Etats-Unis: les ventes d’alcool ont baissé là où le cannabis thérapeutique est légal

En se penchant sur les Etats américains où le cannabis a été légalisé pour un usage thérapeutique, des chercheurs ont constaté une baisse significative des ventes d’alcool.
Le 1er janvier, la Californie a légalisé l’usage récréatif de la marijuana, devenant ainsi le plus gros marché mondial de cannabis. De plus en plus d’Etats américains prennent cette voie et, à la lumière de cette évolution, des chercheurs de trois universités (deux américaines, une péruvienne) se sont interrogés sur un aspect spécifique de la légalisation: est-ce qu’alcool et cannabis se substituent, ou sont-ils complémentaires?

La question a deux pendants: l’effet de la légalisation sur les ventes d’alcool et la possibilité que le cannabis aggrave les dégâts sur la santé publique déjà causés par la consommation d’alcool, comme les accidents de la route par exemple.

Pour ce faire, ils ont étudié les bases de données de 90 chaînes de magasins vendant de l’alcool, sur une période allant de 2006 à 2015. Ils ont comparé les données des Etats où le cannabis médical n’est pas autorisé, de ceux où il l’est, ainsi que les effets sur les ventes avant et après autorisation. Aux Etats-Unis, la marijuana est autorisée pour un usage médical dans 29 Etats, plus 9 autres Etats où elle l’est aussi pour une utilisation récréative.

Une baisse de 15% dans les ventes d’alcool

Il apparaît de cette étude, relayée par Forbes, que les ventes d’alcool ont baissé de 15% là où le cannabis était autorisé pour un usage thérapeutique. Plus spécifiquement, les ventes de bière ont baissé de 16,2% et celles de vin de 13,8%.

« Nous en concluons que la marijuana et l’alcool se substituent fortement », affirment les auteurs de l’étude, qui ajoutent qu’ils n’ont pas constaté d’évolution sur les ventes d’autres produits.
Néanmoins, l’étude s’est concentrée sur l’usage médical du cannabis. Les consommateurs à titre récréatif ne sont pas nécessairement du même âge, de la même classe sociale, et ne le font pas forcément pour les mêmes raisons. Ainsi, relève Forbes, la consommation récréative de marijuana peut inciter à manger et à boire encore plus, faussant l’application des résultats de l’étude à une plus grande échelle.

Source : bfmtv.com

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :