Bulletins IACM 2021

IACM-Bulletin du 04 Octobre 2021

Science/Homme: Une étude sur le long terme indique que la consommation de cannabis pendant l’adolescence n’est pas liée à d’éventuels problèmes de santé mentale à l’âge adulte

Les chercheurs de l’University of Pittsburgh Medical Center en Pennsylvanie et de Rutgers University dans le New Jersey, Etats-Unis, indiquent que la consommation chronique de cannabis des jeunes garçons ne semble pas liée, plus tard, à des problèmes de santé d’ordre physique ou mental tels que la dépression, des symptômes psychiques ou l’asthme. Ces chercheurs ont suivi 408 sujets de sexe masculin de l’adolescence jusqu’à ce qu’ils aient 36 ans pour réaliser cette étude publiée dans Psychology of Addictive Behaviors.

« Ce que nous avons trouvé est quelque peu surprenant, » indique le principal chercheur, le docteur Jordan Bechtold, de l’University of Pittsburgh Medical Center. « Nous n’avons pas trouvé de différence dans les résultats que nous avons observés, qu’ils soient d’ordre mental ou physique, et quel que soient la quantité ou la fréquence de cannabis consommé pendant l’adolescence. » A partir d’études précédentes, les chercheurs pensaient trouver un lien entre la consommation de marijuana pendant l’adolescence et le développement ultérieur de symptômes comme délire, hallucinations, cancer, asthme, problèmes respiratoires. L’étude n’a pas trouvé non plus de relation entre la consommation de cannabis à l’adolescence et le risque de dépression ultérieure, d’anxiété, d’allergies, de maux de tête ou de tension artérielle élevée. Cette étude faisait partie de l’étude Pittsburgh Youth Study, qui a suivi des adolescents de sexe masculin de 14 ans étudiant à l’école publique de Pittsburgh, à la fin des années quatre vingt afin d’analyser différentes questions d’ordre social et médical. Pendant 12 ans, les participants ont été surveillés chaque 6 ou 12 mois. Une étude de suivi a été réalisée qui incluait 408 participants en 2009-10, alors qu’ils avaient 36 ans. 

Bechtold J, Simpson T, White HR, Pardini D. Chronic Adolescent Marijuana Use as a Risk Factor for Physical and Mental Health Problems in Young Adult Men. Psychol Addict Behav. 3 aout 2015. [sous presse]

communiqué de presse de l’American Psychological Association du 4 aout 2015

Israœl: Le cannabis pour un usage médical sera disponible dans les pharmacies 

Le 27 juillet, le député et ministre de la Santé, Yakov Litzman, a annoncé qu’en Israël, le cannabis médical serait disponible en pharmacie, et qu’un plus grand nombre de médecins seraient autorisés à prescrire ce produit. « Des pharmacies dispensent déjà toutes sortes de drogues, comme la morphine. Il y a une procédure pour cela et il y en aura une autre pour le cannabis, » a indiqué Litzman. « Il y aura une inscription nécessaire et nous la superviserons, et tout cela se fera en fonction d’une norme comme pour toute drogue. »

La présidente du Knesset Committee on Drug and Alcohol Abuse, MK Tamar Zandberg, a bien accueilli l’annonce de Litzman. “ Voilà enfin de bonnes nouvelles, attendues depuis longtemps, »a-t-elle dit. « C’est une grande nouvelle. Je vous remercie de mettre en avant ces principes. Il me semble que cette annonce était très nécessaire. »

Globes Israel business news du 27 juillet 2015

Afrique du Sud: Un premier patient est officiellement autorisé à consommer du cannabis pour soulager ses douleurs

En Afrique du Sud, une ordonnance de cannabis a été délivrée pour la première fois. Mtetwa, 32 ans, est désormais un militant du cannabis médical après que la plante l’a aidé à surmonter les douleurs horribles qu’il a enduré après un accident de la route. L’homme de Gauteng a été impliqué dans un accident de moto en 2011 et a ensuite eu besoin d’un moyen plus sûr et plus efficace pour se soigner. Il a commencé à cultiver son propre cannabis avant que cela ne soit autorisé en Afrique du Sud.

Aujourd’hui, Mtetwa a enfin obtenu une prescription médicale légale d’un médecin pour le cannabis. « Le processus n’est pas facile, je tiens à remercier la SAHPRA [Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé] pour avoir rendu cela possible. Je ne pensais pas que cela serait possible de mon vivant », a déclaré Mtetwa.

The South African du 10 septembre 2021

Science/Homme: Le cannabis peut être bénéfique dans le prurit neuropathique de la sclérose latérale amyotrophique selon un rapport de cas

Le cannabis a réduit efficacement le prurit dû aux petites fibres endommagées chez un homme de 60 ans atteint de sclérose latérale amyotrophique, selon un rapport des chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique à Vancouver, au Canada. Les symptômes étaient résistants aux médicaments standard. Ils ont écrit qu’un « cannabinoïde oral équilibré provenant d’un producteur agréé » a été utilisé.

« Le patient a montré une amélioration de son score de prurit de 7/10 à 3/10. Il y avait initialement une sédation accrue, mais la tolérance s’est développée rapidement.  » Les auteurs ont conclu que « les cannabinoïdes sont probablement sûrs et efficaces dans la gestion du prurit neuropathique. »

Lou K, Murphy S, Talbot C. Cannabinoids for the treatment of refractory neuropathic pruritus in amyotrophic lateral sclerosis: A case report. Palliat Med. 2021:2692163211045314

Science/Homme: Le cannabis peut améliorer la douleur et le sommeil dans la fibromyalgie

Le cannabis a eu un effet favorable sur le niveau de douleur et la qualité du sommeil parmi tous les spectres de problèmes d’une clinique de rhumatologie, selon une enquête menée par les enquêteurs de l’unité de rhumatologie de l’hôpital Laniado à Netanya, en Israël, avec 319 questionnaires remplis.

Parmi tous les répondants, 82 % souffraient de fibromyalgie, 9 % de problèmes mécaniques, 4 % de problèmes inflammatoires, 4 % de problèmes neurologiques et 1 % d’autres problèmes. La dose moyenne mensuelle de cannabis consommée était de 31, 35, 36 et 32 g, avec une réduction moyenne du niveau de douleur de 77%, 82%, 83% et 57%, et une amélioration moyenne de la qualité du sommeil de 78%, 71%, 87% et 76% chez les patients souffrant respectivement de fibromyalgie, de problèmes mécaniques, neuropathiques et inflammatoires.
Habib G, Khazin F, Artul S. The Effect of Medical Cannabis on Pain Level and Quality of Sleep among Rheumatology Clinic Outpatients. Pain Res Manag. 2021:1756588.

Science/Homme: De nombreuses femmes utilisent le cannabis pour atténuer les symptômes de la ménopause

L’inhalation de cannabis aiderait-elle les femmes à faire face à ces symptômes courants de la ménopause ? Un bon nombre de femmes d’âge moyen semblent le penser, car elles se sont tournées vers le cannabis pour les aider à gérer le changement de vie, selon une nouvelle étude. « Les femmes d’âge mûr qui se trouvent dans la période de transition de la ménopause consomment du cannabis, et elles l’utilisent pour des symptômes qui ont tendance à se chevaucher avec la ménopause », a déclaré la chercheuse principale, Katherine Babyn, étudiante diplômée de l’université d’Alberta au Canada.

Pour cette étude, Babyn et ses collègues ont interrogé près de 1 500 femmes d’âge moyen dans la province canadienne de l’Alberta. Parmi les utilisatrices actuelles, 75 % ont déclaré avoir consommé du cannabis à des fins médicales, même si 23 % seulement se le sont vu prescrire par un médecin. elles utilisaient le cannabis sous différentes formes, dont 52 % sous forme d’édibles, 47 % sous forme d’huiles, 41 % sous forme de fleurs fumées et 26 % sous forme de vape. Le cannabis était utilisé pour traiter les troubles (74%), l’anxiété (59%), les difficultés de concentration ( 58%), l’irritabilité (55%), les douleurs musculaires et articulaires (53%). L’étude a été présentée le 22 septembre lors de la réunion annuelle de la North American Menopause Society, à Washington.

UPI du 22 septembre 2021 

En bref

Italie: Un groupe de recherche sur le cannabis a été créé
La SIRCA (Società Italiana Ricerca Cannabis), association de recherche sur le cannabis a récemment été créée. Pour plus d’information, veuillez consulter le site : website of SIRCA

IACM: Le film sur Raphael Mechoulam et son travail est désormais en ligne. 
Le film « Le Scientifique » sur le docteur Raphael Mechoulam, professeur de chimie médicinale à l’ Hebrew University de Jérusalem, Israël, réalisé par Zach Klein est maintenant disponible en ligne. Ce chercheur est le plus connu au monde pour ses travaux sur le cannabis ; il a aussi été président de l’IACM. 
Link to The Scientist

Australie: Les sénateurs de tous les partis appuieront un projet de loi destiné à légaliser l’usage médical du cannabis
Un comité incluant des sénateurs de tous les partis politiques recommandera au Parlement de voter le projet de loi destiné à établir un système de régulation permettant l’usage médical du cannabis. Le
Regulator of Medicinal Cannabis Bill rendra le gouvernement fédéral effectivement responsable de la supervision de la production, de la distribution, et de l’usage du cannabis. Le projet de loi a été présenté au Parlement en novembre et envoyé à un comité en février. Ce comité devrait rendre son rapport prochainement. 
Sydney Morning Herald du 26 juillet 2015

IACM: Décès de Richard (Rik) Musty 
C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, le 26 juillet, du docteur Richard (Rik) E. Musty, professeur émérite, ancien président du département de psychologie de l’université du Vermont, Etats-Unis. Le docteur Musty a été le premier à être récompensé par le IACM Special Award, en 2005, pour sa contribution majeure à la ré-introduction du cannabis comme médicament.

Science/Homme: En Israël, l’acceptation du cannabis s’étend parmi les médecins
Une étude incluant 72 médecins indique que l’acceptation des bienfaits médicaux du cannabis s’accroit au sein du corps médical d’Israël. 
Zolotov Y, et al. IMAJ 2015;17:437–441

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a pas eu d’effet sur la cognition des patients psychotiques
Une étude incluant 1237 patients psychotiques a montré qu’il n’existait pas de lien entre consommation de cannabis et les fonctions cognitives.  
School of Medicine Fremantle, The University of Notre Dame Australie.
Power BD, et al. Schizophr Res. 30 juillet 2015. [sous presse]

Science/Homme: La cause de l’association entre consommation de cannabis et psychose n’est pas claire
Les résultats d’une nouvelle étude s’accordent aux deux hypothèses suivantes : la théorie de l’auto-médication, selon laquelle les personnes psychotiques traiteraient leurs symptômes avec du cannabis, et la seconde hypothèse selon laquelle le cannabis cause des psychoses
Hospital del Mar Medical Research Institute – Neurosciences, Psychiatry, Barcelona, Espagne.
Mané A, et al. Psychiatry Res. 28 juillet 2015. [sous presse]

Science/Homme: Le cannabis ne cause pas de symptômes psychotiques plus importants chez les personnes présentant un trouble déficit d’attention avec hyperactivité (TDAH)
Une étude menée sur7403 participants a montré qu’il existait un lien entre symptômes importants de THDA d’une part, et psychose, paranoïa et hallucinations d’autre part. Cette association est reliée à l’humeur dysphorique et non pas à la consommation d’amphétamines, de cocaïne ou de cannabis.
Warwick Medical School, University of Warwick, Grande-Bretagne. 
Marwaha S, et al. Psychiatry Res. 28 juillet 2015. [sous presse]

Science/Animal: L’activation des récepteurs CB2 pourrait protéger de l’inflammation des reins
Un cannabinoïde synthétique qui agit de manière sélective active sur les récepteurs cannabinoïdes 2 a protégé les reins des lésions dues à un apport sanguin limité. 
Roche Innovation Center Basel, Suisse.
Nettekoven M, et al. ChemMedChem.21 juillet 2015. [sous presse]

Science/Animal: Le blocage du récepteur GPR55 a réduit l’inflammation des intestins
Dans le modèle animal de la colite, un antagoniste synthétique (CID16020046) du récepteur GPR55 a réduit les signes de l’inflammation.
Institute of Experimental and Clinical Pharmacology, Medical University of Graz, Autriche.
Stančić A, et al. Neurogastroenterol Motil. 30 juillet 2015. [sous presse]

Science/Cellules: Le cannabidiol (CBD) module le récepteur CB1
Le cannabidiol (CBD), cannabinoïde non psychotrope est un modulateur allostérique du récepteur cannabinoïde de type 1 (CB1). La régulation allostérique signifie que le CBD se lie à un site autre que le site actif du récepteur. C’est ainsi que le CBD bloque les effets du THC via les récepteurs CB1, par exemple augmentation de l’appétit et des effets psychiques. 
Departments of Pharmacology, Dalhousie University, Halifax, Canada.
Laprairie RB, et al. Br J Pharmacol. 27 juillet 2015 [sous presse]

Science/Homme: La plupart des personnes qui présentent un trouble de consommation de cannabis, après trois ans, ne remplissent plus les critères de ce trouble
Une étude incluant 444 personnes présentant un trouble de consommation de cannabis a montré que 67% ne remplissent plus les critères de ce trouble après trois ans, sans aucun traitement. 
Ariel University, Israël.
Feingold D, et al. Addiction. 25 juillet. [sous presse]

Science/Animal: Les cannabinoïdes peuvent être utilisés avec d’autres médicaments contre la douleur pour traiter la douleur neuropathique
Une nouvelle étude menée sur des souris suggère que la combinaison d’un cannabinoïde avec un inhibiteur sélectif de la récapture de la noradrénaline pourrait présenter une option de traitement bénéfique contre la douleur neuropathique. 
Faculty of Medicine, Trakya University, Edirne, Turquie. 
Gunduz O, et al. EUR J Pain. 24 juillet 2015. [sous presse]

Science/Animal: L’endocannabinoïde 2-AG est neuroprotecteur dans le modèle animal (souris) de la maladie de Parkinson
L’augmentation des niveaux de l’endocannabinoïde AG est neuroprotecteur dans le modèle animal (souris) de la maladie de Parkinson. Les auteurs ont écrit que le système endocannabinoïde « constitue un mécanisme de défense naturelle contre l’inflammation dont la potentialisation pourrait présenter des bienfaits thérapeutiques. »
Institute of Medical Sciences, University of Aberdeen, Grande-Bretagne.
Mounsey RB, et al. Exp Neurol. 2 aout 2015. [sous presse]

New Book: Casarett, David. Stoned
A Doctor’s Case for Medical Marijuana. 2015. Link to Amaz

USA: Le Connecticut autorise les patients à cultiver leur propre cannabis
Les patients inscrits au programme d’accès au cannabis médical de l’État peuvent commencer à cultiver du cannabis à domicile pour leur usage personnel à partir du 1er octobre.
NORML du 22 septembre 2021

Italie: Référendum pour la légalisation du cannabis à usage personnel
Les défenseurs du cannabis en Italie ont déclaré avoir recueilli suffisamment de signatures pour organiser un référendum sur la libéralisation de l’usage du cannabis, ouvrant ainsi la voie à un vote national sur la question au début de l’année prochaine. La proposition de référendum vise à légaliser la culture de l’herbe pour un usage personnel et à assouplir les sanctions pour d’autres crimes liés au cannabis. Les organisateurs de la pétition ont recueilli les 500 000 signatures requises en sept jours.
Reuters du 18 septembre 2021

Uruguay: Le gouvernement veut rendre le cannabis accessible aux touristes
Le gouvernement uruguayen a décidé d’augmenter le pourcentage de tétrahydrocannabinol (THC) dans le cannabis vendu dans les pharmacies du pays depuis 2017 et envisage de modifier la réglementation pour permettre son accès également aux touristes.
Rio Times du 31 août 2021

Science/Homme: Le cannabis pourrait permettre de réduire l’utilisation des opioïdes dans les cas de douleurs chroniques
Dans une étude rétrospective utilisant les dossiers médicaux de 68 patients souffrant de douleurs chroniques, la consommation de cannabis a été associée à une légère réduction de la prescription d’opioïdes pendant la durée de l’étude. 
Faculté du bien-être social et des sciences de la santé, Université de Haïfa, Israël.
Sznitman S, Mabouk C, Said Z, Vulfsons S. Opioid and healthcare service use in medical cannabis patients with chronic pain : a prospective study. BMJ Support Palliat Care. 2021:bmjspcare-2020-002661.

Science/Homme: Cannamedical prévoit une étude ouverte sur le traitement de la douleur par le cannabis.
La société Cannamedical travaille avec des experts pour analyser les ensembles de données de 500 patients en Allemagne qui seront recueillies dans l’étude non interventionnelle ESCAPE PAIN soutiendra à la fois la sécurité des patients et l’amélioration et la normalisation continues de la thérapie individualisée avec des cannabinoïdes.
Apotheke Adhoc du 13 septembre 2021

Science/Homme: La légalisation du cannabis n’a pas changé les accidents de la route au Canada
La légalisation du cannabis au Canada n’a pas été associée à des preuves de changements significatifs après la légalisation dans les visites aux urgences pour blessures de la route en Ontario ou en Alberta chez tous les conducteurs ou chez les jeunes conducteurs, en particulier.
Université du Nord de la Colombie-Britannique, Programme médical du Nord, Prince George, Canada.
Callaghan RC, et al. Drug Alcohol Depend. 2021;228:109008.

Science/Homme: De faibles doses de CBD n’ont eu aucun effet sur la douleur chez les patients souffrant d’arthrose de la main.
Dans une étude contrôlée par placebo auprès de 129 patients souffrant d’arthrose des mains ou d’arthrose psoriasique, le CBD à une dose quotidienne de 20 à 30 mg n’a eu aucun effet sur l’intensité de la douleur par rapport au placebo.
Département de rhumatologie, hôpital universitaire d’Aalborg, Danemark. 
Vela J, et al. Pain. 2021 Aug 27. [sous presse]

Science: Comment décarboxyler les cannabinoïdes
Un article présente des informations sur la décarboxylation des formes acides des cannabinoïdes. « Comprendre comment la décarboxylation des formes acides des cannabinoïdes se produit naturellement, ainsi que la façon dont elle peut être favorisée ou empêchée pendant la récolte ou le stockage, est important pour les différentes parties prenantes de la culture du Cannabis. »
PerkinElmer Health Sciences Inc, Waltham, Massachusetts, États-Unis.
Filer CN, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Sep 22. [sous presse]

Science/Homme: Faible effet du cannabis sur le sommeil des patients souffrant de douleurs. 
Selon une revue des données disponibles, « le cannabis et les cannabinoïdes peuvent améliorer le sommeil altéré chez les personnes vivant avec des douleurs chroniques, mais l’ampleur du bénéfice est probablement faible ».
Département des méthodes de recherche en santé, des preuves et de l’impact, Université McMaster, Hamilton, Ontario, Canada. 
AminiLari M, et al. Sleep. 2021:zsab234. [sous presse]

Science/Animal: Le nombre de récepteurs CB2 augmente dans la synovie des articulations après une blessure.
Selon une étude menée sur des souris, le nombre de récepteurs CB2 augmente dans la synovie, le tissu producteur de fluides dans les articulations, après une blessure et médiateur des effets anti-inflammatoires.
Laboratoires de recherche orthopédique, département de chirurgie orthopédique, université du Michigan, Ann Arbor, États-Unis.
Rzeczycki P, et al. Osteoarthritis Cartilage. 2021:S1063-4584(21)00888-8.

Science/Cellules: Une réduction de l’enzyme MAGL ralentit la croissance tumorale des cellules cancéreuses du poumon.
Une réduction de l’enzyme MAGL (monoacylglycérol lipase), qui dégrade l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonoyl glycérol), dans l’environnement tumoral ralentit la croissance tumorale des cellules cancéreuses pulmonaires non petites.
Division de pharmacologie, Centre de recherche Otto Loewi, Université médicale de Graz, Autriche.
Kienzl M, et al. Oncoimmunology. 2021;10(1):1965319.

Science/Homme: Le nombre de récepteurs CB1 est plus élevé dans les cellules musculaires des hommes âgés par rapport aux jeunes hommes
Une nouvelle étude montre pour la première fois que le récepteur CB1 « est exprimé de manière différentielle avec le vieillissement et que les changements dans l’expression de CB2 lors d’un entraînement à l’exercice de résistance sont corrélés à des changements dans les médiateurs qui jouent un rôle central dans la plasticité musculaire. Ces données confirment des travaux antérieurs sur des cellules et des souris montrant que le système cannabinoïde pourrait orchestrer la croissance musculaire. »
Groupe de recherche en physiologie de l’exercice, département des sciences du mouvement, KU Leuven, Tervuursevest 101, 3001, Louvain, Belgique.
Dalle S, et al. Sci Rep. 2021;11(1):18349.

Science/Homme: La consommation de cannabis pendant la grossesse peut augmenter le risque de faible poids à la naissance.
Dans une étude menée auprès de 32 600 mères aux États-Unis, la consommation de cannabis pendant la grossesse a été associée à un risque accru de 27 % d’insuffisance pondérale à la naissance, mais pas de naissance prématurée.
École de santé publique, Université de Californie, Berkeley, États-Unis.
Nguyen VH, et al. J Pediatr. 2021:S0022-3476(21)00878-7

Science/Homme: L’utilisation du cannabis à des fins médicales peut augmenter le risque d’infarctus pour les hommes
Dans une étude portant sur 18 700 patients sous cannabis, qui ont été comparés à 51 200 témoins, les hommes consommateurs de cannabis avaient un risque 77 % plus élevé de développer un syndrome coronarien aigu et un accident vasculaire cérébral. Il n’y avait pas d’augmentation du risque pour les femmes consommatrices de cannabis.
Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec, QC, Canada. 
Zongo A, et al. BMC Cardiovasc Disord. 2021;21(1):426

Science/Homme: L’exercice avec restriction du flux sanguin entraîne une augmentation des niveaux circulants d’un endocannabinoïde.
Une certaine forme d’exercice aérobie, qui se fait avec une restriction du flux sanguin, entraîne une augmentation des niveaux circulants de l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonoyl glycérol) et de la bêta-endorphine.
Faculté du sport, de la santé et des sciences appliquées, Université St Mary de Twickenham Londres, Royaume-Uni .
Hughes L, et al. Otol Neurotol. 2021 Jul 9. [sous presse]

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Thaïlande: Les patients peuvent cultiver leur propre cannabis à des fins médicales
  • Science/Homme: Le THC peut être utile dans le traitement du trouble de stress post-traumatique
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une charge virale réduite chez les personnes séropositives qui consomment de la cocaïne
  • Science/Homme: Dans une étude clinique, le CBD était efficace dans le traitement des troubles liés à l’usage du cannabis
  • Science/Homme: La consommation de cannabis associée à une réduction des décès à l’hôpital dus à l’insuffisance cardiaque

Il y a deux ans

  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction des infections due à une maladie bactérienne fréquemment attrapée dans les hôpitaux
  • Science/Homme: La capsaïcine peut être utile dans le syndrome d’hyperémèse de cannabinoïde
  • Science/Homme: Le THC peut être utile chez les patients souffrant de douleur gériatrique

IACM-Bulletin du 02 Septembre 2021

Science/Homme: Le CBD pourrait être utile dans le traitement du burnout et de l’épuisement selon une étude ouverte.

Selon une étude ouverte menée auprès de 120 professionnels de la santé souffrant de burnout et d’épuisement, 300 mg de CBD en plus des médicaments standard ont amélioré les résultats du traitement. Dans cette étude menée par le département des neurosciences et du comportement de l’école de médecine de Ribeirão Preto de l’université de São Paulo, au Brésil, les participants, qui étaient épuisés en raison de la charge de travail élevée pendant la pandémie de Covid-19, ont reçu soit 150 mg de CBD deux fois par jour en plus des soins standard (61 participants), soit les soins standard (59 participants) seuls pendant 28 jours.

Dans le groupe de traitement, les scores de la sous-échelle d’épuisement émotionnel du Maslach Burnout Inventory ont diminué de manière significative au jour 14 (différence moyenne, 4,14 points) et au jour 28 (différence moyenne, 4,01 points). Cependant, 5 participants, qui faisaient tous partie du groupe de traitement, ont présenté des effets indésirables graves : 4 cas d’élévation des enzymes hépatiques (1 critique et 3 légers)
et 1 cas de pharmacodermie sévère. 

Crippa JAS, Zuardi AW, Guimarães FS, Campos AC, de Lima Osório F, Loureiro SR, Dos Santos RG, Souza JDS, Ushirohira JM, Pacheco JC, Ferreira RR, Mancini Costa KC, Scomparin DS, Scarante FF, Pires-Dos-Santos I, Mechoulam R, Kapczinski F, Fonseca BAL, Esposito DLA, Pereira-Lima K, Sen S, Andraus MH, Hallak JEC; Burnout and Distress Prevention With Cannabidiol in Front-line Health Care Workers Dealing With COVID-19 (BONSAI) Trial Investigators. Efficacy and Safety of Cannabidiol Plus Standard Care vs Standard Care Alone for the Treatment of Emotional Exhaustion and Burnout Among Frontline Health Care Workers During the COVID-19 Pandemic: A Randomized Clinical Trial. JAMA Netw Open. 2021;4(8):e2120603.

Science/Homme: Les préparations orales à base de cannabis peuvent être utiles pour la migraine selon une analyse rétrospective.

Dans une analyse rétrospective des données de patients souffrant de migraine chronique, qui ont reçu des préparations orales de 3 souches de fleurs de cannabis, l’intensité de la douleur a diminué, tandis que le nombre de jours de migraine n’a pas changé de manière significative. Les patients ont reçu des préparations orales à partir des souches de cannabis FM2, Bedrocan ou Bediol® quotidiennement jusqu’à 6 mois. L’analyse a été menée par des chercheurs de l’Université de Modène et de Reggio Emilia, en Italie.

Le nombre de jours de migraine n’a pas changé de manière significative après le 3e et le 6e mois par rapport aux valeurs de départ. L’intensité de la douleur, la consommation de médicaments actifs et le nombre de jours par mois pendant lesquels les patients ont pris au moins un médicament actif ont diminué de manière significative par rapport aux valeurs de départ. Aucune différence significative n’a été constatée entre les patients qui prenaient encore un traitement préventif pour la migraine chronique et ceux qui ne le faisaient pas. Les différentes préparations orales de cannabinoïdes ont montré une efficacité similaire.

Baraldi C, Lo Castro F, Negro A, Ferrari A, Cainazzo MM, Pani L, Guerzoni S. Oral cannabinoid preparations for the treatment of chronic migraine: a retrospective study. Pain Medicine. 2021 August 2021 [sous presse]

Science/Homme: Le cannabis peut améliorer la qualité de vie des patients souffrant de douleur.

Selon une analyse de tous les patients âgés de 18 ans ou plus inscrits au programme de marijuana médicale de Pennsylvanie, le cannabis peut améliorer la qualité de vie des patients souffrant de douleurs. L’analyse a porté sur 353 personnes, dont 51 % ont répondu à un total de 4 enquêtes, et a été menée par des chercheurs du département de la pratique pharmaceutique et de l’administration de la pharmacie de l’université des sciences de Philadelphie, aux États-Unis. 

La qualité de vie a augmenté de manière significative entre l’enquête 2 et l’enquête 4, tout comme les scores de douleur et de santé auto-déclarés. Une analyse détaillée a révélé l’absence de changement dans la mobilité ou les activités habituelles, une amélioration significative de l’anxiété et de la douleur, et une détérioration significative des soins personnels.

Peterson A, Dautrich T. Measuring the Change in Health-Related Quality of Life in Patients Using Marijuana for Pain Relief. Med Cannabis Cannabinoids. 2021 August 12. [sous presse]

En bref

Europe/Allemagne: Cantourage et Drapalin importent du cannabis à usage médical d’Afrique du Sud et de Jamaïque.
Cantourage introduit les premières fleurs de cannabis à usage médical de la Jamaïque sur le marché EURopéen. Depuis le 19 août, les fleurs de cannabis jamaïcaines Lumir sont disponibles dans les pharmacies allemandes pour la première fois, offrant ainsi un nouveau produit à dominance indica aux patients allemands. Drapalin est le premier grossiste EURopéen à importer du cannabis médicinal d’Afrique. Le grossiste de Munich a désormais dans son portefeuille la première souche de cannabis médical africaine conforme aux BPF de l’UE. Le cannabis médicinal est produit dans l’État sud-africain enclavé du Lesotho.
PR Newswire du 19 août 2021
Apotheke ADHOC du 6 août 2021

Science/Homme: Dans les États américains ayant des lois sur le cannabis médical, le tabagisme a diminué par rapport aux États sans lois.
Des données provenant de 939 725 adolescents vivant dans 46 États et ayant participé au Youth Risk Behavior Surveillance System entre 1991 et 2015 ont montré que l’initiation à la cigarette avait diminué dans les États dotés de lois sur la marijuana à des fins médicales par rapport aux États sans loi de ce type.
Centre d’excellence de recherche sur la politique du cannabis, département de la recherche, commission de contrôle du cannabis, Commonwealth du Massachusetts.
Johnson J, et al. Cannabis. 2021;4:1

Science/Homme: La consommation régulière de cannabis est associée à une diminution minime des capacités de conduite.
Dans une étude portant sur 24 consommateurs occasionnels de cannabis (1 à 2 fois par semaine), 31 consommateurs quotidiens et 30 non-consommateurs qui ont subi des tests dans un simulateur de conduite, les chercheurs « ont observé une diminution de la performance de conduite évaluée par SDLP [déviation standard du placement latéral] après une consommation aiguë de cannabis qui n’était statistiquement significative que chez les consommateurs occasionnels par rapport aux non-consommateurs. »
Département de la santé communautaire et comportementale, École de santé publique du Colorado, Université du Colorado Anschutz Medical Campus, Aurora, États-Unis.
Brooks-Russell A, et al. Accid Anal Prev. 2021;160:106326.

Science/Homme: La consommation de cannabis peut être associée à un risque plus élevé de saignement après des interventions coronariennes percutanées.
Selon une étude portant sur 113477 patients, qui ont subi des interventions coronariennes percutanées, la consommation de cannabis était associée à un risque plus élevé d’accidents vasculaires cérébraux et de saignements et à un risque plus faible de lésions rénales aiguës.
Département de médecine interne, Université du Michigan, États-Unis.
Yoo SGK, et al. JACC Cardiovasc Interv. 2021;14(16):1757-1767.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une plus faible consommation d’alcool chez les gros buveurs.
Dans une étude portant sur 96 gros buveurs d’alcool, la consommation de cannabis était associée à un nombre plus faible de jours de forte consommation.
Institut des sciences cognitives, Université du Colorado Boulder, États-Unis.
Karoly HC, et al. Addiction. 2021;116(9):2529-2537.

Science/Cellules: Le THC peut réduire la toxicité des mitochondries isolées du cœur.
Dans les mitochondries isolées de cellules cardiaques, le THC “n’était pas directement toxique pour les mitochondries cardiaques isolées, et peut même être utile pour réduire la toxicité mitochondriale. »
Département de pharmacologie et de toxicologie, École de pharmacie, Université des sciences médicales d’Ardabil, Iran.
Salimi A, et al. Toxicol Mech Methods. 2021:1-21.

Science/Homme: Le nombre de consommateurs de cannabis parmi les anciens combattants est plus élevé que dans la population générale.
On estime que 11,9 % des vétérans militaires déclarent consommer du cannabis, 2,7 % se sont révélés positifs au trouble de l’usage du cannabis et 1,5 % possédaient une carte de cannabis médical. Les auteurs ont écrit que « la consommation de cannabis par les vétérans pourrait être en augmentation et est particulièrement répandue chez les vétérans souffrant de troubles psychiatriques. »
Département de psychiatrie, université de Californie, San Diego, États-Unis.
Hill ML, et al. Addict Behav. 2021;120:106963.

Science/Animal: L’intestin des chevaux contient un nombre élevé de récepteurs cannabinoïdes.
Les chercheurs ont montré, que l’iléon des chevaux contient un nombre élevé de récepteurs cannabinoïdes, ce qui pourrait avoir une importance thérapeutique dans l’inflammation de l’intestin des chevaux.
Département des sciences médicales vétérinaires (UNI EN ISO 9001:2008), Université de Bologne, Italie.
Galiazzo G, et al. J Equine Vet Sci. 2021;104:103688.

Science/Homme: Une analyse des rapports de cas sur le cannabis dans le cancer.
Une analyse des rapports de cas publiés « fournit des données insuffisantes pour soutenir l’allégation du cannabis comme agent anticancéreux, et ne devrait pas être utilisé à la place de traitements traditionnels basés sur des preuves en dehors d’un essai clinique ».
The Cancer Research Center, HealthPartners/Park Nicollet, Minneapolis, Minnesota, USA.
Guggisberg J, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Aug 7. [sous presse]

Science/Homme: Les patients danois, qui ont reçu du cannabis, sont plus satisfaits de leur traitement que le groupe témoin.
Dans une enquête menée auprès de patients danois recevant du cannabis médicinal, ceux qui l’ont reçu étaient plus satisfaits de leur traitement que les témoins et obtenaient des scores plus faibles en matière de dépression. Les cas ont signalé des niveaux de douleur plus élevés que le groupe témoin.
Copenhagen Research Center for Mental Health – CORE, Denmark.
Kudahl B, et al. Complement Ther Clin Pract. 2021;45:101476.

Science/Animal: Les racines de cannabis contiennent des composés analgésiques.
Dans une étude menée sur des souris, un extrait de racines de cannabis a montré des effets antidouleurs et une activité antiasthmatique.
Universidade Federal Rural de Pernambuco- UFRPE, Brazil. 
Menezes PMN, et al. J Ethnopharmacol. 2021;278:114259.

Science/Cellules: L’activation du récepteur CB1 pourrait réduire l’inflammation des muscles.
Des études menées sur des cellules musculaires ont montré que « les récepteurs cannabinoïdes CB1 peuvent être des cibles pharmaceutiques utiles dans le traitement de l’inflammation et des troubles connexes dans les tissus musculaires squelettiques”.
Faculty of Pharmacy, Philadelphia University, Amman, Jordan.
Haddad M, et al. J Inflamm Res. 2021;14:3959-3967

Science/Animal: L’huile de graines de chanvre peut réduire l’athérosclérose en réduisant l’inflammation vasculaire.
Dans une étude sur des souris génétiquement modifiées, qui développent rapidement l’athérosclérose, l’huile de graines de chanvre a montré des effets anti-athérosclérotiques en réduisant l’inflammation et en améliorant l’intégrité des cellules endothéliales.
College of Food Science and Engineering, Wuhan Polytechnic University, People’s Republic of China.
Huang W, et al. J Agric Food Chem. 2021;69(32):9102-9110.

Science/Homme: Le CBD ne réduirait pas l’envie de cocaïne selon une étude contrôlée par placebo.
Dans une étude contrôlée par placebo menée auprès de 78 patients souffrant de troubles liés à la consommation de cocaïne, 800 mg de CBD n’ont pas vraiment réduit l’envie de cocaïne ni les rechutes.
Research Center, Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), Montréal, Canada.
Mongeau-Pérusse V, et al. Addiction. 2021;116(9):2431-2442.

Science/Animal: L’acide cannabigérolique pourrait avoir des propriétés antiépileptiques.
Dans une étude sur des souris, plusieurs cannabinoïdes, dont le CBGA (acide cannabigérolique) et le CBDVA (acide cannabidivarique), ont montré des propriétés antiépileptiques.
Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics, The University of Sydney, New South Wales, Australia.
Anderson LL, et al. Br J Pharmacol. 2021 Aug 12. [sous presse]

Science/Homme: Le CBD peut avoir des effets bénéfiques à long terme sur les patients atteints du syndrome de Dravet.
Une observation à long terme de 330 patients atteints du syndrome de Dravet résistant au traitement, avec une durée médiane de traitement de 444 jours : « Le traitement au CBD avait un profil de sécurité acceptable et a conduit à des réductions durables et cliniquement significatives de la fréquence des crises. »
University of Melbourne, Austin Health, Heidelberg, Victoria, Australia.
Scheffer IE, et al. Epilepsia. 2021 Aug 18. [sous presse]

Science/Animal: Le récepteur CB2 pourrait jouer un rôle central dans le vieillissement des reins.
Dans une étude sur des souris, des chercheurs ont montré que le récepteur CB2 joue un rôle important dans le dysfonctionnement des mitochondries et le vieillissement rénal.
State Key Laboratory of Organ Failure Research, National Clinical Research Center of Kidney Disease, Division of Nephrology, Nanfang Hospital, Southern Medical University, Guangzhou, China.
Zhou S, et al. J Cell Mol Med. 2021 Aug 19. [sous presse]

Science/Homme: L’inhalation de poudre sèche de CBD peut augmenter considérablement la biodisponibilité.
Dans une étude menée auprès de participants en bonne santé, l’administration de CBD à l’aide d’un inhalateur de poudre sèche a entraîné une concentration sanguine 71 fois plus élevée que celle du CBD après une prise orale ; les auteurs ont écrit que le CBD administré par une poudre sèche « a permis une apparition plus rapide et une biodisponibilité accrue que le CBD oral. »
Department of Neurology, Comprehensive Epilepsy Center, New York University School of Medecine, New York.
Devinsky O, et al. J Pharm Sci. 2021:S0022-3549(21)00413-5.

Science/Homme: La consommation de cannabis chez les adultes n’entraîne pas nécessairement de modifications de la matière blanche du cerveau.
Les résultats d’une étude portant sur 39 consommateurs réguliers de cannabis et 28 témoins « suggèrent que la consommation quasi-quotidienne de cannabis à long terme n’affecte pas nécessairement la microstructure de la matière blanche, mais que la vulnérabilité peut être plus élevée pendant l’adolescence ».
Neuroscience of Addiction (NofA) Lab, Department of Psychology, Education & Child Studies, Erasmus University Rotterdam, Netherlands.
Cousijn J, et al. Addict Biol. 2021:e13081

Science/Animal: Le CBD pourrait réduire les effets secondaires de l’halopéridol, un médicament antipsychotique.
Les résultats d’une étude sur des souris suggèrent « que le CBD pourrait atténuer la dyskinésie orofaciale induite par l’halopéridol et améliorer les symptômes non-moteurs. » Les effets pourraient être médiés par l’activation des récepteurs PPAR-Gamma.
Department of Pharmacology, Medical School of Ribeirão Preto, University of São Paulo, Ribeirão Preto, Brazil.
Sonego AB, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2021;111:110367.

Science/Animal: Le CBD pourrait réduire les conséquences des lésions cérébrales traumatiques.
Les résultats d’une étude menée sur des animaux suggèrent que « la double thérapie consistant à cibler le site de la blessure de manière interne avec un support médical infusé de CBD, suivie d’une supplémentation systémique, peut offrir une contre-mesure plus efficace que le traitement systémique ou l’implant seul pour les effets délétères des blessures pénétrantes à la tête ».
Department of Cell Biology & Anatomy, New York Medical College, Valhalla, USA.
Friedman LK, et al. Exp Neurol. 2021:113844

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • IACM: Prolongation de la date limite de soumission des résumés pour la conférence virtuelle IACM 2020 sur les cannabinoïdes – Opportunités spéciales de parrainage
  • Europe: Dans un premier temps, la Commission Européenne déclare que le chanvre industriel est un stupéfiant
  • Science/Homme: Le cannabis efficace pour le traitement de la migraine
  • Argentine: Le pays autorise la vente de cannabis en pharmacie et la culture à domicile
  • Science/Homme: Selon une étude, le CBD est un traitement sûr pour les troubles liés à la consommation de cannabis

Il y a deux ans

  • Science/Homme: Le CBD atténue le dysfonctionnement d’une certaine région du cerveau sujette à de hauts risques de psychose
  • Science/Homme: Le CBD peut être utile dans le traitement de la maladie du greffon contre l’hôte, pouvant survenir après une greffe de moelle osseuse

IACM-Bulletin du 16 Août 2021

Science: Des analyses génétiques à grande échelle confirment l’hypothèse selon laquelle le cannabis a d’abord été domestiqué en Asie de l’Est.

Une équipe de recherche de Suisse, de Chine, du Royaume-Uni et d’Inde a étudié l’histoire de sa domestication en utilisant la réinitialisation du génome entier de 110 accessions d’origines mondiales. Ils montrent que le cannabis a été domestiqué pour la première fois au début du Néolithique en Asie de l’Est et que tous les cultivars actuels de chanvre et de drogue ont divergé d’un pool génétique ancestral actuellement représenté par des plantes sauvages et des variétés locales en Chine. 

Les chercheurs ont identifié des gènes candidats associés aux caractéristiques qui différencient les cultivars de chanvre et de drogue, notamment le schéma de ramification et la biosynthèse de la cellulose et de la lignine. Ils ont également trouvé des preuves de la perte de fonction des gènes impliqués dans la synthèse des deux principaux cannabinoïdes bio chimiquement concurrents, le THC et le CBD, lors de la sélection pour une production accrue de fibres ou de propriétés psychoactives. 

Ren G, Zhang X, Li Y, Ridout K, Serrano-Serrano ML, Yang Y, Liu A, Ravikanth G, Nawaz MA, Mumtaz AS, Salamin N, Fumagalli L. Large-scale whole-genome resequencing unravels the domestication history of Cannabis sativa. Sci Adv. 2021;7(29):eabg2286.

Science/Homme: Le cannabis améliore le bégaiement selon un rapport de cas.

Selon un rapport de cas présenté par des chercheurs de l’université de médecine de Varsovie, en Pologne, et de l’école de médecine de Hanovre, en Allemagne, l’utilisation du cannabis peut être utile dans le traitement du bégaiement. Ils ont présenté le cas d’un homme de 20 ans souffrant de bégaiement résistant au traitement, qui s’est nettement amélioré après un traitement au cannabis médicinal. 

Outre l’amélioration de la fluidité de la parole évaluée par plusieurs tests phoniatriques, les chercheurs ont observé une rémission de l’anxiété (sociale), une amélioration de l’humeur et une réduction du stress, ce qui a entraîné une amélioration globale de la qualité de vie après le traitement au cannabis. De plus le patient a signalé une amélioration de son attention, de sa concentration et de son sommeil, une plus grande confiance en soi et une meilleure vie sociale. Sur une période de plus d’un an, le traitement a été tout aussi efficace.

Szejko N, Fremer C, Baacke F, Ptok M, Müller-Vahl KR. Cannabis Improves Stuttering: Case Report and Interview with the Patient. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Jul 26. [sous presse]

Science/Homme: Le CBD est efficace dans l’épilepsie due au syndrome de Lennox-Gastaut pendant au moins 3 ans.

Dans un essai ouvert d’extension à long terme du CBD chez des patients atteints du syndrome de Lennox-Gastaut (LGS ), le cannabinoïde végétal a permis de réduire la fréquence des crises jusqu’à 156 semaines. Les patients ont reçu du CBD hautement purifié dérivé de la plante (Epidiolex aux États-Unis ; Epidyolex dans l’Union EURopéenne ; solution orale de 100 mg/ml), titré à une dose d’entretien cible de 20 mg/kg/jour sur 2 semaines. En fonction de la réponse et de la tolérance, le CBD pourrait ensuite être réduite ou augmentée jusqu’à 30 mg/kg/jour. 

Sur 368 patients atteints de LGS ayant participé à plusieurs essais contrôlés randomisés dans plusieurs hôpitaux et universités en Pologne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, 366 (99,5 %) ont participé à cette étude d’observation à long terme. La durée moyenne du traitement était de 826 jours avec une dose quotidienne moyenne de 24 mg/kg/jour. Les effets indésirables les plus fréquents étaient les convulsions (39 %), la diarrhée (38 %), la fièvre (34 %) et la somnolence (29 %). Cinquante-cinq (15 %) patients ont présenté une élévation des transaminases hépatiques supérieure à trois fois la limite supérieure de la normale. Les pourcentages médians de réduction par rapport à la ligne de base étaient de 48 % à 71 % pour les crises d’épilepsie et de 48 % à 68 % pour les crises totales après 156 semaines. Les auteurs ont conclu que leur étude « démontre les avantages à long terme du traitement au CBD pour les patients atteints de LGS ».

Patel AD, Mazurkiewicz-Bełdzińska M, Chin RF, Gil-Nagel A, Gunning B, Halford JJ, Mitchell W, Scott Perry M, Thiele EA, Weinstock A, Dunayevich E, Checketts D, Devinsky O. Long-term safety and efficacy of add-on cannabidiol in patients with Lennox-Gastaut syndrome: Results of a long-term open-label extension trial. Epilepsia. 2021 Jul 20. [sous presse]

Science/Homme: L’exercice peut améliorer le trouble de stress post-traumatique en augmentant les niveaux d’endocannabinoïdes.

Dans une étude portant sur 35 femmes qui faisaient des exercices de l’aérobie d’intensité modérée, les niveaux sanguins de l’endocannabinoïde anandamide ont augmenté et la peur a diminué. L’étude a été menée par des chercheurs de plusieurs établissements aux États-Unis. Les participants ont suivi un protocole de trois jours d’acquisition de la peur (jour 1), d’extinction (jour 2) et de rappel de l’extinction (jour 3), dans lequel ils ont été répartis au hasard entre un exercice aérobie d’intensité modérée et une condition de contrôle d’intensité légère après l’entraînement d’extinction (jour 2). 

Les concentrations circulantes d’anandamide et de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) se sont révélées être les médiateurs de la relation entre l’exercice aérobie d’intensité modérée et la réduction de l’évaluation de l’attente de la menace après la réintégration. Les auteurs ont conclu que les augmentations de ces deux substances induites par l’exercice « semblent jouer un rôle dans l’amélioration de la consolidation de l’apprentissage de l’extinction de la peur, conduisant ainsi à une réduction des attentes de menace après réintégration chez les femmes souffrant de SSPT » (syndrome de stress post-traumatique).

Crombie KM, Sartin-Tarm A, Sellnow K, Ahrenholtz R, Lee S, Matalamaki M, Almassi NE, Hillard CJ, Koltyn KF, Adams TG, Cisler JM. Exercise-induced increases in Anandamide and BDNF during extinction consolidation contribute to reduced threat following reinstatement: Preliminary evidence from a randomized controlled trial. Psychoneuroendocrinology. 2021;132:105355.

Science/Homme: Un nombre croissant d’adultes atteints de maladies rhumatismales ont consommé du cannabis.

Selon une vaste enquête menée aux États-Unis, le nombre de patients souffrant de maladies rhumatismales a triplé entre 2014 et 2019. L’étude a porté sur les participants à FORWARD, la banque de données nationale sur les maladies rhumatismales, à Wichita, aux États-Unis. Les participants ont été interrogés en 2014 et 2019 sur leur consommation passée et actuelle de cannabis. 

Parmi les 11 006 répondants, la consommation de cannabis est passée de 6 % en 2014 à 18 % en 2019, avec la plus grande prévalence de consommation dans les États où la consommation de cannabis est légale. La plupart des utilisateurs (74 % en 2014 ; 62 % en 2019) ont déclaré que le cannabis était efficace pour soulager les symptômes de l’arthrite.

Wipfler K, Simon TA, Katz P, Wolfe F, Michaud K. Increase in Cannabis Use Among Adults with Rheumatic Diseases: Results from a 2014-2019 US Observational Study. Arthritis Care Res (Hoboken). 2021 Jul 15. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis n’est pas associée à une baisse de motivation.

La réduction de la motivation est souvent considérée comme une conséquence de la consommation de cannabis. Une étude de la Florida International University à Miami démontre que ce n’est pas le cas. Les participants à leur étude étaient 401 adolescents âgés de 14 à 17 ans au départ qui ont répondu à cinq évaluations semestrielles. Les chercheurs ont évalué la motivation à trois moments donnés à l’aide de deux questionnaires d’auto-évaluation.

En moyenne, la fréquence de consommation de cannabis des adolescents a augmenté de manière significative au fil du temps. Les facettes de la motivation liées au désengagement et à la planification ont également augmenté de manière significative au fil du temps, tandis que d’autres aspects de la motivation sont restés stables. Après avoir contrôlé l’effet du sexe, de l’âge, de la dépression et de la consommation d’alcool et de nicotine, seule une association de base entre la consommation de cannabis et la valorisation de l’école est restée significative. Les auteurs ont conclu que « les résultats ne soutiennent pas un lien prospectif entre la consommation de cannabis et la réduction de la motivation chez les adolescents. »

Pacheco-Colón I, Hawes SW, Duperrouzel JC, Gonzalez R. Evidence Lacking for Cannabis Users Slacking: A Longitudinal Analysis of Escalating Cannabis Use and Motivation among Adolescents. J Int Neuropsychol Soc. 2021;27(6):637-647.

Science/Homme: Le CBD réduit la douleur chez les patients atteints de neuropathie diabétique périphérique.

Dans une étude contrôlée par placebo menée auprès de 51 patients souffrant de neuropathie diabétique périphérique douloureuse des pieds, le CBD a montré un effet analgésique plus fort que le placebo. L’étude a été menée par Pure Green Pharmaceuticals à Bloomfield, aux États-Unis. Les participants ont reçu soit une préparation de CBD soluble dans l’eau, 3 fois par jour à 20 mg, soit un placebo correspondant pendant 28 jours.

Les patients prenant les comprimés de CBD ont signalé une réduction cliniquement significative de la douleur par rapport au placebo. La douleur moyenne sur une échelle d’évaluation numérique comprise entre 0 et 10 a diminué de 3,4 points dans le groupe CBD, contre 1,7 points dans le groupe placebo. Les sujets du groupe CBD ont également présenté une amélioration du sommeil et une réduction de l’anxiété.

Kimless D, Caloura MK, Goldner S. Cannabidiol (CBD) For the Treatment of Painful Diabetic Peripheral Neuropathy of the Feet: A Placebo-Controlled, Double-Blind, Randomized Trial. J Diabetes Metab. 2021;12(5):1-9. 

En bref

Colombie : Les entreprises peuvent exporter du cannabis à usage médical.
Le 23 juillet, la Colombie a donné le feu vert aux exportations de cannabis séché à des fins médicales et autres, le pays andin franchissant une nouvelle étape dans le développement de son industrie du cannabis, où les progrès sont lents malgré un fort potentiel.
Reuters du 23 juillet 2021

Argentine: Un laboratoire de production de l’huile de cannabis sera mis en place dans une université argentine.
L’Université nationale de Lanús prévoit de développer une infrastructure pour travailler à la production d’essais cliniques, ethnographiques et épidémiologiques afin d’accroître les connaissances scientifiques et de valider les connaissances populaires. Il y a plusieurs campus universitaires en Argentine qui se sont intéressés à la recherche sur le cannabis dans le domaine médical, et maintenant une de ces institutions est prête à mettre en place un laboratoire expérimental.
Nouvelles de Ciudad Cannabis du 13 juillet 2021

Pérou: Le gouvernement adopte une loi sur le cannabis médical qui réglemente la culture.
Au Pérou, le Congrès a adopté un projet de loi qui permettra la culture du cannabis médical et une culture réglementée par l’État. Ainsi, avec 100 voix pour, zéro contre et quatre abstentions, les législateurs ont étendu le champ d’application de la loi 30681, qui réglemente le cannabis médical depuis 2017.
El Planteo du 16 juillet 2021

Sports: Le président du Comité mondial d’athlétisme remet en question la consommation du cannabis comme moyen de dopage. 
Les règles relatives à la consommation du cannabis par les athlètes devraient être revues, a déclaré le président de l’athlétisme mondial Sebastian Coe le 27 juillet, après que la vedette montante de l’athlétisme Sha’Carri Richardson aura manqué les Jeux de Tokyo à la suite d’un contrôle positif à cette substance.
Reuters du 27 juillet 2021

Science/Cellules: Les extraits de chanvre exercent des effets anticancéreux sur les cellules cancéreuses de l’ovaire.
Dans une étude avec des cellules cancéreuses ovariennes humaines, des extraits de chanvre et le CBD pur ont induit une mort cellulaire programmée (apoptose).
Sciences pharmaceutiques, Collège de pharmacie de l’Université Sullivan, Louisville, États-Unis. 
Wasana K, et al. The FASEB Journ. 2021 April 1. [sous presse]

Science/Animal: Le CBD réduit les symptômes de sevrage après l’arrêt de la nicotine.
Dans une étude sur des rats, des injections de CBD ont réduit les symptômes de sevrage après l’arrêt de la nicotine.
Département des neurosciences, The Scripps Research Institute, La Jolla, États-Unis.
Smith, et al. Psychopharmacology 238, 2201-2211 (2021).

Science/Cellules: Le CBD peut augmenter les effets anticancéreux de la doxorubicine dans le cancer du sein.
Le traitement des cellules d’un cancer du sein triple négatif a augmenté la sensibilité à l’agent anticancéreux doxorubicine. Les auteurs ont noté que le CBD peut augmenter l’efficacité thérapeutique de la doxorubicine dans le cancer du sein triple négatif.
Collège de pharmacie et de sciences pharmaceutiques, Université A&M de Floride, Tallahassee, États-Unis.
Patel N, et al. Int J Pharm. 2021:120943.

Science/Animal: La micro-injection de CBD dans une certaine région du cerveau réduit la douleur.
Dans une étude sur des rats, l’injection de très faibles doses de CBD dans le noyau accumbens, une certaine région du cerveau, a réduit la douleur.
Comité de recherche des étudiants, Université des sciences médicales d’Iran, Téhéran, Iran.
Razavi Y, et al. Neurosci Lett. 2021:136141.

Science/Homme: La douleur liée au syndrome d’Ehlers-Danlos a été réduite par le cannabis.
Les scientifiques ont présenté le cas d’une femme de 18 ans, qui souffrait de douleurs dues au syndrome d’Ehlers-Danlos, qui ne répondaient pas aux médicaments standards. Ils ont écrit qu’en commençant un traitement à base de cannabinoïdes, sa douleur a été considérablement réduite, améliorant immédiatement la qualité de vie de la patiente. »
University College London Medical School, Londres, Royaume-Uni.
Dar S, et al. BMJ Case Rep. 2021;14(7):e242568.

Science/Animal: L’exposition au THC en tant que fœtus était associée à des perturbations du métabolisme des graisses dans le foie.
Dans une étude menée sur des rats, dont les mères ont reçu du THC pendant la grossesse, ce traitement a eu des effets négatifs sur le métabolisme du foie à l’âge adulte. Les chercheurs ont noté que ces résultats indiquent que l’exposition au THC avant la naissance peut entraîner « une dyslipidémie à long terme associée à une lipogenèse hépatique accrue. Ce phénomène est attribué à un dysfonctionnement mitochondrial et à des mécanismes épigénétiques. »
Département de physiologie et de pharmacologie, École de médecine et de dentisterie Schulich, London, Canada.
Oke SL, et al. Int J Mol Sci. 2021;22(14):7502.

Science/Animal: Le système endocannabinoïde protège les cellules nerveuses contre les dommages causés par l’acide kaïnique.
« L’activation du système endocannabinoïde induite par l’injection intra cérébrale d’URB597, un inhibiteur de la dégradation de l’endocannabinoïde anandamide a protégé la structure normale de l’hippocampe et a empêché les dommages et la mort neuronaux induits par le KA » (acide kaïnique).
Institut de biophysique cellulaire, Académie russe des sciences, Pouchtchino, Russie.
Gordon RY, et al. Bull Exp Biol Med. 2021 Jul 23. [sous presse]

Science/Animal: L’augmentation du 2-AG réduit la consommation d’alcool.
Dans différents modèles de troubles liés à la consommation d’alcool chez la souris, l’augmentation de l’endocannabinoïde 2-AG par l’inhibition de sa dégradation a entraîné une réduction de la consommation d’alcool.
Département de pharmacologie, École de médecine de l’Université Vanderbilt, Nashville, États-Unis.
Winters ND, et al. J Clin Invest. 2021:146861.

Science/Animal: Le CBD stabilise la barrière hémato-encéphalique après un traumatisme cérébrale.
Dans un modèle de rat de lésion cérébrale traumatique, le CBD a stabilisé la barrière hémato-encéphalique. Les auteurs ont écrit que « l’administration de cannabidiol améliore l’intégrité et la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et réduit l’œdème dans le cerveau après un TBI » (traumatisme crânien).
Département d’anatomie et d’histologie/embryologie, Faculté des sciences médicales de base, Université médicale de Kunming, Chine.
Jiang H, et al. Brain Res. 2021:147586.

Science/Homme: L’anxiété et la dépression n’ont pas augmenté de façon significative après l’arrêt de la consommation de cannabis.
Dans une étude menée auprès de 179 adolescents désireux d’arrêter de consommer du cannabis, les chercheurs n’ont pas constaté d’effets pertinents sur l’anxiété et la dépression. Ils ont conclu que ”chez les adolescents qui consomment du cannabis au moins une fois par semaine, 4 semaines d’abstinence de cannabis n’étaient pas associées à un changement significatif des symptômes anxieux ou dépressifs par rapport à la poursuite de la consommation. »
Centre de médecine des addictions, département de psychiatrie, hôpital général du Massachusetts, Boston, États-Unis.
Cooke ME, et al. Front Psychiatry. 2021;12:689957.

Science/Animal: Les effets anxiolytiques du métamizole sont médiés par le récepteur CB 1.
Une étude sur des souris a montré que les effets antidépresseurs et anxiolytiques du métamizole (dipyrone) sont médiés par le récepteur cannabinoïde de type 1.
Département de pharmacologie médicale, Faculté de médecine, Université Trakya, 22030, Edirne, Turquie.
Topuz RD, et al. EUR J Pharmacol. 2021;908:174315.

Science/Animal: Le CBD favorise la guérison des ulcères buccaux.
L’ulcère buccal est une lésion inflammatoire fréquente dans la bouche accompagnée de douleurs importantes mais avec peu de traitements efficaces. Une nouvelle recherche montre que le CBD favorise la guérison des ulcères buccaux chez la souris.
Hôpital de stomatologie de Chine occidentale, Université du Sichuan, Chengdu, Chine.
Qi X, et al. J Dent Res. 2021:220345211024528.

Science/Homme: La probabilité de commencer à consommer des opiacés est trois fois plus élevée chez les consommateurs de cannabis que chez les non-consommateurs.
Les données provenant de grandes bases de données des États-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande dans les années 1977 à 2017 avec 102 461 participants montrent que le risque de consommation d’opiacés est 2,8 fois plus élevé chez les consommateurs de cannabis que chez les non-consommateurs.
Le Centre Matilda de recherche sur la santé mentale et la toxicomanie, l’Université de Sydney, Australie.
Wilson J, et al. Addiction. 2021 Jul 15. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis est fréquente chez les patients atteints de cancer colorectal.
Selon une enquête menée auprès de 1433 patients diagnostiqués d’un cancer colorectal, 24 % étaient des consommateurs de cannabis. Les patients ayant une qualité de vie inférieure et un cancer à un stade avancé étaient plus susceptibles de consommer du cannabis.
Division des sciences de la santé publique, Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson, Seattle, États-Unis. 
Newcomb PA, et al. Cancer Causes Control. 2021 Jul 14. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis peut être associée à une plus grande allocation des efforts lors d’une prise de décision basée sur l’effort.
Dans une étude où l’on a demandé aux participants de se soumettre à des tâches de gravité différente,
les consommateurs de cannabis (Age moyen : 24,6 ans) ont sélectionné des essais difficiles de manière significativement plus importante que les 45 non-consommateurs (Age moyen : 23,9 ans), indépendamment de la probabilité de gain ou du niveau de récompense. Les consommateurs de cannabis étaient abstinents depuis au moins 24 heures.
Centre pour la santé du cerveau, École des sciences du comportement et du cerveau, Université du Texas à Dallas, États-Unis.
Taylor MB, et al. J Int Neuropsychol Soc. 2021;27(6):559-569.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • IACM: Possibilités sophistiquées de présenter des posters lors de la conférence virtuelle
  • Science/Homme: Au Canada, environ 20% des patients souffrant d’arthrite et de douleurs musculaires consomment du cannabis et davantage aimeraient l’essayer
  • Science: Le CBD et le CBG dans les bains de bouche sont aussi efficaces que la chlorhexidine
  • Science/Homme: Le cannabis n’a aucun impact négatif sur la condition physique des personnes âgées

Il y a deux ans

  • Luxembourg: Le Luxembourg deviendra le premier pays d’Europe à légaliser le cannabis pour adultes
  • Mexique: La Cour Suprême demande une réglementation sur le cannabis médical
  • Science/Homme: Selon une étude clinique, le CBD pourrait être utile dans le syndrome de l’X fragile
  • Science/Homme: Une préparation à base de CBD s’est avérée efficace pour réduire les crises chez les enfants atteints d’épilepsie

IACM-Bulletin du 27 Juillet 2021

Allemagne: Le cannabis médical cultivé par des entreprises allemandes est maintenant disponible pour les patients pour la première fois.

Aphria, filiale à 100 % de la société pharmaceutique et cannabique canadienne Tilray, est devenue le premier des trois producteurs allemands autorisés à franchir cette étape importante. La récolte de cannabis médical est la première à être cultivée selon les normes des bonnes pratiques de fabrication EURopéennes (BPF) dans les installations de culture en intérieur de 6 000 m² de Tilray à Neumünster, à environ 40 miles de Hambourg.

Aphria a été l’une des trois entreprises, avec Aurora et Demecan, à obtenir un permis de l’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux (BfArM), au printemps 2019, pour cultiver du cannabis médicinal. La distribution de la récolte d’Aphria aux pharmacies allemandes sera effectuée par la société Cansativa, basée à Francfort. Elle a remporté l’année le contrat de quatre ans pour devenir le distributeur exclusif de tout le cannabis cultivé en Allemagne. Jusqu’à présent, l’Allemagne devait compter sur des importations provenant principalement des Pays-Bas et du Canada depuis que la loi sur les stupéfiants a été modifiée en mars 2017 pour permettre aux médecins de prescrire des médicaments à base de cannabis.

Business Cann du 8 juillet 2021

Etats-Unis: Les démocrates du sénat des Etats-Unis présentent un projet de loi visant à légaliser le cannabis.

Le 14 juillet, trois sénateurs démocrates américains de premier plan ont dévoilé un avant-projet de loi visant à légaliser le cannabis, ce qui permettrait aux adultes américains d’acheter et de posséder jusqu’à 10 onces (environ 280 g) de cannabis sans encourir de sanctions pénales. La loi sur l’administration et les possibilités du cannabis (Cannabis Administration and Opportunity Act), proposée par le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, le président du comité des finances, Ron Wyden, et le sénateur du New Jersey, Cory Booker, supprimerait les infractions fédérales non-violentes liées au cannabis, favoriserait la recherche médicale et permettrait aux entreprises du secteur du cannabis d’accéder aux services financiers essentiels.

Bien que la consommation de cannabis par les adultes soit légale dans 18 États et autorisée à des fins médicales dans 37 États, elle reste illégale au regard de la loi fédérale américaine, ce qui dissuade les banques et d’autres de traiter avec des entreprises qui vendent du cannabis ou des produits connexes. Un projet législatif final sera présenté plus tard et les commentaires sur le projet de discussion peuvent être fournis jusqu’au 1er septembre. Pour devenir une loi, la mesure devra être adoptée par le Sénat et la Chambre des représentants, contrôlés par les démocrates, et être signée par le président Joe Biden.

Reuters du 14 juillet 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a aucun effet sur le fonctionnement cognitif des adolescents selon une vaste étude.

Chez 804 adolescents (441 filles et 363 garçons), les chercheurs du Département de psychiatrie et de psychothérapie de l’hôpital de la Charité à Berlin, en Allemagne, n’ont trouvé aucun effet négatif de la consommation de cannabis sur les capacités cognitives. Les participants ont été examinés à l’âge de 14 ans et 5 ans plus tard à l’âge de 19 ans.

Ils ont conclu, à partir de leurs données, que « la prise de décision n’est pas compromise lorsque le cannabis est consommé avec modération et que le début de la consommation a lieu après l’âge de 15 ans ». Ils ont également écrit que « sur le plan transversal, nous n’avons détecté aucune différence neurocognitive significative avant le début de la consommation de drogue. Cependant, après avoir pris en compte les facteurs de confusion, la consommation légère de cannabis ainsi que son apparition tardive ont été associées à une augmentation des capacités de prise de décision, à la fois en coupe transversale lors du suivi et longitudinalement, par rapport aux témoins non-consommateurs. (…) Nous ne trouvons aucune preuve pour soutenir la présomption que la consommation de cannabis entraîne un déclin des capacités neurocognitives. »

Wendel LK, Daedelow L, Kaminski J, Banaschewski T, Millenet S, Bokde ALW, Burke Quinlan E, Desrivières S, Flore H, Grigis A, Garavan H, Gowland P, Heinz A, Brühl R, Martinotk JL, Artigeskl E, Neesbe F, Papadopoulos Orfanos D, Walter H. Residual effects of cannabis-use on neuropsychological functioning.2021;59.

Science/Homme: Le cannabis est utile dans le traitement des nausées et des vomissements dus à la chimiothérapie anticancéreuse.

Dans une étude menée auprès de 81 patients, qui ont souffert de nausées et de vomissements lors d’une chimiothérapie anticancéreuse malgré les médicaments standards, un extrait de cannabis a amélioré les symptômes. L’étude a été menée à plusieurs sites en Australie. Le traitement de l’étude consistait en un cycle de 1 à 4 gélules auto-titrées de THC 2,5 mg/CBD 2,5 mg par voie orale, trois fois par jour, du 1er au 5ème jour, et un cycle de placebo correspondant, selon un schéma croisé.

Au total, 81 participants ont été randomisés et 72 ayant terminé deux cycles ont été inclus dans les analyses d’efficacité. La réponse complète a été améliorée avec le cannabis de 14% à 25% avec des effets similaires sur l’absence de vomissements, l’utilisation de médicaments de secours, l’absence de nausées significatives et les scores sommaires pour l’indice de vie fonctionnelle-Emesis (FLIE). 31% des participants ont connu des effets indésirables modérés ou graves liés aux cannabinoïdes, tels que la sédation, les étourdissements ou la désorientation, mais 83 % des participants ont préféré le cannabis au placebo. Les auteurs ont conclu que « l’ajout de THC:CBD par voie orale aux antiémétiques standard était associé à moins de nausées et de vomissements mais à des effets secondaires supplémentaires. »

Grimison P, Mersiades A, Kirby A, Lintzeris N, Morton R, Haber P, Olver I, Walsh A, McGregor I, Cheung Y, Tognela A, Hahn C, Briscoe K, Aghmesheh M, Fox P), Abdi E, Clarke S, Della-Fiorentina S, Shannon J, Gedye C, Begbie S, Simes J, Stockler M. Oral THC:CBD cannabis extract for refractory chemotherapy-induced nausea and vomiting: a randomised, placebo-controlled, phase II crossover trial. Ann Oncol. 2020;31(11):1553-1560.

Science/Homme: L’utilisation du cannabis à des fins médicinales peut améliorer les capacités cognitives complexes sur une période de 12 mois.

Selon une étude menée par des chercheurs du Département de Psychiatrie de la Harvard Medical School, à Boston, et du centre d’imagerie de l’hôpital McLean à Belmont, aux États-Unis, l’utilisation du cannabis à des fins médicales peut améliorer le fonctionnement cognitif. Dans le cadre d’une étude en cours, des patients sous cannabis médical (CM) ont effectué une visite de référence avant de commencer à consommer du cannabis et des évaluations après 3, 6 et 12 mois de traitement. 

Les auteurs ont écrit que « par rapport au niveau de référence, les patients sous cannabis médical ont montré des améliorations significatives des mesures de la fonction exécutive et de l’état clinique au cours des 12 mois ; les performances d’apprentissage et de mémoire verbale sont généralement restées stables. L’amélioration des performances cognitives n’était pas corrélée à l’utilisation de CM ». Les auteurs ont conclu que « les résultats de l’étude prolongent les résultats pilotes précédents, indiquant que les patients CM peuvent présenter une amélioration plutôt qu’une altération de la fonction exécutive au fil du temps. »

Sagar KA, Dahlgren MK, Lambros AM, Smith RT, El-Abboud C, Gruber SA. An Observational, Longitudinal Study of Cognition in Medical Cannabis Patients over the Course of 12 Months of Treatment: Preliminary Results. J Int Neuropsychol Soc. 2021 Jul;27(6):648-660. doi: 10.1017/S1355617721000114.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une inflammation du cerveau réduite chez les personnes atteintes du VIH.

Selon une étude menée à l’Université de Californie à San Diego, aux États-Unis, auprès de 263 participants, la consommation quotidienne de cannabis était associée à une inflammation réduite du cerveau. Les chercheurs ont analysé les données de 4 groupes : non-consommateurs de cannabis séronégatifs (n = 65), non-consommateurs de cannabis séropositifs (n = 105), consommateurs modérés de cannabis séropositifs (n = 62) et consommateurs quotidiens de cannabis séropositifs (n = 31). 

Les consommateurs quotidiens de cannabis séropositifs ont montré des quantités significativement plus faibles de marqueurs d’inflammation dans le liquide céphalo-rachidien par rapport aux non-consommateurs de cannabis séropositifs. Les biomarqueurs sanguins ne présentaient aucune différence en fonction de la consommation de cannabis. Les auteurs ont conclu que « la consommation quotidienne actuelle de cannabis était associée à des niveaux plus faibles de chimiokines pro-inflammatoires impliquées dans la pathogenèse du VIH et que ces chimiokines étaient liées au domaine cognitif de l’apprentissage. »

Watson CW, Campbell LM, Sun-Suslow N, Hong S, Umlauf A, Ellis RJ, Iudicello JE, Letendre S, Marcotte TD, Heaton RK, Morgan EE, Grant I. Daily Cannabis Use is Associated With Lower CNS Inflammation in People With HIV. J Int Neuropsychol Soc. 2021;27(6):661-672.

Science/Homme: Le syndrome d’hyperémèse cannabique est associé à certaines mutations génétiques.

Selon une recherche américaine publiée dans Cannabis and Cannabinoid Research avec 205 participants, qui ont souffert du syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC), et 54 témoins sains des changements dans certains gènes peuvent être responsables de ce syndrome rare. Un groupe réduit de 28 patients et de 12 témoins a finalement terminé les tests génomiques.

L’état de 88 % des patients s’est amélioré après l’arrêt du cannabis, la plupart souffrant d’une récidive rapide après la reprise. Les résultats obtenus chez les patients comprenaient des mutations dans les gènes COMT, le récepteur 1 du potentiel vanilloïde transitoire, CYP2C9, le gène codant le récepteur de la dopamine 2 et le gène du transporteur à cassette de liaison ATP. Les auteurs ont écrit que « c’est la plus grande cohorte de patients du SHC examinée à ce jour, et la première à noter des mutations associées dans les gènes affectant les neurotransmetteurs, le système endocannabinoïde, et le complexe du cytochrome P450 associé au métabolisme des cannabinoïdes. » Le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde (SHC) est un diagnostic d’exclusion avec des nausées intraitables, des vomissements cycliques, des douleurs abdominales et un comportement de bain chaud associés à une exposition continue au THC.

Russo EB, Spooner C, May L, Leslie R, Whiteley VL. Cannabinoid Hyperemesis Syndrome Survey and Genomic Investigation. Cannabis Cannabinoid Res, 2021 Jul 5. [sous presse].

Science/Homme: Les gens peuvent tirer un bénéfice spirituel de la consommation de cannabis.

Les résultats d’une enquête menée auprès de 1087 participants montrent que la consommation de cannabis peut être associée à des bénéfices spirituels. L’étude a été menée par des chercheurs de la California School of Professional Psychology de l’Alliant International University à Emeryville, aux États-Unis.

66,1 % des personnes interrogées ont déclaré que le cannabis leur apportait des bienfaits spirituels, tandis que 5,5 % d’entre elles ont déclaré qu’il constituait parfois une entrave spirituelle. Les auteurs ont écrit que « la majorité de l’échantillon (63%) ne présentait pas de troubles liés de la consommation de cannabis. Comparé aux groupes souffrant de troubles, le groupe sans troubles était significativement plus âgé et obtenait des scores plus faibles en matière d’évitement expérimental, de détresse psychologique et de plusieurs motifs de consommation. Les résultats suggèrent que les motifs spirituels de la consommation de cannabis peuvent être répandus. »

Heide FJ, Chang T, Porter N, Edelson E, Walloch JC. Spiritual Benefit from Cannabis. J Psychoactive Drugs. 2021 Jul 5:1-9.

Science/Homme: Le cannabis est souvent utilisé pour remplacer d’autres médicaments.

Une enquête anonyme menée auprès de 2841 participants par des chercheurs de l’université d’Aarhus, au Danemark, confirme des recherches antérieures selon lesquelles le cannabis est souvent utilisé comme substitut à d’autres médicaments. L’échantillon a été recruté par le biais des médias sociaux, des médias publics et des associations de patients. Le cannabis était prescrit ou non prescrit et utilisé à des fins médicinales. Plus de la moitié (55%) avaient consommé du cannabis dans le but de remplacer un médicament prescrit.

Par rapport aux non-consommateurs, les consommateurs de substitution étaient plus susceptibles d’être des femmes et de consommer du cannabis pour traiter des douleurs chroniques et d’autres troubles somatiques. Les médicaments contre la douleur (67%), les antidépresseurs (25%) et les médicaments contre l’arthrite (21%) étaient les types de médicaments les plus fréquemment remplacés par le cannabis. Les auteurs ont écrit que « plus de la moitié (65,8%) ont trouvé le CaM beaucoup plus efficace par rapport aux médicaments sur ordonnance, et 85,5% que les effets secondaires associés à la consommation de médicaments sur ordonnance étaient beaucoup plus mauvais par rapport à l’utilisation du CaM. »

Kvamme Sl, Pedersen MM, Rømer Thomsen K, Thylstrup B. Exploring the use of cannabis as a substitute for prescription drugs in a convenience sample. Harm Red J 2021;18(72).

En bref

Etats-Unis: La Maison Blanche recommande une révision des règles antidopage après l’interdiction de Richardson.
La Maison Blanche a déclaré le 7 juillet qu’il pourrait être utile de revoir les règles antidopage dans le sport après que le sprinter américain Sha’Carri Richardson a été testé positif à la consommation de cannabis. USA Track & Field a refusé de sélectionner Richardson dans l’équipe de relais pour les Jeux olympiques de 2021 à Tokyo après qu’elle a accepté une interdiction d’un mois pour la substance interdite. Elle a déclaré avoir consommé du cannabis pour faire face au décès de sa mère.
Reuters du 7 juillet 2021

Suisse: La majorité des Suisses sont favorables à la légalisation du cannabis.
La plupart des Suisses acceptent l’idée de légaliser le cannabis à des fins récréatives à condition de prévoir des règles pour protéger les mineurs, selon un sondage. Près de deux tiers des personnes interrogées souhaitent que l’âge minimum de consommation soit fixé à 18 ans, indique l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Deux tiers sont favorables à la réalisation d’essais pilotes sur la distribution contrôlée de cannabis à des fins récréatives.
Swiss Info du 1er juillet 2021

Science/Homme: La dépression à l’adolescence est un facteur de risque pour la consommation de cannabis.
Dans une étude menée auprès de 1606 adolescents du Canada, les symptômes dépressifs étaient un facteur de risque de consommation de cannabis.
Institut universitaire en santé mentale Douglas, département de psychiatrie, Montréal, Canada. 
Bolanis D, et al. J Affect Disord. 2020;274:1076-1083.

Science/Animal: L’activation du récepteur CB2 peut améliorer la micro-circulation dans la cochlée.
L’activation du récepteur CB2 par un cannabinoïde synthétique (JWH-133) a amélioré la micro-circulation dans la cochlée, une partie de l’oreille interne.
Département d’oto-rhino-laryngologie, chirurgie de la tête et du cou, Université Ludwig-Maximilians de Munich, Allemagne.
Weiss BG, et al. Otol Neurotol. 2021 Jul 9. [sous presse]

Science/Homme: Les effets thérapeutiques du CBD dans le syndrome de Dravet peuvent commencer dans les 2 semaines qui suivent.
Dans une étude contrôlée par placebo avec 124 patients souffrant du syndrome de Dravet, les différences entre le placebo et le CBD sont devenues apparentes au 12e et au 13e jour.
Département de pédiatrie, division de neurologie du Connecticut Children’s, université du Connecticut, Hartford, États-Unis. 
Madan Cohen J, Epilepsia. 2021 Jul 15. [Sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis n’est pas associée à la durée du séjour à l’hôpital de patients atteints de schizophrénie.
Dans une comparaison entre 55 consommateurs de cannabis uniquement et 462 non-consommateurs, il n’y avait pas de différence entre la durée du séjour à l’hôpital des 2 groupes de patients schizophrènes.
Département de psychiatrie, Université d’Hawai’i à Mānoa, Honolulu, Hawai’i, États-Unis.
Williams SR et al. Subst Use Misuse. 2021 Jul 15:1-4.

Science/Homme: La consommation régulière de cannabis peut avoir des conséquences différentes sur les performances cognitives des hommes et des femmes.
Dans une étude menée auprès de 110 consommateurs réguliers de cannabis, dont 72% d’hommes, les femmes ont montré un meilleur apprentissage verbal et une meilleure mémoire, et les hommes une meilleure attention et une meilleure flexibilité cognitive.
Département de psychologie, Université de Palo Alto, États-Unis.
Hirst R, et al. J Int Neuropsychol Soc. 2021;27(6):581-591.

Science/Animal: Le récepteur cannabinoïde GPR55 pourrait influencer la cicatrisation après une crise cardiaque.
Une étude menée sur des souris montre que le récepteur sensible aux cannabinoïdes GPR55 « régule l’homéostasie cardiaque et les réponses à l’ischémie » après un infarctus du myocarde. Les souris dépourvues du GPR55 présentaient une expansion de l’infarctus.
Institut de prévention cardiovasculaire (IPEK), Ludwig-Maximilians-Universität (LMU) Munich, Allemagne.
Puhl SL, et al. Sci Rep. 2021;13;11(1):14385.

Science/Animal: Le système endocannabinoïde joue un rôle essentiel dans la dépression après une douleur chronique.
De nouvelles recherches sur des rats démontrent, que le système endocannabinoïde joue un rôle crucial dans le développement de la dépression à la suite de douleurs chroniques.
Département d’anesthésiologie, Medical College of Wisconsin, Milwaukee, États-Unis.
Mecca CM, et al. J Neurosci. 2021 Jul 9 [Sous presse]

Science/Homme: Un traitement à base de capsaïcine pourrait être utile dans le syndrome d’hyperémèse cannabique
Dans une étude portant sur 201 patients souffrant du syndrome d’hyperémèse due au cannabis, certains ont été traités avec de la capsaïcine topique sur l’abdomen. Les auteurs ont écrit que « le délai de sortie après l’administration de l’agent de référence était plus court pour ceux qui avaient reçu de la capsaïcine par rapport aux patients qui n’en avaient pas reçu. »
Système de santé de l’Université du Michigan, Ann Arbor, États-Unis.
Kum V, et al. Am J Emerg Med. 2021;49:343-351. [Sous presse]

Science/Animal: Le CBD réduit le comportement de maladie, une mesure de la réaction de type dépressif.
Dans une étude sur des souris souffrant d’inflammation, le CBD a réduit le comportement de maladie, ce qui, selon les auteurs, « renforce son utilisation potentielle comme antidépresseur qui module la neuro-inflammation. »
Programme de neurosciences, Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte, Brésil.
Tito PAL, et al. Pharmacol Rep. 2021 Jul 3:1-14.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Suisse: Le gouvernement veut mettre à disposition du cannabis à des fins médicales
  • Science/Homme: L’inhalation de cannabis avec un nouvel inhalateur à dose mesurée a immédiatement soulagé la douleur
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à des niveaux inférieurs de biomarqueurs de l’inflammation chez les patients atteints du VIH
  • Science/Homme: Selon une petite étude, le cannabis peut être utile contre la migraine 
  • Science/Homme: Le cannabis peut provoquer un soulagement immédiat de la dépression et cet effet est principalement dû au THC
  • Science/Homme: Selon une grande étude observationnelle, le cannabis améliore la douleur et la qualité de vie des patients souffrant de douleur chronique 

Il y a deux ans

  • Science/Homme: La consommation de cannabis à l’adolescence n’est pas associée à des changements structurels du cerveau à l’âge adulte
  • Science/Homme: La consommation de cannabis réduit le risque de cancer chez les patients atteints de la maladie de Crohn
  • Etats-Unis: Les États veulent que le cannabis devienne plus vert alors que le cannabis légal se développe
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction du taux d’insuline à jeun chez les personnes souffrant d’obésité.

IACM-Bulletin du 13 Juillet 2021

IACM: Le Journal IACM Cannabis and Cannabinoid Research reçoit son premier facteur d’impact de 5,764

Cannabis and Cannabinoid Research annonce son premier facteur d’impact de 5,764. Ces chiffres sont basés sur les citations en 2020 aux articles publiés en 2018 et 2019. Le facteur d’impact reflète l’importance relative d’une revue scientifique dans son domaine. Les revues dont le facteur d’impact est plus élevé sont souvent considérées plus importantes. Cannabis and Cannabinoid Research est rapidement devenu la voix de la communauté mondiale des cannabinoïdes, et ce premier facteur d’impact élevé solidifie la position du journal sur le marché.

Le nombre de téléchargements de revues a également augmenté de façon spectaculaire, avec une hausse de 76 % entre janvier et mai, par rapport à la même période l’an dernier. Plus de 193 000 articles ont déjà été téléchargés en 2021. Ces résultats n’auraient pas été possibles sans l’engagement de l’éditrice Mary Ann Liebert et du Dr Daniele Piomelli, rédacteur en chef du journal et membre du conseil d’administration de l’IACM.

Cannabis and Cannabinoid Research

Etats-Unis: Le Connecticut devient le 18ème Etat à légaliser la consommation du cannabis par les adultes

Le 22 juin, le Connecticut s’est joint à 17 autres États américains en légalisant la consommation du cannabis par les adultes. Le gouverneur Ned Lamont a signé un projet de loi qui, selon lui, contribuera également à guérir les cicatrices économiques laissées par la guerre contre la drogue. La mesure relative au cannabis, qui est entrée en vigueur le 1er juillet, efface automatiquement de nombreuses condamnations pénales et met en place une structure réglementaire qui oriente les opportunités et les revenus vers les communautés durement touchées par sa prohibition.

« Pendant des décennies, la guerre contre le cannabis a causé des injustices et créé des disparités tout en faisant peu pour protéger la santé et la sécurité publiques », a déclaré 
M. Lamont dans un communiqué. Le mouvement de légalisation a pris de l’ampleur cette année, puisque les législatures de cinq États, dont celle du Connecticut, ont approuvé l’usage récréatif du médicament, plus récemment en Virginie, où la loi entre également en vigueur le 1er juillet. Le Connecticut, dont la loi autorise la culture personnelle de plants de marijuana en 2023, devient le 18e État à approuver la légalisation. Les électeurs d’un 19e État, le Dakota du Sud, ont approuvé la légalisation l’année dernière, mais une contestation juridique de cette mesure est actuellement en instance devant la Cour 
suprême de l’État.

Reuters du 22 juin 2021

Mexique: Le gouvernement souhaite organiser un référendum sur le statut juridique du cannabis après que la Cour suprême a décidé de le légaliser

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré le 29 juin qu’il respecterait un arrêt de la Cour suprême demandant au gouvernement et aux législateurs de légaliser l’usage du cannabis pour les adultes. La Cour a également ouvert la porte à la convocation d’un référendum public sur la question.

La décision de la Cour suprême du 28 juin 2021 rapproche le Mexique de la création de l’un des plus grands marchés légaux du cannabis au monde et fait pression sur le Sénat mexicain pour qu’il approuve le vaste projet de loi de légalisation qui y est bloqué depuis que la Chambre basse du Congrès l’a approuvé en mars 2021. « Bien sûr, nous allons respecter la décision de la Cour et nous allons l’évaluer. Nous allons voir quels en seront les effets », a déclaré Lopez Obrador lors d’une conférence de presse régulière en réponse à une question sur la décision de la Cour suprême.

Reuters du 29 juin 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a pas d’effet négatif sur la fonction sexuelle masculine selon une étude à long terme

Selon une étude de cohorte menée auprès de 7809 hommes de la clinique d’andrologie de l’Université du Manitoba à Winnipeg, au Canada, la consommation de cannabis n’était pas associée à des effets négatifs significatifs sur la fonction sexuelle. Des patients de 2008 à 2017 ont été inclus dans l’étude. Les questionnaires d’admission ont fourni des informations démographiques de base, ainsi que des données concernant la consommation de substances et divers paramètres de la fonction sexuelle. 

Au total, 993 patients (12,7%) étaient des consommateurs de cannabis et 6816 (87,3%) étaient des non-consommateurs. Les consommateurs de cannabis avaient un score moyen significativement plus élevé au Sexual Health Inventory for Men (21,9 contre 21,2) et un taux moyen de testostérone totale sérique plus élevé (13,4 nmol/L contre 12,6) que les non-utilisateurs, bien qu’ils avaient également un taux plus élevé de déficit en androgènes positifs dans les scores des hommes vieillissants (52 % contre 46 %). Les consommateurs de cannabis ont également déclaré une fréquence sexuelle plus élevée que les non-consommateurs. Les auteurs ont conclu que « la consommation de cannabis n’était pas associée à des effets nocifs cliniquement significatifs sur les paramètres sexuels masculins dans cette cohorte. ”

Shiff B, Blankstein U, Hussaen J, Jarvi K, Grober E, Lo K, Lajkosz K, Krakowsky Y. L’impact de la consommation de cannabis sur la fonction sexuelle masculine : A 10-year, single-center experience. Can Urol Assoc J. 2021 Jun 22. [sous presse].

Science/Homme: Le cannabis peut être un substitut efficace chez les patients souffrant de troubles de la consommation d’alcool

Dans le cadre d’un programme de gestion de l’alcool (PGA) comptant 19 patients souffrant de troubles liés à la consommation de l’alcool, la consommation de cannabis a permis de réduire la consommation d’alcool. Les données ont été recueillies auprès des responsables organisationnels des PGA (n = 7), des participants au programme (n = 19), du personnel et des gestionnaires (n = 17) dans le cadre de six programmes de gestion de l’alcool au Canada. L’étude a été entreprise par des chercheurs de l’Institut canadien de recherche sur les toxicomanies de l’Université de Victoria, au Canada.

Parmi les participants au PGA, 63 % (n = 12) substituaient déjà le cannabis à l’alcool, pour les envies (79 %) et le sevrage (53 %), le plus souvent sur une base hebdomadaire (42 %). Les participants ont préféré que le personnel leur administre du cannabis sec et fumé, puis des gélules et des capsules, tout en remplaçant certaines doses d’alcool par un modèle de substitution partielle. Les participants ont demandé du soutien par les pairs, un soutien social et des services de conseils. Le personnel a demandé des ressources éducatives et un renforcement du personnel clinique. Les auteurs ont conclu que « la substitution du cannabis était considérée comme faisable par les trois groupes ».

Pauly B, Brown M, Chow C, Wettlaufer A ; East Side Illicit Drinkers Group for Education (EIDGE), Graham B, Urbanoski K, Callaghan R, Rose C, Jordan M, Stockwell T, Thomas G, Sutherland C. « Si je savais que je pouvais obtenir cela toutes les heures au lieu de l’alcool, je prendrais le cannabis » : besoin et faisabilité de la mise en œuvre de la substitution du cannabis dans les programmes canadiens de gestion de l’alcool. Harm Reduct J. 2021;18(1):65.

Science/Homme: La cannabidivarine (CBDV) pourrait normaliser la fonction cérébrale dans l’autisme

Selon une étude menée sur 28 hommes, dont 13 ont été diagnostiqués comme souffrant de troubles du spectre autistique, le cannabinoïde végétal CBDV (Cannabidivarin) pourrait normaliser les fonctions cérébrales altérées dans l’autisme. Les chercheurs de l’Institut de psychiatrie du King’s College London, au Royaume-Uni, ont montré que les patients autistes présentaient une connectivité fonctionnelle altérée entre certaines régions du cerveau (striatum ventral et régions frontales et péricentrales) et d’autres changements dans les régions impliquées dans la parole et le langage, par rapport à 15 hommes en bonne santé. Tous les participants ont reçu 600 mg de CBDV ou un placebo à deux reprises, séparés par au moins 13 jours.

La CBDV a ramené l’hyper-connectivité à un niveau normal. Les auteurs ont conclu que l’étude fournit « une preuve préliminaire du concept selon lequel, dans le cerveau autistique adulte, l’administration aiguë de CBDV peut moduler les circuits striataux atypiques vers une fonction neuro-typique”. « Ils ont noté que d’autres études sont nécessaires pour savoir si cette normalisation est associée à des changements dans les symptômes de l’autisme.

Pretzsch CM, Floris DL, Voinescu B, Elsahib M, Mendez MA, Wichers R, Ajram L, Ivin G, Heasman M, Pretzsch E, Williams S, Murphy DGM, Daly E, McAlonan GM. Modulation des différences de connectivité fonctionnelle striatale chez les adultes avec et sans trouble du spectre autistique dans un essai randomisé à dose unique de cannabidivarine. Mol Autism. 2021;12(1):49.

En bref

Etats-Unis: Un membre de la Cour suprême déclare que la prohibition du cannabis « n’est peut-être plus nécessaire »
Le juge Clarence Thomas de la Cour suprême des États-Unis a déclaré lundi que l’interdiction fédérale de la culture et de la consommation de cannabis à l’intérieur des États « n’est peut-être plus nécessaire ou appropriée » et que son application incohérente a conduit à des « pièges » pour les entreprises de cannabis. M. Thomas a fait cette déclaration à la suite du refus de la Cour d’entendre l’appel d’un dispensaire de cannabis du Colorado.
Reuters du 28 juin 2021

Science/Homme: Le CBD améliore l’anxiété et la dépression dans une étude observationnelle
Dans une étude d’observation rétrospective menée auprès de 279 adultes, un traitement au cannabis riche en CBD a permis d’améliorer l’anxiété et la dépression sur une période de trois et six mois. L’ajout de THC au traitement lors du premier rendez-vous de suivi n’a eu aucun effet sur l’évolution des symptômes.
Département de recherche, Santé Cannabis, Montréal, Canada.
Rapin L, et al. J Cannabis Res. 2021;3(1):19.

Science: La biodisponibilité du CBD dépend de l’apport alimentaire
Une nouvelle étude montre que l’activité de l’enzyme lipase et l’absorption des acides gras augmentent en présence de sels biliaires, ce qui pourrait contribuer à une augmentation de la bio accessibilité du CBD. Les auteurs ont écrit que « l’augmentation de la bio accessibilité du CBD avec les aliments pourrait être expliquée par le fait que la formation de micelles à partir de lipides hydrolysés favorise la bio accessibilité des molécules hydrophobes. ” 
Département des sciences végétales et environnementales, New Mexico State University, Las Cruces, États-Unis.
Mozaffari K, et al. Molecules. 2021;26(12):3573. 

Science/Animal: L’augmentation du tonus endocannabinoïde modifie le comportement anxieux chez un modèle d’autisme chez le rat
Dans un modèle d’autisme chez le rat, les rats mâles et femelles ont réagi de manière différente à une augmentation des endocannabinoïdes. Les auteurs ont conclu “qu’il faudrait tenir compte d’éventuels effets sexe-spécifiques des cannabinoïdes pour le traitement des symptômes associés à l’autisme. »
Physiologie, École de médecine, Université nationale d’Irlande Galway, Irlande.
Thornton AM, et al. Molecules. 2021;26(12):3720.

Science/Homme: La consommation de cannabis avant la grossesse peut augmenter le risque de dépression post-partum
Dans une étude portant sur 516 femmes enceintes, le risque de développer une dépression après l’accouchement était plus élevé chez celles qui avaient consommé du cannabis avant la grossesse.
Faculté de médecine, École de santé publique, Centre de recherche longitudinale et sur les parcours de vie, Université de Queensland, Australie.
Cao S, et al. Drug Alcohol Depend. 2021;226:108860.

Science: Étude sur des effets des cannabinoïdes sur le métabolisme d’autres médicaments dans le foie
Les chercheurs ont étudié les effets de 12 cannabinoïdes sur l’activité des enzymes hépatiques (CYP3A4, CYP2D6, CYP2C9, CYP1A2, CYP2B6 et CYP2C19) responsables de la dégradation de nombreux médicaments. Ils ont constaté que principalement « le métabolisme médié par le CYP2C9 était inhibé par les cannabinoïdes à des concentrations cliniquement pertinentes ».
Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics, Brain and Mind Centre, The University of Sydney, Australie.
Doohan PT, et al. AAPS J. 2021;23(4):91.

Science/Animal: Le CBD peut réduire les dommages causés au cœur après un infarctus du myocarde
Le CBD a permis de réduire les dommages causés aux cellules cardiaques à la suite d’une diminution de l’apport sanguin (ischémie).
Les auteurs ont conclu que « l’utilisation de cannabinoïdes s’est avérée avoir des effets bénéfiques lorsqu’elle est utilisée comme traitement des lésions de reperfusion myocardique. ”
Sección de Estudios de Posgrado e Investigación, Escuela Superior de Medicina, Instituto Politecnico Nacional, Mexique.
Franco-Vadillo A, et al. Pharmacol Res Perspect. 2021;9(4):e00784.

Science/Animal: Des souris dépourvues de récepteurs CB1 présentent des symptômes, qui pourraient être observés dans l’autisme
Dans une étude portant sur des souris génétiquement modifiées dépourvues de récepteurs CB1, les chercheurs ont constaté des altérations du comportement qui ressemblent aux symptômes de l’autisme. Ils ont noté que le système endocannabinoïde « est important pour le développement du cerveau et la fonction neurale et est donc susceptible d’être impliqué dans les troubles neuro développementaux tels que le trouble du spectre autistique. »
Université de Bordeaux, France.
Fyke W, et al. Autism Res. 2021 Jun 26. [sous presse].

Science/Homme: La plupart des Allemands atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin consomment encore du cannabis provenant du marché noir
Selon une enquête menée auprès de 417 patients allemands souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin (55 % de la maladie de Crohn et 43 % de la colite ulcéreuse), 4,3 % d’entre eux ont déclaré consommer actuellement du cannabis pour traiter leurs symptômes. Les auteurs ont noté que  » le cannabis est principalement acheté sur le marché noir, avec une qualité inconnue. ”
Département de médecine interne et intégrative, Sozialstiftung Bamberg, Allemagne.
Neufeld T, et al. Z Gastroenterol. 2021 Jun 22. [sous presse].

Science/Animal: Une combinaison de CBD et de kétamine a des effets antidépresseurs
Dans une étude sur des souris, le CBD a induit des effets antidépresseurs. La kétamine a également produit des effets antidépresseurs. Une combinaison de CBD et de kétamine a produit des effets antidépresseurs sans les effets secondaires de la kétamine.
Département des sciences bio moléculaires, École des sciences pharmaceutiques de Ribeirão Preto, Université de São Paulo, Brésil.
Sartim AG, et al. Neuropharmacologie. 2021:108679.

Science/Animal: Le CBD prévient certaines altérations comportementales liées à la dépendance à la cocaïne
Dans une étude sur des souris, le CBD a aboli l’hyper-activité induite par la cocaïne sans altérer la locomotion spontanée des animaux. En outre, le CBD a réduit les déficits de mémoire provoqués par le sevrage de la cocaïne.
Département de psychiatrie et des sciences du comportement, Université de Stanford, États-Unis.
Cawkwell PB, et al. Harv Rev Psychiatry. 2021 Jun 16. [sous presse].

Science/Cellules: Le THC a des effets anticancéreux sur les cellules cancéreuses de la bouche
Le THC diminue la croissance des cellules cancéreuses « par divers mécanismes, dont l’apoptose, l’autophagie et le stress oxydatif ». ”
Groupe de recherche en écologie buccale, Faculté de médecine dentaire, Université Laval, Québec, Canada.
Semlali A, et al. Arch Oral Biol. 2021;129:105200.

Science/Animal: La biodisponibilité du CBD encapsulé est augmentée lorsqu’il est administré avec de l’acide désoxycholique
Dans une étude menée sur des souris, qui ont reçu soit des gélules de CBD, soit des gélules remplies de CBD et d’un activateur de perméation, l’acide désoxycholique (DCA), la combinaison avec le DCA a entraîné une biodisponibilité accrue de 300 % et une concentration cérébrale de CBD considérablement plus élevée.
Institut de recherche sur l’innovation en santé de Curtin, Université de Curtin, Perth, Australie.
Majimbi M, et al. PLoS One. 2021;16(6):e0243858.

Science/Cellules: L’anandamide provoque l’apoptose des cellules de la granulosa
Les cellules de la granulosa jouent un rôle important dans la reproduction féminine. L’augmentation des niveaux d’anandamide a induit la mort cellulaire des cellules de la granulosa. Les auteurs ont conclu que le système endocannabinoïde est crucial pour la reproduction féminine.
Laboratório de Bioquímica, Departamento de Ciências Biológicas, Faculdade de Farmácia da Universidade do Porto, Portugal.
Costa L, et al. Prostaglandines Leukot Essent Acides gras. 2021;171:102311.

Science/Animal: Le CBD atténue les déficits cognitifs induits par une exposition précoce à l’alcool
Une étude menée sur de jeunes souris a montré que le CBD « neutralise les déficiences cognitives et la neuro inflammation causées par une exposition précoce à l’alcool ». ”
Département des sciences expérimentales et de la santé, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone, Espagne.
García-Baos A, et al. Biomed Pharmacother. 2021;141:111813.

Science/Cellules: Le CBD interagit avec les médicaments antidépresseurs
Le CBD (cannabidiol) est métabolisé dans le foie à l’aide d’enzymes similaires à celles des antidépresseurs couramment utilisés. Le CBD a eu un effet minime sur le métabolisme de la sertraline, de la fluoxétine et de la mirtazapine dans les cellules. Cependant, le CBD a inhibé de manière significative le métabolisme du citalopram et de l’escitalopram par les enzymes CYP3A4 et CYP2C19. Cela pourrait avoir une importance clinique.
École de psychologie, Faculté des sciences, Université de Sydney, Sydney, Australie.
Ce 
Anderson LL, et al. J Clin Psychopharmacol. 2021 Jun 11. [sous presse].

Science/Homme: Un inhibiteur MAGL n’a pas été efficace dans le traitement du syndrome de Tourette dans une étude clinique
Dans une étude randomisée contre placebo menée sur 12 semaines auprès de 49 adultes atteints du syndrome de Gilles de la Tourette, un inhibiteur synthétique de MAGL appelé Lu AG06466 n’a eu aucun effet significatif sur la gravité des symptômes. MAGL (mono-acylglycérol lipase) est une enzyme qui est principalement responsable de la dégradation de l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonoylglycérol). Les inhibiteurs de la MAGL augmentent donc les concentrations de 2-AG.
Département de psychiatrie, de psychiatrie sociale et de psychothérapie, faculté de médecine de Hanovre, Allemagne.
Müller-Vahl KR, et al. Mov Disord. 2021 Jun 12. [sous presse].

Science: Enquête sur la dégradation du CBD et du THC dans la résine de cannabis à différentes températures
Le taux de transformation du CBD et du THC augmente avec l’augmentation de la température dans la résine de cannabis séchée. Le pH optimal se situait entre 4 et 6.
Cosmetics and Natural Products Research Center, Faculty of Pharmaceutical Sciences, Naresuan University, Phitsanulok, Thaïlande.
Jaidee W, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Jun 4. [in press] 

Homme: 15 ans d’expérience de l’utilisation médicale du Sativex
Une analyse de 38 essais réalisés avec le Sativex dans différentes maladies (sclérose en plaques, douleurs neuropathiques, douleurs chroniques, douleurs liées à la polyarthrite rhumatoïde) a révélé que le médicament présente “un profil de sécurité globalement acceptable ».
Jefe del Servicio de Neurología/Neurology Service Head, Hospital Clínico Universitario , Santiago de Compostela, Espagne.
Prieto González JM, et al. Expert Rev Neurother. 2021 Jun 7. [sous presse].

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Suisse: Le gouvernement veut mettre à disposition du cannabis à des fins médicales
  • Science/Homme: L’inhalation de cannabis avec un nouvel inhalateur à dose mesurée a immédiatement soulagé la douleur
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à des niveaux inférieurs de biomarqueurs de l’inflammation chez les patients atteints du VIH
  • Science/Homme: Selon une petite étude, le cannabis peut être utile contre la migraine 
  • Science/Homme: Le cannabis peut provoquer un soulagement immédiat de la dépression et cet effet est principalement dû au THC
  • Science/Homme: Selon une grande étude observationnelle, le cannabis améliore la douleur et la qualité de vie des patients souffrant de douleur chroniqu

Il y a deux ans

  • Science/Homme: La consommation de cannabis à l’adolescence n’est pas associée à des changements structurels du cerveau à l’âge adulte
  • Science/Homme: La consommation de cannabis réduit le risque de cancer chez les patients atteints de la maladie de Crohn
  • Etats-Unis: Les États veulent que le cannabis devienne plus vert alors que le cannabis légal se développe
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction du taux d’insuline à jeun chez les personnes souffrant d’obésité.

IACM-Bulletin du 28 Juin 2021

Science/Homme: Selon une enquête, la consommation du cannabis est associée à une meilleure qualité de vie chez les patients souffrant de douleurs.

D’après des questionnaires remplis par 429 participants souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses, l’utilisation médicale du cannabis améliore la qualité de vie et entraîne une réduction d’autres médicaments contre la douleur. Les chercheurs de la Faculté de Biologie du Technion-Israel Institute of Technology de Haïfa, en Israël, ont mené une étude transversale par questionnaire auprès de patients autorisés à consommer du cannabis à des fins médicales et souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses. On leur a demandé de répondre aux questions à intervalles d’un mois pendant une période de six mois.

429, 150, 98, 71, 77 et 82 patients ont fait un rapport complet sur leur traitement au cannabis à six intervalles d’un mois, respectivement. Bien que l’intensité de la douleur n’ait pas changé pendant la période d’étude, le taux de consommation de médicaments analgésiques a diminué de 46 à 28 % et le taux de bonne qualité de vie a augmenté de 49 à 62 %. 

Aviram J, Lewitus GM, Vysotski Y, Yellin B, Berman P, Shapira A, Meiri D. Prolonged Medical Cannabis Treatment is Associated With Quality of Life Improvement and Reduction of Analgesic Medication Consumption in Chronic Pain Patients. Front Pharmacol. 2021;12:613805.

Science/Homme: Le cannabis améliore la qualité de vie des patients atteints d’un cancer du cerveau, selon une étude clinique.

Dans une étude clinique contrôlée portant sur 88 patients souffrant d’un gliome de haut grade, l’usage médical du cannabis a amélioré de manière significative le sommeil et la qualité de vie. L’étude a été menée au National Centre for Naturopathic Medicine de la Southern Cross University à Lismore, en Australie. Les patients ont reçu deux variétés de cannabis avec des ratios différents de CBD et de THC. Ils ont été comparés à un groupe de contrôle rétrospectif.

Une comparaison entre les deux souches de cannabis après 12 semaines a révélé qu’un ratio 1:1 de CBD et de THC donnait de meilleurs résultats que l’autre souche en ce qui concerne la capacité physique et fonctionnelle ainsi que l’amélioration du sommeil. L’analyse des changements survenus entre le début de l’étude et la semaine 12 a également révélé que 11 % des 61 participants ont vu leur maladie diminuer, 34 % sont restés stables, 16 % présentaient une légère amélioration et 10 % présentaient une maladie évolutive. Aucun événement indésirable grave n’est produit. Les auteurs ont conclu que l’étude « a démontré qu’une seule dose nocturne de cannabis médicinal contenant du THC était sûre, n’avait pas d’effets indésirables graves et était bien tolérée chez les patients. Le cannabis médicinal a amélioré de manière significative le sommeil, le bien-être fonctionnel et la qualité de vie. « 

Schloss J, Lacey J, Sinclair J, Steel A, Sughrue M, Sibbritt D, Teo C. A Phase 2 Randomised Clinical Trial Assessing the Tolerability of Two Different Ratios of Medicinal Cannabis in Patients With High Grade Gliomas. Front Oncol. 2021 May 21;11:649555.

Science/Homme: De faibles doses de THC peuvent améliorer les effets analgésiques des opioïdes selon une étude expérimentale sur la douleur.

Dans une étude de laboratoire menée sur 29 adultes en bonne santé, de faibles doses de THC (dronabinol) administrées par voie orale ont amélioré les effets analgésiques de l’hydromorphone, un opioïde, dans des tests de douleur aiguë (douleur thermique et par pression) et de douleur chronique (crème à la capsaïcine). L’enquête a été menée au Département de psychiatrie et des sciences du comportement de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore, aux États-Unis. Les participants ont reçu 4 mg d’hydromorphone par voie orale et le placebo ou différentes doses de THC.

Une relation dose-effet cohérente du dronabinol sur l’hydromorphone n’a pas été observée pour toutes les mesures. L’analgésie n’a été améliorée que dans le cas de l’hydromorphone + dronabinol 2,5 mg. Des doses plus élevées de THC (5 mg et 10 mg) ont produit des effets indésirables.

Dunn KE, Bergeria CL, Huhn AS, Speed TJ, Mun CJ, Vandrey R, Campbell CM. Within-subject, double-blinded, randomized, and placebo-controlled evaluation of the combined effects of the cannabinoid dronabinol and the opioid hydromorphone in a human laboratory pain model. Neuropsychopharmacology. 2021;46(8):1451-1459.

Science/Homme: Une découverte archéologique de graines de cannabis dans un cimetière suggère l’utilisation médicale du cannabis en Chine il y a 2000 ans.

Une découverte archéologique de 120 000 graines de cannabis dans un cimetière de la dynastie Han (202 ans avant JC. à 220 ans après JC.) à Chengdu, dans le sud de la Chine, suggère que le cannabis a été utilisé il y a plus de 2000 ans en Chine. L’enquête a été menée par le National Resource Center for Chinese Materia Medica de l’Académie des sciences médicales chinoises de Pékin, en Chine, et d’autres institutions chinoises. Les auteurs ont noté que cette découverte « représente la plus grande quantité de restes de fruits de cannabis ayant fait l’objet d’une analyse statistique dans un cimetière du monde à ce jour. »

Les fruits du cannabis sont soupçonnés d’avoir été utilisés à des fins médicales dans un contexte séculaire et ont été très probablement utilisés pour arrêter les saignements sévères de l’utérus et traiter le lumbago et/ou le arthralgie. Les auteurs ont conclu de leurs recherches que « les restes de fruits de cannabis rapportés ici représentent probablement la première preuve physique d’une utilisation médicinale du cannabis pour le traitement de la métrorrhagie, du lumbago sévère et/ou de l’arthralgie. »

Bai Y, Jiang M, Xie T, Jiang C, Gu M, Zhou X, Yan X, Yuan Y, Huang L. Archaeobotanical evidence of the use of medicinal cannabis in a secular context unearthed from south China. J Ethnopharmacol. 2021;275:114114.

Science/Homme: Un extrait de cannabis a amélioré le sommeil chez les patients souffrant d’insomnie chronique dans une étude de contrôle.

Dans une étude croisée contrôlée par placebo menée sur 23 patients souffrant d’insomnie chronique (20 femmes et 3 hommes), un extrait de cannabis appelé ZTL-101 s’est révélé supérieur au placebo. Cette étude a été menée par des chercheurs du Centre for Sleep Science, School of Human Sciences de l’Université de Western Australia à Crawley, en Australie.

Par rapport au placebo, l’extrait de cannabis a diminué l’indice de gravité de l’insomnie, la latence d’endormissement et de réveil auto déclarée, le réveil après l’endormissement, la durée totale du sommeil, l’efficacité du sommeil et les évaluations auto déclarées de la qualité du sommeil. Les auteurs ont conclu que « deux semaines d’administration sublinguale nocturne d’un extrait de cannabinoïde (ZTL-101) sont bien tolérées et améliorent les symptômes de l’insomnie et la qualité du sommeil chez les personnes présentant des symptômes d’insomnie chronique. »

Walsh JH, Maddison KJ, Rankin T, Murray K, McArdle N, Ree MJ, Hillman DR, Eastwood PR. Treating Insomnia Symptoms with Medicinal Cannabis: A Randomized, Cross-Over Trial of the Efficacy of a Cannabinoid Medicine Compared with Placebo. Sleep. 2021:zsab149.

Science/Homme: Le cannabis améliore la douleur chez les patients atteints d’un cancer avancé dans une étude contrôlée.

Dans une étude clinique randomisée menée auprès de 30 patients atteints d’un cancer avancé, le cannabis a été bien toléré et a amélioré le contrôle de la douleur. L’étude a été menée par des scientifiques de la recherche sur le cancer du Center Health Partners/Park Nicollet à Minneapolis, aux États-Unis. Les participants ont été répartis en deux groupes, 15 recevant du cannabis à démarrage précoce et 15 recevant du cannabis à démarrage retardé. Le groupe précoce a obtenu trois mois de cannabis médical, tandis que le groupe retardé a reçu un traitement oncologique standard sans cannabis pendant les trois premiers mois. Les doses moyennes de THC et de CBD à trois mois étaient de 34 mg et 17 mg, respectivement.

Une proportion plus élevée de patients ayant reçu du cannabis à un stade précoce a obtenu une réduction de la consommation d’opiacés et un meilleur contrôle de la douleur. Les patients se sont déclarés plus satisfaits. Les auteurs ont conclu que « l’ajout de CM (cannabis médical) aux soins oncologiques standard était bien toléré et peut conduire à un meilleur contrôle de la douleur et à une diminution des besoins en opiacés. »

Zylla DM, Eklund J, Gilmore G, Gavenda A, Guggisberg J, VazquezBenitez G, Pawloski PA, Arneson T, Richter S, Birnbaum AK, Dahmer S, Tracy M, Dudek A. A randomized trial of medical cannabis in patients with stage IV cancers to assess feasibility, dose requirements, impact on pain and opioid use, safety, and overall patient satisfaction. Support Care Cancer. 2021 Jun 4. [sous presse].

En bref

Brésil: Une commission de la Chambre des Représentants approuve un projet de loi sur l’usage médical du cannabis.
Le 8 juin, une commission spéciale de la Chambre des Représentants a approuvé le texte de base d’une proposition favorable à la légalisation de la culture au Brésil, exclusivement à des fins médicinales, vétérinaires, scientifiques et industrielles du cannabis.
Campagne du 8 juin 2021

République Tchèque: Le Parlement avance un projet de loi visant à libéraliser l’usage médical du cannabis
Le 2 juin, la chambre basse du Parlement tchèque a approuvé un projet de loi modifiant les lois du pays régissant la production et la prescription de cannabis médical et de chanvre. Selon cette loi, le cannabis médical peut être cultivé par plusieurs groupes privés autorisés qui peuvent également fabriquer des produits à base de cannabis médical et l’exportation de cannabis médical sera désormais un point légal. En outre, la commercialisation d’extraits tels que les isolats et les teintures sera autorisée et le système de prescriptions électroniques pour le cannabis sera mis à jour pour faciliter le processus pour les médecins et les patients.
Prohibition Partners du 4 juin 2021

Allemagne: Plus de 80 % des citoyens soutiennent l’accès légal au cannabis médical.
Environ 82 % des Allemands sont favorables à ce que l’usage du cannabis à des fins médicales soit exempté de toute sanction. C’est le résultat d’un sondage réalisé par l’institut d’études d’opinion Civey pour le compte de la rédaction de web.de. Selon l’enquête, environ 45% des répondants étaient favorables à la légalisation du cannabis à des fins médicales uniquement. 29% ont préconisé que le cannabis soit totalement légal, comme le tabac. Par ailleurs, 8 % ont déclaré que le cannabis devrait être illégal mais exempt de toute sanction. Seuls 12,7% ont explicitement soutenu que le cannabis devrait être totalement illégal, même à des fins médicales. 5,6% n’avaient pas d’opinion.
Arbeitsgemeinschaft Cannabis als Medizin du 29 mai 2021

Science/Homme: Contrairement au tabagisme, la consommation de cannabis n’est pas associée à l’athérosclérose.
Selon les données d’une vaste étude, l’étude CARDIA, menée auprès de 5115 personnes, la consommation de cannabis n’a pas d’impact sur l’épaisseur de l’intima-média des grosses artères, alors que la consommation de tabac en avait un. Les auteurs ont conclu que leur étude « s’ajoute à l’ensemble croissant de preuves selon lesquelles il pourrait n’y avoir aucune association entre le niveau moyen de consommation de marijuana dans la population et l’athérosclérose subclinique. »
Institut des soins de santé primaires (BIHAM), Université de Berne, Suisse ; Département de pédiatrie, Hôpital universitaire de Berne, Suisse.
Jakob J, et al. Am J Med. 2021;134(6):777-787.e9.

Science/Homme: 
Les résultats d’une étude menée auprès de 35 participants âgés de 18 à 70 ans suggèrent que « l’apport en graisses et en énergie peut influencer les concentrations plasmatiques et intestinales » d’endocannabinoïdes et des substances apparentées.
Département des sciences agricoles, Université de Naples « Federico II », Portici, Italie.
Tagliamonte S, et al. EUR J Nutr. 2021;60(4):2203-2215.

Science: La puissance du cannabis aux États-Unis a augmenté au cours de la dernière décennie.
L’analyse d’un total de 14 234 échantillons d’herbe de cannabis confisqués aux États-Unis entre 2009 et 2019 a montré que la concentration moyenne de THC est passée de 9,8 % à 14,9 %. Les chercheurs ont également observé une augmentation de la concentration en CBD. Les auteurs ont conclu qu’il « semble y avoir une tendance récente à l’inclusion de chemovars contenant des niveaux plus élevés de CBD dans le cannabis illicite. »
Centre national de recherche sur les produits naturels, École de pharmacie, Université du Mississippi, États-Unis.
ElSohly MA, et al. Biol Psychiatry Cogn Neurosci Neuroimaging. 2021;6(6):603-606.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une augmentation de l’exercice physique chez les jeunes adultes.
Selon une analyse des données d’une étude menée auprès de 12 043 participants aux États-Unis,  » la consommation de marijuana n’est pas significativement liée à l’exercice, ce qui va à l’encontre des ‘idées reçues selon laquelle les consommateurs de marijuana sont moins susceptibles d’être actifs « . En effet, les seules estimations significatives suggèrent une relation positive, même chez les plus gros consommateurs au cours des 30 derniers jours. »
Département de gestion et de politique de la santé, Miami Herbert Business School, Université de Miami, États-Unis d’Amérique.
French MT, et al. Prev Med. 2021;147:106518.

Science/Homme: Les endocannabinoïdes protègent de la dyskinésie tardive induite par les médicaments antipsychotiques.
La dyskinésie tardive, un trouble grave du mouvement, est un effet secondaire associé à l’utilisation à long terme de certains antipsychotiques. Des recherches menées sur des rats montrent que l’augmentation de la concentration d’endocannabinoïdes par l’inhibition de leur dégradation protège de la dyskinésie tardive induite par l’halopéridol, un médicament antipsychotique.
Département de pharmacologie, Institut des sciences biologiques, Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG), Belo Horizonte, Brésil.
Röpke J, et al. Pharmacol Biochem Behav. 2021 Jul;206:173193.

Science/Homme: L’intoxication au cannabis chez les enfants a augmenté après la légalisation du cannabis au Canada.
Selon une analyse des données d’une division de médecine d’urgence à Toronto, il y a eu une augmentation significative des enfants de moins de 12 ans présentant des symptômes de surdose liés à la consommation de cannabis. En particulier, l’augmentation était importante en ce qui concerne les produits comestibles. Les auteurs ont écrit que « la légalisation du cannabis récréatif au Canada est associée à une augmentation des taux d’intoxications graves chez les enfants. »
Division de la médecine d’urgence, The Hospital for Sick Children, Toronto, Canada.
Cohen N, et al. Clin Toxicol (Phila). 2021:1-6.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une développement altéré du système nerveux.
Selon une étude portant sur 799 participants de huit sites EURopéens, « la consommation de cannabis pendant l’adolescence est associée à une altération du développement neurologique, en particulier dans les cortex riches en récepteurs cannabinoïdes 1 et subissant le plus grand changement d’épaisseur lié à l’âge au milieu ou à la fin de l’adolescence. »
Département de psychiatrie, université du Vermont Larner College of Medicine, Burlington, États-Unis.
Albaugh MD(, et al. JAMA Psychiatry. 2021 Jun 16. [sous presse].

Science/Homme: Les fumeurs de cannabis inhalent moins de substances toxiques que les fumeurs de tabac.
Selon une comparaison entre 18 fumeurs exclusifs de cigarettes et 16 fumeurs exclusifs de cannabis, les fumeurs de cannabis « ont démontré des niveaux d’exposition aux substances toxiques plus faibles pour la plupart des bio-marqueurs. » Les enquêteurs ont mesuré les bio-marqueurs liés à la combustion dans l’urine des participants.
Département de psychologie, Université du Wisconsin – Stevens Point, États-Unis.
Meier E, et al. Nicotine Tob Res. 2021:ntab125.

Science/Homme: Selon une revue, la consommation de cannabis n’a pas d’effet négatif sur le TDAH.
Selon une revue systématique de la documentation scientifique sur les effets du cannabis sur les adolescents et les jeunes adultes, le résultat « ne soutient pas l’hypothèse selon laquelle la consommation de cannabis a un impact délétère sur les tâches neuro-psychologiques chez les jeunes d’âge transitoire atteints de TDAH. »
Département de psychiatrie et des sciences du comportement, Université de Stanford, États-Unis.
Cawkwell PB, et al. Harv Rev Psychiatry. 2021 Jun 16. [sous presse].

Science: Elucider les mécanismes des effets des cannabinoïdes sur les cellules du cancer du sein.
Une nouvelle étude s’est intéressée aux mécanismes moléculaires des propriétés anticancéreuses du THC et du CBD sur les cellules cancéreuses du sein positives aux récepteurs d’œstrogènes. Ils perturbent la progression du cycle cellulaire. Alors que le THC induit la mort cellulaire programmée (apoptose), le CBD déclenche l’autophagie pour favoriser l’apoptose. Les auteurs ont écrit que « tous les cannabinoïdes, bien que par des actions différentes, ciblent l’aromatase et les RE, altérant ainsi la croissance des cellules cancéreuses mammaires RE+, qui dépend de la signalisation des œstrogènes. »
UCLaboratoire de biochimie, Département des sciences biologiques, Faculté de pharmacie, Université de Porto, Portugal.
Amaral C, et al. J Steroid Biochem Mol Biol. 2021;210:105876.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Science/Israël: Les anciens Israélites ont peut-être consommé du cannabis dans le cadre d’un rituel religieux il y a 3000 ans
  • Science/Homme: Une étude ne trouve aucune preuve que la consommation de cannabis augmente le risque d’AVC
  • Science/Homme: Les données scientifiques disponibles ne supportent pas l’hypothèse selon laquelle la consommation de cannabis peut augmenter l’accident du travail
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction des symptômes chez les patients souffrant de trouble de stress post-traumatique
  • Science/Homme: Selon une étude ouverte le cannabis peut être utile dans le traitement de la fibromyalgie 
  • Science/Homme: Le cannabis en plus des médicaments standard améliore encore les performances motrices des patients atteints de sclérose en plaques

Il y a deux ans

  • Suisse: Le gouvernement veut rendre le cannabis disponible à des fins médicales
  • Science/Homme: Le nabilone a été efficace contre la diarrhée chronique selon une série de cas
  • Science/Homme: La consommation de cannabis réduit l’incidence des maladies du foie gras
  • Science/Homme: De nombreuses personnes remplacent les opioïdes et les somnifères par le cannabis

IACM-Bulletin du 15 Juin 2021

Science/Homme: Le cannabis peut être efficace pour réduire les symptômes comportementaux associés à la démence.

Une série de 3 patients souffrant de démence fronto-temporale montre que ces patients peuvent présenter une réduction de l’anxiété et une amélioration de l’humeur après un traitement au cannabis. Ces patients du département de psychiatrie de la faculté de médecine de l’université d’Arizona, aux États-Unis, présentaient une incapacité due au comportement malgré une prise en charge pharmacologique typique. On leur a prescrit du cannabis pour des comorbidités (anxiété, insomnie et douleur). 

Un patient de 69 ans a montré une amélioration de l’humeur et une réduction de son impulsivité avec le cannabis. Un patient de 63 ans a montré une réduction de l’irritabilité et de l’anxiété avec un traitement au CBD et une amélioration du sommeil avec du THC. Un patient de 65 ans a montré une réduction de l’anxiété et une meilleure gestion de la douleur chronique avec le cannabis.

Gopalakrishna G, Srivathsal Y, Kaur G. Cannabinoids in the management of frontotemporal dementia: a case series. Neurodegener Dis Manag. 2021;11(1):61-64.

Science/Homme: Plus de deux tiers des médecins aux États-Unis estiment que le cannabis a une valeur médicale.

Selon une enquête menée auprès d’environ 1 500 participants, 69% des médecins de famille, des internes, des infirmières praticiennes et des oncologues estiment que le cannabis a une valeur médicale. Ils ont répondu à une enquête en ligne auprès de cliniciens, analysée par des chercheurs des Centres for Disease Control and Prevention maladies d’Atlanta, aux États-Unis. Les questions évaluaient les utilisations médicinales et les pratiques liées au cannabis et évaluaient les connaissances des cliniciens sur la légalité du cannabis dans leur État. 

Parmi les participants à l’enquête (27%) avait déjà recommandé du cannabis à un patient. Les auteurs ont écrit que « les croyances sur les conditions de consommation de cannabis à des fins médicales ne correspondaient pas nécessairement aux données scientifiques actuelles ». Cependant, les connaissances des médecins sur les utilisations médicales du cannabis sont souvent plus avancées que la science médicale pour de nombreuses indications potentielles..

Schauer GL, Njai R, Grant AM. Clinician Beliefs and Practices Related to Cannabis. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 April 26. [sous presse].

Science: Mise à jour des connaissances sur les composés du cannabis, dont 125 cannabinoïdes.

À ce jour, 125 cannabinoïdes, dont 25 du type delta-9-THC, 10 du type CBD (cannabidiol) et 16 du type CBG (cannabigérol) ont été détectés dans au moins une plante de cannabis. Une vue d’ensemble est présentée par les chercheurs du National Center for Natural Products Research de l’Université du Mississippi à Oxford, aux États-Unis. Plus de 500 composés ont maintenant été signalés dans le cannabis.

Les constituants non cannabinoïdes comprennent : des phénols non cannabinoïdes (42), des flavonoïdes (34), des terpènes (120), des acides aminés, des acides gras et d’autres, dont la plupart sont également présents dans d’autres organismes. Cette revue traite la chimie des cannabinoïdes et des principaux constituants non cannabinoïdes (terpènes, phénols non cannabinoïdes et alcaloïdes).

Radwan MM, Chandra S, Gul S, ElSohly MA. Cannabinoids, Phenolics, Terpenes and Alkaloids of Cannabis. Molecules. 2021;26(9):2774.

Science/Homme: La consommation de cannabis n’influerait pas gravement l’évolution de la schizophrénie, mais pourrait augmenter le risque de rechute.

Selon une étude longitudinale, 98 patients présentant un premier épisode de troubles du spectre de la schizophrénie, qui ont été suivis pendant 24 mois, la consommation de cannabis n’avait aucune influence sur les taux de rémission, mais était associée à un risque plus élevé de rechute. Ces résultats ont été présentés par des chercheurs de l’université Stellenbosch au Cap, en Afrique du Sud, et du King’s College à Londres, au Royaume-Uni. Le groupe était divisé en 45 consommateurs récents ou actuels de cannabis et 53 non-consommateurs.

Les résultats de santé étaient similaires dans les deux groupes, y compris les taux de rémission. Les auteurs ont conclu que leurs « résultats suggèrent que les consommateurs de cannabis n’ont pas une moins bonne réponse au traitement que les non-utilisateurs en termes de réduction des symptômes au cours des 24 mois de traitement. Cependant, le risque de rechute lié à la dose demeure avec la consommation continue de cannabis, peut-être en réduisant directement le seuil de la percée psychotique. »

Scheffler F, Phahladira L, Luckhoff H, du Plessis S, Asmal L, Kilian S, Forti MD, Murray R, Emsley R. Cannabis use and clinical outcome in people with first-episode schizophrenia spectrum disorders over 24 months of treatment. Psychiatry Res. 2021;302:114022.

En bref

Science/Homme: Le CBD est efficace à long terme dans le traitement de l’épilepsie.
Selon une analyse des données de 54 personnes atteintes d’épilepsie réfractaire, qui ont reçu du CBD, le cannabinoïde a été efficace sur une période d’au moins 60 mois.
Hôpital général du Massachusetts, États-Unis.
Patel S, et al. Epilepsia. 2021 May 29. [sous presse].

Grèce: Le Parlement vote en faveur de la légalisation du cannabis à usage médical.
Le 21 mai, le Parlement grec a voté en faveur d’un projet de loi visant à légaliser la culture et la vente de cannabis à usage médical en Grèce. Le projet de loi, qui a été proposé par le principal parti d’opposition Syriza, a obtenu 158 voix pour et 33 contre.
Greek Reporter du 23 mai 2021

Maroc : Le Parlement adopte un projet de loi légalisant l’usage médical du cannabis.
Le 26 mai, la Chambre des représentants a adopté un projet de loi légalisant l’usage du cannabis à des fins médicales. Le texte sur « les usages légaux du cannabis, médicaux, cosmétiques et industriels » a été adopté par la Chambre des représentants avec 119 voix pour et 48 contre. Le projet de loi prévoit la création d’une agence nationale chargée d’acheter la plante aux agriculteurs et de la vendre aux entreprises pharmaceutiques.
North Africa Post du 27 mai 2021

Chine : Brevet pour une préparation de CBD. 
L’Office national de la propriété intellectuelle de Chine a accordé à Deyi Pharmaceuticals un brevet pour « l’application du cannabidiol dans la préparation et le traitement des médicaments contre l’hypertension artérielle pulmonaire ».
Securities Times and Company News du 18 mai 2021

Pays-Bas : Institut médicinal du cannabis des Pays-Bas.
Des pharmaciens, des médecins, des entreprises et des chercheurs néerlandais ont uni leurs forces et mis en place un nouveau partenariat : l’Institute Medicinal Cannabis Netherlands (IMC).
Bedrocan du 18 mai 2021

France: Le gouvernement veut autoriser les produits à base de CBD par voie orale et interdire les fleurs.
La France veut autoriser les produits à base de CBD, mais les fleurs de chanvre riches en CBD resteront illégales. Cette décision permet aux agriculteurs français de cultiver du CBD pour la fabrication de produits dérivés et clarifie l’activité des magasins spécialisés qui, jusqu’à présent, fonctionnaient dans le vide et risquaient des poursuites judiciaires.
Le Figaro du 25 mai 2021

Danemark: L’essai national sur l’usage médical du cannabis sera prolongé de quatre ans.
Les patients danois pourront avoir accès au cannabis médical pendant quatre années supplémentaires après qu’une large majorité du Parlement a accepté de prolonger un essai national. En outre, les entreprises du pays scandinave qui produisent du cannabis à des fins médicales seront également autorisées à exercer leurs activités de manière permanente. Le programme pilote danois sur le cannabis médical devait se terminer à la fin du mois de décembre 2021, après une période d’essai de quatre ans.
Business Cann du 27 mai 2021

Science/Animal: Le CBD et le CBG peuvent réduire l’inflammation pulmonaire.
Dans une étude menée sur des cobayes, le CBD et le CBG ainsi qu’une combinaison des deux cannabinoïdes ont eu des effets anti-inflammatoires sur l’inflammation des poumons. Les auteurs ont écrit que ces résultats « suggèrent que ces cannabinoïdes non-psychoactifs pourraient avoir des effets bénéfiques dans le traitement des maladies caractérisées par une inflammation des voies respiratoires. »
Sackler Institute of Pulmonary Pharmacology, Institute of Pharmaceutical Science, King’s College London, Royaume-Uni.
Robaina Cabrera CL, et al. Pulm Pharmacol Ther. 2021:102047.

Science/Animal: Le CBD protège contre le stress en début de vie.
Le CBD « a montré une réponse thérapeutique prometteuse en termes d’amélioration de l’effet chez le rat dans un modèle de stress au début de la vie, pendant l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte ».
IUNICS, Université des Iles Baléares, Palma, Espagne.
Bis-Humbert C, et al. Pharmacol Rep. 2021 Jun 2. [sous presse].

Science/Homme: La biodisponibilité du CBD dans l’huile a été multipliée par quatre par rapport à la poudre de CBD.
Dans une étude menée auprès de 45 volontaires en bonne santé, qui ont reçu soit 150 mg de poudre de CBD, soit 150 mg de CBD dissous dans de l’huile de maïs, soit un placebo, la « formulation de CBD dans l’huile a permis d’atteindre plus rapidement le pic plasmatique, avec une biodisponibilité orale environ quatre fois plus importante. »
Departamento de Neurociências e Ciências do Comportamento, Faculdade de Medicina de Ribeirão Preto (FMRP), Universidade de São Paulo (USP), Brésil.
Crippa JA, et al. Braz J Psychiatry. 2021:S1516-44462021005017201.

Science: Le profil chimique du cannabis est influencé par le stade de la récolte.
Le profil chimique des extraits d’inflorescence femelle de sept cultivars de chanvre (Carmagnola, Fibranova, Eletta Campana, Antal, Tiborszallasi, Kompolti et Tisza) était influencé par le stade de récolte.
Département de chimie et de technologie des médicaments, Université Sapienza de Rome, Italie.
Spano M, et al. Molecules. 2021;26(10):2912.

Science/Cellules: Le CBD montre des effets antioxydants et anticancéreux.
Dans une étude portant sur différentes cellules normales et cancéreuses, le CBD dans l’huile de chanvre a montré des effets antioxydants et a induit la mort cellulaire programmée (apoptose) dans les cellules cancéreuses mais pas dans les cellules saines.
Centre de recherche avancée sur les bionanoconjugués et les biopolymères, Institut de chimie macromoléculaire « Petru Poni », Iasi, Roumanie.
Petrovici AR, et al. Antioxidants (Basel). 2021;10(5):738.

Science/Animal: Le CBD améliore le ratio des acides gras essentiels dans les muscles des rats obèses.
Une nouvelle étude montre que le CBD a considérablement amélioré le rapport entre les acides gras oméga 6 et oméga 3 et a déplacé l’équilibre vers les acides gras oméga 3 anti-inflammatoires dans les muscles de rats obèses.
Département de physiologie, Université médicale de Bialystok, Pologne.
Bielawiec P, et al. Nutrients. 2021;13(5):1603.

Science/Homme: Le trouble de la consommation de cannabis est associé à un risque accru d’effets indésirables pendant la grossesse.
Selon une analyse d’environ 3 millions de grossesses, un diagnostic lié au cannabis dans 29 000 des grossesses a été associé à un risque accru de 40% de naissance prématurée et à un risque accru de 40% de petits bébés.
Département de pédiatrie, Université de Californie San Diego, États-Unis.
Bandoli G, et al. Drug Alcohol Depend. 2021;225:108757.

Science/Homme: Une revue suggère que le cannabis pourrait être utile dans les troubles du spectre autistique.
Selon un examen systématique des données cliniques, « le cannabis et les cannabinoïdes peuvent avoir des effets prometteurs dans le traitement des symptômes liés aux TSA » (troubles du spectre autistique).
Departamento de Psicologia, Universidade Federal da Paraíba (UFPB), João Pessoa, Brésil.
Silva EAD Junior, et al. Trends Psychiatry Psychother. 2021 May 21. [sous presse].

Science/Homme: Aucun effet pertinent de la consommation de cannabis sur l’anesthésie.
Dans une comparaison entre les patients qui consomment du cannabis et ceux qui n’en consomment pas, la consommation de cannabis n’a eu aucun effet sur l’anesthésie au propofol, au fentanyl ou à la kétamine.
Université Northeastern à Boston, centre médical à Brockton, Massachusetts.
King DD, et al. AANA J. 2021;89(3):205-212.

Science/Animal: L’inhibition de la dégradation des endocannabinoïdes réduit l’inflammation des pattes.
Dans un modèle murin d’arthrite inflammatoire, l’inhibition de la dégradation de l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonolglycérol) par un inhibiteur MAGL améliore l’inflammation.
Département de psychologie, Université de Virginie occidentale, États-Unis.
Nass SR, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Mar 25. [sous presse].

Science/Animal: L’huile de chanvre améliore l’athérosclérose expérimentale en réduisant l’inflammation.
Dans une étude sur des souris, l’huile de graines de cannabis a réduit l’athérosclérose expérimentale chez des souris prédisposées à l’athérosclérose en améliorant l’inflammation vasculaire. Les auteurs ont écrit que “les résultats fournissent une stratégie préventive prometteuse pour la progression précoce de la AS ».
Collège des sciences et de l’ingénierie alimentaires, Université polytechnique de Wuhan, Wuhan, République populaire de Chine.
Huang W, et al J Agric Food Chem. 2021 May 26. [sous presse].

Science/Animal: Le CBD a un effet unique sur l’activité cérébrale globale.
Dans une étude sur des souris, des chercheurs ont découvert un effet unique du cannabidiol sur l’activité cérébrale « suggérant que le CBD réduit l’excitation autonome dans des conditions de stress émotionnel et physique. »
Centre de neuro-imagerie translationnelle, Université Northeastern, Boston, États-Unis.
Sadaka AH, et al. J Transl Med. 2021;19(1):220.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Etats-Unis: Les citoyens des États dotés de lois sur le cannabis récréatif considèrent la législation comme un succès
  • Science/Homme: La légalisation de la consommation de cannabis pour les adultes pourrait réduire la consommation d’opioïdes
  • Science/Homme: La consommation de cannabis par les utilisateurs réguliers pourrait n’avoir que des effets minimes sur la cognition

Il y a deux ans

  • Science/Chine: Les preuves les plus anciennes d’inhalation de cannabis
  • Science/Homme: Le nabilone améliore l’agitation chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer
  • Science/Homme: Les consommateurs de cannabis ont une mortalité plus basse suite à une pancréatite
  • Science/Homme: Un inhalateur à doseur pour le cannabis a montré des résultats prometteurs dans une étude pilote
  • Science/Homme: Une étude observationnelle a montré que le cannabis était efficace dans le traitement de la fibromyalgie
  • Russie: Le Parlement a adopté une loi autorisant la culture du cannabis
  • France: Une expérience avec le cannabis médical va bientôt commencer
  • Science/Homme: Une analyse du registre allemand de la douleur indique que le cannabis est un traitement d’appoint dans le traitement de la douleur chronique sévère
  • Science/Homme: Le CBD était efficace dans le traitement de l’encéphalopathie épileptique

IACM-Bulletin du 31 Mai 2021

Japon: Le gouvernement envisage d’autoriser les médicaments contenant du cannabis.

Le Japon a une législation très stricte en matière de drogues. Le cannabis sous toutes ses formes est également absolument interdit, ce qui pose toutefois un problème, notamment pour les médecins. Pour cette raison, la réglementation des médicaments va être assouplie. Il y a quelques mois, le gouvernement japonais a mis en place un comité chargé de discuter d’un ajustement de l’interdiction du cannabis. Outre le durcissement des lois, la discussion a porté sur la question de savoir si le cannabis devait être interdit comme substance dans la médecine.

Selon les premiers rapports, le ministère de la Santé s’est prononcé en faveur et veut pour la première fois autoriser le cannabis comme substance médicinale. Si l’autorisation de ce type de médicament est effectivement approuvée, le Japon devra modifier ses lois sur les drogues, car jusqu’à présent, ni la production ni l’importation de médicaments contenant du cannabis ne sont légales. On ne sait pas encore dans quelle mesure le Japon assouplira les lois dans ce processus.

Sumikai du 15 mai 2021

Etats-Unis: L’usage médicale de préparations orales à base de cannabis devient légal en Alabama.

Une nouvelle loi permet aux patients enregistrés auprès de l’État de posséder jusqu’à « 70 doses quotidiennes » de cannabis médical à la fois. Les doses de produits de cannabis autorisés seront plafonnées à un maximum de 50 milligrammes pendant les 90 premiers jours. Les médecins pourront augmenter cette dose à 75 milligrammes après 90 jours. La loi ne permet pas aux patients d’avoir accès à la fleur de cannabis. Les préparations de cannabis médical doivent plutôt se présenter sous la forme de : « comprimés, capsules, teintures ou cubes de gel à usage oral ; gels, huiles ou crèmes pour un usage topique, ou suppositoires, patchs transdermiques, nébuliseurs, ou liquides ou huiles pour une utilisation dans un inhalateur. » Ces restrictions sont plutôt inhabituelles pour les lois sur le cannabis médical aux États-Unis.

Pour pouvoir participer au programme, les patients doivent être diagnostiqués comme souffrant de l’une des 15 affections admissibles, y compris la douleur chronique, l’épilepsie, la dépression, les nausées dues à différentes causes, la sclérose en plaques, les troubles du spectre autistique, la maladie de Crohn, le syndrome de stress post-traumatique, le syndrome de Tourette et la maladie de Parkinson.

NORML du 20 mai 2021

Science/Homme: L’autorisation de consommer du cannabis réduit la consommation élevée d’opioïdes .

L’autorisation de consommer du cannabis a entraîné une réduction de la consommation d’opioïdes dans un échantillon de 5373 consommateurs réguliers d’opioïdes dans la province canadienne de l’Alberta. C’est le résultat de recherches effectuées au Li Ka Shing Centre for Health Research Innovation de l’Université d’Alberta à Edmonton, au Canada. Tous les patients adultes définis comme des utilisateurs chroniques d’opioïdes qui ont été autorisés à consommer du cannabis à des fins médicales par leur fournisseur de soins de santé en Alberta, au Canada, de 2013 à 2018, ont été comparés à des témoins utilisant des opioïdes chroniques non autorisés. L’âge moyen était de 52 ans et 54% étaient des femmes. Les patients sous faible dose d’opioïdes ont connu une augmentation de leur dose hebdomadaire d’opioïdes, tandis que les consommateurs de doses plus élevées, ont montré une diminution significative sur 6 mois par rapport aux témoins. Les auteurs ont conclu que « cette étude à court terme a montré que l’autorisation du cannabis médical avait des effets intermédiaires sur la consommation d’opioïdes, qui dépendaient de la consommation initiale d’opioïdes. Les observations de changements plus importants (…) semblent concerner les patients qui prenaient une dose élevée d’opioïdes. »

Lee C, Lin M, Martins KJB, Dyck JRB, Klarenbach S, Richer L, Jess E, Hanlon JG, Hyshka E, EURich DT. Opioid use in medical cannabis authorization adult patients from 2013 to 2018: Alberta, Canada. BMC Public Health 2021:21;843.

Science/Homme: Le cannabis topique peut être utile dans le traitement des ulcères veineux de la jambe.

Dans une étude ouverte portant sur 14 patients souffrant d’ulcères de jambe résistants au traitement, l’administration de cannabis a entraîné des améliorations significatives. Les patients souffraient de 16 ulcères récalcitrants de la jambe ont été traités avec des médicaments topiques à base de cannabis en association avec des bandages de compression, tous les deux jours, à la fois sur le lit de la plaie et sur les tissus péri-lésionnels. La cohorte avait un âge moyen de 76 ans et était médicalement complexe.

Une fermeture complète de la plaie, définie comme étant entièrement épithélialisée, a été réalisée chez 11 patients (79 %) et 13 plaies (81 %) dans un délai médian de 34 jours. Les trois patients restants présentaient des tendances progressives de guérison mais ont été perdus pour le suivi. Les traitements ont été bien tolérés, et aucun effet indésirable significatif n’a été constaté. Les auteurs de la Division des soins palliatifs de l’Université de Toronto, au Canada, ont conclu que « la fermeture rapide de plaies d’ulcères de jambe veineux qui ne guérissaient pas auparavant chez des patients âgés et très complexes suggère que les médicaments topiques à base de cannabis peuvent devenir des adjuvants efficaces en conjonction avec la thérapie par compression. »

Maida V, Shi RB, Fazzari FGT, Zomparelli L. Topical Cannabis-Based Medicines – A Novel Adjuvant Treatment for Venous Leg Ulcers: An Open-Label Trial. Exp Dermatol. 2021 May 19. [sous presse].

Science/Homme: le THC peut améliorer la perfusion chez les patients atteints de maladies vasculaires de l’œil.

Dans une étude contrôlée par placebo sur 24 sujets sains, qui ont reçu 5 mg de THC par voie orale ou un placebo, le THC a amélioré le flux sanguin dans la rétine. C’est le résultat présenté par des chercheurs du département de pharmacologie clinique de l’université médicale de Vienne, en Autriche. 

Le placebo n’a eu aucun effet sur le flux sanguin total dans la rétine et sur le contenu en oxygène veineux rétinien. En revanche, le THC a induit une augmentation significative du flux sanguin rétinien, passant d’une moyenne de 39 microlitres par minute à 41 microlitres par minute, qui s’est accompagnée d’une augmentation significative de la teneur en oxygène veineux rétinien (de la moyenne de 0,129 à 0,132 ml d’oxygène par millilitre.) Les auteurs ont conclu que « le médicament pourrait donc être un candidat pour améliorer la perfusion chez les patients atteints d’une maladie vasculaire oculaire ».

Hommer N, Schmidl D, Kallab M, Bauer M, Werkmeister RM, Schmetterer L, Abensperg-Traun M, Garhöfer G. The Effect of Orally Administered Low-Dose Dronabinol on Retinal Blood Flow and Oxygen Metabolism in Healthy Subjects. J Ocul Pharmacol Ther. 2021 May 17. [sous presse].

Science/Homme: De nombreux patients pensent que le CBD peut être utile pour réduire la douleur.

Dans un sondage mené auprès de 253 participants, la majorité ont répondu que le CBD les aidait à soulager leur douleur (59 %) et leur permettait de réduire leurs médicaments antidouleur (67 %). L’enquête a été menée par la recherche clinique de Vitamed Research à Palm Desert, aux États-Unis. Parmi les participants, 62 % ont déclaré avoir essayé un produit à base de CBD [y compris les produits contenant du THC]. 

Ils ont déclaré croire que le CBD était une bonne option de traitement (71%), qu’il n’était pas nocif (75%) et qu’il ne créait pas de dépendance (65%). Environ la moitié des participants (52 %) ont déclaré qu’ils seraient plus à l’aise si leur médecin leur prescrivait des produits à base de CBD. L’attitude et l’expérience globales des participants à l’égard du CBD sont jugées positives, tandis que 92 % des personnes ont exprimé le désir d’en apprendre davantage à son sujet. 

Schilling JM, Hughes CG, Wallace MS, Sexton M, Backing M, Moeller-Bertram T. Cannabidiol as a Treatment for Chronic Pain: A Survey of Patients’ Perspectives and Attitudes. J Pain Res. 2021;14:1241-1250.

En bref

IACM: Quelques nouveaux articles de recherche dans Cannabis and Cannabinoid Research
Khodadadi H, et al. Cannabidiol Modulates Cytokine Storm in Acute Respiratory Distress Syndrome Induced by Simulated Viral Infection Using Synthetic RNA 
Purcell C, et al. Reduction of Benzodiazepine Use in Patients Prescribed Medical Cannabis 
Schlienz NJ, et al. A Cross-Sectional and Prospective Comparison of Medicinal Cannabis Users and Controls on Self-Reported Health 
Nichols JM, et al. Immune Responses Regulated by Cannabidiol 
Wright M, et al. Use of Cannabidiol for the Treatment of Anxiety: A Short Synthesis of Pre-Clinical and Clinical Evidence

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans les soins palliatifs de fin de vie.
Selon un sondage mené auprès de 342 patients, qui étaient en phase terminale et qui recevaient des soins palliatifs, « la consommation de cannabis peut fonctionner comme une alternative aux formes de soutien des soins palliatif ».
Département de gestion et de politique de la santé, Iowa City, États-Unis.
Croker JA 3rd, Bobitt J, et al. am J Hosp Palliat Care. 2021:10499091211018655.

Economy: Tilray et Aphria fusionnent pour devenir la plus grande entreprise de cannabis au monde.
Les actionnaires de Tilray approuvent la fusion avec Aphria, créant ainsi la plus grande entreprise de cannabis au monde en termes de revenus.
MarketWatch of 2 May 2021

Maroc: Le pays souhaite exporter du cannabis à usage médical principalement vers l’Europe.
Le ministère marocain de l’Intérieur a élaboré une étude, démontrant l’intérêt du pays à privilégier le marché EURopéen en termes d’approvisionnement en cannabis médical.
Nouvelles du monde du Maroc du 5 mai 2021

Zimbabwe: le gouvernement annonce des directives pour la production de cannabis médicinal.
Les lois de la nation d’Afrique australe autorisent uniquement la culture du cannabis à des fins médicinales et scientifiques. Les Zimbabwéens ont été autorisés à demander des licences pour cultiver du cannabis à des fins médicales et de recherche depuis avril 2018, mais le processus de mise en place de lois pour réglementer les entreprises a été lent.
Bulawayo du 13 mai 2021

Science/Cellules: Le CBDV et le CBG ont des effets protecteurs sur la barrière hémato-encéphalique.
De nouvelles recherches montre que le CBG (cannabigérol) et le CBDV (cannabidivarine) protègent contre les lésions de la barrière hémato-encéphalique dues à une diminution de l’apport sanguin, ce qui peut se produire lors d’un accident vasculaire cérébral et, selon les auteurs, « justifie une étude plus approfondie de ces composés dans le cas des accidents ischémiques cérébraux ».
Division des sciences médicales et de l’entrée des diplômés en médecine, École de médecine, Université de Nottingham, Hôpital royal de Derby, Derby, Royaume-Uni.
Stone NL, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 Mar 17. [sous presse].

Science/Cellules: Le CBD protège les cellules intestinales de l’inflammation.
Dans un modèle cellulaire d’épithélium intestinal, il a été démontré que le CBD protège les cellules de l’inflammation. Les auteurs ont écrit que leurs recherches « montrent que le cannabidiol est le composé le plus prometteur contre l’état inflammatoire intestinal. ”
Département des sciences pharmaceutiques, Université de Padoue, Italie.
Cocetta V, et al. Front Pharmacol. 2021;12:641210.

Science: Le CBG présente des propriétés antibactériennes contre le Streptococcus mutans.
Le Streptococcus mutans (S. mutans) est une bactérie à gram-positive facultative et l’agent pathogène le plus commun associé aux caries dentaires. Dans une nouvelle étude, le CBG (cannabigerol) a montré des effets antibactériens contre cette bactérie.
Institut des sciences dentaires, Université hébraïque de Jérusalem, Israël.
Aqawi M, et al. Front Microbiol. 2021;12:656471.

Science/Homme: La consommation de cannabis à des fins médicales n’augmenterait pas le risque d’accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque.
Une méta-analyse des études disponibles montre que la consommation de cannabis « était associée à la tachycardie, à l’hypotension et à l’hypotension orthostatique. Il y a peu de données concernant d’autres événements cardiovasculaires chez les consommateurs de cannabis médical.
Département de pharmacothérapie, École de pharmacie, Université de l’Utah, Salt Lake City, États-Unis.
Watanabe AH, et al. J Am Pharm Assoc (2003). 2021:S1544-3191(21)00111-4.

Science/Animal: Le CBD induit des effets anti-psychotiques chez les souris.
Chez les souris, l’administration aiguë de CBD « induit des effets antipsychotiques aigus qui durent 24 heures ».
Département des neurosciences et des sciences du comportement, École de médecine de Ribeirão Preto, Université de São Paulo, Brésil.
Pedrazzi JFC, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2021:110352.

Science: Le système endocannabinoïde pourrait médier l’effet des bactéries intestinales sur l’humeur.
Une nouvelle étude « suggère que la diversité microbienne intestinale pourrait contribuer à l’anhédonie et à l’amotivation par le biais du système endocannabinoïde. Ces résultats éclairent les fondements biologiques de l’anhédonie/l’amotivation et suggèrent que l’axe microbiote intestinal-endocannabinoïde constitue une cible thérapeutique prometteuse dans un domaine où les besoins cliniques ne sont pas satisfaits. »
Département de psychiatrie, Université d’Oxford, Royaume-Uni. 
Minichino A, et al. Mol Psychiatry. 2021 May 17. [sous presse].

Science/Homme: La consommation de cannabis pourrait ne pas avoir d’effet sur l’hospitalisation chez les jeunes.
Une analyse des données de 1216 jeunes a montré « que la consommation quotidienne de cannabis n’était pas associée à l’hospitalisation chez (…) les jeunes ».
BC Centre on Substance Use, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver, Canada.
Reddon H, et al. Harm Reduct J. 2021;18(1):53.

Science/Homme: Les effets nocifs du cannabis ne seraient pas uniquement attribués au THC et au CBD.
Dans une analyse de patients ayant reçu différentes variétés de cannabis pour le traitement de la douleur, le nombre d’effets indésirables à court et à long terme n’était pas seulement lié au THC et au CBD, mais d’autres composés du cannabis pourraient être pertinents.
Faculté de biologie, Technion-Israel Institute of Technology, Haïfa, Israël.
Aviram J, et al. Pharmacol Res. 2021:105651.

Science/Animal: Le CBD pourrait avoir un effet sur l’anesthésie à l’isoflurane.
Dans une étude sur des rats, le CBD a eu un effet dépendant de la dose sur le déroulement de l’anesthésie à l’isoflurane et peut réduire le temps d’induction.
Faculté de médecine vétérinaire, Institut des sciences précliniques, Université de Ljubljana, Slovénie.
Uric M, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 May 11. [sous presse].

Science/Homme: Différentes souches de cannabis bien tolérées par les patients souffrant de douleur.
Dans une analyse portant sur 585 patients souffrant de douleurs, qui ont été suivis pendant 12 mois, une amélioration des symptômes au fil du temps « a été observée sur la douleur, la fatigue, la somnolence, l’anxiété et le bien-être. Les patients autorisés à prendre des produits à dominance THC ont présenté une amélioration moindre des symptômes d’anxiété et de bien-être par rapport à ceux autorisés à prendre des produits à dominance CBD ou équilibrés (THC:CBD). Le cannabis médical a été bien toléré pour tous les profils de produits. ”
Canopy Growth Corporation, Smiths Falls, Canada.
Kalaba M, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2021 May 10. [sous presse].

Science/Homme: Aucun effet pertinent de la consommation de cannabis sur les résultats après une intervention chirurgicale.
Dans une étude portant sur 606 consommateurs de cannabis et 606 témoins, qui ont tous subi une intervention chirurgicale, « les résultats ne démontrent pas une association convaincante entre la consommation autodéclarée de cannabis et les principaux résultats chirurgicaux ou la gestion de la douleur. “
Michael G. DeGroote School of Medicine, Université McMaster, Hamilton, Ontario, Canada.
Zhang BH, et al. Reg Anesth Pain Med. 2021:rapm-2021-102479.

Science/Animal: L’inactivation du récepteur CB2 accélère un modèle murin de sclérose latérale amyotrophique.
De nouvelles recherches menées sur un modèle murin de sclérose latérale amyotrophique suggèrent que l’activation du récepteur CB2 pourrait avoir un effet neuroprotecteur dans la sclérose latérale amyotrophique.
Instituto Universitario de Investigación en Neuroquímica, Universidad Complutense, Madrid, Espagne.
Rodríguez-Cueto C, et al. Brain Patrol. 2021:e12972.

Science/Homme: Les patients souffrant de psychose et ayant des antécédents de consommation de cannabis ont de meilleures performances neurocognitives.
Une étude portant sur 30 patients atteints d’un premier épisode de schizophrénie, qui avaient des antécédents de consommation de cannabis, a montré de meilleures performances neurocognitives que 53 non-consommateurs de cannabis atteints d’un premier épisode de schizophrénie.
Institut de soins neuropsychiatriques, Prague, République tchèque.
Hájková M, et al. Cogn Neuropsychiatry. 2021:1-16.

Science: Les cannabinoïdes sont des agents antioxydants.
Le CBG, le CBD, le THC, le CBN, le CBGA, le CBDA et le THCA ont été testés quant à leur activité antioxydante. Les auteurs ont écrit que leurs résultats « prouvent que tous les cannabinoïdes examinés présentent une activité antioxydante qui se manifeste par leur capacité à piéger les radicaux libres, à empêcher le processus d’oxydation et à réduire les ions métalliques. ”
Département de chromatographie, Institut des sciences chimiques, Faculté de chimie, Université Maria Curie-Sklodowska de Lublin, Pologne.
Dawidowicz AL, et al. Fitoterapia. 2021;152:104915.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • IACM: Assurer la continuité du traitement pendant la pandémie de COVID-19 pour les patients utilisant du cannabis et des cannabinoïdes.

Il y a deux ans

  • Etats-Unis: L’Illinois deviendra le 11ème État à légaliser la possession de cannabis chez les adultes
  • Canada: Le gouvernement soutient la recherche sur le cannabis avec 25 millions de dollars
  • Science/Homme: Le cannabis peut avoir un effet protecteur contre le diabète chez les personnes obèses
  • Science/Homme: Les consommateurs de cannabis souffrant de troubles de la personnalité ne courent aucun risque accru de développer d’autres troubles psychiatriques

IACM-Bulletin du 06 Mai 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une activité physique accrue, selon 2 études.

Deux études menées au Royaume-Uni et aux États-Unis suggèrent que la consommation de cannabis est positivement associée à l’activité physique et à l’exercice. Selon une étude menée au Cambridge Centre for Sport and Exercise Science de l’Université Anglia Ruskin, au Royaume-Uni, auprès de 15 822 participants (âge moyen : 37,5 ans), la consommation de cannabis était associée à un degré d’activité physique modérément plus élevé. Ils ont conclu que « la consommation de cannabis était associée à des niveaux plus élevés d’activité physique et de temps passé assis. Lors d’une intervention visant à réduire la consommation de cannabis dans les populations américaines, il peut être approprié de promouvoir l’activité physique et de s’assurer que l’activité physique soit maintenue une fois la consommation de cannabis arrêtée. »

Ces résultats sont confirmés par les données du Center for Children and Families de la Florida International University à Miami, aux États-Unis. Les participants à l’étude étaient 387 adolescents âgés de 15 à 18 ans qui ont effectué deux évaluations à 6 mois d’intervalle. Une plus grande activité physique au début de la période de référence était associée à une plus grande fréquence de consommation de cannabis (CU) lors du suivi à 6 mois. Les auteurs ont écrit que « contrairement aux hypothèses, les adolescents déclarant faire plus d’exercice au départ ont également déclaré une fréquence plus élevée de consommation de cannabis dans notre échantillon. »

Pacheco-Colón I, Salamanca MJ, Coxe S, Hawes SW, Gonzalez R. Exercise, Decision-Making, and Cannabis-Related Outcomes among Adolescents. Subst Use Misuse. 2021:1-10.
Smith L, Sherratt F, Barnett Y, Cao C, Tully MA, Koyanagi A, Jacob L, Soysal P, López Sánchez GF, Shin JI, Yang L. Physical activity, sedentary behaviour and cannabis use in 15,822 US adults: cross-sectional analyses from NHANES. Public Health. 2021;193:76-82.

Science/Homme: Les anciens combattants américains préfèrent le cannabis aux opioïdes et aux benzodiazépines.

Selon une enquête menée par des chercheurs du College of Applied Health Sciences de l’Université de l’Illinois à Urbana Champaign, aux États-Unis, auprès de 514 anciens combattants âgés de 60 ans ou plus et de 2 758 non-vétérans, les groupes différaient en ce qui concerne la consommation de cannabis, d’opioïdes et de benzodiazépines. Les deux groupes ont signalé des niveaux semblables de douleur, de qualité de vie, de satisfaction sociale et de qualité du sommeil. 

Les anciens combattants étaient plus susceptibles de consommer du cannabis pour des problèmes de santé mentale, tandis qu’ils en consommaient moins pour des problèmes liés à la douleur que les non-vétérans. Les anciens combattants étaient moins susceptibles de consommer des opioïdes et des benzodiazépines que les non-vetérans. Les anciens combattants ont également déclaré que la consommation de cannabis avait des effets positifs sur la douleur, la qualité du sommeil, les problèmes de santé et la qualité de vie. Les auteurs ont conclu que leur travail « fournit des indications aux cliniciens et aux décideurs politiques pour déterminer si le cannabis peut être une option viable pour réduire ou remplacer la consommation d’opioïdes et de benzodiazépines par les anciens combattants plus âgés souffrant de problèmes de santé physique et mentale chroniques. »

Kang H, Hunniecutt J, Quintero Silva L, Kaskie B, Bobitt J. Biopsychosocial factors and health outcomes associated with cannabis, opioids and benzodiazepines use among older veterans. Am J Drug Alcohol Abuse. 2021:1-11.

Science/Homme: De faibles niveaux de THC peuvent augmenter la réduction de la douleur aiguë par l’hydromorphone chez les adultes en bonne santé.

Dans une étude contrôlée par placebo menée auprès de 29 adultes en bonne santé sans antécédents de troubles liés à la consommation de drogues, 2,5 mg de THC ont réduit l’analgésie de 4 mg d’hydromorphone dans plusieurs tests de douleur aiguë et chronique, notamment la douleur thermique, la douleur due à la pression et la crème topique à la capsaïcine à 10 %. Les participants ont reçu soit de l’hydromorphone avec placebo, soit 2,5 mg de THC, 5 mg de THC ou 10 mg de THC. Les médicaments ont été administrés par voie orale.

L’association d’hydromorphone plus 2,5 mg de THC présentait le risque d’abus le plus faible et l’association d’hydromorphone plus 5 mg de THC le plus élevé. L’hydromorphone plus 10 mg de THC a produit un taux élevé d’effets dysphoriques. Seule l’association d’hydromorphone plus 2,5 mg de THC a légèrement amélioré l’analgésie à base d’hydromorphone et l’association d’hydromorphone plus 5 ou 10 mg de THC a augmenté le risque d’abus et d’effets indésirables.

Dunn KE, Bergeria CL, Huhn AS, Speed TJ, Mun CJ, Vandrey R, Campbell CM. Within-subject, double-blinded, randomized, and placebo-controlled evaluation of the combined effects of the cannabinoid dronabinol and the opioid hydromorphone in a human laboratory pain model. Neuropsychopharmacology. 2021 Apr 20. [sous presse].

Science/Animal: Certains terpènes de cannabis renforcent les effets des cannabinoïdes.

Des chercheurs du Département de Pharmacologie du Collège de Médecine de l’Université d’Arizona à Tucson, aux États-Unis, ont rapporté que des études menées sur des souris ont révélé que certains terpènes de cannabis, seuls et en combinaison avec le cannabinoïde synthétique WIN55,212, avaient des effets similaires à ceux du cannabis. Ils “ont constaté que les terpènes alpha-humulène, géraniol, linalol et bêta-pinène produisaient des comportements de tétrade cannabinoïde chez les souris, suggérant une activité cannabimimétique « . Comme le THC, ce cannabinoïde se lie aux récepteurs CB1 et CB2. Des expériences cellulaires ont démontré que ces effets terpéniques étaient médiés en partie par l’activation du récepteur CB1 et en partie par l’activation d’autres cibles.

Les auteurs ont écrit que “leurs résultats suggèrent que ces terpènes de cannabis sont des ligands cannabimimétiques multifonctionnels qui apportent un soutien conceptuel à l’hypothèse de l’effet d’entourage et pourraient être utilisés pour améliorer les propriétés thérapeutiques des cannabinoïdes. »

LaVigne JE, Hecksel R, Keresztes A, Streicher JM. Cannabis sativa terpenes are cannabimimetic and selectively enhance cannabinoid activity. Sci Rep. 2021;11(1):8232..

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le traitement du prurit selon un rapport de cas.

Des chercheurs du département de dermatologie de la Johns Hopkins University School of Medecine à Baltimore, aux États-Unis, ont signalé un cas d’utilisation réussie de cannabis médical pour traiter un prurit chronique résistant au traitement. Ils ont noté que « le prurit chronique est un symptôme débilitant qui est associé à de nombreuses maladies dermatologiques, neurologiques et systémiques. Il est souvent résistant au traitement et peut entraîner une réduction importante de la qualité de vie. »

Une femme, qui souffrait de prurit depuis 10 ans, a connu une amélioration significative et durable après l’inhalation de cannabis et l’utilisation de teintures de cannabis. Une mesure de la qualité de vie s’est améliorée de 17 à 1 au cours des 20 mois de traitement au cannabis. Elle a pu arrêter tous les autres médicaments, qui n’étaient pas très efficaces. Les auteurs ont conclu que « ce rapport de cas souligne que la marijuana à des fins médicales est un traitement potentiel pour le prurit chronique. »

Roh YS, Sutaria N, Biles NF, Kwatra SG. Treatment of Chronic Pruritus With Medical Marijuana. JAMA Dermatol. 2021 Apr 9. [sous presse].

En bref

États-Unis: La Virginie légalise la consommation de cannabis par les adultes.
Le gouverneur de la Virginie, Ralph Northam, a signé un projet de loi légalisant la simple possession de cannabis, faisant de cet État le premier du sud des États-Unis à autoriser l’usage récréatif de cette drogue, a déclaré le gouverneur. Afin de lutter contre les disparités raciales dans la poursuite des crimes liés au cannabis, l’État a accéléré au 1er juillet son calendrier d’adoption de la loi, au lieu d’attendre jusqu’en 2024.
Reuters du 22 avril 2021

États-Unis: La Chambre fédérale des représentants approuve une législation qui permettrait aux banques de travailler avec les entreprises de cannabis.
Le 19 avril, la Chambre des représentants a approuvé, par un vote de 321 voix contre 101, un projet de loi autorisant les banques à fournir des services aux entreprises du secteur du cannabis dans les États où cette activité est légale. Le projet de loi stipule que les recettes des entreprises légitimes de cannabis ne seront pas considérées comme illégales et demande aux régulateurs fédéraux d’élaborer des règles sur la manière dont ils superviseront ces activités bancaires. Le projet de loi est maintenant renvoyé au Sénat.
Reuters du 20 avril 2021

Afrique/Europe: L’Union EURopéenne autorise une entreprise du Lesotho à exporter du cannabis à des fins médicales.
La start-up du Lesotho MG Health est devenue le premier cultivateur de cannabis africain à obtenir l’autorisation de l’Union EURopéenne d’exporter des fleurs de cannabis à des fins médicales. Le Lesotho a été l’un des pionniers du secteur naissant du cannabis légal en Afrique, qui pourrait représenter plus de 7,1 milliards de dollars US par an d’ici 2023 si de nouvelles lois sont introduites, selon l’African Cannabis Report il y a deux ans.
Reuters du 16 avril 2021

Etats-Unis: Les produits à base de cannabis ne contiennent pas toujours la quantité de THC et de CBD indiquée sur leurs étiquettes.
Les niveaux de THC et de CBD peuvent varier considérablement par rapport à ceux revendiqués par les distributeurs, avertit une nouvelle étude. « Les gens achètent des produits qu’ils pensent être sans THC mais qui, en fait, contiennent une quantité significative de THC », a déclaré la chercheuse Jodi Gilman, du Centre for Addiction Medecine au Massachusetts General Hospital à Boston. C’est particulièrement problématique lorsque le THC – l’ingrédient responsable du « high » du cannabis – est présent dans la marijuana médicale étiquetée « CBD uniquement », ont déclaré les auteurs de l’étude dans un communiqué de presse de l’hôpital.
UPI du 14 avril 2021

Etats-Unis: 69% des citoyens pensent que le cannabis devrait être légal aux États-Unis.
Près de 7 Américains sur 10 (69 %) pensent que la consommation du cannabis devrait être légalisée aux États-Unis. Les chiffres parmi les électeurs inscrits sont similaires (70 %), et ils représentent un niveau record de soutien à la légalisation du cannabis depuis que l’Université Quinnipiac a commencé à réaliser des sondages sur cette question en décembre 2012. À cette époque, 51 % des électeurs inscrits y étaient favorables. 1 237 adultes américains ont été sondés à l’échelle nationale en avril 2021.
Quinnipiac University du 15 avril 2021

Suisse: 5000 citoyens seront autorisés à consommer du cannabis.
C’est un test pour observer les avantages et les inconvénients de la légalisation du cannabis récréatif. À partir du 15 mai, et pour une durée maximale de sept ans, 5 000 Suisses de plus de 18 ans pourront consommer légalement du cannabis. Ils devront respecter quelques conditions : être déjà consommateurs, accepter un suivi et limiter leur consommation. Selon cette évolution, ces études permettront d’évaluer et de documenter, dans un cadre scientifique, ses effets sur la santé des usagers et sur les habitudes de consommation. 
Newsweed du 7 avril 2021

Science: L’anandamide modifie les propriétés de la membrane des bactéries résistantes aux médicaments.
Des nouvelles recherches montrent que l’endocannabinoïde anandamide modifie les propriétés de la membrane du Staphylococcus aureus (SARM) multirésistant aux médicaments et arrête la division cellulaire.
Biofilm Research Laboratory, Faculté de médecine dentaire, Université hébraïque de Jérusalem, Israël.
Banerjee S, et al. Sci Rep. 2021;11(1):8690.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à des effets négatifs pendant la grossesse.
Dans une étude portant sur 4,83 millions de mères ayant accouché d’un enfant unique entre 2001 et 2012, un trouble lié à la consommation de cannabis pendant la grossesse a été associé à une augmentation faible mais significative d’un poids inférieur à la naissance, de la naissance prématurée et du décès dans l’année qui suit la naissance.
Herbert Wertheim School of Public Health and Human Longevity Science, Université de Californie San Diego, La Jolla, États-Unis.
Shi Y, et al. Addiction. 2021 Apr 22. [sous presse].

Science/Cellules: L’activation du récepteur CB2 induit des apoptoses dans les cellules cancéreuses du côlon.
Dans une étude avec des cellules d’adénocarcinome colorectal humain, l’activation du récepteur cannabinoïde-2 a induit l’apoptose, une forme de mort cellulaire programmée, dans ces cellules cancéreuses.
Faculté de médecine vétérinaire, Département de pharmacologie et de toxicologie, Université d’Urmia, Iran. 
Alenabi A, et al. Mol Cell Biochem. 2021 Apr 22. [sous presse].

Science/Homme: Les facteurs de stress et les problèmes de sommeil prédisent la probabilité de consommation de cannabis chez les adultes noirs.
Dans une étude portant sur 1508 personnes, les facteurs de stress de la vie, tels que les problèmes financiers et les problèmes de sommeil, permettent de prédire la probabilité de consommation de cannabis au cours de la vie chez les adultes noirs ayant eu des contacts avec la justice pénale.
City University of New York, École des sciences de la santé, Département du travail social, États-Unis.
Archibald PC, et al. Ethn Dis. 2021;31(2):187-196.

Science/Animal: Le THC, mais pas le CBD, a des propriétés anxiolytiques.
Dans une étude sur des souris, le THC seul, mais pas le CBD seul, a réduit l’anxiété dans le labyrinthe soi-disant élevé plus, un test standard pour l’anxiété.
Département de pharmacologie et de toxicologie EpLink, Programme de recherche sur l’épilepsie de l’Ontario Brain Institute, Université de Toronto, Canada.
Liu J, et al. Behav Pharmacol. 2021 Apr 19. [sous presse].

Science: Des dérivés du THC pourraient être efficaces contre le nouveau coronavirus.
Des composés structurellement modifiés d’hydroxychloroquine, de remdesivir et de tétrahydrocannabinol ont été efficaces contre la protéase principale du SRAS-CoV-2.
Département de chimie, Université SRM, Delhi-NCR Sonepat, Inde.
Mishra D, et al. J Mol Liq. 2021:116185.

Science/Animal: Le THC pendant la grossesse des rats altère le fonctionnement du cœur.
Dans des études sur des rats, l’administration de THC pendant la grossesse a eu des effets négatifs sur la santé cardiovasculaire après la naissance.
Département de physiologie et de pharmacologie, Université Western, London, Canada.
Lee K, et al. Pediatr Res. 2021 Apr 20. [sous presse].

Science/Cellules: Le CBD peut induire l’odontogenèse et donc être utile en dentisterie.
Dans une étude portant sur des cellules de la pulpe dentaire, le CBD (cannabidiol) a induit l’odontogenèse. Les auteurs ont écrit que le CBD a le potentiel de développer de nouvelles thérapies dans le traitement de la pulpe vitale en dentisterie.
Diplômé en parodontie, École de médecine dentaire, Université de Detroit Mercy, Detroit, États-Unis.
Qi X, et al. J Dent. 2021:103673.

Science/Cellules: Le CBD convertit un facteur de progression du cancer en un suppresseur de tumeur dans les cellules de glioblastome.
Une nouvelle étude montre que le CBD (cannabidiol) peut convertir une protéine, le facteur de transcription NFxB, qui entraîne la progression du cancer dans de nombreux cancers, dont le glioblastome, en un suppresseur de tumeur.
Recherche neurochirurgicale, département de neurochirurgie, hôpital universitaire, LMU Munich, Allemagne.
Volmar MNM, et al. Neuro Oncol. 2021:noab095.

Science/Animal: L’activation du récepteur CB2 réduit la douleur abdominale induite par la colite.
La douleur abdominale est un symptôme clé de la maladie inflammatoire de l’intestin. Une nouvelle étude démontre qu’un cannabinoïde synthétique (olorinab), qui active le récepteur CB2, réduit les douleurs abdominales dues à l’inflammation de l’intestin chez les rongeurs.
Université Flinders, Adélaïde, Australie.
Castro J, et al. Pain. 2021 Apr 13. [sous presse].

Science/Animal: La graine de chanvre peut améliorer les problèmes rénaux dus à l’hypercholestérolémie.
La graine de chanvre a amélioré la santé rénale de rats souffrant d’hypercholestérolémie. Les auteurs ont écrit que le chanvre pourrait avoir « un potentiel thérapeutique contre les néphropathies associées à l’hypercholestérolémie et d’autres effets systémiques. »
Département de biophysique, Université Panjab, Chandigarh, Inde.
Kaur S, et al. Clin Biochem. 2021:S0009-9120(21)00111-9.

Science/Cellules: Le CBD pourrait avoir un effet protecteur dans la maladie de Parkinson.
Le CBD a protégé les cellules nerveuses du dysfonctionnement des mitochondries et a montré d’autres effets bénéfiques. Les auteurs ont noté que « pris ensemble, le cannabidiol agit comme un protecteur dans la MP ».
Département de radiologie, premier hôpital affilié de l’université de médecine de Kunming, Chine.
Kang S, et al. Front Cell Neurosci. 2021;15:654340.

Science/Cellules: Une combinaison de CBD et de dihydroartémisinine peut être bénéfique dans l’inflammation.
Une combinaison de CBD (cannabidiol) et de dihydroartémisinine pourrait être utile dans le traitement de l’inflammation du système nerveux, selon une étude sur les cellules microgliales.
École de chimie et de sciences pharmaceutiques, Université normale du Guangxi, Guilin, Chine.
Wang F, et al. Bioorg Med Chem. 2021;39:116131.

Science/Homme: De nombreux patients atteints de sclérose en plaques en Argentine consomment du cannabis.
Une enquête menée auprès de 281 patients atteints de sclérose en plaques en Argentine montre que 34 % d’entre eux ont consommé du cannabis au cours de l’année écoulée. 31 % étaient des consommateurs quotidiens actuels ou anciens. 42% des utilisateurs ont commencé leur consommation après le diagnostic de la sclérose en plaques.
Unité de neuro-immunologie, département de neuroscience, hôpital Alemán, Buenos Aires, Argentine.
Carnero Contentti E, et al. Mult Scler Relat Disord. 2021;51:102932.

Science/Homme: Le CBD n’est pas efficace dans le traitement de la lombalgie dans un essai contrôlé.
Dans une étude portant sur 100 patients souffrant de lombalgie aiguë, qui ont reçu soit 400 mg de CBD, soit un placebo, en plus des médicaments analgésiques standard des services d’urgence, aucune différence n’a été constatée entre le CBD et le placebo. Les auteurs ont noté que « le CBD n’était pas supérieur au placebo en tant que médicament d’appoint pour soulager la lombalgie aiguë non traumatique ».
Austin Health, Melbourne, Australie.
Bebee B, et al. Med J Aust. 2021 Apr 12. [sous presse].

Science/Animal: La gabatentine atténue le sevrage au THC chez la souris.
Chez les souris dépendantes du THC, le blocage des récepteurs CB1 a précipité le sevrage. Le sevrage était associé à des tremblements des pattes et à des secousses de la tête. Ces symptômes ont été réduits par l’administration de gabapentine.
Département de médecine environnementale, École de médecine et de dentisterie de l’Université de Rochester, Rochester, États-Unis.
Eckard ML, et al. Neuropharmacology. 2021:108554. [sous presse].

Science/Homme: Traitement réussi des crises d’épilepsie par le CBD, le régime cétogène et la stimulation du nerf vagal.
Un enfant de 3 ans souffrant d’une épilepsie multirésistante due à une asphyxie à la naissance a été traité avec succès par une combinaison de régime cétogène, de stimulation du nerf vagal et de cannabidiol oral.
Hôpital universitaire Koc, département de pédiatrie, Istanbul, Turquie.
Coskun Y, et al. Int J Neurosci. 2021:1-5.

Science/Animal: L’activation du récepteur CB2 réduit les lésions de l’ovaire après une réduction de l’apport sanguin.
L’activation du récepteur CB2 par un cannabinoïde synthétique (JWH-133) atténue les lésions après ischémie de l’ovaire chez le rat en raison de ses effets antioxydants et anti-inflammatoires.
Département d’obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine, Université Yozgat Bozok, Turquie.
Onat T, et al. Biotech Histochem. 2021:1-7.

Science/Animal: Le système endocannabinoïde est impliqué dans la croissance osseuse.
La recherche sur des poissons (poisson-zèbre et médaka) montre que le système endocannabinoïde et le système de l’acide rétinoïque influencent la croissance osseuse qui, selon les auteurs, pourrait être utilisé en thérapie.
Metabolic Genetic Diseases Laboratory, Metabolic Research Unit, Deakin University School of Medicine, Geelong, Australie.
Fraher D, et al. Mol Cell Endocrinol. 2021;529:111267.

Science/Homme: Le cannabis peut influencer la perception du goût.
Des recherches menées auprès de 2808 participants démontrent que les consommateurs actuels de cannabis ont un goût amer moins prononcé que les personnes n’ayant jamais consommé de cannabis.
École d’infirmières de l’Université de Pennsylvanie, Département des sciences de la santé biocomportementale, États-Unis.
Chao AM, et al. Chem Senses. 2021:bjab017.

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a aucun effet sur la survie après une transplantation du foie.
Dans une étude portant sur 2 690 candidats greffés du foie, 11 % ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois. La survie après la transplantation n’était pas influencée par la consommation de cannabis.
Division de gastroentérologie et d’hépatologie, Université du Michigan, États-Unis.
Likhitsup A, et al. Clin Transplant. 2021:e14312.

Science/Animal: L’oléolyéthanolamide pourrait être bénéfique contre la neurodégénérescence du cervelet.
L’endocannabinoïde olelylethanolamide a protégé les cellules nerveuses et des recherches menées sur des souris montrent que cet endocannabinoïde “peut limiter les processus neurodégénératifs cérébelleux sévères. »
Laboratoire de plasticité neuronale et de neuro-réparation, Institut des neurosciences de Castille et Léon (INCyL), Université de Salamanque, Espagne.
Pérez-Martín E, et al. Neurotherapeutics. 2021 Apr 7. [sous presse].

Science/Animal: Le CBD prolonge la durée de vie dans un modèle animal de la maladie d’Alzheimer.
Le CBD (cannabidiol) a empêché la dégradation des cellules nerveuses induite par la bêta-amyloïde, une protéine clé de la maladie d’Alzheimer, chez certains nématodes. Cet effet implique l’activation du récepteur CB1.
Australian Centre for Cannabinoid Clinical and Research Excellence (ACRE), New Lambton Heights, Australie.
Wang Z, et al. FASEB J. 2021;35(5):e21537.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Science/Homme: L’utilisation de cannabis seul dans la sclérose en plaques peut remplacer plusieurs médicaments
  • Science/Homme: Effets subjectifs des préparations de CBD après ingestion orale et inhalation dans une étude clinique

Il y a deux ans

  • IACM: Points forts de la Conférence du 31 Octobre au 2 Novembre 2019 à Berlin
  • Science/Homme: Selon une étude large, des extraits de CBD sont efficaces contre les convulsions associées à la sclérose tubéreuse

IACM-Bulletin du 19 Avril 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis réduit l’incidence des surdoses non fatales d’opioïdes chez les patients participant à un programme de méthadone.

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Washington à Seattle, aux États-Unis, les patients participant à un traitement d’entretien à la méthadone (TEM) ont connu des taux plus faibles de surdoses d’opioïdes non-fatales s’ils consommaient du cannabis. Les chercheurs ont sélectionné un échantillon pratique de personnes inscrites dans quatre cliniques de TEM de l’État de Washington et du sud de la Nouvelle-Angleterre, qui ont répondu à un sondage unique.

Sur 446 participants, 35 % (n = 156) ont déclaré consommer fréquemment du cannabis et 7 % ont déclaré avoir subi une surdose non-fatale d’opioïdes au cours de l’année écoulée. La prévalence des surdoses non-fatales d’opioïdes était de 3 % parmi les personnes déclarant une consommation fréquente de cannabis, et de 9 % parmi celles déclarant une consommation peu fréquente ou nulle. Les auteurs ont conclu que « chez les personnes inscrites au programme de TEM, la consommation fréquente de cannabis au cours du dernier mois était associée à un nombre moindre de surdoses d’opioïdes non-fatales déclarées par les répondants au cours de l’année écoulée ». Les limites méthodologiques mettent en garde contre une interprétation causale de cette relation. »

Bryson WC, Morasco BJ, Cotton BP, Thielke SM. Cannabis Use and Nonfatal Opioid Overdose among Patients Enrolled in Methadone Maintenance Treatment. Subst Use Misuse. 2021;56(5):697-703.

Science/Homme: Le cannabis pourrait être utile en cas de vidange gastrique retardée.

Les patients ayant reçu un diagnostic de gastroparésie (vidange gastrique retardée) qui consomment du cannabis ont une mortalité hospitalière réduite par rapport aux non-consommateurs. Les chercheurs du Brigham and Women’s Hospital de la Harvard Medical School à Boston, aux États-Unis, ont utilisé une grande base de données de 1 473 363 patients atteints de gastroparésie, dont 2,3 % présentaient un trouble concomitant lié à la consommation de cannabis.

Après contrôle des facteurs de confusion, la durée du séjour à l’hôpital et la mortalité hospitalière étaient significativement réduites chez les patients atteints de gastroparésie et consommant du cannabis. Les auteurs ont conclu que « bien que les patients atteints de gastroparésie et de troubles liés à la consommation de cannabis étaient plus jeunes, avaient un statut socio-économique moins élevé et étaient affectés de manière disproportionnée par des diagnostics psychiatriques, ces patients présentaient de meilleurs résultats d’hospitalisation, notamment une diminution de la durée de séjour et une amélioration de la mortalité hospitalière. »

McCarty TR, Chouairi F, Hathorn KE, Chan WW, Thompson CC. Trends and Socioeconomic Health Outcomes of Cannabis Use Among Patients With Gastroparesis: A United States Nationwide Inpatient Sample Analysis. J Clin Gastroenterol. 2021 Mar 12. [sous presse].

USA: New York et le Nouveau-Mexique légalisent l’usage du cannabis par les adultes, la Virginie veut suivre.

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a signé le 31 mars un projet de loi visant à légaliser la consommation de cannabis chez les adultes, faisant de cet État le 15e État américain à autoriser l’usage récréatif de cette drogue. M. Cuomo a déclaré que le projet de loi, qui a été approuvé par l’Assemblée de l’État le 30 mars, permettrait également d’effacer l’ardoise pour de nombreuses personnes précédemment accusées de délits liés au cannabis. « Le projet de loi crée une radiation automatique des condamnations antérieures pour possession de marijuana qui seraient désormais légales », a écrit M. Cuomo sur Twitter, annonçant qu’il venait de signer la législation. « C’est un jour historique”. M. Cuomo a ajouté que la législation devrait créer 30 000 à 60 000 nouveaux emplois et 350 millions de dollars américains en recettes fiscales annuelles.

Plus tôt dans la journée du 31 mars, le gouverneur de la Virginie, Ralph Northam, a proposé d’avancer la légalisation de la simple possession de cannabis au mois de juillet plutôt que d’attendre jusqu’en 2024. M. Northam a déclaré que les disparités raciales dans les poursuites des crimes liés au cannabis l’incitaient à accélérer le calendrier. 

Au Nouveau-Mexique également, deux projets de loi visant à légaliser la consommation de cannabis pour les adultes de 21 ans et plus et à radier les dossiers d’arrestation et de condamnation pour certains délits liés au cannabis ont été adoptés par l’Assemblée législative et attendent la signature de la gouverneure Michelle Lujan Grisham, qui a fait l’éloge des projets de loi, affirmant qu’ils soutiendraient l’économie et aideraient ceux qui ont été lésés par « la guerre ratée du pays contre les drogues ».

Reuters du 31 mars 2021
UPI du 31 mars 2021
CCN du 1er avril 2021

Science/Homme: Le traitement à long terme de la douleur chronique par le cannabis donne de meilleurs résultats que le traitement conventionnel.

Dans une étude d’observation menée par des chercheurs de l’hôpital McLean de Belmont, aux États-Unis, auprès de 37 patients souffrant de douleurs, le cannabis a entraîné une amélioration de plusieurs symptômes. Les participants ont été évalués avant, 3 et 6 mois après le début du traitement au cannabis. Ils ont été comparés à 9 patients qui n’ont pas commencé de traitement au cannabis.

Par rapport au début de l’étude, après 3 et 6 mois de traitement, les patients ayant reçu du cannabis ont présenté d’une amélioration de la douleur qui s’est accompagnée d’une amélioration du sommeil, de l’humeur, de l’anxiété et de la qualité de vie, ainsi que d’une stabilisation de la consommation de médicaments conventionnels. Les auteurs ont écrit que “les résultats suggèrent généralement qu’une exposition accrue au THC était liée à une amélioration de la douleur, tandis qu’une exposition accrue au CBD était liée à une amélioration de l’humeur. (…) Les analyses pilotes ont révélé que les patients sous traitement habituel ne présentent pas le même schéma d’amélioration. »

Gruber SA, Smith RT, Dahlgren MK, Lambros AM, Sagar KA. No pain, all gain? Interim analyses from a longitudinal, observational study examining the impact of medical cannabis treatment on chronic pain and related symptoms. Exp Clin Psychopharmacol. 2021 Mar 25. [sous presse].

Science/Homme: De nombreux patients souffrant d’une inflammation de l’intestin consomment du cannabis.

Environ la moitié des participants à une enquête menée en Nouvelle-Zélande auprès de patients souffrant d’une inflammation de l’intestin ont déclaré consommer du cannabis. Les participants ont été recrutés par des chercheurs de la Dunedin School of Medicine de l’Université d’Otago, en Nouvelle-Zélande, par courrier postal et par des ressources en ligne. Au total, 378 participants ont rempli le questionnaire, dont 334 ont pu être évalués. 61% des répondants étaient atteints de la maladie de Crohn et 34% de colite ulcéreuse. 

Dans l’ensemble, 51% des répondants ont déclaré avoir déjà consommé du cannabis. Parmi ceux-ci, 63% ont déclaré l’utiliser à des fins récréatives et 31% pour réduire leurs symptômes. Les symptômes les plus souvent signalés comme étant améliorés par la consommation de cannabis étaient des douleurs/crampes abdominales, des nausées/vomissements et la perte d’appétit. 54% des participants ont déclaré que si le cannabis était légal, ils en feraient la demande à des fins médicinales pour aider à gérer leurs symptômes.

Appleton K, Whittaker E, Cohen Z, Rhodes HM, Dunn C, Murphy S, Gaastra M, Galletly A, Dougherty S, Haren A, Sukumaran N, Aluzaite K, Dockerty JD, Turner RM, Schultz M. Attitudes towards and use of cannabis in New Zealand patients with inflammatory bowel disease: an exploratory study. N Z Med J. 2021;134(1530):38-47.

Inde: L’État indien de l’Himachal Pradesh veut légaliser le cannabis à des fins médicinales et industrielles.

L’Himachal Pradesh, un petit État montagneux du nord de l’Inde, veut générer des revenus pour l’État en entreprenant la culture contrôlée du cannabis. Lors d’une réunion sur le budget de l’État, le ministre en chef de l’État, M. Jai Ram Thakur, a annoncé que le cannabis produit dans l’État est de haute qualité et qu’il existe un énorme potentiel pour entreprendre sa culture contrôlée.

Bien que cette annonce soit la bienvenue après des années de lutte politique en Inde pour la légalisation du cannabis, l’absence de lois exhaustives et le tabou culturel autour du cannabis pourraient être les obstacles immédiats. « L’extrait de cannabis est utilisé dans la fabrication de médicaments pour le traitement du cancer et de la maladie d’Alzheimer », a déclaré Sunder Singh Thakur, un législateur du district de Kullu, dans l’État. Il préconise la légalisation du cannabis dans l’État depuis de nombreuses années. « Cela créera des opportunités d’emploi. L’État en a plus que jamais besoin en raison des pertes d’emploi liées à la pandémie. »

The Tennessee Tribune du 8 avril 2021 

En bref

France: Lancement d’une étude de 2 ans sur le cannabis médical.
Le gouvernement français a lancé une expérimentation nationale de deux ans sur le cannabis dans la perspective d’une éventuelle légalisation à des fins médicales.
ABC News du 26 mars 2021

Royaume-Uni: 20 000 patients ont une carte cannabis leur permettant d’éviter une arrestation.
Près de 20 000 personnes souffrant de maladies telles que la sclérose en plaques et l’arthrite utilisent une « carte cannabis » qui leur permet d’échapper à une arrestation si la police les arrête. Les organisateurs du programme affirment que 96 % des détenteurs de carte, arrêtés en possession de cannabis, ont été autorisés à conserver le médicament et à poursuivre leur route, même s’ils n’ont pas d’ordonnance.
The Times du 23 mars 2021

Science/Cellules: Les effets anticancéreux du CBD et du THC sur les cellules de glioblastome impliquent le récepteur GPR55.
Les effets anticancéreux du CBD et du THC sur les cellules de glioblastome ont été abolis en bloquant le récepteur GPR55. Les auteurs ont conclu que cela confirme « une participation du GPR55 et suggère son implication dans la modification du cycle cellulaire” de ces cellules cancéreuses du cerveau.
Département d’anatomie et de biologie cellulaire, Faculté de médecine de l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg, Allemagne.
Kolbe MR, et al. Cancers (Basel). 2021;13(5):1064.

Science/Homme: Les effets du CBD sur le stress et l’anxiété sont influencés par l’expectative.
Dans une étude contrôlée par placebo menée auprès de 43 adultes en bonne santé, qui ont reçu de l’huile de chanvre sans CBD à deux reprises, des facteurs liés à l’attente ont été impliqués dans les effets anxiolytiques du CBD pour ceux qui croient qu’il est utile à de telles fins. À une occasion, les participants ont été informés que l’huile contenait du CBD et à l’autre session qu’elle était sans CBD. Les auteurs ont écrit que « dans l’ensemble, il n’y avait pas de changements systématiques dans le stress subjectif, ou l’anxiété, selon l’état d’attente. Cependant, les participants qui avaient de fortes convictions a priori sur les propriétés anxiolytiques du CBD ont signalé une diminution significative de leur anxiété dans l’état d’attente du CBD. »
Université Dalhousie, Life Sciences Centre, Halifax, Canada.
Spinella TC, et al. Psychopharmacology (Berl). 2021 Apr 4.[sous presse].

Science/Cellules: Le CBD et la cannabivarine pourraient être utiles dans la neurodégénérescence post-Covid-19.
Les chercheurs ont découvert que « le cannabidiol (CBD) et la cannabivarine (CVN) obtenus à partir du cannabis peuvent se lier aux protéines du système nerveux central (SNC) liées aux symptômes post-Covid et les réduire, ce qui peut être bénéfique dans la stratégie de traitement des symptômes post-Covid ».
Département de botanique, Université du Bengale du Nord, Siliguri, Inde.
Sarkar I, et al. J Biomol Struct Dyn. 2021:1-10.

Science/Animal: Le nombre de récepteurs cannabinoïdes augmente dans le syndrome du côlon irritable après un traitement par un régime cétogène.
Les chercheurs ont étudié la base de l’efficacité du régime cétogène dans le syndrome du côlon irritable. Ils ont constaté que le nombre de récepteurs CB1 et CB2 augmente dans l’intestin et suggèrent que cela favorise « une possible protection médiée par les cannabinoïdes. »
Institut national de gastroentérologie, hôpital de recherche « S. de Bellis », Castellana Grotte, Italie.
Gigante I, et al. Int J Mol Sci. 2021;22(6):2880.

Science: La poudre de CBD est plus stable qu’une solution huileuse de CBD.
Dans une étude comparant la stabilité du CBD dans une solution huileuse ou sous forme de poudre dans des différentes conditions de température et d’humidité, le CBD était plus stable sous forme de poudre.
Institute of Chemical Process Fundamentals of CAS v.v.i., Prague, République tchèque.
Kosović E, et al. Pharmaceutics. 2021;13(3):412.

Science: L’autisme est associé à un système endocannabinoïde déréglé.
Dans une revue, les auteurs résument les connaissances sur la probabilité que l’acétaminophène augmente le risque d’autisme chez les enfants et que l’autisme est associé à un faible tonus endocannabinoïde, comme l’indiquent les faibles niveaux d’endocannabinoïdes.
Centre de neurosciences biomédicales, Université du Texas, San Antonio, États-Unis.
Schultz S, et al. Molecules. 2021;26(7):1845.

Science: Une combinaison de CBD et de terpènes s’est avérée efficace contre une souche de coronavirus.
Une combinaison de CBD et des terpènes bêta-caryophyllène, d’eucalyptol et de citral contre une souche de coronavirus dans des cellules pulmonaires humaines.
Eybna Technologies Ltd, Givat Hen, Israël.
Chatow L, et al. Life (Basel). 2021;11(4):290.

Science/Cellules: Les endocannabinoïdes pourraient être efficaces dans les cancers du larynx.
Les endocannabinoïdes anandamide et 2-AG (2-arachidonoylglycérol) ont montré des effets antiprolifératifs sur les cellules cancéreuses du larynx.
Département d’ORL, Faculté de médecine, Université Atilim, Ankara, Turquie.
Önay Ö, et al. Cell Tissue Bank. 2021 Apr 2. [sous presse].

Science/Homme: Le traitement au CBD peut devenir efficace dans le syndrome de Lennox-Gastaut après environ une semaine.
Selon les données de deux essais cliniques contrôlés, le traitement au CBD dans le syndrome de Lennox-Gastaut a entraîné une réduction des crises durant la période de titration de manière significative au jour 6.
Centre médical de l’université de Cincinnati, États-Unis.
Privitera M, et al. Epilepsia. 2021 Apr 2. [sous presse].

Science/Homme: La consommation de cannabis à l’adolescence a des effets négatifs potentiels sur le fonctionnement scolaire.
Selon une analyse des données de trois études longitudinales portant sur 3 762 jumeaux, « la consommation de cannabis à l’adolescence a des effets délétères potentiellement causals sur le fonctionnement scolaire des adolescents et sur les résultats socio-économiques des jeunes adultes, malgré le peu de preuves indiquant une forte influence causale sur la santé mentale ou les capacités cognitives des adultes ».
Institut du développement de l’enfant, Université du Minnesota, Minneapolis, États-Unis.
Schaefer JD, et al. Proc Natl Acad Sci U S A. 2021;118(14):e2013180118.

Science/Homme: De fortes doses de cannabis peuvent créer un sentiment d’un océan sans limites similaire à celui de la psilocybine.
« Les données d’auto-évaluation suggèrent que de fortes doses de cannabis peuvent créer des effets subjectifs comparables à ceux observés dans les essais sur la psilocybine qui précèdent le soulagement de la détresse liée au cancer, de la dépression résistante au traitement, des problèmes d’alcool et de la dépendance à la cigarette. (…) Ce travail pourrait également soutenir le développement d’une psychothérapie assistée par le cannabis comparable à la psychothérapie assistée par la psilocybine. »
Département de psychologie, Université d’Albany, États-Unis.
Earleywine M, et al. J Psychopharmacol. 2021:269881121997099.

Science/Homme: La pharmacocinétique du cannabis inhalé est influencée par le mode d’inhalation.
Afin d’obtenir une administration optimale de THC, les chercheurs utilisent différents rythmes d’inhalation et proposent un protocole dans lequel les patients inhalent pendant 4 secondes et retiennent leur respiration pendant 10 secondes par la suite.
École d’ingénierie chimique, Oklahoma State University, États-Unis.
Zhao J, et al. Comput Biol Med. 2021;132:104333.

Science/Animal: Le THC et le CBD peuvent être utilisés en toute sécurité chez les chats.
Dans une étude menée sur 20 chats adultes en bonne santé, des chercheurs ont constaté qu’après l’administration d’huiles contenant du CBD, du THC ou une combinaison de THC et de CBD, les effets indésirables étaient légers et transitoires.
Canopy Animal Health, Recherche et développement, Canopy Growth Corporation, Smith Falls, Canada.
Kulpa JE, et al. J Feline Med Surg. 2021:1098612X211004215.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Opinion d’expert: Les allégations sur l’infaisabilité du cannabis avec des concentrations élevées de THC à des fins médicales ne sont pas étayées par la science
  • Science/Homme: Le THC peut être utile dans le trouble de stress post-traumatique
  • Science/Homme: L’exercice chez les patients atteints de fibromyalgie augmente les niveaux d’anandamide et diminue la douleur et la dépression
  • Science/Homme: Selon une enquête le cannabis, l’ondansétron et la prométhazine sont perçus comme les plus efficaces pour le traitement des nausées 
  • Science/Homme: Le CBD réduit les réactions inflammatoires chez l’homme
  • Science/Homme: Le CBD peut être efficace dans les spasmes épileptiques réfractaires

Il y a deux ans

  • Science/Homme: Les patients atteints de SEP prenant du cannabis ont pu réduire leur consommation d’opioïdes et de benzodiazépines
  • Science/Homme: Le cannabis motive à faire plus d’exercice

IACM-Bulletin du 07 Avril 2021

Science/Homme: Selon un rapport de cas, le cannabis peut être utile pour soulager la douleur due à une angine instable et à la maladie coronarienne.

Des chercheurs du Center for Primary Care Medicine de Lawrenceville, aux États-Unis, ont décrit le cas d’un homme de 63 ans qui s’est présenté chez un médecin de soins primaires pour une consultation sur le cannabis médical en raison d’une angine instable (IA) non soulagée par la morphine ou les médicaments pour le cœur. Il avait échoué à toutes les thérapies polypharmaceutiques de première et de deuxième intention. Le patient s’est présenté pour la première fois il y a 22 ans après une suspicion d’infarctus du myocarde. Il s’est présenté de nouveau en 2010 et a subi la pose d’un stent à ce moment-là pour une coronaropathie inopérable à trois vaisseaux. Il a développé des douleurs dues à une angine instable au cours des 6 dernières années.

Parallèlement à ses soins cardiaques habituels, le patient a constaté une diminution progressive de la douleur, notamment de sa fréquence et de son caractère, après avoir consommé une forme comestible de cannabis. Après avoir poursuivi ce traitement, il a cessé le traitement à long terme à la morphine et a décrit la douleur comme n’étant plus invalidante. Comme l’ont démontré ses tests de tolérance à l’effort, le patient a vu sa capacité fonctionnelle s’améliorer et a signalé une augmentation de son fonctionnement quotidien et de son activité générale. 

Shaffer BL, Davis GM, Incitti MA, Piper BJ, Entler BV. Application of medical cannabis in unstable angina and coronary artery disease: A case report. Medicine (Baltimore). 2021;100(11):e25172.

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le traitement des nausées et des vomissements pendant la grossesse selon une série de cas.

Des chercheurs de la faculté de médecine Adelson de l’université d’Ariel, en Israël, ont présenté 4 rapports de cas de femmes souffrant d’hyperémèse gravidique (nausées et vomissements pendant la grossesse), qui ont bénéficié d’un traitement au cannabis. Ils ont noté que « l’hyperemesis gravidarum (HG) ne répond que partiellement aux médicaments antiémétiques standard ».

Une amélioration très significative des symptômes a été constatée. Le score du PUCE (Pregnancy Unique Quantification of Emesis) s’est amélioré d’une moyenne de 14,5 à 7,5 en plus d’une amélioration de la qualité de vie. Les auteurs ont écrit que “ces résultats suggèrent que le cannabis peut être efficace pour l’HG, et qu’il devrait être étudié dans des études contrôlées et bien conçues, en tenant pleinement compte des risques potentiels pour le fœtus. »

Koren G, Cohen R. The use of cannabis for Hyperemesis Gravidarum (HG).J Cannabis Res, 2020;2(4).

Science/Homme: Le cannabis pourrait être efficace dans le traitement du lymphome de Hodgkin selon un rapport de cas.

L’auto-traitement au cannabis a permis de réduire la masse tumorale d’un lymphome de Hodgkin chez une femme qui avait refusé la chimiothérapie en raison de sa grossesse. Ce cas a été signalé par des chercheurs de la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université d’Oradea, en Roumanie. La patiente, âgée de 21 ans, a été diagnostiquée avec un lymphome de Hodgkin de stade IIB et a commencé une chimiothérapie et une radiothérapie de première intention, avec une rémission incomplète.

Cinq ans plus tard, elle est tombée enceinte pour la deuxième fois et on lui a proposé une interruption de grossesse, qu’elle a refusée. Une IRM a révélé une progression du lymphome de Hodgkin et elle a été admise à l’hôpital à plusieurs reprises pour une altération de son état général, des infections respiratoires et un besoin accru d’analgésiques, notamment d’opioïdes. À 26 semaines de grossesse, la patiente a commencé par elle-même un traitement au cannabis pur. Sa douleur et son état général se sont améliorés et le tissu tumoral a diminué. Elle a accouché par césarienne à 34 semaines d’un garçon. Les auteurs ont conclu que « le cannabis pourrait faire partie du traitement oncologique. Aucun autre cas de ce genre, à notre connaissance, n’a été rapporté auparavant ».

Huniadi A, Sorian A, Iuhas C, Bodog A, Sandor MI. The effect of cannabis in the treatment of Hodgkin’s lymphoma in a pregnant patient – extensive case report and literature review. J BUON. 2021;26(1):11-16.

En bref

Israël: Environ 85 000 patients reçoivent du cannabis à usage médicinal.
Le nombre de patients sous cannabis a franchi la barre des 85 000 en février 2021, dont une augmentation d’environ 2 000 au cours du dernier mois, ce qui est légèrement inférieure à la moyenne mensuelle d’environ 3 000 nouveaux patients par mois au cours des derniers mois.
Cannabis Magazine du 17 mars 2021

Zambie : Zambie 
Le gouvernement veut légaliser la culture du cannabis à des fins médicinales.
Le cabinet de la Zambie a approuvé la publication et l’introduction au Parlement d’un projet de loi visant à légaliser la culture du cannabis.
News Agency of Nigeria du 3 mars 2021

Science: Le CBD montre des effets antiviraux contre le nouveau coronavirus.
Le CBD et son métabolite, le 7-OH-CBD, bloquent fortement la réplication du SRAS-CoV-2 dans les cellules épithéliales pulmonaires. Le CBD agit après l’infection cellulaire, inhibant l’expression des gènes viraux et inversant de nombreux effets du SRAS-CoV-2 sur la transcription des gènes de l’hôte. 
Ben May Department for Cancer Research, Université de Chicago, États-Unis.
Nguyen LC, et al. bioRxiv, 2021, Mar 10. [à l’étude].

Science/Homme: Le cannabis pourrait favoriser l’exercice physique.
Dans une étude portant sur 12 043 jeunes adultes, les résultats « montrent que, en particulier dans le cas des modèles à effets fixes, la consommation de marijuana n’est pas significativement liée à l’exercice, ce qui va à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle les consommateurs de marijuana sont moins susceptibles d’être actifs. En effet, les seules estimations significatives suggèrent une relation positive, même chez les plus gros consommateurs au cours des 30 derniers jours. »
Département de gestion et de politique de la santé, Miami Herbert Business School, Université de Miami, Coral Gables, États-Unis.
French MT, et al. Prev Med. 2021 Mar 9:106518.

Science/Homme: La légalisation au Canada n’a pas eu d’effet sur la consommation de cannabis chez les adolescents.
Les résultats d’une vaste étude montrent “qu’il semble que la légalisation du cannabis n’ait pas encore été suivie de changements prononcés sur la consommation de cannabis chez les jeunes. La prévalence élevée de la consommation de cannabis chez les jeunes dans cet échantillon demeure préoccupante. Ces données suggèrent que la loi sur le cannabis n’a pas encore conduit à la réduction de la consommation de cannabis chez les jeunes envisagée dans son approche de santé publique. »
Université de Waterloo, École de santé publique et des systèmes de santé, Waterloo, Canada.
Zuckermann AME, et al. Science Direct, 2021, Jun 12:.101351

Science/Homme: La consommation d’alcool mais pas de cannabis réduit l’épaisseur du cortex cérébral.
Selon une étude portant sur 436 jumeaux âgés de 24 ans, la consommation d’alcool, mais pas de cannabis, est associée à une réduction de l’épaisseur du cortex dans plusieurs régions du cerveau.
Département de psychiatrie et des sciences du comportement, Université du Minnesota, Minneapolis, États-Unis.
Harper J, et al. Biol Psychiatry. 2021 Jan 20:S0006-3223(21)00048-

Science/Homme: Les lois sur le cannabis médical aux États-Unis ne sont pas associées à une plus grande consommation de cannabis chez les adolescents.
Selon une analyse portant sur 1 091 723 participants des années 1991 à 2015, « les adolescents déclarant avoir consommé de la marijuana au cours des 30 derniers jours étaient moins nombreux dans les États ayant adopté des lois sur le cannabis médical à un moment quelconque de la période d’étude. » Les auteurs n’ont également « pas trouvé d’effets sur la forte consommation de marijuana ».
Commission de contrôle du cannabis, Commonwealth du Massachusetts, Worcester, États-Unis.
Johnson JK, et al. Subst Abus. 2021 Mar 22:1-5.

Science/Homme: « Quand ils disent que la weed provoque la dépression, mais c’est votre antidépresseur préféré » 
:Un article intitulé « When they say weed causes depression, but it’s your fav antidepressant » analyse la relation entre le cannabis et la dépression.
Wright State University, Dayton, Ohio, États-Unis.
Yadav S, et al. PLoS One. 2021;16(3):e0248299.

Science/Homme: Le CBD peut réduire la consommation d’alcool selon une étude observationnelle.
Selon une étude d’observation menée auprès de 120 consommateurs de cannabis et d’alcool, qui a comparé 3 groupes, un groupe qui consomme du cannabis à forte teneur en THC, un groupe qui consomme des souches de cannabis à forte teneur en THC et en CBD et un groupe qui consomme des souches à forte teneur en CBD, le groupe CBD a bu moins de boissons par jour et a consommé moins d’alcool par jour. Aucune différence n’a été constatée entre les groupes THC et THC/CBD.
Département de psychologie, Université d’État du Colorado, Fort Collins, CO, États-Unis.
Karoly HC, et al. Psychol Addict Behav. 2021 Mar 25. [sous presse].

Science/Animal: Le CBD et le THC réduisent tous deux la douleur neuropathique.
Dans des études menées sur des souris, le THC et le CBD ont tous deux eu des effets analgésiques sur la douleur neuropathique. Les auteurs ont écrit que “cela suggère que le CBD constitue un traitement oral plus sûr, bien que moins efficace, de la douleur neuropathique induite par les lésions nerveuses que les préparations contenant du THC. »
Pain Management Research Institute, Kolling Institute of Medical Research, Northern Clinical School, Université de Sydney à l’hôpital Royal North Shore, Australie.
Mitchell VA, et al. Neuropharmacology. 2021 Mar 16:108529.

Science/Homme: La dysrégulation du système immunitaire influence l’association cannabis-psychose.
Selon une analyse de l’état immunitaire de 153 patients souffrant d’un premier épisode psychotique et de 256 témoins sains, « la dysrégulation immunitaire pourrait faire partie de la physiopathologie de la psychose, non expliquée par la consommation de cannabis ou d’autres facteurs de confusion. Nous fournissons la première et initiale preuve que la dysrégulation immunitaire modifie l’association cannabis-psychose, en accord avec l’hypothèse des deux coups. »
Département des neurosciences et du comportement, division de la psychiatrie, école de médecine de Ribeirão Preto, université de São Paulo, Brésil.
Corsi-Zuelli F, et al. Psychol Med. 2021 Mar 19:1-11.

Science/Homme: De nombreux consommateurs de drogues illicites consomment le cannabis pour réduire leurs risques.
Dans une étude menée auprès de personnes consommant des drogues basée à Vancouver, au Canada, « environ 1 participant sur 4 a déclaré avoir consommé du cannabis pour réduire les risques au moins une fois pendant la période d’étude ».
British Columbia Centre on Substance Use, Vancouver, BC, Canada.
Mok J, et al. Am J Public Health. 2021 Mar 18:e1-e4.

Science/Homme: Les personnes atteintes de trouble bipolaire consomment plus souvent du cannabis.
Une analyse des données sur le trouble bipolaire et la consommation de cannabis montre que « la responsabilité génétique du trouble bipolaire était significativement associée à un risque accru de consommation à vie de cannabis ; cependant, la responsabilité génétique à l’égard de la consommation à vie de cannabis n’a montré aucune association avec le risque de trouble bipolaire ».
Département des troubles affectifs, Hôpital universitaire d’Aarhus – Psychiatrie, Danemark.
Jefsen OH, et al. Addict Biol. 2021 Mar 17:e13030.

Science/Homme: La légalisation du cannabis aux États-Unis a été associée à une augmentation du risque d’accidents mortels de la route.
Une étude montre que « La légalisation du cannabis récréatif aux États-Unis a été associée à une augmentation relative du risque de collisions automobiles mortelles de 15 % et à une augmentation relative des décès associés de 16 %, sans différence concluante entre la première année et les années suivantes après la légalisation. »
Université McGill, Montréal, Canada.
Windle SB, et al. CMAJ Open. 2021;9(1):E233-E241. 

Science/Cellules: Comment les cannabinoïdes exercent-ils leurs effets anticancéreux sur le cancer du sein ER(+) ?
Des recherches menées avec des cannabinoïdes dans des cellules de cancer du sein ER(+) montrent que les effets anticancéreux font intervenir l’aromatase et les récepteurs stéroïdiens.
Département des sciences biologiques, Faculté de pharmacie, Université de Porto, Portugal.
Amaral C, et al. J Steroid Biochem Mol Biol. 2021 Mar 17;210:105876.

Science/Homme: Le cannabis n’est pas efficace dans le traitement du trouble de stress post-traumatique dans une étude contrôlée.
Dans une étude croisée sur le cannabis dans le traitement du stress post-traumatique, 80 participants ont reçu 1 des 3 souches de cannabis fumé (12 % de THC et très faible teneur en CBD, 11 % de CBD et très faible teneur en THC, environ 8 % de THC et 8 % de CBD) ou un placebo pendant 3 semaines séparées par 2 semaines sans traitement. Aucune différence n’a été constatée dans les effets du traitement entre les souches de cannabis et le placebo. Les auteurs ont écrit que « tous les groupes de traitement, y compris le placebo, ont montré une bonne tolérance et des améliorations significatives des symptômes du TSPT pendant trois semaines de traitement, mais aucun traitement actif n’a statistiquement surpassé le placebo dans ce bref essai préliminaire. »
École de médecine Perelman, Université de Pennsylvanie, Philadelphie, États-Unis.
Bonn-Miller MO, et al. PLoS One. 2021;16(3):e0246990.

Science/Homme: Les effets très légers du CBD sur la structure de la matière blanche chez les patients épileptiques.
Des chercheurs ont constaté que des doses élevées de CBD n’avaient que des effets très légers sur l’intégrité structurelle de la matière blanche du cerveau chez des patients souffrant d’épilepsie résistante au traitement.
Département de neurologie et centre d’épilepsie UAB, Université d’Alabama à Birmingham, États-Unis.
Houston JT, et al. Epilepsy Res. 2021 Mar 8;172:106603.

Science: Le THC pourrait être utile dans la maladie d’Alzheimer.
Dans une étude utilisant une simulation de dynamique moléculaire des atomes, les chercheurs montrent que le THC perturbe la structure des fibrilles de la bêta-amyloïde. Les chercheurs ont écrit que « la déstabilisation des protofibrilles par les molécules de THC permet de conclure que les molécules de THC peuvent être envisagées comme thérapie dans le traitement de la maladie d’Alzheimer ».
Département de génie chimique, Indian Institute of Technology Guwahati, Assam, Inde.
Kanchi PK, et al. J Mol Graph Model. 2021 Mar 9;105:107889.

Science/Animal: Le CBD influence les molécules pertinentes pour l’inflammation, selon une étude menée sur des chevaux.
Dans une étude menée sur des chevaux ayant reçu 0,5, 1 et 2 mg de CBD par kilogramme de poids corporel, les chercheurs ont constaté des changements dans les niveaux de ce qu’on appelle les eicosanoïdes, d’une manière qui indique des effets anti-inflammatoires. Les eicosanoïdes, tels que les prostaglandines, sont des molécules de signalisation qui sont entre autres pertinentes pour l’inflammation. 
K.L. Maddy Equine Analytical Pharmacology Laboratory, École de médecine vétérinaire, Université de Californie, Davis, États-Unis.
Ryan D, et al. Drug Test Anal. 2021 Mar 15. [sous presse]

Science/Cellules: De faibles concentrations de THC protègent les cellules nerveuses en cas de surexcitation.
Une étude a révélé que les récepteurs CB1 jouent un rôle dans la croissance des cellules nerveuses et que la faible concentration de THC protège les cellules nerveuses pendant la surexcitation.
Département d’anesthésiologie, Université de l’Illinois à Chicago, Chicago, IL, 60612, États-Unis.
Savchenko VL, et al. Cell Mol Neurobiol. 2021 Mar 16. [sous presse]

Science/Animal: L’activation du récepteur CB1 protège l’organisme du stress social.
Une étude menée sur des souris montre « que la signalisation CB1 protège l’organisme des dommages physiques et émotionnels du stress social et implique une modulation de la microglie médiée par les endocannabinoïdes dans le développement des pathologies liées au stress ».
Institut de psychiatrie moléculaire, Faculté de médecine, Université de Bonn, Allemagne.
Beins EC, et al. Transl Psychiatry. 2021;11(1):164.

Science/Homme: L’anandamide (AEA) joue un rôle dans l’extinction de la peur.
Dans une étude portant sur 51 humains en bonne santé, les résultats « indiquent un rôle putatif de l’AEA dans l’apprentissage de l’extinction de la peur. Un prétraitement avec des médicaments augmentant l’AEA pourrait favoriser l’apprentissage de l’extinction pendant les interventions psychothérapeutiques. »
Clinique de psychiatrie/psychothérapie de l’enfant et de l’adolescent, Université d’Ulm, Allemagne.
Spohrs J, et al. Transl Psychiatry. 2021;11(1):161.

Science/Animal: L’huile de chanvre peut réduire la douleur.
Dans une étude animale, différentes doses d’huile de chanvre ont réduit la douleur aiguë et chronique. Elle était également efficace si elle était associée à différentes doses de palmitoyléthanolamine.
Département d’anatomie et de neurobiologie, Université de Californie, États-Unis.
Tagne AM, et al. Pharmacol Res. 2021 Mar 12:105545.

Science/Animal: La douleur inflammatoire chronique entraîne des modifications des récepteurs CB1 dans une certaine région du cerveau.
Des études animales montrent que la douleur inflammatoire induit des changements dans la localisation des récepteurs CB1 dans le « PAG » (gris périaqueducal), un centre majeur de la douleur dans le cerveau. Les auteurs ont écrit que “ces résultats complètent un ensemble croissant de preuves qui démontrent des changements induits par la douleur dans les régions du cerveau qui sont responsables des propriétés analgésiques et gratifiantes des pharmacothérapies analgésiques ».
Département de neurobiologie, Legacy Research Institute, Portland, États-Unis.
Wilson-Poe AR, et al. Pain Rep. 2021;6(1):e897.

Science/Homme: Des concentrations sanguines stables de CBD ont été atteintes après 7 jours de dosage.
Dans une étude, 43 personnes en bonne santé ont été réparties en 5 groupes de dosage : 120 mg de CBD et 5,4 mg de THC par jour, 240 mg de CBD et 10,8 mg de THC par jour, 360 mg de CBD et 16,2 mg de THC par jour, 480 mg de CBD et 21,6 mg de THC par jour, ou un placebo. Les concentrations sanguines de CBD à l’état d’équilibre ont été atteintes au jour 7. Au cours des jours 1 et 7, il n’y a pas eu de différences constantes dans les effets subjectifs entre le placebo et le médicament à l’étude actif.
Canopy Growth Corporation, Smiths Falls, Ontario, Canada.
Peters EN, et al. J Anal Toxicol. 2021 Mar 12:bkab026.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • IACM: Déclaration du Conseil sur la pandémie actuelle du corona virus et l’utilisation des cannabinoïdes

Il y a deux ans

  • Science/Homme: Selon une étude observationnelle, le cannabis pourrait améliorer le comportement des patients atteints de démence
  • Science/Homme: Selon des rapports de cas le CBD peut être utile dans le syndrome du X fragile

IACM-Bulletin du 06 Avril 2021

Science/Homme: Une forte proportion de patients atteints de la maladie de Parkinson aux États-Unis consomment du cannabis

Dans une enquête anonyme menée auprès de personnes atteintes de la maladie de Parkinson dans 49 États américains, 24,5 % d’entre elles ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des six mois précédents. Des chercheurs de la Foundation Parkinson à New York, aux États-Unis, ont distribué l’enquête à 7607 personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 1339 ont participé (17,6%), et 1064 ont répondu à l’ensemble du sondage et étaient disponibles pour l’analyse.

Les patients qui consommaient du cannabis étaient plus susceptibles de déclarer un contrôle insuffisant de leurs symptômes non-moteurs avec des médicaments sur ordonnance que les non-utilisateurs. Le cannabis était principalement utilisé pour la maladie de Parkinson (63,6 %) et était le plus souvent utilisé pour traiter l’anxiété (45,5 %), la douleur (44,0 %) et les troubles du sommeil (44,0 %). Cependant, près d’un quart des consommateurs (23,0 %) ont également déclaré avoir cessé de consommer du cannabis au cours des six mois précédents, principalement en raison de l’absence d’amélioration des symptômes (35,5 %). Les trois-quarts des répondants (75,5 %) n’ont pas consommé de cannabis, principalement en raison de l’absence de preuves scientifiques de son efficacité (59,9 %). 

Feeney MP, Bega D, Kluger BM, Stoessl AJ, Evers CM, De Leon R, Beck JC. Weeding through the haze: a survey on cannabis use among people living with Parkinson’s disease in the US. NPJ Parkinsons Dis 2021;7(1):21.

Science/Homme: L’efficacité du CBD contre l’épilepsie augmente avec le temps.

Dans une étude menée auprès de 169 participants atteints d’épilepsie résistante aux traitements standard, qui ont reçu un traitement à base d’extrait de CBD (Epidiolex), la réduction significative de la fréquence des crises était plus prononcée après deux ans de traitement qu’au cours du premier mois suivant le début du traitement. En outre, les chercheurs du département de neurologie et du centre d’épilepsie UAB de l’université d’Alabama à Birmingham, aux États-Unis, ont constaté que cet effet était plus prononcé chez les 80 adultes que chez les 89 enfants de l’étude après un an de traitement. 

Le pourcentage d’enfants obtenant une réduction d’au moins 50 % de la fréquence des crises était de 44 % au premier mois, de 41 % à la première année et de 61 % à la deuxième année, tandis que les taux de réponse chez les adultes étaient de 34 % au premier mois, de 53 % à la première année et de 71 % à la deuxième année. Les auteurs ont écrit « qu’il y avait une différence significative dans la réduction de la gravité des crises à la première année, les adultes ayant signalé une plus grande amélioration ».

Gaston TE, Ampah SB, Martina Bebin E, Grayson LP, Cutter GR, Hernando K, Szaflarski JP; UAB CBD Program. Long-term safety and efficacy of highly purified cannabidiol for treatment refractory epilepsy. Epilepsy Behav 2021;117:107862.

En bref

Norvège : Le gouvernement veut dépénaliser la possession de cannabis.
Le gouvernement norvégien a proposé un projet de loi visant à dépénaliser la possession et l’utilisation de petites quantités de stupéfiants, affirmant que les consommateurs devraient se voir proposer un traitement plutôt que de risquer la prison. « Des décennies de répression nous ont appris que la punition ne fonctionne pas. Au contraire, la punition peut aggraver les choses », a déclaré le ministre de l’Education, Guri Melby, lors d’une conférence de presse.
France24 du 19 février 2021

Thaïlande: L’agence des médicaments veut inscrire le cannabis parmi les médicaments essentiels.
La Food and Drug Administration (FDA) fait pression pour accélérer l’inscription du cannabis sur la liste nationale des médicaments essentiels et pour l’utilisation dans les produits alimentaires, a déclaré sa secrétaire générale adjointe Supattra Boonserm. Elle a déclaré que le comité de la FDA a approuvé le projet d’ordonnance du ministre de la Santé publique qui place le cannabis sur la liste nationale des médicaments essentiels et autorise son utilisation comme ingrédient dans les produits alimentaires.
Bangkok Post du 23 février 2021

Science/Homme: La conduite avec des facultés affaiblies liées au cannabis peut durer environ 7 heures.
Une méta-analyse de 80 publications sur le cannabis et la conduite automobile a révélé que l’affaiblissement des facultés pouvait durer environ sept heures. La consommation régulière de cannabis et l’usage médical sont associés à une diminution des facultés.
Université de Sydney, Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics, Sydney, Australie.
S McCartney D, et al. neuroscience & Biobehavioral Reviews, 23 January 2021. [sous presse]

Science/Homme: Le cannabis peut améliorer plusieurs symptômes chez les patients atteints de cancer.
Dans une petite enquête menée auprès de 36 patients atteints de cancer, 83 % d’entre eux ont déclaré avoir consommé du cannabis, ce qui a permis de soulager plusieurs symptômes, « notamment la diminution de l’appétit (41 %), l’insomnie (41 %), la neuropathie (41 %), l’anxiété (35 %), les nausées (29 %), les douleurs articulaires (29 %), les douleurs osseuses (29 %), les douleurs abdominales (25 %) et la dépression (19 %). »
Département d’obstétrique, de gynécologie et des sciences de la reproduction, Hôpital Yale New Haven, États-Unis.
Webster EM, et al. Gynecol Oncol Rep 2020;34:100667.

Science: La production de cannabis en intérieur est associée à d’importantes émissions de CO2.
La production de cannabis en intérieur peut avoir un impact majeur sur l’environnement en raison d’importantes émissions de CO2. Aux États-Unis, ces émissions peuvent varier « de 2 283 à 5 184 kg d’équivalent CO2 par kg de fleur séchée » selon le lieu.
Ingénierie mécanique, Université d’État du Colorado, Fort Collins, États-Unis.
Summers HM, et al. Nature Sustainability, 8 March 2021.[sous presse]

Science/Homme: Le THC peut être détecté en très faibles concentrations dans le lait maternel pendant plus de 5 semaines.
Dans une étude portant sur 25 femmes, dont 12 ont déclaré s’abstenir de consommer du cannabis, les concentrations moyennes de THC étaient de 3,2 ng/mL dans le lait maternel au cours de la première semaine suivant l’accouchement et le début de l’abstinence, ont augmenté à 5,5 ng/mL au cours de la deuxième semaine et ont diminué à 1,9 ng/mL après 6 semaines. Avec une consommation de 800 ml de lait maternel, le nouveau-né ingérerait environ 0,0026 milligrammes de THC par jour au cours de la première semaine et environ 0,0015 mg de THC par jour au cours de la sixième semaine.
Département de pédiatrie, École de médecine de l’Université du Colorado, Aurora, États-Unis.
Wymore EM, et al. JAMA Pediatr, 8 March 2021. [sous presse]

Science/Cellules: Le CBD influence la prolifération et la survie des cellules nerveuses.
Une nouvelle étude montre que le CBD (cannabidiol) est impliqué dans la régulation de la prolifération et de la survie des cellules nerveuses. Les auteurs ont conclu que leur étude « jette la lumière sur les cibles thérapeutiques potentielles des cannabinoïdes qui pourraient être développées pour traiter les troubles neurodégénératifs. »
Département de pharmacologie, Escola Paulista de Medicina, Universidade Federal de São Paulo, Brésil. 
Vrechi TAM, et al. Sci Rep 2021;11(1):5434.

Science/Animal: L’administration de CBD avec de l’huile de sésame augmente la biodisponibilité.
Dans une étude sur des rats, la biodisponibilité du CBD a été augmentée par l’administration simultanée d’huile de sésame naturelle. L’huile de sésame était supérieure aux lipides pré-digérés ou au trioléate purifié.
École de pharmacie, Université de Nottingham, Royaume-Uni.
Feng W, et al. EUR J Pharm Biopharm 2021:S0939-6411(21)00057-6.

Science/Animal: L’endocannabinoïde anandamide réduit l’inflammation chez le mouton.
Une nouvelle étude démontre que l’administration intraveineuse de l’endocannabinoïde anandamide réduit la synthèse de la cytokine pro-inflammatoire interleukine 1 bêta. Les cytokines sont des médiatrices du système immunitaire et influencent l’activité des cellules immunitaires.
Institut Kielanowski de physiologie animale et de nutrition, Académie polonaise des sciences, Jabłonna, Pologne. 
Tomczyk M, et al. Animals (Basel) 2021;11(2):484.

Science: Le CBD montre une activité contre le Candida albicans, un champignon pathogène.
Le CBD (cannabidiol) exerce des effets inhibiteurs prononcés, dépendants du temps, sur la formation du biofilm ainsi que sur la perturbation du biofilm mature du champignon Candida albicans. Le Candida albicans est généralement présent dans le corps humain sain. Lorsque le système immunitaire est compromis, il peut causer des problèmes de santé.
Biofilm Research Laboratory, Faculté de médecine dentaire, Institut des sciences dentaires, Université hébraïque de Jérusalem, Israël.
Feldman M, et al. Microorganisms 2021;9(2):441.

Science: Le composé du cannabis caflanone traite le potentiel antiviral.
Le principal composé non cannabinoïde de la plante de cannabis ayant des propriétés médicinales pourrait être la caflanone. Il présente une activité contre les virus humains et certains cancers.
Biotech R & D Institute, University of the West Indies, Mona, Jamaïque.
Lowe H, et al. Plants (Basel) 2021;10(2):400.

Science/Homme: Les femmes sont très disposées à consommer du cannabis pour des problèmes gynécologiques.
Dans une enquête menée auprès de 995 femmes, 92 % de celles qui ont déjà consommé du cannabis étaient prêtes à l’essayer pour des problèmes gynécologiques. Parmi les femmes n’ayant jamais consommé de cannabis, 65% étaient prêtes à le faire. 
Département d’obstétrique et de gynécologie, Oregon Health & Science University, États-Unis.
Han L, et al. J Womens Health (Larchmt) 2021;30(3):438-444.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • ONU: La Commission des Stupéfiants reporte le vote sur la réglementation du cannabis
  • Science/Homme: Selon une étude observationnelle le cannabis peut être utile dans la fibromyalgie
  • Science/Homme: Le CBD peut réduire la rigidité artérielle et améliorer la fonction de la paroi interne des artères
  • Science/Homme: Des doses plus faibles de CBD étaient aussi efficaces que des doses plus élevées dans le traitement de l’épilepsie chez les patients atteints du syndrome de Dravet
  • Science/Homme: Le cannabis ne réduit pas la fonction cognitive chez les personnes âgées, mais peut améliorer la santé du cerveau
  • Science/Homme: Le cannabis a amélioré les symptômes chez les patients cancéreux malgré une réduction de la dose d’opioïdes

Il y a deux ans

  • Conférence des Cannabinoïdes 2019 – Appel aux résumés et inscriptions

IACM-Bulletin du 04 Mars 2021

Etats-Unis: Le New Jersey légalise la consommation de cannabis chez les adultes.

Le 22 février, le gouverneur Phil Murphy a signé un projet de loi faisant du New Jersey le dernier État américain à légaliser le cannabis à des fins récréatives, mais il devrait falloir jusqu’à un an avant que les dispensaires commencent à vendre du cannabis au public. Le gouverneur démocrate a signé un paquet de trois projets de loi après que les électeurs aient approuvé à une écrasante majorité une mesure électorale en novembre 2020 visant à légaliser l’a consommation de cette drogue par les adultes.

Les lois autorisent la possession d’un maximum de six onces (environ 170 g) de cannabis pour les personnes de 21 ans et plus. La distribution et la culture du cannabis sans licence restent illégales. Le New Jersey se joint à plus d’une douzaine d’autres États américains, y compris les États du Maine, du Vermont et du Massachusetts, sur la côte Est, pour légaliser le cannabis pour les adultes.

Reuters du 22 février 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction du risque de développer des cancers de la tête et du cou négatifs au VPH.

L’infection au virus du papillome humain (VPH) d’origine sexuelle est une cause établie de carcinomes des amygdales et de la base de la langue. Une nouvelle étude portant sur 249 cas nouvellement diagnostiqués de carcinome épidermoïde de la cavité buccale et du pharynx (BSCC) montre que les consommateurs de cannabis ont un risque plus faible de développer des cancers BSCC négatifs pour le HPV. L’étude du département d’oncologie médicale thoracique et cervicale du MD Anderson Cancer Center de l’université du Texas à Houston, aux États-Unis, a comparé 249 patients atteints de cancer et 498 témoins sans antécédents de cancer. Les patients atteints de cancer étaient soit positifs pour le VPH, soit négatifs pour le VPH.

Le risque de développer un cancer VPH-positif diminuait avec le niveau d’éducation des patients. Le revenu annuel, le tabagisme, la consommation d’alcool et une mauvaise hygiène buccale n’étaient pas associés à un BSCC VPH positif. En revanche, le risque de CPOC négatif au regard du HPV augmentait avec un faible revenu annuel et diminuait avec la consommation de cannabis à long terme. Les auteurs ont conclu que « la consommation de marijuana à long terme semble être protectrice contre le cancer VPH négatif ».

Shewale JB, Pickard RKL, Xiao W, Jiang B, Gillison ML. Independent association of marijuana use and poor oral hygiene with HPV-negative but not HPV-positive head and neck squamous cell carcinomas. Cancer, 23. Feb 2021. [sous presse]

Science/Homme: Le cannabis réduit le développement de la neuropathie chez les patients cancéreux traités à l’oxaliplatine.

Dans une étude portant sur 513 patients atteints de cancer traités avec des combinaisons à base d’oxaliplatine et de 5-fluorouracile, la consommation de cannabis a réduit le développement d’une neuropathie grave, un effet secondaire connu de l’oxiplatine. Des chercheurs du département d’oncologie du Centre médical Sourasky de Tel Aviv, en Israël, ont effectué une analyse des dossiers médicaux de leur centre de 2015 à 2018. 248 patients ont été traités avec du cannabis et 265 n’en ont pas reçu. Les consommateurs de cannabis ont été divisés en 2 groupes, dont 116 (47%) ont reçu du cannabis avant l’oxiplatine et 132 (53%) ont reçu de l’oxiplatine en premier.
Les consommateurs de cannabis présentaient un risque plus faible de développer une neuropathie par rapport au groupe témoin sans cannabis. L’étude a également montré que « l’effet protecteur du cannabis était plus prononcé chez les patients ayant reçu du cannabis en premier que chez ceux ayant reçu de l’oxaliplatine en premier (75% et 46,2%, respectivement) ». Les auteurs ont conclu que le cannabis a un effet protecteur sur cet effet secondaire de l’oxaliplatine et ont mentionné qu’une vaste étude prospective est prévue.

Waissengrin B, Mirelman D, Pelles S, Bukstein F, Blumenthal DT, Wolf I, Geva R. Effect of cannabis on oxaliplatin-induced peripheral neuropathy among oncology patients: a retrospective analysis. Ther Adv MedOncol.2021;13:1758835921990203.

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le traitement de la fibromyalgie, selon une série de cas.

Le cannabis peut être utile pour traiter la fibromyalgie, selon une série de cas de 38 patients atteints de fibromyalgie traités par les médecins d’une clinique de la douleur à Ponderano, en Italie. Les patients ont reçu des fleurs de cannabis à teneur variable en THC et en CBD en extrait d’huile ou pour inhalation avec un vaporisateur. 30, 18 et 12 patients ont poursuivi la thérapie pendant 1, 3 et 12 mois, respectivement. La dose quotidienne médiane de fleurs de cannabis administrées sous forme de cannabis médicinal à dominance THC et de cannabis médicinal hybride (avec un rapport THC/CBD similaire) était de 200 mg/jour et 400 mg/jour, respectivement.

La thérapie a été interrompue par 17 patients (48,6 %) en raison d’effets secondaires non-graves. Les effets secondaires les plus fréquents étaient la confusion mentale (37 %), les étourdissements (14 %), les nausées/vomissements (14 %) et l’agitation/irritation (14 %). Après un titrage de 3 mois, la teneur médiane en THC était de 46,2 mg pour des souches de cannabis médical à dominance THC et de 23,6 mg +38 mg lors de l’administration de THC + CBD sous la forme d’une souche de cannabis médical hybride. Après un, trois et douze mois, la douleur a été réduite d’au moins 30 %. Les auteurs ont conclu que le cannabis « peut constituer un traitement alternatif pour les patients atteints du SFM qui ne répondent pas au traitement conventionnel. Cependant, son utilisation peut être limitée par l’apparition d’effets indésirables non-graves”.

Mazza M. Medical cannabis for the treatment of fibromyalgia syndrome: a retrospective, open-label case series. J Cannabis Res 2021;3(1):4.

Science/Homme: Courir stimule le système endocannabinoïde et réduit l’anxiété.

Les endocannabinoïdes sont de meilleurs candidats que les endorphines pour expliquer “L’Ivresse du coureur » chez l’homme. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs du Laboratoire du comportement humain, Institut de recherche sur la sexualité, de médecine sexuelle et de psychiatrie légale, Centre de médecine psychosociale du Centre médical universitaire Hambourg-Eppendorf, Hambourg, Allemagne. “L’Ivresse du coureur » décrit un sentiment de bien-être lors d’exercices d’endurance, caractérisé par l’euphorie et l’anxiolyse. C’est largement admis que la libération d’opioïdes endogènes, tels que les endorphines, est à la base de “L’Ivresse du coureur ». 

Dans une nouvelle étude, 63 participants ont montré une augmentation de l’euphorie et une diminution de l’anxiété après 45 minutes de course sur un tapis roulant à un niveau d’intensité modéré. La course à pied a entraîné une augmentation des niveaux plasmatiques des endocannabinoïdes anandamide et 2-arachidonoglycérol. Le blocage des opioïdes n’a pas empêché le développement de l’euphorie. Les auteurs ont conclu que leur « étude indique que le développement d’une euphorie de coureur chez l’homme ne dépend pas de la signalisation opioïde, mais que les eCBs sont de puissants candidats chez l’homme, comme cela a été démontré précédemment chez la souris ».

Siebers M, Biedermann SV, Bindila L, Lutz B, Fuss J. Exercise-induced euphoria and anxiolysis do not depend on endogenous opioids in humans. Psychoneuroendocrinology 2021;126:105173.

Science/Homme: Le cannabis peut réduire l’inflammation dans la sclérose en plaques.

Dans une étude portant sur 150 patients atteints de sclérose en plaques, dont 28 consommaient du cannabis, la consommation de cannabis a été associée à une réduction des signes d’inflammation et à une diminution des rechutes. L’étude a été menée par des chercheurs des facultés de médecine de l’Université de Mansoura et de l’Université Delta pour la science et la technologie, en Égypte. En plus des 150 patients, l’étude a également inclus 150 témoins sains. Tous ont été interrogés sur leur consommation de cannabis, qui a été confirmée par des tests d’urine.

Les concentrations sanguines de cytokines pro-inflammatoires, un signe d’intensité inflammatoire, étaient plus élevées chez les patients atteints de sclérose en plaques qui n’avaient pas consommé de cannabis que chez les consommateurs de cannabis et les témoins sains. Les médiateurs pro-inflammatoires mesurés comprenaient l’interleukine-1, l’interleukine-2, l’interleukine-12, l’interleukine-17, l’interleukine-22, l’interféron gamma (IF-gamma) et le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-alpha). 15 consommateurs de cannabis (54 %) ont déclaré que leurs symptômes étaient améliorés par le cannabis. Les auteurs ont conclu que « le cannabis peut avoir un impact positif sur les cytokines et les profils cliniques dans les cas de sclérose en plaques ».

Mustafa W, Elgendy N, Salama S, Jawad M, Eltoukhy K. The Effect of Cannabis on the Clinical and Cytokine Profiles in Patients with Multiple Sclerosis. Mult Scler Int 2021;2021:6611897.

En bref

Malte: Le gouvernement va légaliser le cannabis.
Les consommateurs de cannabis ne seront pas envoyés en prison et pourront cultiver une quantité limitée de plantes dans le cadre de la réforme du gouvernement, a déclaré le Premier ministre Robert Abela. Ces propositions ont été étoffées par le Premier ministre le 18 février dernier, lorsqu’il s’est adressé aux journalistes en marge d’un petit-déjeuner d’affaires sur l’emploi.
Malta Today du 18 février 2021

Etats-Unis: Le Massachusetts compte plus de 100 000 patients de cannabis médical.
Le nombre de détenteurs de cartes de cannabis médical au Massachusetts a augmenté de plus de 30 000 au cours de l’année dernière pour atteindre un total de 100 000. Cela représente environ 1,5 % de la population totale de 6,9 millions d’habitants.
Boston Business Journal du 13 février 2021

Science/Homme: Les indemnités d’accident du travail ont diminué dans les États ayant des lois sur le cannabis à usage récréatif.
Une étude a examiné l’effet de la légalisation du cannabis sur la perception des indemnités d’accidents du travail chez les adultes âgés de 40 à 62 ans. Les indemnités d’accident du travail ont diminué en réponse à ces lois, tant en termes de propension à recevoir des indemnités que de montant des prestations reçues. Les recherches ont montré que le principal facteur de ces réductions était une amélioration de la capacité de travail, probablement grâce à l’accès à une forme supplémentaire de gestion de la douleur.
National Bureau of Economic Research, Cambridge, États-Unis. 
Abouk R, Ghimire KM, Maclean JC, Powell D. Does Marijuana Legalization Affect Work Capacity? Evidence from Workers’ Compensation Benefits. Working Paper 28471, National Bureau of Economic Research, Cambridge, 2021. 

Science/Espagne: Exploration des origines de la plante de cannabis.
L’Institut botanique de Barcelone travaille sur plusieurs continents à la recherche des variantes chimiques et génétiques du cannabis le plus pur, celui qui pousse à l’état sauvage dans son habitat naturel. Cette recherche, financée par le ministère de la science et de l’innovation, vise à découvrir l’origine de cette plante et la fiche bibliographique de ses utilisations traditionnelles dans l’histoire de l’humanité.
El Publico du 8 février 2021

France: Les parlementaires proposent une réglementation plus légère pour les produits de le CBD.
Les lois actuelles devraient être modifiées pour améliorer la sécurité des consommateurs de ce produit à base de cannabis et permettre au marché français de se développer, selon un nouveau rapport parlementaire. Alors que les boutiques de produits de CBD ont prospéré en France ces dernières années – il y en a maintenant près de 400 – le rapport parlementaire décrit le marché autour des produits de CBD comme « carrément grotesque ». Les auteurs du rapport décrivent le CBD comme une « victime collatérale d’une approche lourde du cannabis » en France.
Connexion France du 11 février 2021

Science/Europe: L’EIHA parraine une étude sur les effets des traces de THC sur la santé.
L’ essai clinique le plus important jamais réalisé sur les effets toxicologiques de l’ingestion de quantités infimes de THC dans les aliments commencera au cours des prochaines semaines. L’Association EURopéenne du chanvre industriel (EIHA) consacre plus de 1,6 millions d’euros à cette étude. L’EIHA estime que l’étude, qui se déroule en EURope, contribuera à fournir une base de données probantes permettant aux organismes de réglementation d’ajuster les niveaux de THC autorisés dans les aliments. 
Business CANN du 11 février 2021

Israël: Liste des patients de cannabis non remis à la police.
Il y a environ quatre mois, il a été rapporté que le ministère de la Santé s’était conformé aux demandes de la police d’obtenir la liste de tous les patients utilisant du cannabis médical en Israël, soi-disant pour pouvoir vérifier si une personne prise avec du cannabis est un patient autorisé. Une requête déposée auprès de la Cour suprême a été rejetée cette semaine après une promesse que les données ne seraient pas fournies jusqu’à nouvel ordre.
Cannabis Magazine du 9 février 2021

République tchèque : Création d’un centre de recherche sur le cannabis médical à l’hôpital universitaire.
L’hôpital universitaire St Anne de Brno met en place son propre centre de recherche sur le cannabis, qui servira d’infrastructure au Centre de recherche sur le cannabis. L’installation sera utilisée par des chercheurs du Centre international de recherche clinique pour mener des études sur le cannabis médicinal. Ces recherches couvriront un large éventail de domaines, notamment l’étude de la génétique, des ingrédients et des nouvelles applications pour le traitement des maladies. 
Brno Daily du 12 février 2021

Science/Homme: La consommation de tabac et de cannabis à l’adolescence est associée à des fonctions cognitives plus faibles.
En utilisant les données d’une large cohorte au Royaume-Uni, les auteurs de l’étude longitudinale Avon sur les parents et les enfants ont trouvé une association entre la consommation régulière précoce de tabac, la consommation régulière tardive de tabac et la consommation régulière précoce de cannabis d’une part, et la cognition, d’autre part. Ils ont écrit que leurs données « suggèrent que la consommation de tabac et de cannabis chez les adolescents est associée à des déficits de la mémoire de travail, de l’inhibition de la réponse et de la reconnaissance des émotions ».
Université de Bristol, Großbritannien.
Mahedy L, et al. Drug Alcohol Depend 2021;221:108591.

Science/Homme: L’anxiété, le stress et les troubles du sommeil sont les principales raisons de l’utilisation du CBD.
Dans une enquête menée auprès de 387 utilisateurs de CBD, les principales raisons de l’utilisation étaient l’anxiété perçue, le stress, les troubles du sommeil et la santé et le bien-être en général.
Horsted Clinic, Chronic Pain Clinic, Copenhague, Danemark. 
Moltke J, et al. J Cannabis Res 2021;3(1):5.

Science/Homme: La biodisponibilité du CBD est nettement plus élevée lorsqu’elle est prise après l’ingestion de nourriture qu’à l’état sobre.
La biodisponibilité du CBD (cannabidiol) et donc son efficacité thérapeutique est influencée par la consommation de nourriture. Ceci est le résultat d’une analyse des données de 44 essais cliniques. Le CBD a montré une biodisponibilité significativement plus élevée chez les patients nourris. En outre, l’administration à l’état nourri a entraîné de plus faibles différences de biodisponibilité entre les différents patients.
Département des sciences pharmaceutiques, Collège de pharmacie de l’Université du Michigan, Ann Arbor, Michigan, États-Unis.
Silmore LH, et al. Pharmacotherapy, 14. Feb 2021. [sous presse]

Science/Cellules: Le CBD provoque la dégradation des mitochondries dans les cellules tumorales du cerveau.
Il a été démontré que le CBD provoque un dysfonctionnement et une dégradation des mitochondries dans les cellules des gliomes, une grave tumeur cérébrale. Les auteurs suggèrent que « le CBD devrait être cliniquement testé dans les gliomes, à la fois seul et en combinaison avec le témazolomide », un médicament chimiothérapeutique standard utilisé pour traiter les gliomes.
Laboratoire clé d’État de biotechnologie pharmaceutique, École des sciences de la vie, Université de Nanjing, Chine.
Huang T, et al. Autophagy 2021:1-15.

Science/Cellules: Le CBD réduit la viabilité des cellules cancéreuses du sein.
Il a été démontré que le CBD réduit la viabilité des cellules cancéreuses du sein en induisant un stress oxydatif et un stress dans certaines jonctions cellulaires (réticulum endoplasmique) et en perturbant le repliement des protéines.
Département de biochimie et de microbiologie, Université Nelson Mandela, Port Elizabeth, Afrique du Sud.
de la Harpe A, et al. Biotechnol Appl Biochem, 19. Feb 2021.[sous presse]

Science/Cellules: Le THC altère les cellules pertinentes pour une grossesse réussie.
Le THC endommage certaines cellules, appelées cellules trophoblastes, qui sont importantes pour l’implantation de l’ovule dans le placenta, ce qui interfère avec une grossesse réussie dans les premiers jours suivant la fécondation.
Programme d’études supérieures en sciences médicales, Département de pédiatrie, Université McMaster, Hamilton, Canada.
Walker OS, et al. Sci Rep 2021;11(1):4029.

Science/Homme: La légalisation du cannabis aux États-Unis n’a pas été associée à une augmentation de la détection du THC chez les patients blessés.
Une analyse des données des centres de traumatologie de six États (Arizona, Californie, Ohio, Oregon, New Jersey et Texas) entre 2006 et 2018 a montré qu’il n’y avait aucune association entre la légalisation et la détection du THC chez les patients. La plus forte augmentation de la détection du THC a été observée au Texas, où le cannabis reste illégal. Les auteurs ont conclu qu’il n’y avait « aucune augmentation apparente de l’incidence de la conduite sous l’influence de la marijuana après la légalisation ».
Centre médical de l’université de Hackensack, États-Unis.
Kruse M, et al. Am Surg.2021:3134821995053.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à la dépression chez les survivants du cancer.
Dans un vaste échantillon de 10 799 survivants du cancer, les personnes souffrant de dépression avaient une prévalence plus élevée de consommation quotidienne ou non- quotidienne de cannabis.
École d’infirmières, Bouvé College of Health Sciences, Northeastern University, Boston, États-Unis. 
Poghosyan H, et al. Nurs Outlook 2021:S0029-6554(21)00016-6.

Science/Homme: La légalisation du cannabis est associée à une perception plus positive de la santé.
Selon une enquête menée auprès de 429 Californiens, la légalisation de la consommation de cannabis chez les adultes a entraîné une augmentation de la consommation de cannabis auto-déclarée par les personnes interrogées au cours des 30 derniers jours et une perception plus positive de la consommation de cannabis en termes de santé.
Département de médecine, Centre de recherche sur la prévention de Stanford, Université de Stanford, Medical School Office Building, États-Unis.
Gali K, et al. Subst Abuse Treat Prev Policy 2021;16(1):16.

Science/Homme: Pas de réduction de la consommation d’opiacés après la légalisation du cannabis chez les patients souffrant de douleurs.
Il n’y a pas eu de réduction de la consommation d’opiacés, que ce soit à des fins récréatives ou médicales, dans les États où le cannabis est légalisé, selon une analyse portant sur environ 142 000 patients souffrant de douleurs dans différents États américains.
UPMC Centers for High Value Health Care and Value-Based Pharmacy Initiatives, UPMC Health Plan, Pittsburgh, USA.
Neilson LM, et al. J Gen Intern Med, 11. Feb 2021. [sous presse]

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une probabilité d’obésité plus faible chez les personnes en bonne santé
  • Science: Dégradation du THC sur une période de 4 ans dans différentes conditions de stockage

IACM-Bulletin du 03 Mars 2021

Etats-Unis: Les démocrates font avancer la légalisation du cannabis au Congrès

Trois sénateurs (Cory Booker, Ron Wyden et Chuck Schumer) ont publié une déclaration commune affirmant qu’ils travailleraient ensemble pour faire avancer la réforme complète de la législation sur le cannabis au sein du Congrès actuel. « La guerre contre la drogue a été une guerre contre les gens, en particulier les personnes de couleur. Il est nécessaire de mettre fin à la prohibition fédérale de la marijuana pour réparer les torts de cette guerre ratée et mettre fin à des décennies de préjudices infligés aux communautés de couleur dans tout le pays. Mais cela ne suffit pas », ont-ils déclaré. 

Les trois sénateurs ont déjà soutenu une législation visant à décriminaliser le cannabis sous une forme ou une autre. « Au début de cette année, nous publierons un projet de discussion unifié sur une réforme globale visant à garantir une justice réparatrice, à protéger la santé publique et à mettre en œuvre des taxes et des réglementations responsables », ont déclaré les trois sénateurs. « L’obtention de la contribution des groupes de parties prenantes sera une partie importante de l’élaboration de cette législation essentielle ».

The Verge du 1er février 2021

Science/Homme: Le cannabis améliore les symptômes de la colite ulcéreuse dans un essai contrôlé par placebo

Dans un essai contrôlé par placebo avec 32 patients souffrant de colite ulcéreuse, on a constaté une amélioration significative des symptômes, mais aucune amélioration des marqueurs de l’inflammation. L’étude a été menée par des chercheurs de l’Institut de gastroentérologie et d’hépatologie du Centre médical de Meir à Kfar Saba, en Israël. Les patients ont reçu soit des cigarettes contenant 0,5 g de fleurs de cannabis séchées avec 80 mg de THC, soit des cigarettes placebo pendant 8 semaines.

L’indice de Lichtiger, un score d’intensité des symptômes de la colite ulcéreuse, s’est amélioré dans le groupe cannabis, passant de 10,9 à 5 et dans le groupe placebo, de 11 à 8. La qualité de vie s’est améliorée dans le groupe cannabis de 77 à 98 mais pas dans le groupe placebo, avec 78 à la semaine 0 et 78 à la semaine 8. Le score endoscopique Mayo de l’inflammation a changé dans le groupe cannabis de 2,1 à 1,3 et dans le groupe placebo de 2,2 à 1,7. Les auteurs ont conclu qu’un traitement à court terme avec du cannabis riche en THC induisait une rémission clinique et une amélioration de la qualité de vie chez les patients souffrant de colite ulcéreuse légère à modérément active. Cependant, ces effets cliniques bénéfiques n’étaient pas associés à une amélioration anti-inflammatoire significative ».

Naftali T, Bar-Lev Schleider L, Scklerovsky Benjaminov F, Konikoff FM, Matalon ST, Ringel Y. Cannabis is associated with clinical but not endoscopic remission in ulcerative colitis: A randomized controlled trial. PLoS One. 2021;16(2):e0246871.

Science/Homme: Les extraits de cannabis ont été efficaces pour réduire les symptômes de l’autisme dans un essai clinique contrôlé

Deux extraits de cannabis ont réduit les symptômes chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique et ont été bien tolérés lors d’un essai contrôlé par placebo avec 150 participants. Les enquêteurs de l’unité de neuropédiatrie du centre médical Shaare Zedek, à Jérusalem, en Israël, ont testé un extrait de cannabis entier contenant du THC et du CBD dans un rapport de 1 à 20 et ont purifié le THC et le CBD dans le même rapport. Les 150 participants ont reçu un placebo ou des cannabinoïdes pendant 12 semaines, puis un traitement de 4 semaines et un croisement prédéterminé pendant 12 semaines supplémentaires afin d’évaluer plus précisément la tolérabilité.

L’évolution des scores totaux d’un questionnaire standardisé sur les troubles du spectre autistique n’a pas varié d’un groupe à l’autre. Le comportement perturbateur d’un autre questionnaire a été amélioré de façon importante ou très importante dans 49 % des cas pour l’extrait de plante entière contre 21 % pour le placebo. Dans un questionnaire destiné aux parents, l’amélioration était de 14,9 points pour l’extrait de plante entière contre 3,6 points pour le placebo. Aucun effet indésirable grave lié au traitement n’a été constaté.

Aran A, Harel M, Cassuto H, Polyansky L, Schnapp A, Wattad N, Shmueli D, Golan D, Castellanos FX. Cannabinoid treatment for autism: a proof-of-concept randomized trial. Mol Autism. 2021;12(1):6.

Science/Homme: L’inhalation de cannabis réduit l’anxiété et le stress

Une étude menée auprès de 670 personnes utilisant un logiciel pour signaler directement les effets du cannabis suggère que la majorité des patients ont ressenti un soulagement des symptômes liés au stress après la consommation de fleurs de cannabis, et que parmi les caractéristiques du produit, les taux de THC plus élevés étaient les facteurs de soulagement les plus importants. Les chercheurs du département d’économie de l’université du Nouveau-Mexique à Albuquerque, aux États-Unis, ont utilisé un modèle de recherche par observation pour évaluer quels types de caractéristiques des produits à base de fleurs de cannabis couramment étiquetés sont associés à des changements dans les sentiments momentanés de symptômes liés au stress.

Au total, une diminution des niveaux d’intensité des symptômes a été signalée dans environ 96 % des séances de consommation de cannabis, une augmentation dans environ 2 % des séances, et aucun changement dans environ 2 % des séances. Les modèles à effets fixes ont montré, en moyenne, que les répondants ont enregistré une réduction maximale de l’intensité des symptômes de 4,3 points pour l’agitation/irritabilité, 3,5 points pour l’anxiété et 4,0 pour le stress sur une échelle visuelle analogue de 11 points. Le soulagement des symptômes était principalement associé aux niveaux de THC, tandis que les niveaux de CBD « n’étaient généralement pas associés à des changements dans les niveaux d’intensité des symptômes ». Dans une minorité de séances de consommation de cannabis (moins de 13 %), les consommateurs de cannabis ont fait état d’effets secondaires négatifs liés à l’anxiété, notamment un sentiment d’anxiété, d’irritabilité ou de paranoïa.

Stith SS., Li X, Diviant JP., Brockelman FC., Keeling KS., Hall B, Vigil JM. The effectiveness of inhaled Cannabis flower for the treatment of agitation/irritability, anxiety, and common stress. J Cannabis Res. 2020;2:47.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction du risque de stéatose hépatique chez les personnes atteintes du VIH ou du VHC

Dans une étude portant sur environ 1000 patients co-infectés par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) et le VHC (virus de l’hépatite C), les consommateurs de cannabis présentaient un risque réduit de développer un foie gras. Les chercheurs de plusieurs institutions de recherche en France, dont l’université d’Aix-Marseille et l’INSERM, ont utilisé les données de suivi sur cinq ans de 997 patients co-infectés par le VIH et le VHC.

Lors de la dernière visite de suivi, 27 % des patients ont déclaré avoir consommé régulièrement ou quotidiennement du cannabis et 28 % présentaient un indice de graisse hépatique élevé. Après ajustement multivariable, la consommation régulière ou quotidienne de cannabis a été associée à un risque réduit de 55 % d’indice hépatique gras élevé et à des valeurs moyennes plus faibles de cet indice.

Barre T, Rojas Rojas T, Lacombe K, Protopopescu C, Poizot-Martin I, Nishimwe M, Zucman D, Esterle L, Billaud E, Aumaitre H, Bouchaud O, Rey D, Piroth L, Salmon-Ceron D, Wittkop L, Sogni P, Carrieri MP, Serfaty L, Marcellin F. Cannabis use and reduced risk of elevated fatty liver index in HIV-HCV co-infected patients: a longitudinal analysis (ANRS CO13 HEPAVIH). Expert Rev Anti Infect Ther. 2021 Feb 4. [sous presse]

En bref

Europe: Des membres du Parlement EURopéen ont fondé la EURopean Medicinal Cannabis Alliance
L’Alliance EURopéenne pour le cannabis médicinal a été annoncée par Alex Agius Saliba, de Malte, avec plusieurs autres membres comme le Polonais Robert Biedroń, l’Italien Brando Benifel et le Belge Maria Arena. Dans une lettre invitant tous les députés EURopéens à rejoindre l’alliance, le groupe a noté que bien que le cannabis médicinal soit « de plus en plus utilisé pour traiter des patients atteints de diverses affections », tout progrès est « ralenti » en raison des différentes réglementations sur l’utilisation de la plante dans les 27 États membres de l’UE.
Lovin Malta du 4 février 2021

Economy: Jazz Pharmaceuticals acquiert GW Pharmaceuticals 
Jazz Pharmaceuticals et GW Pharmaceuticals ont annoncé que les sociétés ont conclu un accord définitif pour que Jazz acquière GW pour un montant total de 7,2 milliards de dollars américains. La transaction, qui a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux sociétés, devrait être conclue au cours du deuxième trimestre 2021.
Jazz Pharma du 3 février 2021

Etats-Unis: 61% des personnes interrogées sont favorables à la légalisation du cannabis
Un nouveau sondage national réalisé par Emerson College/7 News auprès de 1429 adultes montre que la légalisation du cannabis est populaire aux États-Unis, puisque 61 % d’entre eux déclarent qu’une telle politique serait une bonne idée, contre 39 % qui pensent que la légalisation du cannabis à usage récréatif serait une mauvaise idée. Soixante-quatorze pour cent (74 %) des démocrates seraient favorables à cette politique, contre 60 % des indépendants et 46 % des républicains. 
Emerson College Polling du 3 février 2021

Science/Homme: La légalisation du cannabis aux États-Unis n’a eu aucun effet sur la consommation de drogues dures par les adolescents
Selon les données annuelles de Washington et du Colorado pour les années 2008 à 2017, la légalisation du cannabis n’a pas été associée à une augmentation des admissions à l’hôpital d’adolescents ou de jeunes adultes pour des troubles liés à la consommation d’opiacés, de cocaïne ou de méthamphétamine.
Département de géographie et d’études urbaines, Temple University, Philadelphie, États-Unis d’Amérique. 
Mennis J, et al. J Subst Abuse Treat. 2021;122:108228.

Pologne: Le cannabis sera produit à des fins médicales
CanPoland de Łódź a l’intention de lancer une chaîne de production de cannabis dès le mois de mars de cette année. Jusqu’à présent, il est importé du Canada ou d’Allemagne. 
Cannabis News du 27 janvier 2021

Science/Homme: La douleur et les troubles psychiatriques sont les principales raisons de la consommation de cannabis à des fins médicales aux États-Unis
Selon une analyse de 61 000 données de patients provenant de 33 cliniques de cannabis aux États-Unis, les trois principales conditions médicales primaires mutuellement exclusives signalées étaient la douleur chronique non spécifiée (39%), l’anxiété (14%) et le syndrome de stress post-traumatique (8%). Le nombre moyen d’affections comorbides signalées était de 2,7, l’anxiété étant la plus fréquente (28 %). 
CB2 Insights, Mississauga, Canada.
Mahabir VK, et al. J Cannabis Res. 2020;2:32.

Science/Animal: Le CBD peut être utile dans le traitement des troubles liés à la consommation de méthamphétamine
Dans une étude sur des rats dépendants à la méthamphétamine, des injections de CBD ont inhibé le goût de la méthamphétamine.
Département de pharmacologie et de toxicologie, Faculté de pharmacie, Université islamique Azad, Téhéran, Iran.
Anooshe M, et al. Behav Brain Res. 2021:113158.

Science/Animal: La CDB, en combinaison avec des bioflavonoïdes, a des propriétés anti-inflammatoires
Dans des études menées sur des rats, la CBD seule a produit une inhibition de la douleur corrélée à la dose et statistiquement significative dans plusieurs modèles de douleur. Les auteurs ont noté que « des performances accrues dans la réduction de la douleur et de l’inflammation ont été observées lorsque le CBD était administré oralement en complexe avec les compositions de bioflavonoïdes ».
Unigen, Tacoma, Washington, États-Unis.
Yimam M, et al. J Med Food. 2021 Feb 10. [sous presse]

Science/Homme: De fortes doses de THC sont associées à des troubles de la pensée chez les personnes de plus de 50 ans
Selon une revue des essais cliniques, de fortes doses de THC ont été associées à une incidence plus élevée de troubles de la pensée ou de la perception et de vertiges ou de vertiges, mais aucun autre effet indésirable neuropsychiatrique dans les essais cliniques randomisés utilisant le THC.
Département de psychiatrie de la vieillesse, King’s College London, Royaume-Uni. 
Velayudhan L, et al. JAMA Netw Open. 2021;4(2):e2035913.

Science/Homme: De nombreux migraineux consomment du cannabis
Parmi les 372 patients migraineux participant à une enquête recrutée sur le groupe Facebook Move Against Migraine, 335 ont déclaré avoir consommé du cannabis. Entre 114 et 139 (34-42%) ont trouvé que les modalités du cannabis étaient au moins légèrement efficaces. 39 % ont déclaré que le cannabis n’était pas efficace pour eux.
École de médecine de Yale, New Haven, États-Unis.
Kuruvilla DE, et al. BMC Complement Med Ther. 2021;21(1):58.

Science/Homme: La douleur est le symptôme le plus fréquent traité par les cannabinoïdes, selon un rapport du ministère allemand de la santé
Selon un rapport préliminaire de l’Institut fédéral allemand des médicaments et des dispositifs médicaux sur le cannabis médical remboursé par les caisses maladie allemandes, les symptômes les plus fréquemment traités étaient la douleur (73 %), suivie de la spasticité (10 %) et de l’anorexie/détérioration (6 %). Le dronabinol était le plus souvent prescrit (65 %), suivi par les fleurs de cannabis (18 %), le Sativex (13 %), l’extrait de cannabis (4 %) et le nabilone (0,3 %). 
Explication par l’auteur du IACM-Bulletin : Les assureurs maladie allemands refusent généralement le remboursement pour la plupart des symptômes, outre la douleur, la spasticité et l’anorexie, ce qui signifie que les patients souffrant d’autres affections doivent généralement payer les médicaments de leur poche et n’apparaissent pas dans ce rapport. L’utilisation des fleurs de cannabis est découragée par les caisses d’assurance maladie. 
Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux, Agence fédérale de l’opium, Bonn, Allemagne.
Schmidt-Wolf G, et al. Bundesgesundheitsblatt Gesundheitsforschung Gesundheitsschutz. 2021 Feb 9. [sous presse]

Science/Cellules: Le CBG montre des effets anticancéreux contre le glioblastome
Le CBG a inhibé l’invasion des glioblastomes de la même manière que le CBD et le témazolomide chimiothérapeutique. Le THC a démontré une faible valeur ajoutée dans le traitement combiné du glioblastome par cannabinoïdes avec le CBD, le CBG et le THC. Les auteurs suggèrent de remplacer le THC par le CBG.
Département de toxicologie génétique et de biologie du cancer, Institut national de biologie, Ljubljana, Slovénie.
Lah TT, et al. Cells. 2021;10(2):340.

Science/Homme: Les niveaux de 2-AG sont réduits chez les patients souffrant de dépression sévère
Dans une étude portant sur 12 patients dépressifs et 12 témoins sains, on a constaté une corrélation inverse significative entre la concentration de l’endocannabinoïde 2-AG et le plasma sanguin et la gravité de la dépression. Les auteurs ont noté que leurs résultats « suggèrent que le 2-arachidonylglycérol, l’endocannabinoïde le plus abondant dans le système nerveux central, pourrait agir pour atténuer les symptômes de la dépression ».
Département des sciences médico-chirurgicales et des biotechnologies, Université Sapienza de Rome, Italie.
Bersani G, et al. Hum Psychopharmacol. 2021:e2779.

Science/Cellules: Les cannabinoïdes peuvent réduire le stress oxydatif dans les cellules de la peau
Dans des études portant sur les cellules de la peau (kératinocytes) et les fibroblastes, « les résultats obtenus indiquent que les extraits de chanvre peuvent être une source précieuse de substances biologiquement actives qui réduisent le stress oxydatif, inhibent les processus de vieillissement de la peau et affectent positivement la viabilité des cellules de la peau. L’analyse a également montré que les hydrogels à base d’extraits de cannabis ont un effet positif sur l’hydratation de la peau ».
Département de technologie des produits cosmétiques et pharmaceutiques, Collège médical, Université de technologie et de gestion de l’information à Rzeszow, Tyczyn, Pologne.
Zagórska-Dziok M, et al. Molecules. 2021;26(4):802.

Science/Animal: Le CBD réduit les crises dans un modèle d’épilepsie avec des hamsters
Dans un modèle d’épilepsie chez le hamster, « l’administration aiguë de CBD a montré une atténuation subtile des comportements convulsifs, augmentant la latence des crises et diminuant la durée de la phase convulsive, mais sans abolition totale des crises ».
Institut des neurosciences de Castilla y León (INCYL), Université de Salamanque, Espagne.
Cabral-Pereira G, et al. Front Behav Neurosci. 2021;14:612624.

Science/Homme: Les femmes atteintes d’endométriose présentent des taux élevés d’anandamide
Une analyse des endocannabinoïdes dans le liquide folliculaire a montré des concentrations élevées de l’anandamide endocannabinoïde chez les patientes atteintes d’endométriose. Les auteurs notent que cela pourrait être une des raisons de la diminution du potentiel reproductif des femmes atteintes de cette maladie.
Faculdade de Farmácia, Universidade do Porto, Portugal.
Fonseca BM, et al. Reprod Fertil Dev. 2021 Feb 8. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis peut être associée à un risque d’accident plus élevé chez les personnes âgées
Une analyse des accidents utilisant les données de l’étude américaine sur les risques d’accidents liés à la drogue et à l’alcool de la National Highway Traffic Safety Administration a montré « qu’il n’y a pas de lien global entre la consommation de cannabis et le risque d’accident. (…) Mais le THC a été associé à un risque accru d’implication dans des accidents pour les conducteurs âgés. La différence entre les conducteurs positifs au THC et les conducteurs sobres est apparue significative à l’âge de 64 ans ».
Pacific Institute for Research and Evaluation (PIRE), Calverton, États-Unis.
Johnson MB, et al. Accid Anal Prev. 2021;152:105987.

Science/Homme: Pas de corrélation majeure entre l’affaiblissement des facultés et la concentration de THC dans le sang dans une étude sur simulateur de conduite
Dans une étude sur simulateur de conduite, il y avait « une relation médiocre et incohérente entre l’ampleur de l’affaiblissement des facultés et les concentrations de THC dans les échantillons biologiques, ce qui signifie que les limites en soi ne peuvent pas faire une distinction fiable entre les conducteurs avec facultés affaiblies et ceux qui ne le sont pas. Il est urgent de développer de meilleures méthodes de détection de l’intoxication au cannabis et de l’affaiblissement des facultés ».
Initiative Lambert pour les thérapies à base de cannabinoïdes, Université de Sydney, Nouvelle-Galles du Sud, Australie.
Arkell TR, et al. Traffic Inj Prev. 2021:1-6.

Science/Cellules: La CDB protège les cellules de la peau contre les dommages causés par le soleil
Dans une étude portant sur les effets protecteurs des cellules cutanées du CBD, « le CBD – par son activité antioxydante/anti-inflammatoire et la régulation de la biosynthèse et de la dégradation des protéines – protège les cellules cutanées contre les changements induits par les UVA/B ».
Département de chimie analytique, Université médicale de Bialystok, Pologne.
Gęgotek A, et al. Int J Mol Sci. 2021;22(3):1501.

Science/Homme: La consommation de cannabis n’est pas associée à des problèmes d’équilibre accrus chez les personnes infectées par le VIH
Dans une étude menée auprès de personnes séropositives, la consommation de cannabis n’a eu aucun effet sur l’équilibre. Les auteurs ont noté que cela « suggère que la consommation de cannabis dans le cadre du VIH est sans danger en ce qui concerne les troubles de l’équilibre ».
Bourse de recherche interdisciplinaire, Université de Californie San Diego, États-Unis.
Kiendrebeogo P, et al. J Cannabis Res. 2021;3(1):3.

Science/Animal: La CDB pourrait réduire l’agressivité des chiens envers les humains
Dans une étude portant sur 24 chiens de refuge, dont 12 ont reçu du CBD, le cannabinoïde a réduit le comportement agressif envers les humains.
École d’agriculture et d’environnement, Université d’Australie occidentale, Crawley, Australie.
Corsetti S, et al. Sci Rep. 2021;11(1):2773.

Science/Animal: Le bêta-caryophyllène protège contre les troubles cognitifs causés par l’inflammation du cerveau
Dans une étude sur des rats, le bêta-caryophyllène, qui active le récepteur CB2, protège contre la démence induite par l’inflammation nerveuse sans effet sur la réduction des fonctions cognitives par le vieillissement cérébral normal induit par le dysfonctionnement des mitochondries.
Manipal College of Pharmaceutical Sciences, Manipal Academy of Higher Education, Inde.
Kanojia U, et al. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2021 Feb 2. [sous presse]

Science/Animal: L’augmentation de la concentration en endocannabinoïdes peut être utile dans l’autisme
Dans un modèle d’autisme chez le rat, l’augmentation de la concentration de l’endocannabinoïde 2-arachidonoylglycrol par l’inhibition de sa dégradation a amélioré le comportement semblable à celui de l’autisme, y compris les comportements répétitifs et stéréotypés, l’hyperactivité, la sociabilité et le fonctionnement cognitif.
Département de la santé des enfants et des adolescents, Collège de santé publique de l’Université médicale de Harbin, Chine.
Zou M, et al. Open Biol. 2021;11(2):200306.

Science/Homme: Souvent, les patients ne parlent pas à leur médecin de leur consommation de cannabis à des fins médicales
Selon une enquête anonyme menée auprès de 275 patients, 44 % d’entre eux n’ont pas dit à leur médecin traitant qu’ils consommaient du cannabis à des fins médicales, bien que 86 % aient substitué le cannabis aux médicaments. Seuls 18 % ont estimé que les connaissances de leur médecin sur le cannabis médical étaient très bonnes ou excellentes.
Département d’anesthésiologie de la faculté de médecine de l’université du Michigan, États-Unis.
Boehnke KF, et al. J Cannabis Res. 2021;3(1):2.

Science/Homme: La consommation de cannabis avant l’âge de 15 ans entraîne des déficits de mémoire à l’âge adulte
Dans une étude portant sur 524 jeunes adultes, qui ont été suivis depuis leur naissance, les résultats de tests sur les fonctions cognitives indiquent que le fait de commencer à consommer du cannabis avant l’âge de 15 ans exposait les jeunes adultes à un risque accru de troubles de la mémoire.
Département de psychologie, Université de Slippery Rock, États-Unis.
Willford JA, et al. Neurotoxicol Teratol. 2021;84:106958.

Science/Animal: Le CBD montre des propriétés antidépressives dans la dépression causée par l’inflammation du cerveau
Le CBD a provoqué des effets antidépresseurs dans un modèle murin d’inflammation cérébrale en réduisant les niveaux d’interleukine-6 et d’autres mécanismes pro-inflammatoires. Les auteurs ont écrit que « davantage de recherches sont nécessaires pour comprendre complètement ses mécanismes d’action dans la dépression liée à l’inflammation ».
Departamento de Fisiología y Farmacología, Facultad de Medicina, Universidad de Cantabria, Santander, Espagne.
Florensa-Zanuy E, et al. Biochem Pharmacol. 2021:114433.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Science/Homme: Le THC peut réduire la dose d’opioïdes après une blessure traumatique
  • Science/Homme: Le cannabis module les concentrations sanguines d’hormones associées à l’appétit

Il y a deux ans

  • Science/Homme: Selon une enquête, le cannabis pourrait être un traitement efficace contre la vidange gastrique retardée
  • Science/Homme: La consommation de cannabis peut augmenter la satisfaction de l’orgasme chez les femmes
  • Science/Homme: Les patients atteints de cancer signalent un soulagement des symptômes grâce au cannabis
  • Belgique: Une commission parlementaire approuve la mise en place d’une agence du cannabis

IACM-Bulletin du 11 février 2021

Science/Homme: La consommation de cannabis réduit l’hypertension chez les personnes plus âgées.

Dans une étude prospective menée auprès de 26 patients souffrant d’hypertension et d’un âge moyen d’environ 70 ans, la consommation de cannabis a entraîné une réduction de la pression artérielle d’environ 5 mmHg. La recherche a été menée par des chercheurs de l’Institut de recherche clinique sur le cannabis et du Centre de recherche clinique de l’Université Ben-Gourion du Néguev à Beer Sheva, en Israël.

Au bout de trois mois de suivi, les pressions artérielles systoliques et diastoliques moyennes sur 24 heures ont été réduites de 5,0 mmHg et 4,5 mmHg, respectivement. Le nadir (seuil) pour la pression artérielle et la fréquence cardiaque a été atteint 3 heures après l’administration. La proportion de personnes ayant une pression normale est passée de 27,3 % avant le traitement à 45,5 % par la suite. Les auteurs ont conclu que « chez les personnes âgées souffrant d’hypertension, le traitement au cannabis pendant 3 mois était associé à une réduction des valeurs de la pression artérielle systolique et diastolique sur 24 heures ».

Abuhasira R, Haviv YS, Leiba M, Leiba A, Ryvo L, Novack V. Cannabis is associated with blood pressure reduction in older adults – A 24-hours ambulatory blood pressure monitoring study. EUR J Intern Med. 2021:S0953-6205(21)00005-4.

Science: Le CBD montre son potentiel anti microbien, contre les bactéries.

Une étude révèle que le CBD (cannabidiol) présente une activité anti microbienne contre les bactéries. Les chercheurs de l’Institut des bio sciences moléculaires de l’Université du Queensland à Sainte-Lucie, en Australie, confirment des rapports précédents d’activités contre les bactéries à Gram positif et élargissent l’étendue des agents pathogènes testés, y compris le Staphylocoque doré hautement résistant, « Streptococcus pneumoniae » et « Clostridioides difficile ». 

Les auteurs ont écrit que les résultats de leurs recherches « démontrent que le cannabidiol a une excellente activité contre les biofilms, une faible propension à induire une résistance et une efficacité topique in vivo. De multiples études sur les modes d’action indiquent que la rupture de la membrane est le principal mécanisme du cannabidiol. Plus important encore, nous signalons pour la première fois que le cannabidiol peut tuer sélectivement un sous-ensemble de bactéries Gram-négatives, dont l’agent pathogène serait une “menace urgente » « Neisseria gonorrhoeae ».

Blaskovich MAT, Kavanagh AM, Elliott AG, Zhang B, Ramu S, Amado M, Lowe GJ, Hinton AO, Pham DMT, Zuegg J, Beare N, Quach D, Sharp MD, Pogliano J, Rogers AP, Lyras D, Tan L, West NP, Crawford DW, Peterson ML, Callahan M, Thurn M. The antimicrobial potential of cannabidiol. Commun Biol, 2021;4(1):7.

Science/Homme: Le cannabis réduit la consommation d’alcool chez les gros buveurs dans une étude observationnelle.

Les gros buveurs d’alcool peuvent réduire leur consommation d’alcool en consommant du cannabis. Les chercheurs de l’Institut des sciences cognitives de l’Université du Colorado à Boulder, aux États-Unis, ont inclus 96 consommateurs de cannabis, qui étaient de gros consommateurs, dans une étude observationnelle.

Les participants ont consommé environ 29 % de boissons alcoolisées en moins et étaient deux fois moins susceptibles d’avoir un épisode de beuverie les jours où le cannabis était consommé que les jours où il ne l’était pas. Ces tendances ont été observées chez les hommes, les femmes et les groupes de consommateurs de cannabis peu fréquents et fréquents. Les auteurs ont écrit que « les gros buveurs engagés dans un traitement visant à réduire leur consommation d’alcool qui consomment également du cannabis semblent augmenter leur consommation de cannabis les jours où ils réduisent leur consommation d’alcool ».

Karoly HC, Ross JM, Prince MA, Zabelski AE, Hutchison KE. Effects of cannabis use on alcohol consumption in a sample of treatment-engaged heavy drinkers in Colorado. Addiction. 2021 Jan 19. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction des réadmissions à l’hôpital chez les patients atteints du syndrome du côlon irritable.

Dans une analyse portant sur 7163 patients atteints du syndrome du côlon irritable (SCI) identifiés dans la base de données nationale de réadmission, les 357 consommateurs de cannabis présentaient des taux inférieurs de réadmission à l’hôpital dans les 30 jours. Les chercheurs du département de médecine de la Rutgers New Jersey Medical School à Newark, aux États-Unis, ont découvert que les taux de réadmission étaient de 1,5 % chez les patients ayant déclaré avoir consommé du cannabis et de 1,1 % chez ceux qui n’en avaient pas consommé.

Les auteurs ont conclu de leur enquête qu’il n’y avait « aucune différence statistiquement significative dans les taux de réadmission à 30 jours pour des causes spécifiques au syndrome du côlon irritable, lorsque l’on compare les patients qui ont déclaré avoir consommé du cannabis à ceux qui n’en ont pas consommé. Cependant, les auteurs ont constaté que la consommation de cannabis était associée à une réduction des taux de réadmission à l’hôpital dans les 30 jours pour toutes les causes ».

Choi C, Abougergi M, Peluso H, Weiss SH, Nasir U, Pyrsopoulos N. Cannabis Use is Associated With Reduced 30-Day All-cause Readmission Among Hospitalized Patients With Irritable Bowel Syndrome: A Nationwide Analysis. J Clin Gastroenterol. 2021 Jan 20. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis a été associée à une réduction à long terme de la douleur dans une vaste étude observationnelle.

Dans une étude observationnelle portant sur 757 patients souffrant de douleurs, environ un tiers des patients ont continué à consommer du cannabis pendant 6 mois et ont signalé une réduction de l’intensité de la douleur. Les chercheurs du Département d’anesthésiologie et de médecine de la douleur de l’Université de Toronto, au Canada, utilisent les données de cliniques communautaires de cannabis en Ontario. Après six et douze mois, 230 et 104 des participants ont été suivis, respectivement. 

La proportion de consommateurs de cannabis ayant déclaré avoir consommé des opioïdes a diminué de moitié, passant de 40,8 % au départ à 23,9 % à 12 mois. L’intensité de la douleur et les scores d’interférence liés à la douleur ont été réduits et les scores relatifs à la qualité de vie et aux symptômes de santé générale ont été améliorés par rapport au niveau de référence.

Meng H, Page MG, Ajrawat P, Deshpande A, Samman B, Dominicis M, Ladha KS, Fiorellino J, Huang A, Kotteeswaran Y, McClaren-Blades A, Kotra LP, Clarke H. Patient-reported outcomes in those consuming medical cannabis: a prospective longitudinal observational study in chronic pain patients. Can J Anaesth. 2021 Jan 20. [sous presse]

En bref

France: Enquête du gouvernement sur le statut juridique du cannabis.
Le gouvernement français veut savoir ce que pensent les citoyens de la légalisation du cannabis à usage médical et à usage adulte avant de modifier la loi. Ils sont invités à participer à un sondage.
Survey

Science: nouvelle étude sur la production de CBD et d’autres cannabinoïdes.
Le Nova-Institut, basé à Cologne, a préparé une étude approfondie sur la production de CBD et d’autres cannabinoïdes. Les membres de l’IACM bénéficient d’une réduction de 20 % en envoyant un courriel au bureau de l’IACM (info@cannabis-med.org) pour obtenir un code de réduction.
Production of Cannabinoids via Extraction, Chemical Synthesis and Especially Biotechnology

Science/Homme: Selon un rapport de cas, le CBD peut être utile dans le traitement des troubles du spectre autistique (TSA).
Selon un rapport de cas de Calgary, au Canada, un garçon de 15 ans atteint de troubles du spectre autistique a bénéficié d’un traitement à base d’un extrait de CBD à très faible dose (deux fois 4 mg de CBD et 0,5 mg de THC).
Caleo Health, Calgary, Canada.
Ponton JA, et al. J Med Case Reports. 2020;14:162.

Science/Homme: Une forte densité de dispensaires de cannabis est associée à une augmentation de la consommation de cannabis.
Selon une analyse du comté de Los Angeles, la densité des dispensaires de cannabis était associée à la consommation de cannabis chez les jeunes adultes.
Département de psychiatrie et de sciences comportementales, École de médecine Keck, Université de Californie du Sud, Los Angeles.
Pedersen ER, et al. Am J Addict. 2020 Dec 30. [sous presse]

Science/Homme: Plusieurs patients atteints de dystrophie myotonique de type 1 utilisent le cannabis à des fins médicales.
Dans une enquête menée auprès de 79 patients souffrant de la dystrophie myotonique de type 1, 22 % d’entre eux consomment actuellement du cannabis et 57 % d’entre eux ont déclaré l’avoir utilisé pour soulager leurs symptômes.
Département de pharmacologie-physiologie, Université de Sherbrooke, Saguenay, Canada.
Beauchesne W, et al. Neuromuscul Disord. 2021:S0960-8966(21)00004-3.

Science/Homme: Les troubels de la consommation de cannabis et le stress post-traumatique sont associés chez les vétérans.
Selon l’analyse d’une vaste base de données d’environ 46 000 anciens combattants américains, il existe une association entre le syndrome de stress post-traumatique et les troubles de la consommation de cannabis. Les vétérans souffrant de troubles liés à la consommation de cannabis présentaient également des niveaux plus élevés de dépression, de troubles de panique, de consommation d’alcool, d’insomnie et de troubles liés à la consommation d’opiacer.
VA South Central Mental Illness Research, Education and Clinical Center (MIRECC), Houston, États-Unis.
Bryan JL, et al. J Subst Abuse Treat. 2021;122:108254.

Science/Homme: Augmentation de la teneur en THC du cannabis aux États-Unis.
Une analyse d’environ 14 000 échantillons de cannabis au cours des dix dernières années a montré que les concentrations moyennes de THC sont passées de 9,8 % en 2009 à 13,9 % en 2019.
Centre national de recherche sur les produits naturels, École de pharmacie, Université du Mississippi, États-Unis.
ElSohly MA, et al. Biol Psychiatry Cogn Neurosci Neuroimaging. 2021:S2451-9022(21)00022-7.

Science/Homme: Un nombre plus élevé de dispensaires de cannabis aux États-Unis est associé à une baisse des taux de mortalité liés aux opioïdes.
Une analyse des données sur la mortalité provenant de 812 comtés des États-Unis dans les 23 États qui ont autorisé des formes légales de dispensaires de cannabis à fonctionner d’ici la fin de 2017 a révélé que les chiffres plus élevés des dispensaires médicaux et récréatifs sont associés à une réduction des taux de mortalité liés aux opioïdes, en particulier les décès associés aux opioïdes synthétiques tels que le fentanyl.
École supérieure de gestion, Université de Californie, Davis, États-Unis.
Hsu G, et al. BMJ. 2021 Jan 27;372:m4957.

Science/Homme: La consommation de cannabis à l’adolescence est associée à une diminution minimale de l’intelligence.
Selon une revue de 7 études comprenant 808 consommateurs de cannabis et 5308 témoins non consommateurs, la consommation de cannabis à l’adolescence est associée à une baisse moyenne d’environ 2 points de QI.
Département de psychiatrie, Collège royal des chirurgiens d’Irlande, Centre d’éducation et de recherche, Hôpital Beaumont, Irlande.
Power E, et al. Psychol Med. 2021:1-7.

Science/Homme: L’impact de la consommation de cannabis sur les problèmes liés aux opioïdes dépend de la légalisation du cannabis.
En analysant un vaste ensemble de données, les chercheurs ont découvert que le type de politique en matière de cannabis médical dans les États ayant un accès légal au cannabis a des effets variables sur les hospitalisations liées aux opioïdes et les visites aux services d’urgence. Leurs conclusions indiquent que la mise en œuvre de la culture à domicile est positivement associée aux hospitalisations et aux visites aux services des urgences liées aux opioïdes.
Collège de pharmacie, Université de Géorgie, Athènes, États-Unis.
Jayawardhana J, et al. Health Serv Res. 2021 Jan 26. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis peut être associée à un risque accru de chute chez les personnes âgées.
Une étude expérimentale menée auprès de 16 adultes plus âgés, répartis en groupes de consommateurs de cannabis et de non-consommateurs appariés par âge et par sexe, a révélé un risque de chute plus élevé, une plus mauvaise performance en équilibre sur une jambe et une vitesse de marche plus lente chez les consommateurs par rapport aux non-consommateurs. Aucune différence significative dans les fonctions cognitives n’a été constatée. 
Département de la santé et de la physiologie humaine, Université de l’Iowa, États-Unis.
Workman CD, et al. Brain Sci. 2021;11(2):134.

Science/Cellules: Résultats mitigés sur le THC et le CBD contre différents types de cellules cancéreuses du cerveau.
Le CBD et le THC ont tous deux réduit la viabilité de certaines cellules cancéreuses du cerveau (médulloblastome, épendymome). L’effet était le plus fort si le CBD et le THC étaient combinés. Cependant, dans les études sur les animaux, les cannabinoïdes ont été moins efficaces et les animaux traités aux cannabinoïdes n’ont pas eu une meilleure survie.
Programme de recherche sur les tumeurs cérébrales, Telethon Kids Institute, Nedlands, Australie.
Andradas C, et al. Cancers (Basel). 2021;13(2):330.

Science/Cellules: Le CBC et le THC tuent les cellules du carcinome vésical.
Les traitements par CBC (cannabichromène) + THC ou CBD (cannabidiol) ont conduit à la mort cellulaire programmée (apoptose) dans les cellules de carcinome de la vessie. Les traitements par CBC + THC ou CBD ont inhibé la migration des cellules.
Département d’urologie, Centre médical Sheba, Ramat Gan, Israël.
Anis O, et al. Molecules. 2021;26(2):465.

Science/Homme: Le THC et le CBD s’accumulent dans le lait maternel.
Dans une étude portant sur 20 femmes, qui consommaient en moyenne une vingtaine de cigarettes de cannabis par semaine, la concentration moyenne de THC dans le plasma sanguin était de 3,7 ng/mL et de 27,5 ng/mL dans le lait maternel. Le THC et le CBD s’accumulent dans le lait maternel. Les mères qui allaitent consomment fréquemment du cannabis et en consomment davantage au cours de la période suivant la naissance.
Utah Poison Control Center, College of Pharmacy, University of Utah, Salt Lake City, États-Unis. 
Moss MJ, et al. Pediatr Res. 2021 Jan 19.

Science/Homme: Le CBD n’a pas réduit la rechute de la cocaïne dans une étude clinique.
Dans une étude contrôlée par placebo avec 78 adultes souffrant de troubles liés à la consommation de cocaïne, la consommation quotidienne de 800 mg de CBD n’a pas réduit la rechute du besoin de cocaïne par rapport à un placebo.
Centre de recherche, Centre Hospitalier de l’Université de Montréal, Canada.
Mongeau-Pérusse V, et al. Addiction. 2021 Jan 19. [sous presse]

Science/Homme: Une réduction du métabolisme des endocannabinoïdes peut être associée à une forte consommation d’alcool chez les jeunes.
Dans une étude menée auprès de 302 jeunes, ceux qui présentaient une certaine variante due la FAAH, l’enzyme qui dégrade l’anandamide, couraient un risque élevé de consommer fréquemment de l’alcool de façon épisodique et excessive.
Brain Health Imaging Centre, Centre for Addiction and Mental Health, Toronto, Canada.
Best LM, et al. Alcohol Clin Exp Res. 2021 Jan 18. [sous presse]

Science/Homme: L’acceptation de la consommation de cannabis a augmenté aux États-Unis ces dernières années.
L’acceptation du cannabis et la consommation de cannabis ont augmenté parmi les abstinents, les buveurs non excessifs et les buveurs excessifs entre 2002 et 2018 aux États-Unis. Les auteurs ont noté que « l’impact de la désapprobation du cannabis sur la consommation s’est atténué au cours de la période d’étude chez les buveurs, mais pas chez les abstinents, ce qui suggère que l’effet des attitudes anti-cannabis pourrait s’affaiblir chez les personnes les plus susceptibles de consommer du cannabis ».
École de travail social, Boston College, Chestnut Hill, États-Unis. 
Salas-Wright CP, et al. Addict Behav. 2021;116:106818.

Science/Animal: Une réduction de l’anandamide produit par l’inflammation de l’intestin contribue à l’anxiété.
Des études menées sur des rats présentant une inflammation intestinale montrent que cette inflammation est associée à une activité accrue de l’enzyme FAAH (amide hydrolase d’acide gras) entraînant une réduction des taux d’anandamide et une augmentation de l’anxiété. L’inhibition de l’activité de la FAAH a inversé ce processus. Les auteurs ont conclu que cela offre une perspective pour « la gestion pharmacologique des comorbidités psychiatriques des conditions inflammatoires chroniques par la modulation de la signalisation eCB ».
Programme d’études supérieures en neurosciences, Université de Calgary, Canada.
Vecchiarelli HA, et al. Neuropsychopharmacology. 2021 Jan 15. [sous presse]

Science/Animal: L’endocannabinoïde 2-AG a réduit l’inflammation de la rétine oculaire. 
L’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonoylglycérol) a été appliqué à des rats, ce qui montre qu’il s’agit « d’un traitement putatif pour les maladies de la rétine caractérisées par une neurodégénérescence et une neuroinflammation, lorsqu’il est administré de manière exogène ou par l’inhibition de ses enzymes métaboliques ».
Département de pharmacologie, École de médecine, Université de Crète, Héraklion, Grèce.
Kokona D, et al. Neuropharmacology. 2021;185:108450.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • IACM: Conférences en novembre 2020 à Mexico et en octobre 2021 à Bâle
  • Science/Homme: Un nombre croissant de patients atteints de maladies rhumatismales aux États-Unis consomment du cannabis
  • Science/Homme: L’arrêt de l’utilisation du CBD ne provoque pas de symptômes de sevrage
  • Science/Homme: Après l’adoption des lois sur le cannabis médical aux États-Unis, l’indemnisation des accidents du travail a été réduite
  • Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction des symptômes du TDAH

Il y a deux ans

  • Science/Homme: Les lois américaines sur le cannabis médical permettent aux jeunes de consommer moins de cannabis
  • Science/Homme: Les effets médicinaux du cannabis sont principalement basés sur le THC et les fleurs de cannabis ont été les plus efficaces
  • Mexique: La Cour Suprême juge que l’interdiction complète de la consommation de cannabis est inconstitutionnelle
  • Science: Des levures génétiquement modifiées peuvent produire du THC, du CBD et d’autres cannabinoïdes
  • Science/Homme: Une combinaison de CBD et de PEA peut réduire la perméabilité de la paroi de l’intestin pendant l’inflammation

IACM-Bulletin du 27 Janvier 2021

XXX

Science/Homme: Le cannabis n’est pas associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire chez les adultes.

Selon une vaste étude rétrospective utilisant la base de données du « Behavioral Risk Factor Surveillance System » (BRFSS), la consommation de cannabis n’était pas associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire. L’étude a été menée par des chercheurs de l’Université International de Floride de Herbert Wertheim College de Medicine à Miami, aux États-Unis. Les patients qui ont rempli le questionnaire et répondu à toutes les questions relatives à la consommation de cannabis et au diagnostic de maladies cardiovasculaires en 2017 ont fait partie de cette étude. Les sujets ont été exclus s’ils étaient des enfants ou s’il leur manquait des données concernant la consommation de cannabis ou les maladies cardiovasculaires. 

Au total, 56 742 sujets ont été inclus dans l’analyse. Après ajustement avec toutes les variables, un modèle ajusté a montré une réduction modérée du risque, qui n’était cependant pas statistiquement significative. Les auteurs ont conclu que « bien que la littérature antérieure ait montré que la consommation de marijuana a un impact négatif sur la santé cardiovasculaire, notre étude suggère que les consommateurs et les non-consommateurs de marijuana n’ont pas d’association avec la prévalence des maladies cardiovasculaires ».

Jivanji D, Mangosing M, Mahoney S P, Castro G, Zevallos J, Lozano J. Association Between Marijuana Use and Cardiovascular Disease in US Adults. Cureus 2020;12(12):e11868.

Science/Homme: La consommation de cannabis peut permettre l’arrêt de la consommation d’opiacés chez un grand nombre de patients souffrant de douleurs.

Selon les données de 1181 patients de trois sites de pratique médicale du cannabis aux États-Unis, une grande partie des patients souffrant de douleurs ont pu cesser complètement de prendre des médicaments opiacés après avoir commencé à consommer du cannabis. L’étude a été menée par la Society of Cannabis Clinicians à Sébastopol, aux États-Unis. Sur l’ensemble de ce groupe de patients ayant répondu à une enquête en ligne, 525 patients avaient utilisé des opioïdes sur ordonnance pendant au moins 3 mois pour traiter des douleurs chroniques et consommaient du cannabis à des fins médicales.

Dans l’ensemble, environ 40 % ont déclaré avoir arrêté tous les opioïdes, environ 45 % ont signalé une diminution de leur consommation d’opioïdes, 13 % n’ont signalé aucun changement dans leur consommation d’opioïdes et 1 % a signalé une augmentation de leur consommation d’opioïdes. Une majorité de 65 %, a déclaré avoir maintenu le changement lié aux opioïdes pendant plus d’un an. Près de la moitié (48 %) ont signalé une diminution de la douleur de 40 à 100 %, tandis que 9 % n’ont constaté aucun changement de la douleur et 3 % ont vu celle-ci s’aggraver. Les auteurs de cette étude déclarent que pour les patients, « le cannabis a été un complément et un substitut utile aux opioïdes sur ordonnance pour traiter leur douleur chronique et qu’il avait en plus l’avantage d’améliorer leur capacité de fonctionnement et leur qualité de vie ».

Takakuwa K M, Sulak D. A Survey on the Effect That Medical Cannabis Has on Prescription Opioid Medication Usage for the Treatment of Chronic Pain at Three Medical Cannabis Practice Sites. Cureus 2020;12(12): e11848.

Mexique: le ministère de la Santé publie des règles pour la réglementation du cannabis médicinal.

Trois ans après que le Mexique ait adopté une loi pour l’usage légal du cannabis à usage médical, le gouvernement a publié ce 12 janvier les règlements complets pour tout encadrer, du prescripteur au cultivateur.

Plusieurs agences gouvernementales des ministères de la Santé et de l’Agriculture superviseront un système destiné à permettre la recherche sur les utilisations médicales du cannabis et le développement de produits pharmaceutiques tout en évitant les activités criminelles connexes, conformément au règlement publié dans le registre fédéral. Le Mexique envisage maintenant de légaliser la consommation de cannabis pour les adultes et un vote pourrait avoir lieu dès février.

Reuters du 12 janvier 2021
Tricitynews du 12 janvier 2021

Science/Homme: Les extraits de cannabis sont efficaces dans le traitement de la sclérose en plaques selon une étude observationnelle.

Selon une étude d’observation prospective menée auprès de 28 patients atteints de sclérose en plaques, différents extraits de cannabis ont réduit la gravité des symptômes. L’étude a été menée par des chercheurs du Centre danois de la sclérose en plaques de l’Université de Copenhague, au Danemark. Les patients ont été traités avec des huiles de cannabis à usage médical (produits combinés riches en THC, CBD et THC+CBD) et ont été suivis pendant une période de quatre semaines. Les doses moyennes de THC et de CBD étaient respectivement de 4,0 mg et 7,0 mg, et ont été administrées principalement en une seule fois par jour, le soir. 

La douleur est passée d’un score médian de 7 à 4, la spasticité a diminué d’un score médian de 6 à 2,5 et les troubles du sommeil d’un score médian de 7 à 3. Les auteurs ont conclu que « le traitement à l’huile de cannabis médicale était sûr et bien toléré, et a entraîné une réduction de l’intensité de la douleur, de la spasticité et des troubles du sommeil chez les patients atteints de sclérose en plaques. Cela suggère que les huiles de cannabis médicales peuvent être utilisées en toute sécurité, en particulier à des doses relativement faibles et avec un titrage lent, comme alternative pour traiter les symptômes liés à la SEP lorsque la thérapie conventionnelle est inadéquate ».

Gustavsen S, Søndergaard Hb, Linnet K, Thomsen R, Rasmussen Bs, Sorensen Ps, Sellebjerg F, Oturai Ab. Safety and efficacy of low-dose medical cannabis oils in multiple sclerosis. Mult Scler Relat Disord. 2020;48:102708.

Science/Homme: Les patients atteints de fibromyalgie signalent avoir été soulagés par le CBD.

Selon une enquête anonyme menée auprès de personnes atteintes de fibromyalgie par des chercheurs du département d’anesthésiologie de la faculté de médecine de l’université du Michigan à Ann Arbor, aux États-Unis, le CBD pourrait être utile pour réduire les symptômes. Après avoir exclu les enquêtes incomplètes, la population étudiée était composée de 2701 participants atteints de fibromyalgie, principalement aux États-Unis. 

Dans l’ensemble, environ 38 % ont déclaré n’avoir jamais utilisé de CBD, 29 % ont déclaré avoir déjà utilisé du CBD et 32 % ont déclaré en utiliser actuellement. La consommation de cannabis au cours de l’année écoulée était fortement associée à la consommation passée ou actuelle de CBD. Les personnes qui consomment du CBD le font généralement en raison d’un soulagement insuffisant des symptômes, tandis que celles qui n’en consomment pas invoquent généralement des raisons de sécurité. Deux tiers des participants ont révélé leur consommation de CBD à leur médecin, bien que seulement 33 % d’entre eux aient demandé l’avis de leur médecin sur la consommation de CBD. Les participants ont utilisé le CBD pour de nombreux symptômes liés à la fibromyalgie, le plus souvent des douleurs, et ont généralement signalé une amélioration légère à importante dans tous les domaines des symptômes. Environ la moitié des participants ont fait état d’effets secondaires, qui étaient généralement mineurs.

Boehnke KF, Gagnier JJ, Matallana L, Williams DA. Cannabidiol Use for Fibromyalgia: Prevalence of Use and Perceptions of Effectiveness in a Large Online Survey. J Pain. 2021:S1526-5900(20)30117-6.

En bref

États-Unis: 25e anniversaire de Patients Out of Time et conférence virtuelle
Pour célébrer son 25e anniversaire, Patients Out of Time organise un symposium virtuel les 13 et 14 février 2021.
Site web de la conférence 

États-Unis : New York pourrait légaliser la consommation de cannabis pour les adultes.
Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui fait face à un gouffre économique en raison des fermetures causées par la COVID-19, veut suivre le New Jersey voisin en légalisant les paris sportifs mobiles et de la légalisation du cannabis pour les adultes afin d’aider son État à recouvrer ses assises financières. La légalisation du cannabis pour les adultes devrait générer plus de 300 millions de dollars (environ 250 millions d’euros) de recettes fiscales. « La proposition du gouverneur s’appuie sur des années de travail pour comprendre et décriminaliser le cannabis pour usage adulte », a déclaré l’administration Cuomo dans un communiqué.
Reuters du 6 janvier 2021

Etats-Unis: l’Illinois efface près de 500 000 casiers judiciaires liés au cannabis.
L’Illinois a commencé la nouvelle année avec près d’un demi-million de casiers judiciaires en moins pour des délits liés au cannabis. Le gouverneur J.B. Pritzker a annoncé jeudi, dans une série de messages sur Twitter, que l’État avait effacé « près de 500 000 casiers judiciaires de bas niveau liés au cannabis ».
UPI du 2 janvier 2021

Royaume-Uni: Plus de 300 000 patients de cannabis sont attendus d’ici la fin 2024.
Les Medical Cannabis Clinics (TMCC) ont révélé qu’ils ont récemment franchi une étape importante en matière de consultation et de prescription à plus de 1 500 patients au cours des 12 derniers mois. Cela représente 60 % d’un total estimé de 2 500 patients de cannabis au Royaume-Uni. Ces chiffres devraient passer à plus de 300 000 d’ici la fin 2024.
Statistiques du 14 février 2020
Cannabis Health News du 7 janvier 2021

République tchèque: Le cannabis à usage médical a quadruplé en 2020.
La consommation de cannabis à usage médical en République tchèque a quadruplé d’une année à l’autre. Alors qu’en 2019, 17 kilogrammes de cannabis ont été prescrits aux patients, l’année dernière, la quantité est passée à 66,8 kilogrammes. Selon les données publiées par le Bureau du Département de la politique des drogues du gouvernement, le ministère de la Santé et l’Institut public de contrôle des drogues, cette augmentation est due au fait que depuis l’année dernière, 90 % du prix du cannabis est couvert par l’assurance-maladie.
Prague Matinée du 7 janvier 2021

Royaume-Uni: L’approvisionnement en cannabis en provenance de l’étranger a été interrompu en raison de Brexit.
Le gouvernement a déclaré qu’il travaillait d’urgence avec les autorités néerlandaises pour « trouver une solution » après l’arrêt de l’approvisionnement en cannabis médical importé des Pays-Bas en raison du Brexit, mettant en danger la vie de 40 enfants britanniques atteints d’épilepsie sévère. Les stocks de médicaments prescrits devraient être épuisés en quelques semaines.
Indépendant du 7 janvier 2021

Etats-Unis: Un juge du Nouveau-Mexique déclare que les détenus ont le droit d’accéder au cannabis à usage médical.
Un juge de district du Nouveau-Mexique a statué que les détenus et les personnes en liberté conditionnelle ont le droit de consommer du cannabis à des fins médicales et que les établissements correctionnels doivent donner accès au cannabis aux patients qualifiés, même s’ils sont derrière les barreaux. La décision rendue la semaine dernière par la juge Lucy Solimon du 2e district judiciaire a été inscrite dans un procès contre le centre de détention métropolitain du comté de Bernalillo, intenté par Joe Montaño, un résident d’Albuquerque qui a été condamné pour conduite en état d’ivresse en 2019.
Temps forts du 4 janvier 2021

Science/Cellules: Les cannabinoïdes présentent une activité anti-inflammatoire dans les inflammations liées à la COVID-19.
Un extrait de cannabis a considérablement réduit les niveaux de cytokines pro-inflammatoires (interleukine 6 et interleukine 8) dans les cellules pulmonaires. L’extrait contient du cannabidiol, du cannabigérol et de la tétrahydrocannabivarine. Les auteurs ont écrit que cette formulation d’un extrait de cannabis peut être utile dans l’inflammation des poumons, mais « il faut faire preuve de prudence en proposant le cannabis comme traitement pour la COVID-19 ».
Institut des sciences végétales, Organisation de recherche agricole, Centre Volcani, Rishon LeZion, Israël.
Anil SM, et al. Sci Rep. 2021;11(1):1462.

Science/Homme: Les jeunes augmentent leur consommation d’alcool après avoir commencé à s’abstenir de consommer du cannabis.
Dans une étude portant sur 160 jeunes de 14 à 25 ans qui ont été assignés à un programme d’abstinence, 60 % d’entre eux ont augmenté leur consommation d’alcool en fréquence et en quantité. Cette augmentation s’est corrigée par la reprise de la consommation de cannabis.
Centre de médecine des addictions, Département de psychiatrie, Hôpital général de MA, Boston, USA.
Schuster RM, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2020;107:110205.

Science/Cellules: Le cannabis induit la mort cellulaire dans les cellules cancéreuses du poumon humain.
Des extraits d’échinacée et de cannabis ont induit la mort cellulaire programmée, l’apoptose, dans des cellules cancéreuses du poumon chez l’homme. Cet effet semblait être transmis par le récepteur CB2. Les auteurs ont écrit que « ces effets méritent une plus grande attention en tant qu’agents anticancéreux alternatifs ».
Département de biochimie, École de médecine, Université des sciences médicales d’Iran, Téhéran, Iran.
Hosami F, et al. BMC Complement Med Ther. 2021;21(1):37.

Science/Homme: Dysfonctionnement des endocannabinoïdes chez les patients souffrant d’anorexie nerveuse.
Une analyse des cheveux de patients souffrant d’anorexie nerveuse a révélé que les niveaux d’anandamide et de tous les autres endocannabinoïdes étudiés étaient élevés. Ce dysfonctionnement du système endocannabinoïde pourrait avoir une pertinence thérapeutique.
Division de la médecine psychologique et sociale et des neurosciences du développement, Faculté de médecine, Technische Universität Dresden, Allemagne.
Tam F, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2021:110243.

Science/Homme: La consommation de cannabis a augmenté aux États-Unis au cours des cinq dernières années, principalement dans les tranches d’âge les plus élevées .
La prévalence de la consommation de cannabis au cours des derniers mois a augmenté de manière significative entre 2015 et 2019, d’environ un tiers, passant de 8,3 % à 11,5 %. On a constaté une augmentation de 53 % chez les personnes âgées de 65 ans ou plus et une augmentation considérable chez les patients ayant l’autorisation d’utiliser du cannabis à des fins médicales. Les chercheurs ont utilisé les données de l’enquête nationale américaine sur la consommation de drogues et la santé, à laquelle ont participé environ 280 000 personnes.
École de médecine Grossman de l’Université de New York, Département de la santé de la population, New York, États-Unis. 
Palamar JJ, et al. Drug Alcohol Depend. 2021;219:108494.

Science/Homme: Différences liées à l’âge dans le choix des différents produits à base de cannabis.
Dans un échantillon de 1406 personnes consommant du cannabis, le type de produits préférés différait généralement selon l’âge. Les taux de consommation d’huile de cannabis, de produits à usage externe et de teintures étaient les plus faibles et ne montraient aucune différence liée à l’âge ou au sexe. 
Département de psychologie, Université d’Albany, Université d’État de New York, Albany, États-Unis.
Ueno LF, et al. J Psychoactive Drugs. 2021:1-7.

Science/Cellules: L’activation du récepteur CB1 réduit la croissance des cellules cancéreuses du poumon.
Dans une étude portant sur des cellules provenant d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), un cannabinoïde synthétique (ACPA), qui active le récepteur CB1, a provoqué la mort programmée des cellules (apoptose) et réduit la prolifération.
Université Hacettepe, École supérieure des sciences et de l’ingénierie, Département de bio-ingénierie, Ankara, Turquie.
Boyacıoğlu Ö, et al. Cell Death Dis. 2021;12(1):56.

Science/Cellules: Le CBD inhibe la croissance des cellules de mélanome.
Le CBD a inhibé la croissance des cellules de mélanome aux concentrations de 0,2 mg/mL et 0,04 mg/mL, alors que des concentrations plus faibles n’étaient pas efficaces.
Département de biologie, Université de Purdue Fort Wayne, États-Unis.
Burch R, et al. J Immunoassay Immunochem. 2021:1-7.

Science/Animal: Le CBD pourrait réduire la reprise de la consommation de cocaïne après l’abstinence.
Chez les souris dépendantes à la cocaïne, le CBD a pu réduire le rétablissement de la consommation de cocaïne induite par le stress après une période d’abstinence.
Departamento de Psicobiología, Facultad de Psicología, Universitat de València, Espagne.
Calpe-López C, et al. J Psychopharmacol. 2021 Jan 9:269881120965952.

Science/Homme: La consommation de cannabis a augmenté pendant la pandémie COVID-19.
Selon une enquête menée auprès de 1 563 consommateurs de cannabis aux Pays-Bas, 41 % des personnes interrogées ont indiqué qu’elles avaient augmenté leur consommation de cannabis depuis les mesures de confinement, 49 % en ont consommé aussi souvent qu’auparavant, 6,6 % en ont consommé moins souvent et 2,8 % ont arrêté (temporairement). Un tiers de ceux qui n’étaient pas des consommateurs quotidiens avant le confinement sont devenus des consommateurs (presque) quotidiens. 
Institut Trimbos, Institut néerlandais de la santé mentale et de la toxicomanie, Utrecht, Pays-Bas.
van Laar MW, et al. Front Psychiatry. 2020;11:601653.

Science/Animal: Développement d’un système d’administration nasale du CBD.
Les porteurs de lipides nanostructurés ont été développés comme un système d’administration nasale du CBD. Le produit a eu un effet anti douleur durable chez les animaux souffrant de douleurs neuropathiques.
Faculté des sciences pharmaceutiques, Université fédérale d’Alfenas, Brésil.
Matarazzo AP, et al. EUR J Pharm Sci. 2021;159:105698.

Science/Homme: Aucun effet négatif de la consommation de cannabis sur les greffés du foie.
Selon l’analyse des données de 900 patients, la consommation de cannabis n’a eu aucun effet négatif sur les résultats des transplantations hépatiques.
Département de chirurgie, École de médecine David Geffen à l’UCLA, États-Unis.
Guorgui J, et al. Clin Transplant. 2021 Jan 6:e14215.

Science/Homme: La gravité des symptômes de sevrage chez les personnes qui consomment du cannabis médical pour soulager des douleurs chroniques peut varier considérablement.
Les symptômes de sevrage ont été analysés dans un groupe de 527 adultes souffrant de douleurs chroniques qui cherchaient à obtenir une certification ou une recertification pour le cannabis médical. Ils semblaient éprouver des symptômes de sevrage légers à sévères. Les auteurs ont écrit que « les symptômes de sevrage ont tendance à être stables sur une période de 2 ans, mais le jeune âge est prédictif de symptômes plus graves et d’une trajectoire de sevrage croissante. »
Centre de toxicomanie, Département de psychiatrie, Université du Michigan, États-Unis.
Coughlin LN, et al. Addiction. 2021 Jan 5. [sous presse]

Science/Animal: Le cannabichromène et les cannabinoïdes apparentés ont des effets anti convulsifs.
Dans un modèle de souris du syndrome de Dravet, le CBC (cannabichromène), l’acide CBC (CBCA) et l’acide cannabichromivarique (CBCA) avaient des propriétés anti convulsives.
Centre du cerveau et de l’esprit, Université de Sydney, Australie.
Anderson LL, et al. ACS Chem Neurosci. 2021 Jan 4. [sous presse]

Science/Homme: Les consommateurs de cannabis pourraient avoir besoin de plus de propofol pour la sédation pendant les procédures médicales.
Les enquêteurs ont prouvé une augmentation de la dose totale de propofol en endoscopie par rapport à la consommation de cannabis.
Gastroenterología, Agencia Sanitaria Alto Guadalquivir. J Andalucía, España.
Cerezo Ruiz A, et al. Rev Esp Enferm Dig. 2021 Jan 4. [sous presse]

Science/Homme: La légalisation du cannabis pour usage adulte a eu un effet négligeable sur la consommation par les jeunes adultes en Californie.
Selon les données, sur 563 jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans, la légalisation du cannabis pour une consommation adulte a eu un impact global négligeable sur le nombre de jours de consommation chez les jeunes adultes, mais peut avoir suscité un intérêt accru pour le cannabis chez certains, notamment les femmes et les utilisateurs de cigarettes électroniques. 
Département de psychiatrie, Université de Californie, San Diego, États-Unis.
Doran N, et al. Addict Behav. 2020;115:106782.

Science/Animal: L’utilisation chronique de CBD a provoqué des effets antidépresseurs associés à des niveaux accrus de sérotonine et de noradrénaline.
L’administration chronique de CBD induit des effets antidépresseurs dans un modèle murin de dépression. L’administration chronique de CBD à une dose de 100 mg par kg de poids corporel a entraîné une augmentation significative des niveaux de sérotonine et de noradrénaline dans l’hippocampe, une certaine zone du cerveau.
Académie des sciences de Chine, Shanghai, Chine.
Abame MA, et al. Neurosci Lett. 2020;744:135594. [sous presse]

Science/Animal: Les endocannabinoïdes atténuent la virulence de certaines bactéries dans l’intestin.
Les effets possibles de l’endocannabinoïde 2-AG sur l’infection intestinale « soulèvent des questions sur les avantages possibles de l’utilisation des cannabinoïdes pour traiter les infections bactériennes intestinales ».
Laboratoire Microbiologie Santé et Environnement, École doctorale des sciences et technologies, Faculté de santé publique, Université libanaise, Tripoli, Liban.
Osman M, et al. Trends Microbiol. 2020:S0966-842X(20)30325-5.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

  • Science/Animal: Le cannabigerol est efficace contre les infections par des bactéries résistantes aux antibiotiques
  • Economy/Écologie: Données sur la quantité d’électricité consommée par l’industrie du cannabis
  • Science/Homme: Environ la moitié des patients souffrant de lombalgie ont pu arrêter toute consommation d’opioïdes après avoir commencé la consommation de cannabis
  • Europe/ONU: La Commission Européenne propose un vote unifié de l’UE sur la programmation de l’OMS sur le cannabis
  • Science/Homme: De nombreux patients atteints d’arthrite consomment du cannabis
  • Science/Homme: Le cannabis peut être utile contre l’insomnie chez les personnes âgées souffrant de douleur chronique, mais une tolérance peut se développer

Il y a deux ans

  • Europe: Le Parlement Européen soutient une résolution sur l’utilisation à des fins médicales des médicaments à base de cannabis
  • IACM: Déclaration sur le cannabis médical aux membres du Parlement Européen
  • Science/Homme: La douleur chronique est la raison principale de l’usage médical du cannabis aux États-Unis
  • Science/Homme: Selon une étude publiée en Février dans Health Affairs, plus de 60% des Américains qui utilisent du cannabis à des fins médicales veulent soulager la douleur chronique. « Nous avons réalisé cette étude parce que nous voulions comprendre les raisons pour le
  • Science/Animal: Les extraits de cannabis étaient plus efficaces que le THC ou le CBD seul pour réduire les effets secondaires graves de la greffe de moelle osseuse

IACM-Bulletin du 13 Janvier 2021

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans les troubles de stress post-traumatique.

Selon une étude menée auprès de 150 patients souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), la consommation de cannabis a été associée à une réduction des symptômes après un an par rapport aux non-utilisateurs. L’étude a été menée par des chercheurs de la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie, aux États-Unis, et publiée en ligne avant d’être publiée dans « Cannabis and Cannabinoid Research ». Cette étude prospective a permis d’évaluer les symptômes et le fonctionnement du SSPT dans deux échantillons de participants ayant reçu un diagnostic de SSPT : (1) les personnes qui souffrent de ce syndrome qui consomment du cannabis obtenu en pharmacie et (2) les personnes qui souffre de ce syndrome qui ne consomment pas de cannabis.

Au cours d’une année, les consommateurs de cannabis ont signalé une plus grande diminution de la gravité des symptômes du SSPT au fil du temps par rapport aux témoins. Les participants qui ont consommé du cannabis étaient 2,6 fois plus susceptibles de ne plus répondre aux critères de la maladie selon le DSM 5 pour le SSPT à la fin de la période d’observation de l’étude que les participants qui n’ont pas consommé de cannabis. Les auteurs ont conclu que leur « étude fournit des preuves que les types de cannabis disponibles dans les dispensaires de cannabis à usage récréatif et médical pourraient être prometteurs comme traitement de rechange pour le SSPT ».


Bonn-Miller MO, Brunstetter M, Simonian A, Loflin MJ, Vandrey R, Babson KA, Wortzel H. The Long-Term, Prospective, Therapeutic Impact of Cannabis on Post-Traumatic Stress Disorder. Cannabis Cannabinoid Res 2020 Dec 9. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à un risque réduit de consommation de fentanyl.

Des chercheurs du Centre British Columbia on Substance Use et de l’Université de Colombie-Britannique à Vancouver, au Canada, ont étudié l’effet de la consommation de cannabis sur l’exposition au fentanyl fabriqué illicitement, le principal facteur de la crise des opiacés par surdose. Les données ont été tirées de deux cohortes prospectives de consommateurs de drogues de Vancouver, recrutées dans la communauté.

L’étude regroupe 819 participants sous traitement par agonistes opioïdes (TAO), soit un total de 1989 observations pendant la période d’étude. Chez ces participants, l’exposition au fentanyl était courante. Lors de l’entrevue de référence, le fentanyl a été détecté chez une majorité de participants (53 %), avec une prévalence plus faible chez les personnes dont les tests urinaires de dépistage de drogues étaient positifs pour le tétrahydrocannabinol (47 % contre 56 %). Dans tous les entretiens de l’étude, la consommation de cannabis était indépendamment associée à une probabilité réduite d’exposition récente au fentanyl. Les auteurs ont conclu que leurs résultats « renforcent la nécessité d’essais expérimentaux pour étudier les avantages et les risques potentiels de l’administration contrôlée de cannabinoïdes chez les personnes sous TAO ».


Socías ME, Choi J, Lake S, Wood E, Valleriani J, Hayashi K, Kerr T, Milloy MJ. Cannabis use is associated with reduced risk of exposure to fentanyl among people on opioid agonist therapy during a community-wide overdose crisis. Drug Alcohol Depend 2020:108420.

Australie: Les restrictions à la vente de cannabis riche en CBD seront supprimées en Tasmanie.

Les Tasmaniens pourront accéder à du cannabis riche en CBD sans ordonnance dès février 2021, après un changement de statut juridique de la substance. La Therapeutic Goods Administration (TGA) a déclaré qu’elle supprimerait les restrictions sur l’utilisation et la vente de cannabidiol (CBD) en Australie afin que les pharmaciens puissent vendre du cannabis à faible concentration en THC sans ordonnance aux personnes âgées de 18 ans ou plus.

Une ordonnance est actuellement nécessaire pour le CBD en vertu de l’actuel « Poison Standard » de la TGA, mais en vertu des amendements, les produits CBD approuvés pourraient être vendus avec l’avis professionnel des pharmaciens, à une dose allant jusqu’à 150 mg par jour. Un porte-parole du gouvernement a déclaré qu’aucune modification législative n’était nécessaire en Tasmanie pour ce changement. La fondatrice de Cannabis Awareness Tasmania, Lyn Cleaver, a déclaré qu’il était dommage que les enfants soient exclus des changements d’accès, mais a ajouté que de faibles doses de CBD n’aideraient pas les jeunes épileptiques ni les adultes tels que son fils à elle. Ces faibles doses de CBD pourraient en revanche profiter à ceux qui souffrent d’anxiété, de stress post-traumatique, d’insomnie et de douleurs chroniques.

Examiner du 17 décembre 2020

Science/Homme: Le CBD pourrait améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson.

Les symptômes des patients atteints de la maladie de Parkinson peuvent se propager à partir de fortes doses de CBD, mais celles-ci peuvent être associées à des lésions hépatiques. Un extrait de CBD (Epidiolex) a été titré de 5 à 20-25 mg par kilogramme de poids corporel et maintenu pendant 10 à 15 jours. L’étude a été menée au département de neurologie de l’école de médecine de l’université du Colorado à Aurora, aux États-Unis.

Les 13 participants, dont l’âge moyen était de 68 ans, ont tous signalé des effets secondaires, notamment des diarrhées (85%), de la somnolence (69%), de la fatigue (62%), une prise de poids (31%), des vertiges (23%), des douleurs abdominales (23%), ainsi que des maux de tête, une perte de poids, des nausées, de l’anorexie et une augmentation de l’appétit (5% chacun). Les effets indésirables étaient pour la plupart légers, aucun n’était grave. Une élévation des enzymes hépatiques n’a été observée que dans cinq cas. Trois ont abandonné en raison d’une intolérance. Dix personnes ayant terminé l’étude ont vu leurs scores totaux et moteurs s’améliorer sur l’échelle d’évaluation unifiée de la maladie de Parkinson de la Movement Disorder Society. Le sommeil et les scores de dérégulation émotionnelle/comportementale se sont également améliorés de manière significative. Les auteurs ont écrit que « le CBD, sous la forme d’Epidiolex, peut-être efficace dans la maladie de Parkinson, mais la dose relativement élevée utilisée dans cette étude a été associée à des élévations des enzymes hépatiques ».

Leehey MA, Liu Y, Hart F, Epstein C, Cook M, Sillau S, Klawitter J, Newman H, Sempio C, Forman L, Seeberger L, Klepitskaya O, Baud Z, Bainbridge J. Safety and Tolerability of Cannabidiol in Parkinson Disease: An Open Label, Dose-Escalation Study. Cannabis Cannabinoid Res 2020;5(4):326-336.

Science/Homme: Le cannabis réduit la consommation d’opioïdes sur ordonnance.

La consommation de cannabis a été associée à une réduction des opioïdes dans les six mois suivant le début de la consommation de cannabis. L’étude Tilray sur les patients a été menée dans 21 cliniques médicales à travers le Canada. Cette analyse porte sur 1145 patients qui ont eu au moins une visite de référence, avec un suivi à 1, 3 et 6 mois. L’étude a été menée par des chercheurs de l’Université de Victoria, au Canada.

L’utilisation de base des opioïdes a été rapportée par 28% des participants, et est tombée à 11% après 6 mois. La consommation quotidienne moyenne d’opioïdes est passée de 152 mg de morphine en milligramme équivalent (MME) au départ, à 32 mg d’MME à 6 mois. Des réductions similaires ont également été observées dans les quatre autres classes principales de médicaments sur ordonnance identifiées par les participants, et des améliorations statistiquement significatives ont été signalées dans un questionnaire sur la qualité de vie. Les auteurs ont conclu que « les réductions ultérieures de la consommation d’opiacés suggèrent que le cannabis pourrait jouer un rôle de réduction des risques dans la crise des surdoses d’opiacés, améliorant potentiellement la qualité de vie des patients et la santé publique en général ».

Lucas P, Boyd S, Milloy MJ, Walsh Z. Cannabis Significantly Reduces the Use of Prescription Opioids and Improves Quality of Life in Authorized Patients: Results of a Large Prospective Study. Pain Med 2020:pnaa396.

En bref

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a pas été associée au développement d’un second cancer.
Chez 513 patients ayant reçu un diagnostic de cancer de la tête et du cou, suivis entre 2011 et 2015, la consommation de cannabis n’a pas été associée à un risque accru de développer un cancer primaire ou secondaire chez 59 d’entre eux. Les auteurs ont conclu que cette étude « suggère que la consommation de cannabis se comporte différemment du tabagisme ».
Otolaryngology – Head and Neck Surgery, McMaster University, Hamilton, Canada.
Kim J et al. Cureus 2020;12(11):e11483.

Science/Cellules: Les extraits de cannabis réduisent la viabilité des cellules de mélanome.
L’administration d’un extrait de cannabis, seul ou en combinaison avec des radiations, a considérablement inhibé la viabilité et la prolifération des cellules de mélanome de manière dépendante de la réponse à la dose de l’extrait. L’inhibition de la viabilité des cellules de mélanome s’est accompagnée d’une augmentation de la nécrose, mais pas de l’apoptose lorsque les cellules de mélanome étaient traitées avec l’extrait seul.
Université des sciences médicales d’Ispahan, Iran.
Naderi J, et al. J Cancer Res Ther 2020;16(6):1495-1499.

Science: Le CBD agit sur le récepteur 5-HT1A dans le cerveau humain.
Les chercheurs ont constaté “qu’à des concentrations élevées, le CBD agit comme un agoniste inverse des récepteurs 5-HT1A. Cet effet pourrait modifier l’excitation neuronale et les crises d’épilepsie chez les patients » atteints d’épilepsie résistante aux médicaments.
Département de pharmacobiologie, Centre de recherche et d’études avancées, Mexico, Mexique.
Martínez-Aguirre C, et al. Front Behav Neurosci 2020;14:611278.

Science/Animal: L’inhibition du CYP3A pourrait augmenter considérablement la concentration en CBD
Le prétraitement des rats avec 50 mg de kétoconazole par milligramme de poids corporel, qui inhibe fortement le CYP3A, une enzyme qui participe à la dégradation du CBD et du foie, avant l’administration orale de fortes doses de CBD (10 à 50 mg par kilogramme de poids corporel) a entraîné une augmentation de la concentration de CBD dans le plasma sanguin d’environ 3 fois. Les auteurs ont écrit « qu’il est proposé d’être prudent en ce qui concerne les interactions médicamenteuses dépendantes de la dose pour le CBD ».
École de pharmacie, Université de Showa, Tokyo, Japon.
Nagao M, et al. Cannabis Cannabinoid Res 2020;5(4):318-325.

Science/Cellules: Le CBD provoque un dysfonctionnement mitochondrial dans les cellules leucémiques.
Les recherches montrent que le CBD, la curcumine et la quercétine sont cytotoxiques pour les cellules leucémiques et que cet effet est médié par des effets sur les mitochondries, les puissances des cellules.
Centro Universitario de Investigaciones Biomédicas, Universidad de Colima, Mexique.
Olivas-Aguirre M, et al. Int J Mol Sci 2020;22(1):E204.

Science/Animal: Un manque de récepteurs CB1 entraîne une perte accrue de certaines cellules nerveuses liée à l’âge.
On sait qu’une perturbation de l’activité des récepteurs CB1 accélère le vieillissement du cerveau. Les chercheurs ont démontré que les souris dépourvues de récepteurs CB1 ont moins de cellules nerveuses dotées de récepteurs pour la noradrénaline.
Institut de psychiatrie moléculaire, Faculté de médecine, Université de Bonn, Allemagne.
Gargano A, et al. Int J Mol Sci 2020;22(1):E5.

Science/Homme: Aucune association entre la consommation de cannabis et l’athérosclérose.
Une analyse portant sur 5115 citoyens américains, réalisée dans le cadre de ladite étude CARDIA, n’a révélé aucune association entre la consommation de cannabis et l’épaisseur de la carotide, l’artère principale du cou. Les auteurs ont conclu que leur « étude s’ajoute à l’ensemble croissant de preuves selon lesquelles il pourrait n’y avoir aucune association entre le niveau moyen de consommation de marijuana dans la population et l’athérosclérose subclinique ».
Institut des soins de santé primaires (BIHAM), Université de Berne, Suisse.
Jakob J, et al. Am J Med 2020:S0002-9343(20)31128-1.

Science: Les cannabinoïdes peuvent être utiles dans le cadre des troubles du spectre autistiques (TSA), en raison de leurs effets anti-inflammatoires.
Une revue examine les données actuelles qui soutiennent un rôle clé du système endocannabinoïde dans l’état neuro-inflammatoire qui caractérise les troubles du spectre autistique, « fournissant des indices pour identifier de nouveaux biomarqueurs dans les TSA et des thérapies prometteuses pour l’avenir ».
Département des sciences, Section des sciences et technologies biomédicales, Rome, Italie.
Carbone E, et al. Neurosci Biobehav Rev 2020;121:128-143.

Science/Cellules: Le CBD et le THC améliorent la régénération des cellules souches.
Une étude démontre que le CBD et le THC « peuvent améliorer la capacité de régénération de deux sources majeures de cellules souches, l’adiposité et la moelle osseuse, provenant de donneurs humains et porcins. (…) Les cellules souches aux propriétés régénératrices améliorées peuvent être efficaces dans le traitement des plaies aiguës ou chroniques ».
Département de chirurgie, Cooper University Hospital, New Jersey, États-Unis.
Miller H, et al. Cell Biochem Funct. 2020 Dec 21. [sous presse]

Science/Animal: Des doses élevées de CBD peuvent avoir des effets négatifs sur le cœur.
Dans une étude menée sur des rats, le CBD, à une dose de 10 mg par kilogramme de poids corporel, a altéré les effets relaxants d’autres médicaments et, dans “des cœurs sains, le CBD a entraîné des effets structurels et fonctionnels indésirables.” Les auteurs ont conclu « qu’en raison de son modeste effet bénéfique sur l’hypertension et de ses effets indésirables sur les cœurs normotensifs, la prudence s’impose lors de l’utilisation du CBD comme médicament en thérapie ».
Département de physiologie expérimentale et de physiopathologie, Université de médecine de Białystok, Pologne.
Pędzińska-Betiuk A, et al. Toxicol Appl Pharmacol 2020;411:115368.

Science/Homme: La consommation de cannabis seul chez les adolescents n’est pas associée à un risque de suicide.
Dans une étude portant sur 71 adolescents hospitalisés pour risque de suicide, la consommation de cannabis seule n’était pas associée à un risque de suicide, mais une combinaison de cannabis et d’alcool l’était.
Département de psychiatrie, Hôpital pour enfants de Boston, États-Unis.
Sellers CM, et al. Addict Behav 2020;114:106759.

Science/Homme: La consommation de cannabis a été associée à des idées suicidaires chez des patients souffrant de troubles liés à la consommation d’opiacés.
Dans une étude portant sur 2335 participants souffrant de troubles liés à la consommation d’opiacés, la consommation de cannabis a été associée à un risque accru de 41 % d’idées suicidaires (Rapport de cotes : 1,41).
Département de médecine familiale, Université McMaster, Ontario, Canada.
Naji L, et al. J Addict Med. 2020 Dec 17. [sous presse]

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

IACM: IACM sur Facebook et LinkedIn

  • Science/Homme: Le CBD réduit le stress chez les personnes à haut risque de psychose
  • Science/Homme: La consommation de tabac, mais pas celle de cannabis, pendant la grossesse était associée à une réduction du poids à la naissance
  • Science/Homme: Le CBD peut être utile pour réduire les crises d’épilepsie réfractaire
  • Science/Homme: Le CBD réduirait la douleur et les troubles de l’humeur chez un patient atteint de neurofibromatose

Il y a deux ans

  • Monde: L’Organisation mondiale de la Santé accepte la valeur médicale du cannabis et des cannabinoïdes
  • Science/Homme: La légalisation du cannabis à des fins médicales aux États-Unis est associée à une réduction de la consommation d’opioïdes
  • Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans les troubles du spectre autistique
  • Science/Homme: Selon une enquête, le cannabis pourrait être très efficace dans l’autogestion de l’endométriose
  • Science/Homme: Les usagers de cannabis à des fins médicales réduisent leur consommation de benzodiazépines
  • Science/Homme: De faibles doses de CBD ont augmenté les effets psychédéliques du THC et de fortes doses de CBD ont réduit ces effets

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :