Le CBD est peu toxique chez l’être humain

Après l’ouverture d’une boutique dédiée au CBD (molécule présente dans le cannabis) à Abbeville, Samir Noui et Maroussia Wilquin (psychiatre addictologue), qui exercent au sein de l’hôpital abbevillois, livrent un point de vue médical.

 

Les docteurs Samir Noui et Maroussia Wilquin (cheffe de service et psychiatre addictologue), au centre hospitalier d’Abbeville.

 

Les faits
Le 23 juillet, Green house, une boutique dédiée au CBD (une molécule présente dans le cannabis) à Abbeville (ouest de la Somme). Des produits à base de CBD y sont vendus.

Le 27 juillet, le procureur d’Amiens demande « l’ouverture d’une enquête préliminaire aux services de police et de gendarmerie de la Somme pour chaque établissement offrant à la vente ces produits. »

Dans la foulée, l’enseigne d’Abbeville se met en règle sur certains points soulevés par la Justice.

——————————————————————————————————————————————————

Qu’est-ce que le CBD ?

La plante de cannabis contient plus de 60 molécules que nous appelons les cannabinoides. Les deux principales sont le delta-9tétrahydrocannabidiol (THC) et le cannabidiol (CBD). Le THC est responsable des effets psychoactifs du cannabis (euphorie, par exemple) alors que le CBD est dépourvu d’effets euphorisants.

Le CBD, est-ce du cannabis ?

Il ne s’agit pas de cannabis à proprement parler. C’est un des multiples composants contenu dans la plante de cannabis. Le CBD est, en termes de concentrations, le deuxième cannabinoide le plus présent dans cette plante.

Est-ce addictif ?

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), datant de 2017, les études scientifiques n’ont pas montré de potentiel de dépendance physique au CBD. Des études ont, en effet, été effectuées sur des modèles animaux et des humains. Elles n’ont pas montré de tolérance (la nécessité d’augmenter les doses pour obtenir les mêmes effets) ou symptômes de sevrage (manque) au CBD.

Permet-il de soigner des maladies ?

Les vertus thérapeutiques du CBD sont présentées comme nombreuses d’un point de vue commercial. Les études scientifiques ont certes montré des résultats probants sur les animaux. Les résultats chez l’homme sont plus mitigés. Les études menées chez les consommateurs de cannabis montrent que le CBD contenu dans le joint atténue les effets nocifs du THC sur les fonctions cognitives. Les études sur les sujets non consommateurs de cannabis suggèrent un possible intérêt pour le traitement du syndrome de stress post-traumatique.

Quels sont ses effets ? Existe-t-il un effet placebo ?

Le cannabidiol est peu toxique chez l’être humain. Contrairement au THC, il ne modifie pas le rythme cardiaque, la pression artérielle ou la température corporelle. Il existe probablement un effet placebo. Une étude récente a montré une amélioration subjective du sommeil non objectivé (non prouvé) par l’enregistrement du sommeil à l’aide d’appareils de mesures.

Rend-il positif le test salivaire pour le cannabis ?

Le cannabidiol n’est pas détecté par les tests salivaires effectués par les forces de l’ordre qui ne recherchent que le delta-THC. Cependant, certains produits vendus peuvent contenir du THC (même en quantité minime) et rendre positif ce test salivaire.

Qu’en est-il des recherches scientifiques sur le CBD ?

L’utilisation du CBD chez des patients ayant des pathologies neurologiques ou psychiatriques est à un stade de recherche. Mais les résultats préliminaires de certaines études suggèrent que le CBD pourrait être utilisé pour traiter certaines formes d’épilepsie ou la schizophrénie. Il pourrait également être utile pour la prise en charge de la dépendance au tabac. Un chercheur américain (Californie) a avancé que l’utilisation du CBD, à fortes doses dans des cancers métastasés graves, pouvait offrir une rémission des métastases et donc une chance d’accéder à un traitement. C’est une piste très intéressante.

La France a-t-elle ce type de programme de recherche ?

Le problème est qu’en France, le cannabis est interdit. Les recherches scientifiques sur les substances contenues dans le cannabis sont donc très réglementées. Elles sont soumises à autorisation car cultiver du cannabis en laboratoire est interdit.

Quels sont les dangers d’une banalisation du CBD via des produits du quotidien (miel, huile de cuisine, tisane, café, baume à lèvres) ?

Banaliser quoi ? Les études ne montrent aucun effet indésirable et peut-être des vertues thérapeutiques… C’est un débat que l’on peut aussi comparer à celui de la cigarette électronique.

Source : courrierpicard.fr

Auteur: Philippe Sérié

Partager cet article :