinoïde, en Italie, suggère que l’endocannabinoïde palmitoylethanolamide peut être efficace contre la dermatite allergique.  (Source: Petrosino S, et al. Allergy 2009 Nov 11. [publication électronique avant la parution])

***Science: Epilepsie

Selon une étude menée à l’université de Reading, au Royaume-Uni, le cannabinoïde naturel CBD (cannabidiol) inhibe l’activité épileptique des animaux. Les chercheurs ont conclu que cela démontre «le potentiel du CBD comme une nouveau médicament pour traiter l’épilepsie.»  (Source: Jones NA, et al. J Pharmacol Exp Ther 11 nov. 2009. [ publication électronique avant la parution])

Il Y A UN AN:

Science: Pourquoi les fumeurs de cannabis pourraient-ils être moins exposés au risqué de cancer que les fumeurs de tabac?

IL Y A DEUX ANS

– Science: dans une étude clinique, le cannabis améliore le traitement de la douleur neuropathique

– Science: le cannabidiol peut aider à réduire l’agressivité des cellules cancéreuses du sein

—————————————-
IACM-Bulletin du 24 décembre 2009
—————————————-

Le 19 décembre, le journal en ligne CANNABINOÏDS de l’IACM a publié le nouvel «article du mois». Il a été écrit par Mauro Maccarrone du Département des Sciences Biomédicales de l’Université de Teramo, Italie, et s’intitule: L’endocannabinoïde 2-arachidonoylglycerol favorise la production de sperme par l’activation des récepteurs cannabinoïdes type 2 (CB2).

//www cannabis-med.org=> English => Journal => CANNABINOIDS

* États-Unis: le Président Obama a signé une loi qui supprime l’interdiction de l’usage médical du cannabis dans l’Etat de Washington, D.C.

* République tchèque: le gouvernement définit les quantités de drogues illégales qui seront tolérées.

* États-Unis: l’an prochain, les citoyens de l’État de Californie pourraient décider de légaliser l’usage récréatif du cannabis

États-Unis: le Président Obama a signé une loi qui supprime l’interdiction de l’usage médical du cannabis dans l’État de Washington, D.C.

Le 16 décembre, le Président Barack Obama a ratifié un projet de loi, proposé le 13 décembre par le Sénat américain, qui permet au gouvernement du District de Columbia (Washington D.C.) d’autoriser l’usage médical du cannabis. En 1998, les électeurs de ce district ont approuvé massivement, par référendum, une mesure qui permettrait la possession, l’usage, la culture et la distribution de cannabis sur recommandation d’un médecin pour le traitement de maladies graves.

En 1998, la loi avait été votée à 69% d’approbation, mais avant qu’elle eût pu prendre effet, le Congrès américain l’avait interdit dans le District. Ce District rejoint l’ Alaska, la Californie, le Colorado, Hawaii, le Maine, le Michigan, le Montana, le Nevada, le Nouveau-Mexique, l’Oregon, Rhode Island, le Vermont et Washington, Etats qui autorisent l’usage médical du cannabis. La mise en application pour les patients est attendue vers la fin de l’année 2010.

Washington, D.C., District of Columbia, qu’on appelle simplement le plus souvent Washington ou le District, est la capitale des États-Unis, qu’il ne faut pas confondre avec l’État de Washington. Le District de Columbia n’appartient à aucun État et constitue une entité.  (Sources: Washington Post du 14 décembre 2009, MPP du 17 décembre 2009)

République tchèque: le gouvernement définit les quantités de drogues illégales qui seront tolérées.

Le gouvernement tchèque a défini une liste de plantes illégales, de substances et de champignons, qui inclut le cannabis et la coca. Il pourra être cultivé jusqu’à cinq plants de ces différentes espèces. Le nouveau code pénal, qui prendra effet le 1er janvier prévoit de libeller la directive du gouvernement.

La proposition du ministre de la Justice indique que la possession de quantités inférieures à 15 grammes de cannabis séché, 5 grammes de hashish, 2 grammes de méthamphétamine, cocaïne ou héroïne sera tolérée. La culture du cannabis (cinq plants maximum) sera aussi autorisée. Le gouvernement tchèque avait approuvé la loi de décriminalisation l’année dernière, mais n’avait pas précisé les quantités, laissant ainsi à la police et au procureur le soin de déterminer ce qui constitue «plus qu’une petite quantité». La possession d’une quantité supérieure à «une petite quantité» est passible d’un an de prison. (Sources: Ceske Noviny du 7 décembre 2009, Prague Monitor du 15 décembre 2003.

États-Unis: l’an prochain, les citoyens de l’État de Californie pourraient décider, de légaliser l’usage récréatif du cannabis

La situation financière de la Californie en perpétuel déficit, a incité les activistes du cannabis de saisir ce moment pour faire entendre que la légalisation et la taxation du cannabis pourraient constituer une ressource supplémentaire pour l’État. Mais les critiques opposent que le coût social de la mesure de légalisation dépasserait les gains que cette mesure pourrait rapporter. Les électeurs devront faire un choix l’an prochain. Les partisans du cannabis disent avoir récolté assez de signatures, plus de 680 000, c’est-à-dire suffisamment pour qu’un scrutin soit organisé en novembre 2010. Si cette loi était votée, la Californie serait le premier État de ce pays à légaliser la possession et la culture du cannabis destinées à un usage récréatif.

Si cette initiative aboutissait, la possession d’une ounce (28.5 grammes) ou moins de cannabis serait légale, pour toute personne âgée d’au moins 21 ans. Il serait aussi légal de cultiver, chez soi, pour son usage personnel. Suite à la proposition de loi de Tom Ammiano, un démocrate de San Francisco, le bureau d’État fédéral a estimé à 1,4 milliard de dollars (soit, environ 1 milliard d’euros) le montant que la légalisation du cannabis rapporterait. Pour plus d’information : //www.reuters.com/article/idUSN1718943920091218  (Source: Reuters du 18 décembre 2009)

Nouvelles en bref

***Science: Inflammation du rein

Le cisplatine est un agent utilisé dans la chimiothérapie des cancers. Son usage clinique est limité, car il endommage les reins. La recherche fondamentale à l’Institut National de Bethesda (Etats-Unis) sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme,a démontré que l’agoniste du récepteur CB2 diminuait la réponse inflammatoire causée par le cisplatine, le stress oxydatif et la mort des cellules du rein et qu’il améliorait la fonction rénale.  (Source: Mukhopardhyay P, et al. Free Radic Biol Med, 4 dec. 2009. [publication électronique avant la parution])

***Science: huiles essentielles du cannabis

Selon une recherche menée par des scientifiques italiens, les huiles essentielles de trois variétés de chanvre limitent significativement la prolifération des microbes. Ils ont noté que : «les huiles essentielles issues du chanvre industriel, tout particulièrement celle issue de la variété Fortuna, pourraient amener à d’intéressantes applications.  (Source: Nissen L, et al. Fitoterapia, 4 dec. [ publication électronique avant la parution])

***Science: Cancer du côlon

A la suite d’expériences sur des cellules, à l’Université de Salerno, Italie, il a été observé que l’antagoniste du récepteur CB1 rimonabant agit en synergie avec l’agent chimiothérapique oxaliplatin afin de ralentir l’avancée du cancer du côlon. (Source: Gazzerro P, et al. Oncol Rep 2010;23(1):171-5.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: netprauxprin

Partager cet article :